LibertyVox • Voir le sujet - L'Europe est devenue un lieu de radicalisation islamique
 
 
Retour à l'accueil
Index du forum

LibertyVox

La voix est libre !
Nous sommes le 25 Aoû 2019, 07:58

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 18 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
MessagePublié: 08 Juil 2005, 17:11 
River
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 02 Juin 2005, 21:02
Messages: 3795
Un article assez lucide pour une fois dans le Monde:

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0 ... 961,0.html

"L'Europe est devenue un lieu de radicalisation islamique"
LE MONDE | 08.07.05 |
Olivier Roy, directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS)

Comment analyser les attentats de Londres dans la perspective du radicalisme islamiste mondial ?

Il faut attendre que l'enquête progresse, mais le modus operandi rappelle les attentats de Madrid. Il y a toutes les chances pour que les auteurs appartiennent à la même catégorie que les membres de tous les réseaux démantelés ces derniers temps en Europe : les "déterritorialisés". Ce sont des nomades, des produits de la globalisation, des individus qui se sont radicalisés politiquement et religieusement dans un autre pays que celui dont ils sont originaires, surtout en Europe.

Ils n'ont pas d'attrait pour les luttes de libération nationale et l'instauration d'un Etat islamique. Ce sont des internationalistes, à l'image de -Oussama- Ben Laden. Celui-ci n'a pas commencé sa carrière en tentant de renverser la monarchie saoudienne, mais en partant en Afghanistan, premier champ de bataille du djihad. L'illustration en est qu'Al-Qaida est très peu intervenue directement sur le terrain palestinien et qu'aucun Palestinien n'a jamais été actif au sein d'Al-Qaida.

Londres a longtemps toléré les mouvements radicaux sur son sol...

Les Britanniques ont changé d'attitude après le 11 septembre 2001. Auparavant, le paradoxe était qu'ils voyaient les musulmans comme des étrangers. Ils avaient la même attitude vis-à-vis des radicaux musulmans que le général de Gaulle avec les mouvements de libération du tiers-monde. Mieux vaut les avoir chez soi qu'ailleurs. Avec le 11 septembre, les Britanniques se sont rendu compte que le phénomène de radicalisation n'était pas le fait d'une diaspora, d'exilés percevant la Grande-Bretagne comme une terre de repli, mais qu'il impliquait de jeunes musulmans britanniques. La conclusion s'impose : l'Europe est devenue un lieu de radicalisation islamique, qui n'est pas la simple conséquence de l'importation des conflits du Moyen-Orient. Le cas typique est celui du meurtrier de Théo Van Gogh aux Pays-Bas. Il n'avait aucune revendication sur la Palestine ou l'Irak. Il n'a parlé que de l'islam.

Quel est le degré d'intégration de la communauté musulmane en Grande-Bretagne par rapport aux autres pays européens ?

Les musulmans vivant en Europe se sont moulés dans le cadre de la culture politique de leur pays d'accueil plutôt que d'importer leur propre culture politique.

La Grande-Bretagne, très multiculturaliste, présente une double caractéristique. Sa population musulmane est à la fois communautarisée et très intégrée dans la vie politique, votant activement. En Allemagne existe une même communautarisation des Turcs, mais sans l'intégration politique car ils sont perçus comme des étrangers. La France, elle, est marquée par une atomisation, qu'illustrent les difficultés à faire fonctionner correctement le Conseil français du culte musulman (CFCM).

Après les attentats de Londres, George Bush a invoqué la "guerre contre le terrorisme". L'expression vous paraît judicieuse ?

S'il s'agit d'une guerre au sens métaphorique, comme celle contre le cancer ou le sida, pourquoi pas. Si c'est au sens militaire, l'expression est absurde. L'Irak le montre bien. L'intervention militaire américaine n'a eu aucune conséquence positive. Les Etats-Unis se trouvent dans une impasse et ne sont même plus en mesure de conduire une autre guerre ailleurs dans le monde. Ils ont créé un nouvel espace de rencontre pour les djihadistes internationalistes.

Face à ces phénomènes, il faut adopter d'abord une réponse policière au sens large, à base de renseignements et de coopération judiciaire. Ensuite, il faut concevoir une réponse politique pour empêcher les radicaux de trouver une base sociale au sein de la population musulmane. Evitons de parler de "racines" du terrorisme de façon générale. Le terrorisme n'est pas la conséquence obligatoire du conflit israélo-palestinien. Les motivations sont toujours plus compliquées et personnelles.

L'Irak est-il la motivation des islamistes radicaux ?

Je pense que non. Les jeunes ne se révoltent pas à cause de l'Irak. Ils y trouvent un terrain pour pratiquer le djihad.

Ceux qui partent là-bas ne suivent pas une stratégie politique et n'aspirent pas à défendre la cause du peuple irakien. Ils ne vont pas créer de mouvement de soutien politique au peuple irakien en Occident ni des ONG islamiques pour aider les civils

Ils partent là-bas pour casser de l'Américain. Leurs frères ne sont pas les Irakiens, mais les autres volontaires internationalistes. Aujourd'hui, Fallouja est un symbole mondial comme l'ont été la Bosnie, le Cachemire ou l'Afghanistan.
--------------------------------------------------------------------------------
La Laïcité face à l'islam (Stock, 2005).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 06 Oct 2005, 20:29 
MENACE TERRORISTE

Le juge Bruguière sonne l'alarme
NOUVELOBS.COM | 05.10.05 | 15:44

Le juge Bruguière, patron du pôle antiterroriste, estime que la "radicalisation n'a jamais été aussi forte" en France.

