Retour à l'accueil
Index du forum

LibertyVox

La voix est libre !
Nous sommes actuellement le 16 Avr 2014, 12:17

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 234 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 16  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Dans l'enfer des tournantes
MessagePublié: 05 Juil 2005, 22:17 
River
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 02 Juin 2005, 22:02
Messages: 3549
C'est pas neuf mais pour ceux qui ne l'ont pas lu, c'est à lire(et c'est pas cher pour ceux qui sont pauvres). Samira est morte en septembre. Et que les bobos ne puissent plus faire comme si rien ne se passait.
On sait.

Dans l'enfer des tournantes
de Samira Bellil

Notre prix : EUR 3,33

Poche - 307 pages (20 mai 2003)
--------------------------------------------------------------------------------
Chroniques et points de vue

Amazon.fr
"Pour sortir de mon malheur, il m'a fallu des années d'effort et beaucoup de souffrance". À 29 ans, Samira Bellil reconsidère son passé et se raconte tout entière dans ce récit autobiographique fort et émouvant. Dans l'enfer des tournantes est, comme le dit Samira, "la triste histoire d'une minette de banlieue". À 13 ans, Samira a été violée et battue à plusieurs reprises dans une cité de la banlieue parisienne. Sous le joug d'un caïd local, elle a eu peur, des années durant, de témoigner. Peur des conséquences, peur de la répression, peur du qu'en-dira-t-on. Sans fausse pudeur et sans rien cacher de ce qu'elle a subi et qu'elle nomme "la loi des cités", Samira Bellil confesse le souvenir des violences qu'elle a subies et la perte progressive des repères que cela a entraîné dans son comportement. De la "fille fleur bleue" qu'elle était, elle a été vite considérée comme une "fille facile", puis une "fille à cave". Vite marginalisée, Samira raconte comment elle a été rejetée par sa famille et même par certaines de ses amies. Placée en centre, elle est devenue fugueuse et très vite a tourné autour de la petite délinquance, livrée à la rue et à ses tentations.
Ce témoignage très cru et très brut dans sa forme résonne de vibrants accents sincères. Il dénonce vigoureusement la violence des milieux machistes chez certains jeunes garçons de banlieue. Il témoigne aussi et surtout de la rage de cette femme pour renaître au monde après tant d'humiliations et d'oubli de soi. "Grâce au livre, je pense avoir retrouvé une forme de dignité", affirme l'auteur. Cette confession, aussi douloureuse soit-elle, en valait donc la peine puisqu'elle nous livre au final une vraie leçon de courage. --Denis Gombert Ce texte se rapporte à l'édition Broché.

Présentation de l'éditeur
Samira Bellil est une rescapée. Adolescente, elle a été victime de plusieurs viols collectifs que l'on nomme aujourd'hui des " tournantes ". Rongées par la culpabilité et le dégoût, détruite par l'ostracisme de sa famille et les rumeurs dans son quartier, elle se réfugie dans la drogue et l'alcool. Son témoignage coup de poing dévoile la violence sexuelle qui s'est instituée et banalisée dans des cités et des banlieues où tout se réduit à des rapports de forces et de domination. Dans un tel environnement, la torture que subissent les filles est non seulement physique mais également morale : réputation brisée, honte et humiliation sont leur lot quotidien. Ce livre, qui intervient au terme d'une longue thérapie, est pour elle le moyen de laisser une trace de son histoire et de venir en aide à ses " frangines ", victimes, comme elle, du pire des crimes. Pour briser la loi du silence.

Quatrième de couverture
Samira Bellil est une rescapée.
Adolescente, elle a été victime de plusieurs viols collectifs que l'on nomme aujourd'hui des « tournantes ». Rongée par la culpabilité et le dégoût, détruite par l'ostracisme de sa famille et les rumeurs dans son quartier, elle se réfugie dans la drogue et l'alcool.
Son témoignage coup de poing dévoile la violence sexuelle qui s'est instituée et banalisée dans des cités et des banlieues où tout se réduit à des rapports de forces et de domination. Dans un tel environnement, la torture que subissent les filles est non seulement physique mais également morale : réputation brisée, honte et humiliation sont leur lot quotidien.
Ce livre, qui intervient au terme d'une longue thérapie, est pour elle le moyen de laisser une trace de son histoire et de venir en aide à ses « frangines », victimes, comme elle, du pire des crimes. Pour briser la loi du silence.

