LibertyVox • Voir le sujet - Le devoir de liberté...
 
 
Retour à l'accueil
Index du forum

LibertyVox

La voix est libre !
Nous sommes le 18 Aoû 2019, 20:26

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 32 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Le devoir de liberté...
MessagePublié: 05 Juil 2005, 08:35 
Swiss cheese & chocolate

Enregistré le: 06 Mai 2005, 09:35
Messages: 866
Localisation: CH
La seule force de la raison est de poser les bonnes questions.

La femme est-elle l'égale de l'homme ?
En quoi est-elle supérieure à l'homme ?
Comment concrétiser ses valeurs ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 05 Juil 2005, 10:14 
Chère Elisseievna, :(

Je ne sais trop quoi dire devant votre texte. Que cherchent les féministes ? Quand je compare avec le statut de la femme en islam, on est vraiment sur deux planètes différentes ; mais je trouve que vous allez trop loin :mrgreen: Si j'étais un mec je serais un peu désarçonné devant ces femmes occidentales tellement exigeantes et qui veulent tout, la chose et son contraire :!: :?:

Toujours on parle des droits... et jamais des devoirs. Il y a quelques années j'ai vu un professeur de français, en banlieue parisienne, donner des textes de Gisèle Halimi sur les droits de la femme à des petites élèves musulmanes, ce fut un refus total.


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 05 Juil 2005, 14:40 
Swiss cheese & chocolate

Enregistré le: 06 Mai 2005, 09:35
Messages: 866
Localisation: CH
elisseievna a écrit:
Non... la seule réponse cohérente aux islamistes par rapport a la question des femmes est celle qui critique autant le sexisme d'ici que le leur, et qui donc peut expliquer pourquoi il faut s'émanciper réellement.

Notre sexisme mériterait donc «autant» de critique que le leur ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 05 Juil 2005, 16:32 
Chère Elisseievna,

C'est décourageant pour les hommes non musulmans ce que vous dites. Car il y a une culture par osmose qui les conduit, en Occident, à considérer la femme comme un être humain et pas comme un sexe ambulant. Je m'insurge contre ce relativisme qui fait que tout est pareil partout ! :?: :!: NON, NON On est le produit de sa culture, plus bien sûr facteurs personnels. Mais la culture est primordiale :idea:

Certes un homme en France peut battre sa femme (il y a des violents partout !) mais la société ne lui donne pas raison ! Ni la religion !!!
Je posai un jour la question à un iranien, fin, cultivé, fils de mollah : "vous seriez capable d'éprouver un amour romantique pour une femme ?". Il me regarda en souriant : qu'entendez-vous par romantique ? J'étais rêveur quand j'étais petit mais l'éducation islamique m'a vite ramené à la réalité !!! (femme , impure quand etc. etc.).

Or chère Elisseievna, sur certains sujets vous êtes d'une lucidité et d'une vigilance remarquables (lorsqu'il s'agit de dénoncer ce qu'enseignent les islamistes). Mais dès que l'on touche les sujets des femmes ou des homosexuels par exemple, là c'est un peu le refrain des idéologues de gauche : devoir d'égalité, non discrimination.... et vous êtes certaine de détenir la VERITÉ.

Comme lorsqu'on parle du sionisme à un militant de la cause palestinienne, il n'est plus objectif !!! Et ce sont les clichés qui ressortent !! C'est curieux, c'est comme s'il y avait un intellectuellement correct ! Si on franchit la ligne :mrgreen:

Je vous pose une question : d'accord, liberté totale pour les femmes d'avorter, de ne pas procréer... mais par rapport à la démographie, cela peut poser un problème :?: S'éloigner trop du bon sens et de la réalité conduit à l'absurdité.


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 05 Juil 2005, 19:40 
Swiss cheese & chocolate

Enregistré le: 06 Mai 2005, 09:35
Messages: 866
Localisation: CH
Il faudrait encourager les femmes à faire des enfants, certes. Mais leur permettre de travailler (d'occuper un emploi rémunéré) en même temps pour cela, c'est un peu comme de recommander aux gens de manger très épicé et de leur faire un rabais sur les onguents au calendula.

Les femmes qui veulent faire des enfants en travaillant le peuvent fort bien. Si elles travaillent vraiment, c'est-à-dire qu'elles font vraiment carrière (à partir de 15 ans de formation, 12 heures/jour, 7 jours/semaine), leur secrétaire viendra prendre leurs mémos pendant l'allaitement, au lendemain de l'accouchement, et elles seront pleinement opérationnelles dans les deux jours. Mais elles n'auront pas plus de deux enfants. Sauf accident.