Le patron du pôle antiterroriste Jean-Louis Bruguière estime que "jamais la radicalisation n'a été aussi forte" et qu'elle "est directement liée à la situation en Irak qui modifie les contours de la menace".
"Nous assistons en fait à une mutation des réseaux, avec de nouveaux acteurs encore plus jeunes, parfois même mineurs, et donc encore plus malléables", assure-t-il dans Le Figaro paru mercredi 5 octobre. Selon lui, le vivier islamiste "devient de plus en plus instable".

Formés en Afghanistan

Concernant un éventuel risque nucléaire, il affirme que "le risque de bombe sale ne relève pas de la supputation". "Il s'est déjà matérialisé avec l'affaire Jose Padilla, ce taliban américain de Brooklyn interpellé en mai 2002, alors qu'il voulait faire exploser une bombe radiologique aux Etats-Unis", précise-t-il.

Il estime par ailleurs que "la menace chimique reste d'actualité pour la simple raison que certains de ces réseaux ont travaillé sur du chimique ou du biologique primaire de type ricine ou type botulique".
"Ils ont été formés en Afghanistan dans des camps spécialisés tenus notamment par des Egyptiens, dans le Caucase aussi, en Géorgie, en lien avec la mouvance tchétchène de l'émir Hattab, et dans l'enclave d'Al-Ansar dans le Kurdistan irakien", explique-t-il. (AP)


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 06 Oct 2005, 23:44 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
Source: http://www.letemps.ch/template/opinions ... cle=164953

L'islamisme à la conquête du monde

REVELATIONS. En novembre 2001, lors d'une perquisition, des enquêteurs suisses découvrent le «Projet»: une ambitieuse stratégie destinée à «établir le règne de Dieu» sur toute la terre.
Sylvain Besson Jeudi 6 octobre 2005

Est-il possible que le développement de l'islamisme dans le monde depuis vingt ans soit, au moins en partie, le produit d'une stratégie occulte, d'un plan délibéré de conquête du pouvoir? C'est la question politiquement incorrecte que pose l'étonnante découverte faite par des policiers suisses et italiens durant une perquisition menée près de Lugano, en novembre 2001.

Dans la villa de Youssef Nada, un banquier égyptien que les autorités américaines accusent d'avoir soutenu le terrorisme, les enquêteurs saisissent alors un document étonnant, demeuré secret depuis presque deux décennies: le «Projet», texte stratégique dont l'ambition suprême est «d'établir le règne de Dieu partout dans le monde».

L'enquête criminelle ouverte contre Youssef Nada, qui dirigeait la banque islamique Al-Taqwa de Lugano depuis sa création en 1988, a été classée en mai dernier. Mais le financier arabe, qui a démenti tout lien avec le terrorisme, a reconnu avoir été durant des années l'un des principaux dirigeants de la branche internationale des Frères musulmans, l'un des plus importants groupes islamistes contemporains. Fondée en Egypte en 1928, l'organisation des Frères musulmans a donné naissance à un vaste «Mouvement islamique» inspiré par ses idées, qui représente aujourd'hui la principale force se réclamant de l'islamisme dans le monde.

Le Projet est un texte de 14 pages, daté de décembre 1982, qui s'ouvre par le passage suivant: «Ce rapport présente une vision globale d'une stratégie internationale pour la politique islamique. Selon ses lignes directrices, et en accord avec elles, les politiques islamiques locales sont élaborées dans les différentes régions.»

Le document préconise d'«étudier les centres de pouvoir locaux et mondiaux, et les possibilités de les placer sous influence», d'«entrer en contact avec tout nouveau mouvement engagé dans le djihad où qu'il soit sur la planète», de «créer des cellules du djihad en Palestine» et de «nourrir le sentiment de rancœur à l'égard des juifs». Tout cela dans le but de «coordonner le travail islamique dans une seule direction pour [...] consacrer le pouvoir de Dieu sur terre».

Les enquêteurs suisses qui ont étudié le dossier Al-Taqwa ont consacré plusieurs analyses au Projet et à ce qu'il représente. Un document confidentiel de la «Task Force» antiterroriste mise sur pied après les attentats du 11 septembre 2001 évoque ainsi «un texte fondamental pour comprendre les buts à long terme des Frères [musulmans]»: «Intitulé Le Projet, ce document décrit par le menu la stratégie envisagée pour assurer une prise d'influence grandissante de la Confrérie sur le monde musulman. Il y est stipulé que les [Frères musulmans] ne doivent pas agir au nom de la Confrérie mais s'infiltrer dans les organismes existants. Ils ne peuvent ainsi être repérés puis neutralisés.»

Un second rapport des enquêteurs suisses affirme que le Projet, et les autres documents découverts chez Youssef Nada, «confirment le rôle joué par les Frères musulmans à la fois dans l'inspiration et dans le soutien, direct ou indirect, à l'islam radical dans le monde entier».

Dans cette optique, le Projet a pu jouer un rôle dans la création par les Frères musulmans et leurs héritiers d'un réseau d'institutions religieuses, éducatives et caritatives en Europe et aux Etats-Unis. Le Projet préconise en effet de «construire des institutions sociales, économiques, scientifiques et médicales, et pénétrer le domaine des services sociaux pour être en contact avec le peuple».

Dans ce but, il faut «étudier les environnements politiques divers et les probabilités de réussite dans chaque pays».