SDM
Témoignage courageux d'une jeune Française d'origine maghrébine victime de plusieurs viols collectifs à l'adolescence. Un récit qui lève le voile sur la condition insupportable de jeunes filles des banlieues, où la majorité des familles sont issues de l'immigration: vivre recluses à la maison ou risquer, si elles sortent, de devenir les proies des gangs. Ce texte se rapporte à l'édition Broché.

[mardi 7 septembre 2004] - Samira Bellil est décédée lundi 06 septembre à l'âge de 33 ans, des suites d'un cancer.

Samira Bellil


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 05 Juil 2005, 22:46 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 01 Mai 2005, 14:46
Messages: 13577
J’ai un peu de mal à vous suivre... Les tournantes sont un viol collectif non consenti... La prostitution, quoi qu’on puisse en penser, n’a rien à voir avec un viol... Il s’agit d’un échange marchandise, pas très gorieux certes, mais c’est du commerce... A de très rares exceptions personne ne met un revolver sur la tête des filles (ou des garçons) pour qu’elles se prostituent... J’admets que ça puisse heurter votre morale et rejoindre votre combat féministe, mais il conviendrait de ne pas tout mélanger, ni de carricaturer... Poster cela après “l’enfer des tournantes” et mettre ces deux phénomènes sur un même niveau ne peut ni servir les femmes violées, ni les prostituées. Vous me faites un peu penser à ces actrices de Pornos qui après leur carrières vous parlent de l’enfer qu’elles ont vécu mais qui prenaient, quand elles étaient en activité, un malin plaisir à provoquer le bourgeois en parlant du plaisir qu’elles prenaient à tourner des scènes très gores... Ou encore à ces femmes obèses qui vous clament à grand renfort de rires hystériques qu’elles sont bien dans leur peau mais qui, une fois les 50 kg perdus, vous montrent leur profonde dépression d’avoir été grosses... En résumé, ne déresponsabilisez pas les femmes...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 05 Juil 2005, 22:54 
River
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 02 Juin 2005, 22:02
Messages: 3549
Uncle a écrit:
J’ai un peu de mal à vous suivre... Les tournantes sont un viol collectif non consenti... La prostitution, quoi qu’on puisse en penser, n’a rien à voir avec un viol... Il s’agit d’un échange marchandise, pas très gorieux certes, mais c’est du commerce... A de très rares exceptions personne ne met un revolver sur la tête des filles (ou des garçons) pour qu’elles se prostituent... J’admets que ça puisse heurter votre morale et rejoindre votre combat féministe, mais il conviendrait de ne pas tout mélanger, ni de carricaturer... Poster cela après “l’enfer des tournantes” et mettre ces deux phénomènes sur un même niveau ne peut ni servir les femmes violées, ni les prostituées. Vous me faites un peu penser à ces actrices de Pornos qui après leur carrières vous parlent de l’enfer qu’elles ont vécu mais qui prenaient, quand elles étaient en activité, un malin plaisir à provoquer le bourgeois en parlant du plaisir qu’elles prenaient à tourner des scènes très gores... Ou encore à ces femmes obèses qui vous clament à grand renfort de rires hystériques qu’elles sont bien dans leur peau mais qui, une fois les 50 kg perdus, vous montrent leur profonde dépression d’avoir été grosses... En résumé, ne déresponsabilisez pas les femmes...



A mon avis, uncle il y'a aussi un problème avec la prostitution tout court qui s'exerce dans des conditions plus que dégueulasses(cames, macs, etc..). Mais évidemment les tournantes , c'est toujours horrible alors qu'une minorité de prostituées font cela non contraintes. Mais attention, ce n'est qu'une minorité...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 06 Juil 2005, 09:49 
Swiss cheese & chocolate

Inscrit le: 06 Mai 2005, 10:35
Messages: 873
Localisation: CH
En conscience, entre la tournante des caves et le mariage princier en passant par toutes les liaisons de circonstances, il n'y a guère, finalement, que différents niveaux d'acceptation du sordide.