Permettre ce genre d'acrobaties à des femmes qui travaillent «normalement» (peu ou pas de formation, 35 h par semaine) est un effort social(isant) insensé car cela ne permettra en aucun cas de rattraper le retard sur la fertilité et ne profitera guère qu'à des femmes attirées davantage par les attraits clinquants de la société de consommation que par la beauté de l'enfantement. Et leurs enfants n'en seront pas plus «voulus» pour autant.

Pour encourager les femmes à faire des enfants, il faut honorer cet acte. Vraiment. Sincèrement. Il faut que le miracle de l'amour, de la naissance, de l'allaitement, de la croissance de l'enfant reprenne ses droits dans le cœur des gens. Ça n'a rien à voir avec des mesures sociales, ce sont des phénomènes spirituels, émotionnels, personnels. C'est, traditionnellement, le domaine de la religion.

La spécificité des femmes, c'est la vie. La vie qu'elles donnent, qu'elles portent, qu'elles protègent et nourrissent. La société leur doit pour cela une récompense qui dépasse le cadre de ce qu'on peut acheter. La société leur doit respect, considération et affection – au quotidien et pour toute la vie. C'est cela, la «religion» qu'il faut instaurer, celle qui chassera toutes les autres.

Car alors, les mères trouveront en leurs enfants les meilleures preuves de l'existence de Dieu, oui, sans autre religion que l'exercice de leur sacerdoce propre: le don de la vie. Et nous n'aurons plus besoin d'aucune autre religion. Et nous saurons alors avec certitude, lorsqu'on nous proposera de croire en quelque chose, quoi que ce soit, qu'on veut en fait nous vendre la mort.

Cela dit, pour l'heure, toutefois, Hans-Prosper d'Alcantara a raison: nous avons bien besoin du Vatican pour nous défendre contre les pires vendeurs de mort de notre histoire. Car si les religions actuelles n'ont certes aucun avenir, il faut tout de même rester capable de les différencier et de reconnaître celles qui ont appris, avec le temps, et l'enseignement tiré de leurs erreurs, à se rapprocher des valeurs humaines fondamentales pour les soutenir et les aider. Et il ne manque vraiment plus grand-chose à Benoît XVI, en effet, pour aller fermement dans ce sens.
-


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 05 Juil 2005, 21:06 
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 03 Mai 2005, 09:44
Messages: 17
elisseievna a écrit:
Les espagnoles viennent d'obtenir que la participation au menage soit inclus parmi les devoirs du mariage.
Voilà qui s'appelle "s'engager"...


Les espagnoles, c'est bien ce peuple qui s'est mis à quatre pattes devant les islamistes en virant Aznar pour le remplacer par cette crevure de Zapatero, le champion de "l'homofolie" ?! Bel exemple...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 06 Juil 2005, 12:06 
Chère Elisseievna,

Votre discours, si vous le poussez jusqu'au bout, un honnête musulman c'est exactement la même chose qu'un honnête catholique ! Sur le plan humain OUI ! Sur le plan doctrinal et théologique NON !

Actuellement en Italie, en France et dans toute l'Europe les conversions se font avec le raisonnement que vous tenez. Le christianisme, en REVENANT AUX TEXTES ne produit pas les mêmes effets que l'islam, même l'islam soufi (cf ce que dit Marie-Thérèse Urvoy sur le soufisme. C'est excellent et c'est une catholique qui voit admirablement le danger de la désinformation qu'on nous sert).

La culture chrétienne laïcisée, mêlée de philosophie grecque, est ce qui a abouti à cette déclaration universelle des droits de l'homme. On ne peut pas le nier. Vous allez m'obliger à défendre le christianisme contre l'islam, mais Jésus n'a pas demandé qu'on flagelle ou qu'on lapide la femme adultère :!: L'ouvrier de la dernière heure est payé comme celui de la première heure :!: :?: et le retour du fils prodigue peut donner de l'espoir au voyou :?: :roll:

Ce que je pense c'est que le christianisme a tiré la couverture à lui et on oublie que c'est une tendance qui existe dans le judaïsme. C'est, sur le plan de l'humanisme, très profond. Les gribouillis d'un môme n'ont pas la même valeur artistique qu'un tableau de Van Gogh !
Sinon plus de lois , plus de jugement : tout est permis , c'est l'apologie de tout et n'importe quoi !!