Un responsable occidental qui l'a étudié décrit le Projet comme «une idéologie totalitaire d'infiltration qui représente, à terme, le plus grand danger pour les sociétés européennes»: «Le Projet, ce sera un danger dans dix ans, dit-il: on va voir émerger en Europe la revendication d'un système parallèle, la création de «parlements musulmans», ce qui existe déjà en Grande-Bretagne... Commencera alors la lente destruction de nos institutions, de nos structures.» Pour ce fonctionnaire, qui a demandé à ne pas être cité nommément, le Projet n'est pas un simple texte de réflexion, mais une «feuille de route» dont certains éléments ont été mis en œuvre dans le monde réel: il préfigure notamment le début de la guérilla contre Israël dans les territoires palestiniens occupés, et le soutien apporté ces dernières années par les Frères musulmans à divers groupes islamistes armés, de la Bosnie aux Philippines.

La découverte du Projet soulève aussi beaucoup de questions qui, pour l'heure, demeurent sans réponse. L'identité de son auteur, par exemple, reste inconnue. Youssef Nada, le gardien du Projet durant près de vingt ans, a simplement dit aux enquêteurs suisses qu'il n'a pas écrit ce texte. Approché à de multiples reprises par Le Temps, il a fini par expliquer que le document a été rédigé par des «chercheurs islamiques» mais qu'il ne représente pas une position officielle des Frères musulmans. «Je ne suis d'accord qu'avec 15 ou 20% de ce texte», affirme-t-il. Pourquoi, dans ce cas, l'avoir conservé chez lui? «Je ne sais pas. J'aurais dû le jeter.»

L'importance du Projet tient autant à son histoire, et celle des hommes qui l'environnent, qu'à son contenu. Ses origines intellectuelles remontent aux années 1960, lorsque le «théoricien en chef» des Frères musulmans, Saïd Ramadan, trouve refuge à Genève. En septembre 1964, son journal El Muslimoun publie un texte appelant à lancer une «guerre idéologique» contre l'Occident. Il s'agissait alors de répondre à la création de l'Etat d'Israël, considérée par les islamistes comme un élément d'un vaste complot contre la religion musulmane et ses fidèles: «C'est pourquoi nous sommes convaincus que ce plan idéologique élaboré doit être contré par un plan idéologique tout aussi élaboré, et qu'il faut répondre à ses attaques idéologiques, à sa guerre idéologique, par une guerre idéologique.»

L'article fait explicitement référence au «Protocole des Sages de Sion», un document fabriqué par la police tsariste et qui décrit une conspiration juive pour dominer le monde. Bien qu'il s'agisse d'un faux, ce texte antisémite continue d'être pris au sérieux dans les milieux islamistes.

En août dernier, le Wall Street Journal révélait que le «Protocole» a été cité durant une récente séance du «Conseil européen des fatwas et de la recherche» (CEFR), un organisme destiné à conseiller les musulmans d'Europe dans leur vie quotidienne. Selon un participant à la réunion, le Protocole démontre l'existence d'un complot juif destiné à détruire les valeurs morales des familles musulmanes. On comprend qu'animés de telles idées, les islamistes aient voulu réagir en développant leur propre Projet.

Le maître à penser du Conseil des fatwas, Yousouf al-Qaradawi, était l'un des principaux actionnaires de la banque Al-Taqwa de Lugano. Il est sans doute le prédicateur islamiste le plus populaire d'Europe et du monde arabe, et certaines de ses idées s'inscrivent dans la droite ligne du Projet. Ainsi, dans un texte publié en 1990, il proposait de développer la présence du Mouvement islamique au sein des «groupes du djihad», afin d'éliminer «toutes les influences étrangères» des terres d'islam, du Maroc à l'Indonésie.

Malgré ces ressemblances idéologiques évidentes, et les liens historiques de grands penseurs des Frères musulmans avec ce document, l'histoire récente de l'islamisme ne se résume pas au seul Projet. Et l'expansion de l'islam en Occident au cours des dernières décennies n'a été planifiée par personne: elle résulte de l'installation progressive d'immigrés musulmans en Europe et aux Etats-Unis. Mais les héritiers des Frères musulmans ont su profiter de cette évolution pour ouvrir un nouvel espace à leur action et à leurs idées. Leur objectif déclaré a toujours été de «protéger» les communautés musulmanes, selon l'expression du cheikh Qaradawi, du «tourbillon des idées matérialistes qui prévalent à l'Ouest».

Loin de ce discours convenu, le Projet offre un témoignage important de ce que peuvent être les arrière-pensées et les objectifs cachés du Mouvement islamique, au moment où ce dernier tente de renforcer son emprise sur les communautés musulmanes d'Occident.

Le «Projet» est publié pour la première fois dans le livre de Sylvain Besson, «La conquête de l'Occident», qui sera disponible en librairie dès le 7 octobre.

© Le Temps, 2005 . Droits de reproduction et de diffusion réservés.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 11 Déc 2005, 10:30 
Néoréacs contre néocons
La chronique d'Alexandre Adler
[08 décembre 2005]

J'appartiens, en très bonne compagnie (Hélène Carrère d'Encausse, Alain Finkielkraut, André Glucksmann...), selon notre confrère Le Nouvel Observateur, à une nouvelle famille d'esprits, "les néoréacs". Pour paraphraser le Shakespeare de Jules César : "Si tel était le cas, ce serait une lourde faute et lourdement devrons-nous en répondre un jour." Au-delà de toute polémique, j'ai essayé de comprendre ce que cette nouvelle épithète pouvait bien signifier aujourd'hui. Et voici la réponse : un néoréac n'est néo que parce que la forme de réaction qu'il incarne est nouvelle, tout autant que le progressisme qu'il combat s'appuie sur un paradigme non moins nouveau.

J'ai donc essayé de résumer les directions stratégiques du néoprogressisme. J'en vois six.