Seul l'amour sanctifie le sexe. Seule la vie sanctifie l'amour.

L'amour peut fleurir n'importe où. Mais il ne porte ses fruits que là où il est patiemment, soigneusement, oui, religieusement, cultivé.
-


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 06 Juil 2005, 10:03 
Cher Serge Goldman ,
Bravo pour le texte que vous avez mis en ligne . Les tournantes , pour moi ce n'est absolument pas à mettre au même niveau que la prostitution .
La prostitution , de la part des " clients" n'a pas un arrière-fond religieux . Le mec qui décide de recourir aux services d'une prostituée paye pour cela et comme le dit Uncle c'est économique . Moi je vais même jusqu'à considérer que le mariage est une forme de prostitution légale . Tout dépend des avantages que l'on veut en retirer !
Dans les " tournantes " , il y a viol mais pas n'importe quel viol . Le viol de quelqu'un qui souffre d'une telle misère sexuelle que devant une femme il pète les plombs ... n'est pas ce viol méprisant de ces jeunes pour qui une fille " impure" n'est plus qu'un caniveau ; et encore ils ont honte ... non pas pour la fille ...mais pour leur âme et leur promesse de paradis futur . C'est pourquoi beaucoup , en Iran , en Algérie , tuent ces pourritures car en les tuant on fait disparaître toute possibilité de continuer la corruption sur la terre . C'est la femme qui de vierge ...devient démon et que l'on peut brûler et détruire comme on détruit les mauvaises herbes .Sur ce site où l'apologie du catholicisme est fortement présente , je ne dirai rien d'autant plus que je suis en procès , le procès que me font certains d'être carrément athée ( je signale quand même que cela ne tombe pas encore sous le coup de la loi . Mais jusqu'à quand !?)
Merci Monsieur Serge Golman . Je veux acheter le livre . Où peut-on se le procurer . Mais vous m'avez fait plaisir en mettant cet article en ligne ( comme l'article d'Orana Fallaci , cher Uncle !)


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 06 Juil 2005, 18:26 
River
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 02 Juin 2005, 22:02
Messages: 3549
Delcambre a écrit:
Cher Serge Goldman ,
Bravo pour le texte que vous avez mis en ligne . Les tournantes , pour moi ce n'est absolument pas à mettre au même niveau que la prostitution .
La prostitution , de la part des " clients" n'a pas un arrière-fond religieux . Le mec qui décide de recourir aux services d'une prostituée paye pour cela et comme le dit Uncle c'est économique . Moi je vais même jusqu'à considérer que le mariage est une forme de prostitution légale . Tout dépend des avantages que l'on veut en retirer !
Dans les " tournantes " , il y a viol mais pas n'importe quel viol . Le viol de quelqu'un qui souffre d'une telle misère sexuelle que devant une femme il pète les plombs ... n'est pas ce viol méprisant de ces jeunes pour qui une fille " impure" n'est plus qu'un caniveau ; et encore ils ont honte ... non pas pour la fille ...mais pour leur âme et leur promesse de paradis futur . C'est pourquoi beaucoup , en Iran , en Algérie , tuent ces pourritures car en les tuant on fait disparaître toute possibilité de continuer la corruption sur la terre . C'est la femme qui de vierge ...devient démon et que l'on peut brûler et détruire comme on détruit les mauvaises herbes .Sur ce site où l'apologie du catholicisme est fortement présente , je ne dirai rien d'autant plus que je suis en procès , le procès que me font certains d'être carrément athée ( je signale quand même que cela ne tombe pas encore sous le coup de la loi . Mais jusqu'à quand !?)
Merci Monsieur Serge Golman . Je veux acheter le livre . Où peut-on se le procurer?