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 07 Juil 2005, 07:07 
Swiss cheese & chocolate

Enregistré le: 06 Mai 2005, 09:35
Messages: 866
Localisation: CH
Tenter de s'attacher les jeunes en quête d'idéal en condamnant les dérapages de la société occidentale fait le jeu des Islamistes. Si l'on veut agir dans ce sens, il faut proposer un idéal, pas condamner ceux qui s'en battent l'œil.
-


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: le devoir de liberté ...
MessagePublié: 04 Nov 2009, 13:16 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
C'est marrant de constater qu'on pourrait quasiment parler de la France et de l'Europe aujourd'hui dans les mêmes termes. L'Amérique, terre de liberté, prévoit donc dès sa déclaration d'indépendance le devoir du peuple de renverser ses dirigeants si la tyrannie règne et que les libertés fondamentales sont menacées :idea: De quoi faire flipper nos élites :lol:

http://www.aidh.org/Biblio/Text_fondat/US_03.htm

Déclaration unanime des treize Etats unis d'Amérique réunis en Congrès le 4 juillet 1776

Lorsque dans le cours des événements humains, il devient nécessaire pour un peuple de dissoudre les liens politiques qui l'ont attaché à un autre et de prendre, parmi les puissances de la Terre, la place séparée et égale à laquelle les lois de la nature et du Dieu de la nature lui donnent droit, le respect dû à l'opinion de l'humanité oblige à déclarer les causes qui le déterminent à la séparation.

Nous tenons pour évidentes pour elles-mêmes les vérités suivantes : tous les hommes sont créés égaux ; ils sont doués par le Créateur de certains droits inaliénables; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur. Les gouvernements sont établis parmi les hommes pour garantir ces droits, et leur juste pouvoir émane du consentement des gouvernés. Toutes les fois qu'une forme de gouvernement devient destructive de ce but, le peuple a le droit de la changer ou de l'abolir et d'établir un nouveau gouvernement, en le fondant sur les principes et en l'organisant en la forme qui lui paraîtront les plus propres à lui donner la sûreté et le bonheur. La prudence enseigne, à la vérité, que les gouvernements établis depuis longtemps ne doivent pas être changés pour des causes légères et passagères, et l'expérience de tous les temps a montré, e n effet, que les hommes sont plus disposés à tolérer des maux supportables qu'à se faire justice à eux-mêmes en abolissant les formes auxquelles ils sont accoutumés.

Mais lorsqu'une longue suite d'abus et d'usurpations, tendant invariablement au même but, marque le dessein de les soumettre au despotisme absolu, il est de leur droit, il est de leur devoir de rejeter un tel gouvernement et de pourvoir, par de nouvelles sauvegardes, à leur sécurité future. Telle a été la patience de ces Colonies, et telle est aujourd'hui la nécessité qui les force à changer leurs anciens systèmes de gouvernement. L'histoire du roi actuel de Grande-Bretagne est l'histoire d'une série d'injustices et d'usurpations répétées, qui toutes avaient pour but direct l'établissement d'une tyrannie absolue sur ces Etats.

Pour le prouver, soumettons les faits au monde impartial :

Il a refusé sa sanction aux lois les plus salutaires et les plus nécessaires au bien public.

Il a défendu à ses gouverneurs de consentir à des lois d'une importance immédiate et urgente, à moins que leur mise en vigueur ne fût suspendue jusqu'à l'obtention de sa sanction, et des lois ainsi suspendues, il a absolument négligé d'y donner attention. Up

Il a refusé de sanctionner d'autres lois pour l'organisation de grands districts, à moins que le peuple de ces districts n'abandonnât le droit d'être représenté dans la législature, droit inestimable pour un peuple, qui n'est redoutable qu'aux tyrans.

Il a convoqué des Assemblées législatives dans des lieux inusités, incommodes et éloignés des dépôts de leurs registres publics, dans la seule vue d'obtenir d'elles, par la fatigue, leur adhésion à ses mesures. A diverses reprises, il a dissous des Chambres de représentants parce qu'elles s'opposaient avec une mâle fermeté à ses empiétements sur les droits du peuple. Après ces dissolutions, il a refusé pendant longtemps de faire élire d'autres Chambres de représentants, et le pouvoir législatif, qui n'est pas susceptible d'anéantissement, est ainsi retourné au peuple tout entier pour être exercé par lui, l'Etat restant, dans l'intervalle, exposé à tous les dangers d'invasions du dehors et de convulsions au-dedans.