1) Le nouveau progressisme est d'abord écologique. Il considère l'avenir même de la Terre comme menacé et prône coûte que coûte le ralentissement de l'actuelle croissance génératrice de catastrophes. A cet égard, il se défie considérablement de la science, des OGM qui empoisonnent les cultures aux nanotechnologies qui pourraient permettre un jour le contrôle du cerveau humain. Contre le réchauffement planétaire, il prône la frugalité franciscaine, évidemment nouvelle.

2) Le néoprogressisme est un antimondialisme. De même qu'Adam Smith en son temps avait révélé le paradoxe du caractère bénéfique de l'étroitesse égoïste et épargnante du consommateur individuel, laquelle en favorisant la concurrence provoquait un enrichissement général ; de même, aujourd'hui, les manifestants casseurs qui accompagnent les réunions du G 8, les grévistes qui refusent les délocalisations et les protectionnistes qui passent des incendies de pneus au rétablissement des barrières douanières, finissent par apporter du bien et du vrai en ralentissant le processus de libéralisation des échanges qui n'est pas soutenable pour nos économies, encore moins pour nos sociétés. Il faut reprendre en main, là aussi pour le ralentir, le processus d'unification de l'Europe, et au sein de celle-ci favoriser un protectionnisme continental contre les Etats-Unis et la Chine. Le néoprotectionnisme veut dissocier le triptyque salaire-emploi-productivité en montrant qu'il existe d'autres manières de produire, génératrices d'emploi (les 35 heures) et d'autres sources du salaire que l'augmentation de la productivité : la hausse des impôts, moyen imparable d'une authentique redistribution sociale.

3) Le néoprogressisme tient les Etats-Unis pour l'ennemi de la planète. Parce que les Etats-Unis sont le centre névralgique de la mondialisation productiviste, ils détruisent les sociétés qui leur résistent tout autant que la biodiversité. Comme toute équation peut se lire dans les deux sens, il en résulte qu'aucun adversaire des Etats-Unis ne peut être résolument mauvais : certains tels que le Vénézuélien Chavez, le Zimbabwéen Mugabe ou certains mollahs iraniens présentent encore quelques rugosités parfois gênantes. Mais l'essence de leur combat produit les mêmes effets progressistes à terme que la résistance au changement de toutes les forces organisées de l'hémisphère Nord. Un seul régime issu du tiers-monde révolutionnaire est intégralement pervers, c'est celui de la Chine qui imite notre productivisme et notre indifférence aux véritables damnés de la terre.

4) Le néoprogressisme condamne aussi bien sûr les alliés des Etats-Unis qui sont soit les relais de leur système social (l'Angleterre), soit les piliers de leur ordre stratégique (Israël ou le Japon). Il se méfie évidemment de lobbies mondialistes qui veulent dicter une politique mondialiste excessive à la France. Si les lobbies anglais et japonais sont surtout économiques, le lobby israélien s'appuie sur une forme nouvelle de communautarisme qui fait des communautés juives et des juifs favorables au sionisme un groupe totalement acquis au phénomène néoréac, et donc à ce titre objet d'une suspicion très particulière. Les bons juifs sont évidemment les juifs antisionistes comme l'étaient pendant l'affaire Dreyfus les Israélites qui choisissaient le baptême.

5) et 6) Il résulte enfin de toutes ces considérations que la planète sera sauvée par la révolte des damnés de la terre, cette fraction du Sud qui, abandonnée de la mondialisation, développe de Porto Alegre à Pyongyang et jusqu'au coeur de nos banlieues un Grand Refus qui a pris la place du combat aujourd'hui éteint du prolétariat des métropoles. Bien sûr un nouvel islam politique est amené à y jouer un rôle croissant, à l'instar de ce qui s'est produit déjà aux Etats-Unis avec l'islam afro-américain prosélyte de Farrakhan. Il est grand temps, pour les Européens en particulier, de tendre la main à ces mouvements et à se dissocier clairement de l'anti-islamisme que pratiquent les américano-sionistes d'une part, les néostaliniens russes d'autre part.

Il est absolument certain que je me trouve de l'autre côté de la barricade, à l'énoncé de ces six thèses qui en pointillé révèlent aussi clairement mes six contre-thèses, dont j'épargnerai ici l'énoncé à nos lecteurs. D'accord donc pour le néologisme néoréac. Mais le néoprogressisme ainsi redéfini est-il toujours si progressiste ? Je le vois pour ma part plutôt porteur d'une authentique révolution conservatrice à l'échelle planétaire. Alors ne serait-il pas plus justifié de dire que le combat des néoréacs se livre plutôt contre les néoconservateurs de demain, en abrégé bien sûr les néocons. C'est la lutte finale.


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 11 Déc 2005, 22:16 

Enregistré le: 30 Oct 2005, 17:19
Messages: 8
Localisation: Paris
Je verse à ce dossier, déjà riche de communications pertinentes, une analyse d’Yves-Marie Laulan, ancien chef du Service des affaires économiques de l'OTAN et fondateur de l'Institut de géopolitique des Populations.

Ce que les médias qualifient aimablement d'émeutes “ urbaines, (toujours la langue de bois de la France officielle ) sont bel et bien en réalité, des émeutes “ ethniques ”, les premières du genre dans notre pays.