Chez tous les libraires! Enfin, sauf dans le 9-3 certainement ou autres banlieues dans lesquelles les barbus font la loi.
Evidemment, les tournantes c'est pire que la prostitution.
Mais il existe aussi une prostitution qui est du niveau de l'esclavagisme: parce que les prostituées n'ont pas de papiers d'dentités, parce qu'elles ont un mac et qu'elles sont droguées, etc...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 07 Juil 2005, 00:23 
http://www.fnb.to-viols collectifs : les tournantes-wanadoo




Viols collectifs : Les tournantes



La presse a fait l'impasse, mais la vérité éclate au grand jour. Les viols collectifs sont monnaie courante, dans les Cités d'immigrés, en France.
Antenne 2 y a consacré, ce jeudi 6 juin, l'émission "Envoyé Spécial".
Deux faits? Banals, quotidiens.
Une adolescente de 14 ans rentre de l'école, cartable au bras. Elle est capturée par 3 "jeunes", de 14, 15 et 17 ans. Ils l'entraînent dans une cave, la violent tour à tour. Par la porte restée entrouverte, d'autres adolescents et enfants regardent, tout simplement.
Une jeune fille de 19 ans, suit son ami dans une Cité voisine. Il l'emmène dans une chambre, et l'y laisse face à un "caïd", qui la viole. "Ce n'est pas la peine de te rhabiller", dit-il, "il y en a d'autres qui attendent...". Sur le seuil de la chambre, elle retrouvera son "ami", qui a réglé la "tournante"...

Le phénomène a pris une ampleur sans précédent. Un professeur au lycée de Chatenay Malabray, Richard Moyon, a interrogé ses élèves. 50% des filles connaissent une fille qui s'est "fait tourner"; 50% des garçons avouent connaître un violeur. Devant les caméras, les Noirs ou Nord-Africains reconnaissent les faits en riant: "si les filles veulent se "faire tourner", alors, quoi, tant que ce n'est pas ma soeur...".
Le consentement des filles? Ils regardent l'objectif sans comprendre. Les spécialistes appelés à la rescousse précisent. Pour ces jeunes, il y a deux sortes de femmes: celle qui reste vierge jusqu'au mariage, et qui circule, les chevilles et les bras couverts; et puis l'autre, la libérée, l'émancipée, avec laquelle tout est permis.
Elle couche avec l'un? Elle couche avec l'autre. Ou dix autres. La jeune fille occidentale est, dans cette optique, une cible toute trouvée. Mais les jeunes musulmanes tremblent, elles aussi. "Une fille facile, une fille qui sort un peu dénudée, les garçons peuvent aller la voir, sa réputation est vite faite...". Le viol la marquera au fer rouge, définitivement. Car une femme n'est jamais victime, dans l'optique musulmane ou traditionnelle: une femme violée attente à l'honneur de sa famille.
En Jordanie, par exemple, elle est tuée par son mari, son père ou son frère. La "réputation" est donc une menace terrible, qui pèse sur les filles, mêmes musulmanes. Il s'agit d'un contrôle social, exercé par les jeunes mâles, sur leur territoire. Le contrôle de l'islam. Les éducateurs, eux- mêmes musulmans, avouent aux journalistes qu'ils ont du mal à dissuader les jeunes violeurs. Cela ne vaut pas la peine de risquer la prison, leur disent-ils... C'est un bel aveu, de la part des éducateurs!

L'islam n'interdit nullement le viol, dans l'absolu: le viol des Infidèles, le viol des captives... Quand ni la religion ni la morale n'interdit le viol, il reste la loi, et sa sanction. Dans le laxisme ambiant, cela fait rire nos jeunes musulmans.
Quand est-ce qu'on tourne?


(Bastion n°54 de Juin 2001)

[Accueil] [Bastion]


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 07 Juil 2005, 08:26 
Swiss cheese & chocolate

Inscrit le: 06 Mai 2005, 10:35
Messages: 873
Localisation: CH
tss, tss, il était interdit d'interdire – c'était ça, l'idée force.