Il a cherché à mettre obstacle à l'accroissement de la population de ces Etats. Dans ce but, il a mis empêchement à l'exécution des lois pour la naturalisation des étrangers; il a refusé d'en rendre d'autre s pour encourager leur émigration dans ces contrées, et il a élevé les conditions pour les nouvelles acquisitions de terres. Il a entravé l'administration de la justice en refusant sa sanction à des lois pour l'établisse ment de pouvoirs judiciaires.

Il a rendu les juges dépendants de sa seule volonté, pour la durée de leurs offices et pour le taux et le paiement de leurs appointements.

Il a créé une multitude d'emplois et envoyé dans ce pays des essaims de nouveaux employés pour vexer notre peuple et dévorer sa substance. Il a entretenu parmi nous, en temps de paix, des armées permanentes sans le consentement de nos législatures. Il a affecté de rendre le pouvoir militaire indépendant de l'autorité civile et même supérieur à elle. Il s'est coalisé avec d'autres pour nous soumettre à une juridiction étrangère à nos Constitutions et non reconnue par nos lois, en donnant sa sanction à des actes de prétendue législation ayant pour objet : de mettre en quartier parmi nous de gros corps de troupes armées; de les protéger par une procédure illusoire contre le châtiment des meurtres qu'ils auraient commis sur la personne des habitants de ces Etats; de détruire notre commerce avec toutes les parties du monde; de nous imposer des taxes sans notre consentement; de nous priver dansUp plusieurs cas du bénéfice de la procédure par jurés; de nous transporter au-delà des mers pour être jugés à raison de prétendus délits; d'abolir dans une province voisine le système libéral des lois anglaises, d'y établir un gouvernement arbitraire et de reculer ses limites, afin de faire à la fois de cette province un exemple et un instrument propre à introduire le même gouvernement absolu dans ces Colonies; de retirer nos chartes, d'abolir nos lois les plus précieuses et d'altérer dans leur essence les formes de nos gouvernements ; de suspendre nos propres législatures et de se déclarer lui-même investi du pouvoir de faire des lois obligatoires pour nous dans tous les cas quelconques.

Il a abdiqué le gouvernement de notre pays, en nous déclarant hors de sa protection et en nous faisant la guerre. Il a pillé nos mers, ravagé nos côtes, brûlé nos villes et massacré nos concitoyens. En ce moment même, il transporte de grandes armées de mercenaires étrangers pour accomplir l'oeuvre de mort, de désolation et de tyrannie qui a été commencée avec des circonstances de cruauté et de perfidie dont on aurait peine à trouver des exemples dans les siècles les plus barbares, et qui sont tout à fait indignes du chef d'une nation civilisée. Il a excité parmi nous l'insurrection domestique, et il a cherché à attirer sur les habitants de nos frontières les Indiens, ces sauvages sans pitié, dont la manière bien connue de faire la guerre est de tout massacrer, sans distinction d'âge, de sexe ni de condition.

Dans tout le cours de ces oppressions, nous avons demandé justice dans les termes les plus humbles ; nos pétitions répétées n'ont reçu pour réponse que des injustices répétées. Un prince dont le caractère est ainsi marqué par les actions qui peuvent signaler un tyran est impropre à gouverner un peuple libre.

Nous n'avons pas non plus manqué d'égards envers nos frères de la Grande-Bretagne. Nous les avons de temps en temps avertis des tentatives faites par leur législature pour étendre sur nous une injuste juridiction. Nous leur avons rappelé les circonstances de notre émigration et de notre établissement dans ces contrées. Nous avons fait appel à leur justice et à leur magnanimité naturelle, et nous les avons conjurés, au nom des liens d'une commune origine, de désavouer ces usurpations qui devaient inévitablement interrompre notre liaison et nos bons rapports. Eux aussi ont été sourds à la voix de la raison et de la consanguinité. Nous devons donc nous rendre à la nécessité qui commande notre séparation et les regarder, de même que le reste de l'humanité, comme des ennemis dans la guerre et des amis dans la paix.