I - Le constat.
Il faut considérer les problèmes d'immigration et d'intégration pour ce qu'ils sont : un conflit pour les ressources publiques et, à terme, pour la conquête du pouvoir politique.
Les mesures adoptées par le gouvernement pour faire face à la situation ont-elles une chance d'aboutir ? Sans faire preuve de pessimisme excessif, cela paraît fort douteux pour un ensemble de raisons :
a) ces mesures consistent, pour une bonne part, à mettre une “ couche ” de plus sur celles qui existaient déjà, dans la logique de l'assistanat social d'Etat dont la France a le secret ( une pluie de primes, franchises, subventions, allocations, d'éducateurs, de moniteurs, de médiateurs, etc.). Or, devant l'échec patent de la politique de la Ville, il faudrait “ inventer ” quelque chose de radicalement différent : mais quoi ?
b) car il n'y a pas d'exemple dans l'histoire du monde d'une communauté d'origine musulmane, massive et croissante (rappelons que la communauté d'origine immigrée croît en France à un rythme de 3% l'an, sans compter les flux migratoires : 250 000 par an), qui se soit paisiblement intégrée dans une communauté nationale étrangère (cf le Kosovo, la Bosnie).
Quant aux Noirs américains, après deux siècles et demi sur le sol américain, ils sont toujours marginalisés aux États-unis, malgré l'apparition récente d'une petite bourgeoisie noire ;
c) au surplus, les “ Jeunes ” auront compris qu'en brûlant des voitures, ils ont eu accès à la télévision (le rêve de tout un chacun) et obtenu encore plus d'argent des pouvoirs publics : une leçon que l'on n'oublie pas.

II - Que peut-il se passer ?
On est ici en présence de deux scénarios, le rose et le noir.
L'officiel, “ le rose ”, voudrait que la France, enfin éveillée à ce difficile problème, évolue paisiblement, grâce aux heureuses mesures d'intégration qui auront porté leurs fruits, vers une société apaisée et réconciliée dans ses différentes composantes “ Bleu/ Black/Beur ”, où fils et filles de la République seraient réunis autour du drapeau tricolore (comme lors de la Coupe du monde de football).
A l'opposé, un autre scénario verrait la France évoluer vers une radicalisation croissante de communautés de plus en plus étrangères les unes aux autres.
1° Il serait bien surprenant, s'il ne l'a pas déjà fait, que l'Islamisme ne s'empresse pas de récupérer aussi vite que possible une partie du mouvement parti des banlieues pour l'utiliser à ses fins propres.
2° Il est vraisemblable qu'au fil des années, l'on assistera à une double prise d'otage :
- les pouvoirs publics seront pris en otage par les communautés d'origine immigrée et agiront sous la contrainte, et la crainte, perpétuelle, de l'agitation, de l'émeute ou du terrorisme.
- le gouvernement, à court de ressources sans cesse réclamées, puis exigées, prendra en otage les classes moyennes françaises, celles qui travaillent et qui produisent des ressources, par le biais d'un alourdissement constant de la fiscalité (locale ou nationale), des charges sociales (sans compter les primes d'assurances !). Car il faudra bien financer le panem et circenses de l'immigration. Les pouvoirs publics ne verront, sans doute, aucune objection à pressurer les Français dits moyens, au nom du bien public, bien sûr (les médias, déjà largement gagnés à la cause, ne risquent pas de troubler ce processus).
3° D'où le risque, à terme, d'une double guerre civile, larvée ou ouverte :
- au sein de la société d'accueil (les “ natifs ”) où, comme entre 1940 et 1945, l'on verra se dresser les “ résistants ” (peu nombreux) : ceux qui ne voudront accepter cette exploitation d'un nouveau genre ; contre les “ résignés ”, (évidemment majoritaires) : ceux qui feront le gros dos pour avoir la paix ou qui militeront avec enthousiasme pour le nouveau système afin de hâter l'avènement d'une France nouvelle.
- au sein des communautés immigrées : les ralliés ou les “ nouveaux harkis ” intégrés (minoritaires), qui auront choisi la France dans ses défauts et ses vertus, contre les non intégrés et les non intégrables (majoritaires) qui profiteront de la nouvelle donne pour tenter d'accéder progressivement aux commandes.
4° Avec, en toile de fond, le risque bien réel (en fait, déjà en route si l'on en croit les indicateurs internationaux) de l'installation d'un processus de sous développement économique de la France avec départ à l'étranger :
- de nos entreprises : celles qui le pourront,
- de nos élites (la France exporte des bacs plus 5 et importe des bacs moins 5 disait Jacques Dupâquier)
N.D.L.R. On peut ajouter à l'analyse de M. Laulan :
- Le départ, pour cause d'ISF, d'entrepreneurs et d'actionnaires de nos entreprises qui préfèreront investir et créer des emplois sous des cieux plus cléments.

III - Sur le plan international.
1° Dans un tel contexte aussi peu favorable, il est vraisemblable que la France, (devenue trop vulnérable et trop lourde à porter) fasse l'objet d'une sorte de mise en quarantaine de la part de ses voisins européens, sur le plan :
- de l'euro (par lassitude de devoir soutenir un pays à la balance des paiements structurellement déficitaire),
- des mouvements de personnes par suspension des accords de Schengen.
2° Il est manifeste que ce scénario s'inscrit dans la logique de la politique française des trente dernières années avec le regroupement familial, le droit d'asile, l'extension des droits sociaux les plus généreux à tout immigré qui a réussi, légalement on non à franchir la frontière, l'octroi “ par fournées entières ” de la nationalité française, l'accumulation d'entraves et d'interdits juridiques de toute sorte à l'action de l'Etat (14) qui fait de la France un cas unique en Europe (avec une population d'origine immigrée et de culture musulmane d'environ 5 millions de personnes, - Noirs, Maghrébins et Turcs- contre 2,7 en Allemagne, 1,5 en Grande Bretagne, 1 million en Italie, 500 000 en Espagne). Il est clair que, depuis trente ans, les pouvoirs publics ont joué les apprentis sorciers et créé une situation démographique devenue ingérable.
3° Reste à savoir si les développements récents – et à venir - ne pourraient pas, tôt ou tard, s'inscrire dans le cadre d'une stratégie mondiale de l'Islamisme. Ce dernier pourrait viser à une domination mondiale par la prise en otage d'une Europe vulnérable, riche mais molle, à partir de la conquête du pouvoir en France. Cette dernière deviendrait donc, bon gré, mal gré, la tête de pont pour le contrôle de l'Europe.