Il faut montrer la voie, pas renverser des modèles. Il faut désigner de bonnes solutions, pas insulter les auteurs de mauvaises. Il faut défendre, pas condamner. Il faut construire, pas détruire. Même en Islam.
-


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 23 Juil 2005, 16:41 
http://fr.novopress.info

:: Violence contre les femmes : l’imam Bouziane relaxé
Rubrique : General, Politique | June 22nd, 2005



Le juge lyonnais estime que le religieux salafiste n’a fait que répéter ce qui est contenu dans le Coran

La décision d’abord : la relaxe. Puis l’explication. Fernand Schir, le président du tribunal correctionnel de Lyon, a tenu à motiver publiquement le jugement rendu hier dans l’affaire Abdelkader Bouziane, l’ancien imam de Vénissieux, poursuivi pour ses propos sur les femmes publiés sous forme d’interview en avril 2004 dans Lyon Mag, un mensuel lyonnais.

A la question : «Vous êtes pour la lapidation des femmes ?», Abdelkader Bouziane avait répondu : «Oui, car battre sa femme est autorisé par le Coran, notamment si la femme trompe son mari.» Il avait ajouté qu’un homme «peut frapper fort pour faire peur à sa femme, afin qu’elle ne recommence plus». Le procureur avait requis «une peine d’amende significative»

Le dossier était sensible. Les affirmations de l’imam salafiste avaient fait scandale. Le gouvernement n’avait alors pas tardé à réagir : en deux jours, le garde des Sceaux ordonne des poursuites judiciaires ; les services du ministre de l’Intérieur d’alors, Dominique de Villepin, procèdent à l’arrestation et au renvoi express vers l’Algérie de l’imam, sous le coup d’un arrêté d’expulsion pris deux mois auparavant pour «trouble à l’ordre public». Le tribunal administratif de Lyon suspend l’expulsion, l’imam revient, le Conseil d’Etat casse la décision, l’imam repart. Il est en Algérie depuis octobre 2004.

C’est dans un de ces multiples rebondissements que le tribunal correctionnel de Lyon devait donc trancher hier, en l’absence du principal intéressé. Il fallait faire oeuvre d’explication, de clarification, voire de pédagogie. Fernand Schir l’a fait pendant près d’une heure, en détail, s’appuyant sur les différentes traductions du Coran, reprenant la jurisprudence française et européenne, rappelant les principaux actes de la procédure, soulignant les «chausse-trapes» du droit de la presse.

«Une référence à un texte du Coran ne constitue pas un appel à une atteinte à l’intégrité physique d’une personne. M. Bouziane est dans la lettre du Coran. Il n’appartient pas à une juridiction de faire une intrusion dans un domaine qui appartient à la conscience religieuse, au for intérieur d’une personne», a-t-il argumenté.

Dans la salle d’audience, pleine de journalistes et de militants associatifs, c’est le silence. L’avocat d’Abdelkader Bouziane hoche la tête à chaque fois qu’il entend un argument en sa faveur. Bien sûr, poursuit le président, certains passages du Coran concernant le traitement de la femme adultère peuvent paraître «choquants». Mais «à aucun moment M. Bouziane n’a appelé à transgresser la loi», observe-t-il, après avoir relu la transcription de l’enregistrement de l’interview. Le prévenu s’est exprimé «en tant qu’homme de religion», ajoute-t-il. «Soumis à un roulement de questions, il a à chaque fois rappelé expressément les interdits contenus dans la loi française.»

Les parties civiles (deux associations féministes), déboutées, ont annoncé leur intention de faire appel. Prochain rendez-vous : le 30 juin. Ce jour-là, le tribunal administratif de Lyon examinera sur le fond la validité de l’arrêté d’expulsion de l’imam salafiste, polygame et père de 16 enfants, dont 10 mineurs.