En conséquence, nous, les représentants des Etats-Unis d'Amérique, assemblés en Congrès général, prenant à témoin le Juge suprême de l'univers de la droiture de nos intentions, publions et déclarons solennellement au nom et par l'autorité du bon peuple de ces Colonies, que ces Colonies unies sont et ont le droit d'être des Etats libres et indépendants; qu'elles sont dégagées de toute obéissance envers la Couronne de la Grande-Bretagne; que tout lien politique entre elles et l'Etat de la Grande-Bretagne est et doit être entièrement dissous; que, comme les Etats libres et indépendants, elles ont pleine autorité de faire la guerre, de conclure la paix, de contracter des alliances, de réglementer le commerce et de faire tous autres actes ou choses que les Etats indépendants ont droit de faire; et pleins d'une ferme confiance dans la protection de la divine Providence, nous engageons mutuellement au soutien de cette Déclaration, nos vies, nos fortunes et notre bien le plus sacré, l'honneur.

Traduction de Thomas Jefferson.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Le devoir de liberté...
MessagePublié: 08 Juin 2010, 10:28 

Enregistré le: 01 Mai 2006, 15:35
Messages: 998
Jean-François Touzé ex-membre du FN (http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Fran%C3%A7ois_Touz%C3%A9) s'attèle à la tenue d'un blog que je découvre. Il me paraît honorer l'esprit de ce fil. Dommage que de telles voix ne trouvent pas suffisamment audience.

http://lalettrejft.over-blog.com/

VIEILLE EUROPE OU NOUVELLE ALLIANCE OCCIDENTALE ?
Lundi 7 juin 2010

La maoeuvre est connue qui, de toute éternité a fait ses preuves.Elle nécessite de la patience et de la constance. On peut l' appeler "technique du voleur chinois". Il s'agit d'habituer l'oeuil à la disparition progressive d'un objet jusqu'à ce que son absence ne se remarque même plus.

C'est ainsi que, depuis un demi siècle, les tenants du fédéralisme européen habituent peu à peu les peuples à la disparition des Etats et à la substitution des souverainetés nationales au profit de la technocratie bruxelloise.

Comme les révolutionnaires léninistes, les européstes n'ont pas de montre. Le temps est leur allié qui permet d'attendre que les conditions soient réunies Pour avancer plus loin, toujours plus loin sur la route que leurs rêves ou leurs illusions leurs ont tracée.

La crise financière, économique et sociale que nous traversons, donne à ceux là un argument nouveau mais depuis longtemps prêt à servir. Si l'euro est attaqué, c'est en raison de l'absence de gouvernement économique de l'Union européenne, absence qui, laissant le champ libre à la seule banque centrale, interdit toute coordination. Il s'agit donc,de toute urgence, de mettre en place l'organe décisionnaire capable de planifier les économies, de maitriser les budgets et sans doute de lever les impôts. Ce qui n'était pas possible en 1992 au moment de la ratification de Maastricht devient aujourd'hui une impérieuse nécessité ainsi qu'en témoigne la multiplication des tribunes libres dans la presse ( la dernière en date, celle du très influent Jean Peyrelevade dans le Figaro daté de ce lundi) et les "propositions" formulées il y a deux semaines par Barroso visant à déposséder les parlements nationaux de leurs responsabilités budgétaires.

L'avenir dira si les peuples se laisseront une nouvelle fois bernés et si les gouvernants décideront une fois de plus de passer outre leur volonté.

L'Europe n'est pourtant pas une idée moderne. La mondialisation qu'il ne s'agit pas de nier, l'internationalisation du commerce et des échanges, la planétarisation des informations et de la communication rendent le rêve européen née de la dernière guerre mondiale dépassé, obsolète et caduque.
Qu'on ne s'y trope pas pourtant. Le refus qui est le nôtre de cette construction européenne absurde, ne justifie en rien la tentation d'une crispation nationale et d'un repli frileux dans le cocon rassurant de nos frontières. Dans une équation à deux facteurs, il est toujours bon de choisir le troisième. Pour les patriotes français que nous sommes, le choix ne se situe heureusement pas entre le nationalisme stupide et toujours menaçant; et la fuit en avant sur le grand toboggan européen.