Conclusion : si l'avenir confirme ces perspectives - malheureusement, les trends démographiques jouent dans ce sens - il est manifeste que la France qui a traversé les siècles à l'ombre de ses clochers malgré trois guerres (et la loi de 1905), risque fort de disparaître au monde au profit d'autre chose. Mais quoi ?
.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 16 Déc 2005, 14:06 
Bouldingue
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 21 Sep 2005, 14:09
Messages: 6219
Localisation: Londres
Trente ans de réclusion requis contre l'islamiste Lionel Dumont
ven. déc. 16, 2005 1:01 CST

http://minilien.com/?SJmHIzKFER

par Thierry Lévêque

DOUAI, Nord (Reuters) - Une peine de trente ans de réclusion criminelle a été requise vendredi contre l'islamiste français Lionel Dumont, jugé à la cour d'assises du Nord pour attaques à main armée et tentative d'attentat à la bombe imputées en 1996 au "gang de Roubaix".

L'avocat général Luc Frémiot a considéré que l'accusé était le principal lieutenant du chef de ce groupe, Christophe Caze, tué le 29 mars 1996 en Belgique.

A ce titre, il l'a impliqué en tant que "terroriste" dans ses actions les plus graves, notamment le dépôt d'une voiture piégée près du commissariat de Lille et d'une bouche de métro, le 28 mars 1996. La charge n'avait pas explosé.

L'avocat général a estimé que le repentir affiché à l'audience par Lionel Dumont n'était qu'un "jeu de scène" et a demandé aux jurés de refuser toute compassion.

"Il n'y aura pas de nouvelle vie pour Dumont. Notre seule façon d'évoluer, c'est de reconnaître nos erreurs et de les accepter. Vous n'avez pas eu ce courage, M. Dumont. Cette lâcheté vous condamne", a-t-il dit.

Les avocats de la défense devaient plaider dans l'après-midi. Le verdict de la cour d'assises était attendu dans la soirée. L'accusé encourt la réclusion à perpétuité pour "tentatives d'homicides" notamment.

Lionel Dumont, 34 ans, converti à l'islam, a combattu en Bosnie dans les rangs des volontaires islamistes en 1994-1995. Avant son arrestation en Allemagne en décembre 2003, il avait pris la fuite en Bosnie encore, puis en Asie, devenant selon l'accusation un des rares Français d'origine non musulmane à devenir membre des réseaux islamistes internationaux.

Au procès ouvert le 5 décembre, il a assuré avoir abandonné ses engagements de jeunesse. Il a reconnu avoir pris part aux actions du "gang de Roubaix" mais dit n'avoir joué qu'un rôle de chauffeur, sans faire usage d'armes et sans déposer de bombe.

"TUEURS D'ENFANTS"


L'avocat général a souligné, au contraire, que Lionel Dumont, en tant que "second de Christophe Caze", avait alimenté en armes le gang et avait fait profiter ses membres de son expérience de combattant.

Il ne s'est jamais éloigné de ce gang, a-t-il fait valoir, même après une première fusillade avec des policiers le 27 janvier 1996 à Croix et le meurtre d'un passant le 8 février 1996 dans la même localité.

L'accusé a reconnu à l'instruction, avant de le nier à l'audience, avoir déposé avec Christophe Caze la voiture piégée devant le commissariat de Lille et la sortie du métro.

"Il n'y a rien de pire. Les gens qui déposent une voiture piégée devant une bouche de métro sont des tueurs d'enfants. Ils nient tout ce que nous avons de plus sacré, ils n'ont plus aucune humanité", a dit Luc Frémiot.

De 1997 à 2003, la "cavale" de Dumont reste mystérieuse, et beaucoup d'éléments semblent montrer qu'il était un membre des réseaux activistes internationaux, a conclu l'avocat général.

Il était notamment en rapport en Allemagne en 2003 avec le Britannique Andrew Rowe, alias "Youssef le Jamaïcain", lié selon l'accusation aux auteurs des attentats suicide de Casablanca en mai 2003, qui ont fait 45 morts.

Si Lionel Dumont est condamné, un seul des dix membres du "gang de Roubaix", Seddik Benbahlouli, restera en fuite. Les autres sont morts ou sont en prison.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 18 Déc 2005, 19:00 
Bouldingue
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 21 Sep 2005, 14:09
Messages: 6219
Localisation: Londres
La Belgique est devenue une base du djihadisme en Europe
LE MONDE | 17.12.05 |
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0 ... 666,0.html

BRUXELLES CORRESPONDANT

La Belgique est devenue l'une des premières bases des réseaux européens liés au djihadisme international. C'est ce que confirment l'enquête sur les filières qui ont permis à Muriel Degauque, 38 ans, de commettre, le 9 novembre, un attentat-suicide en Irak et les auditions du procès de Bruxelles, où sont jugés depuis le début du mois de décembre des membres présumés du Groupe islamique combattant marocain (GICM).