Remarque: Si on ne peut pas condamner un musulman disant que le Coran lui permet de battre sa femme parce qu’il ne fait que dire ce qui est effectivement écrit… qu’attendent les pouvoirs publics pour condamner et interdire le Coran lui-même ? Sachant que ce texte contient d’innombrables appels au meurtre, quelle position la justice française adoptera-t-elle face à un musulman qui affirmera qu’il est envisageable, d’après le Coran, de tuer un non-croyant ou quelqu’un qui a renoncé à l’islam ? Le cas finira bien par se produire…

GT pour NOVOPRESS


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 25 Juil 2005, 04:05 
à Uncle,

de nombreuses nanas issues de la prostitution ont été victimes de viols.
Le viol explique en partie la conséquence de la prostitution.
Une nana violée, c'est une misère psychologique assurée voire une destruction sociale à tout épreuve. Sans compter qu'une nana violée perd la sensation du chaud et du froid, elle se sent seule et plonge assez souvent dans l'auto-destruction comme.... la prostitution.
Une nana ne fait pas le tapin par plaisir et elle n'en ressort pas facilement : la drogue, l'argent facile, les macs qui tournent, l'Etat proxénète qui les taxe, la misère psychologique....
Et c'est ne rien comprendre quand tu dis qu'on ne met pas un gun sur la tempe d'une nana pour la forcer à se prostituer.
C'est vrai que les mafieux russes sont des bonne-soeurs. N'importe quoi.
Les prostituées de l'Europe de l'Est, du Nigéria et j'en passe, tu devrais causer avec une prostituée pour y voir plus clair....

Moi même, je ne supporte pas les féministes mais les premières victimes des discriminations dans ce monde sont bel et bien les femmes.

Je me demande bien qui représente La Morale....

Johnny


Dernière édition par www.auxsourcesdumal.com le 25 Juil 2005, 04:16, édité 1 fois au total.

Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 25 Juil 2005, 11:28 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 01 Mai 2005, 14:46
Messages: 13577
Certes Johnny... Mais ma réponse était destinée à quelqu'un qui a demandé depuis d'effacer tous ses posts... Ce fil est donc un peu "hors contexte"...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 25 Juil 2005, 16:52 
Uncle a écrit:
Certes Johnny... Mais ma réponse était destinée à quelqu'un qui a demandé depuis d'effacer tous ses posts... Ce fil est donc un peu "hors contexte"...


Je me pointe trop tard, tant pis pour moi.

Johnny


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 28 Juil 2005, 11:42 

Inscrit le: 10 Mai 2005, 12:02
Messages: 42
Localisation: Europe
Voici un lien qui montre comment certains se comportent au nom de l'islam religion d'amour et de paix :twisted:

http://www.union-republicaine-populaire ... ctims.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 28 Juil 2005, 20:53 
fire a écrit:
Voici un lien qui montre comment certains se comportent au nom de l'islam religion d'amour et de paix :twisted:

http://www.union-republicaine-populaire ... ctims.html


Maintenant ceci est-il spécifique à l'Islam ou s'agit-il d'un exemple de racisme anti-blanc de plus, comme ceux qui pullulent depuis 20 ans ? L'Islam est peut être juste une façon de justifier un désir d'humiliation de la "race" blanche comme peut l'être l'esclavage révisé ou la prétendue exploitation des peuples du 1/3 monde. Les arabo-musulmans sont-ils plus enclins à cette forme de criminalité escamotée que les africains chrétiens ou les rappeurs "black" americains ?


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: 28 Juil 2005, 21:22 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 28 Juil 2005, 14:57
Messages: 53
je ne suis pas sûr qu'il faille toujours tout mettre sur le dos de l'islam...non

c'est aussi une question de mentalité, une mentalité de merde, surtout présente chez certains jeunes, que j'appelle ironiquement " les suédois" :wink:

suis pas sûr que ces viols aient un quelconque rapport avec la religion...c'est surtout une manière, une de plus, de montrer qu'ils nous haïssent et veulent nous réduire à rien...

c'est la première fois à ma connaissance que l'occident est confronté à une immigration aussi hostile

aucune autre communauté immigrée n'a jamais agi de la sorte envers les pays ou les gens qui l'accueillaient


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 234 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 16  Suivant

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Neo Deus Ex Machina et 7 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher pour:
Sauter vers:  
POWERED_BY
Translated by Xaphos © 2007, 2008, 2009 phpBB.fr