Les investigations sur la femme kamikaze, liée aux réseaux d'Abou Moussab Al-Zarkaoui, le chef d'Al-Qaida en Irak, sont compliquées par la "fuite" dont aurait bénéficié à Paris la radio RTL révélant la mort de Muriel Degauque et qui a forcé les policiers belges à intervenir dès le 30 novembre. Jusqu'ici, cinq personnes ont été incarcérées dont le chef présumé du réseau, le Belgo-Tunisien Bilal Soughir, 32 ans. Son avocat, Mehdi Abbes, affirme qu'on a, en réalité, affaire à des personnes liées par l'amitié et fréquentant les mêmes milieux, dont une mosquée. Les défenseurs des prévenus nient que leurs clients aient fréquenté Muriel Degauque et son mari, le Belgo-Marocain Issam Goris, tué en Irak.

TESTAMENTS

Parmi les autres personnes mises en examen se trouve Pascal Cruypeninck, un Belge converti à l'islam qui voulait que sa fiancée, une réfugiée rwandaise, suive le même chemin que Muriel Degauque. Cruypeninck avait obtenu de la jeune femme qu'elle se convertisse.

Ahmed Ben Taïeb, un Tunisien de 27 ans, en séjour illégal, a été arrêté en France en même temps que les membres de la cellule belge. Il a été mis en examen pour "appartenance à une association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste". Arrivé en France en août, aidé par Bilal Soughir, Ben Taïeb s'était rendu en Irak.

Parallèlement, la justice bruxelloise examine le dossier de 13 islamistes radicaux liés au GICM, contre lesquels le parquet a requis jusqu'à dix années de détention. Aucun explosif et aucune arme n'ont été retrouvés chez eux mais ils auraient fourni un appui logistique. Certains auraient abrité des auteurs des attentats de Madrid et auraient aussi aidé à la préparation des attentats de Casablanca, en 2003.

Distincts, les deux dossiers se rejoignent sur un point : l'Irak. Des membres de cette filière marocaine se préparaient apparemment à rejoindre des groupes terroristes. Deux d'entre eux ont laissé des testaments, mais minimisent leur portée.

Des cellules se sont implantées dans des villes belges où la surveillance et la répression étaient moins sévères qu'en France. La cellule du GICM, basée à Bruxelles et près de la frontière néerlandaise, exerçait notamment une tutelle sur un groupe de banlieue parisienne. Moustafa Baouchi, interpellé en 2004, soupçonné d'être le leader français du GICM, a affirmé que la coordination et le financement du mouvement en Europe s'opéraient en Belgique. Un djihadiste présumé arrêté au Maroc a dit que la cellule belge devait aider le groupe néerlandais Hofstad à commettre des attentats. Elle aurait aussi pu acheminer des volontaires, y compris des femmes, vers l'Irak.

Jean-Pierre Stroobants (avec Piotr Smolar)
Article paru dans l'édition du 18.12.05


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 16 Nov 2007, 23:37 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
Dormez bonnes gens ! tout va bien :wink:

http://www.lefigaro.fr/actualites/2007/ ... france.php

Des «combattants pour l’Irak» arrêtés en France
C. J (lefigaro.fr) avec AP. 16/11/2007 | Mise à jour : 18:09

Les sept hommes s’entraînaient dans les forêts du Doubs. A leur domicile, la police a découvert un véritable arsenal.

C’est un petit groupe islamiste bien organisé qu’a démantelé la police en plein milieu du Doubs. Mardi, sept islamistes présumés qui s’entraînaient pour partir combattre en Irak ont été interpellés à Pontarlier et Besançon. A leurs domiciles, la police a saisi un véritable arsenal : des tenues de camouflages, des armes de poing, des fusils à pompes, des répliques de Kalachnikov sans oublier des munitions. Des documents sur l’islam radical ont également été découverts.

Ces hommes, six Français d’origine bosniaque et un Algérien, âgés de 22 à 44 ans, étaient surveillés depuis deux ans par la police. D’après les enquêteurs, les suspects qui envisageaient de se rendre en Irak pour y effectuer le djihad, s’exerçaient au tir dans les forêts alentours.

Un simple discours ?

Mais selon LCI, si certains interpellés ont reconnu lors des premières auditions qu’ils tenaient un discours djihadiste, ils ont affirmé qu’ils ne seraient toutefois jamais partis faire la guerre en Irak. Ils éprouvaient apparemment beaucoup de réticences à quitter leurs familles et leurs emplois. Ce petit groupe comptait ainsi dans ses rangs un enseignant et un étudiant.

Cinq d’entre eux vont être déférés dans l’après-midi au parquet antiterroriste de Paris, qui va ouvrir une information judiciaire pour «association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste». Ils seront ensuite présentés à un ou plusieurs juges antiterroristes en vue de leur mise en examen.
-------------------------
http://tf1.lci.fr/infos/france/faits-di ... ncon-.html

Armes de guerre et entraînements secrets à Besançon
Alexandra GUILLET - le 16/11/2007 - 15h20

Sept hommes, peut-être des islamistes radicaux, tous de nationalité française, ont été interpellés mardi à Besançon et dans sa région. Ils faisaient l'objet d'une surveillance parce qu'ils possédaient des armes de calibre de guerre et s'entraînaient en forêt à intervalles réguliers, selon une source judiciaire jointe par l'afp.

Selon nos informations, les Renseignements généraux de Besançon auraient été alertés il y a deux ans des agissements de ces individus. La Sous-direction de l'antiterrorisme, à Paris, aurait alors été saisie d'une enquête préliminaire. Ses observations sur le terrain auraient permis de les voir acheter du matériel, notamment des treillis, mais elles n'auraient pas permis de surprendre les sept individus à l'entraînement en pleine forêt.

Une Kalash et plusieurs pistolets

Mardi, les enquêteurs ont décidé de procéder à leur interpellation sous le chef d'"association de malfaiteurs en vue de la préparation d'une entreprise terroriste". Toujours selon nos informations, lors de la perquisition ont été découverts une kalashnikov et plusieurs pistolets de 4e catégorie, des 9 mm et des 7.65. Pendant les premières auditions, certains des individus interpellés auraient reconnu qu'ils tenaient un discours djihadiste mais que jamais ils ne seraient partis faire la guerre en Irak ou en Bosnie, comme cela a été avancé. Ne serait-ce qu'à cause de leurs familles et de leurs emplois.

Les vérifications sur leurs éventuels liens avec l'islam radical sont toujours en cours. Cinq d'entre eux devraient être déférés dans l'après-midi au parquet antiterroriste à Paris.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 17 Nov 2007, 13:41 
Acerbe
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 20 Juin 2006, 04:20
Messages: 4763
Citation:
Ces hommes, six Français d’origine bosniaque et un Algérien, âgés de 22 à 44 ans, étaient surveillés depuis deux ans par la police. D’après les enquêteurs, les suspects qui envisageaient de se rendre en Irak pour y effectuer le djihad, s’exerçaient au tir dans les forêts alentours.


C'est constant dans nos médias, de ne pas préciser l'origine exacte des terroristes en question lorsqu'il s'agit d'européens musulmans, en effet affirmer que certains sont "bosniaques" sans préciser la conféssion c'est participer à une confusion douteuse, car sous le terme de "bosniaque" on peut tout aussi bien faire référence aux chrétiens de bosnie (serbes et croates). Je trouve cela vraiment indigne la manière de présenter les choses.

Surtout ce qui n'empeche personne de dormir, c'est le fait que des musulmans de bosnie et du Kosovo-Metochie , de plus en plus souvent se retrouvent mélés dans des actes terroristes sans que cela ne pose probleme à tout ceux ayant défendus ces "vicitimes" durant les conflits en ex-yougoslavie (Forts Dicks en début d'année et les arrestations d'Albano-musulmans du Kosovo-Metochie).
On peut légitimement se poser la question pour quelle raison des musulmans originaires des Balkans sont mélées à ces actes alors qu'ls ont étés soutenus officiellement par nos gouvernements.

_________________
Roma Æterna / Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice. George Orwell.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 17 Nov 2007, 13:58 
Bouldingue
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 21 Sep 2005, 14:09
Messages: 6219
Localisation: Londres
NDLR:

La gauche exige que nos "nouveaux immigrants" soient capables de s'agripper à leur culture sans être invités à s'intégrer. Son familier ? La différence est que les immigrants Musulmans de l'Europe désirent notre destruction. Nous devons admettre que notre mode de vie est sous l'attaque de l'intérieur aussi bien que de l'extérieur. Jusqu'à ce que ce problème ne soit finalement déplacé au front de réflexion de tout le monde, rien ne sera fait qui fonctionnera. "Pas tout ce qui est fait face peut être changé, mais rien ne peut être changé jusqu'à ce qu'il soit fait face."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 17 Nov 2007, 15:10 
Acerbe
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 20 Juin 2006, 04:20
Messages: 4763
Les terroristes arrétés originaire de Bosnie-Herzégovine n'ont aucune raison de s'en prendre à la France et à d'autres pays. Les musulmans en question ont la réputation d'etre pro-occident, donc même si cela s'explique islamiquement parlant, quelle ingratitude de leur part, je trouve. Personne ne s'en étonne, cela me sidère.

_________________
Roma Æterna / Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice. George Orwell.


Dernière édition par Tesla le 17 Nov 2007, 15:43, édité 1 fois au total.

Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 17 Nov 2007, 15:42 
Grand Pope
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 23 Fév 2006, 00:47
Messages: 14749
Tout à fait juste Nikola. Cet occident "tellement corrompu" a été si corrompu qu'il a envoyé ses soldats pour les défendre et pour éviter qu'ils finissent tous en toast.

_________________
Plus Ultra


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 17 Nov 2007, 15:56 
Acerbe
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 20 Juin 2006, 04:20
Messages: 4763
Je constate seulement qu'il n'y aucun intellectuel, homme politique ou spécialiste pour se poser la question du "pourquoi et du comment ?"

_________________
Roma Æterna / Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice. George Orwell.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 17 Nov 2007, 18:05 
Duc

Enregistré le: 01 Mai 2006, 19:10
Messages: 3166
Localisation: Bayonne
Je suis très, très pessimiste, tant que l'Occident n'aura pas pris une grosse, grosse patate il ne réagira plus, avec une majorité qui se lève déterminée, seulement par quelques individualités, ce qui ne pèse rien dans l'Histoire.
Bonaparte avait dit :"ce sont toujours les gros bataillons qui gagnent contre les petits" . Et le gros bataillon actuel c'est celui des autruches et des opportunistes.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 17 Nov 2007, 21:09 
Africanus Rex
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 02 Avr 2006, 18:23
Messages: 6654
Localisation: Entre Poitiers et Covadonga.
Je ne crois pas en une prise de conscience sans "grosse patate" , et encore, nous persisterons à culpabiliser.
L'information et , surtout la réinformation est indispensable mais elle reste insuffisante tant que nous ne ressentons pas la brûlure du jihad (qu'il soit guerrier à travers le terrorisme ou politique et médiatique).

_________________
VIS ET HONOR
-Ne pas subir
-Frapper l'ennemi c'est bien. Frapper l'imagination c'est mieux (deux maximes attribuées au Maréchal de Lattre de Tassigny)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 18 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivant

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 9 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher pour:
Aller à:  
cron
POWERED_BY
Traduit par phpBB-fr.com