C'est à un ensemble bien plus grand qu'il nous faut travailler. Un ensemble qui, au moment où de nouvelles puissantes surgissent et où se constituent des blocs plus ou moins solides regroupant des pays prétendument "non allignés" mais en réalité tous unis contre l'occident, puisse rassembler les Etats Nations du monde libre, et cimentés les solidarités occidentales. Edouard Balladur dans un ouvrage paru il y a deux ans che Fayard esquissait cette idée sans pour pour autant aller jusqu'au bout de sa logique.

Ce n'est pas de l'Europe que notre civislisation a besoin maisd' une véritable Alliance Occidentale, politique,économiqe, commerciale, culturelle dont une OTAN rénovée et élargie pourrait être le bras armé. Une organisation souple et active regroupant le Etats Unis et les nations européennes mais aussi Israël dont la survie nous obsède, une organisation qui préserve les intérêts nationaux de chacun et même les valorisent tout en organisant la prospérité, le rayonnement économique, spirituel et culturel de l'ensemble et en organisant sa sécurité collective selon la règle fondatrice de l'Alliance atlantique qui veut que chaque nation qui la compose réagisse à l'attaque d'une seule d'entre elle.

Cessons de croire au Mythe européen. Ayons le courage de dépasser cette idée fausse et rétrograde.

L'Europe a apporté au monde l'humanisme et le sens des équilibres. Elle a donné Vélasquez, Rembrandt, Mozart, Goethe Michel Ange...

Elle a aussi organisé sa propre destruction au cours des siècles dans des combats nationalistes suicidaires.

Elle a enfin engendré en son sein Auschwitz, tâche indélébile sur son histoire et sa identité.

Alors non, la civilisation n'a plus besoin de l'Europe.En tout cas pas d'une Europe politique organisée.

La civilisation n'a pas de frontières, même si nous sommes fiers de nos spécificités nationales.

La civilisation n'a pas non plus de continent.

Et qu'importe à la France la vieille Europe...

La France de demain sera occidentale ou ne sera plus.

_________________
" Quelles que soient les mauvaises nouvelles, vous devez continuer de vivre, même si cela vous tue."
Cholem Aleikhem


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Le devoir de liberté...
MessagePublié: 07 Aoû 2010, 17:21 
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 30 Avr 2005, 01:16
Messages: 6806
FFL a écrit:
http://investigation.blog.lemonde.fr/2005/11/07/2005_11_freenet_la_face/

Je découvre Freenet aujourd'hui grâce à des commentaires postés sur FdeSouche.

Apparemment Freenet échappe à la censure, même celle des états les plus totalitaires, comme disons la Chine, l'Arabie Saoudite ou la France, ou le superétat eurabien.

Le concept paraît effectivement solide. Mais l'informatique est pleine de failles.

Les libertynautes connaissent-ils Freenet, est-ce véritablement aussi sûr que le dit son concepteur ?

Liberty Vox a-t-il une présence sur Freenet ?

MAXIMUS a écrit:
Mince, j'ai cru que c'était un fil sur la pédagogie Freinet, je me demandais ce que ça f...t là... en tout cas heureusement que FREENET existe.

FFL a écrit:
Heureusement que Freenet existe ? Est-ce à dire que vous le fréquentez Maximus ?

MAXIMUS a écrit:
Un de mes neveux à découvert Freenet via un réseau francophone qui s'appelle Ubuntu, autant dire que je ne connais l'un et l'autre que de nom (le téléchargement de logiciel Freenet est en principe illégal, c'est tout ce que je sais), en revanche un beau-frère qui vit chez nos anciens ennemis russes (ah l'amour) l'utilise.

J'aimerais moi-même en savoir plus sur ce Freenet qui risque aussi d'intéresser nos ennemis fanatiques comme les réseaux pédophiles.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Le devoir de liberté...
MessagePublié: 07 Aoû 2010, 17:44 
De Poulet
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 04 Mar 2006, 02:15
Messages: 6833
MAXIMUS a écrit:
Un de mes neveux à découvert Freenet via un réseau francophone qui s'appelle Ubuntu, autant dire que je ne connais l'un et l'autre que de nom (le téléchargement de logiciel Freenet est en principe illégal, c'est tout ce que je sais), en revanche un beau-frère qui vit chez nos anciens ennemis russes (ah l'amour) l'utilise.

J'aimerais moi-même en savoir plus sur ce Freenet qui risque aussi d'intéresser nos ennemis fanatiques comme les réseaux pédophiles.

Illégal? Je ne sais pas exactement si vous faites référence à des téléchargements illégaux, ce qui ne m'intéresse pas, ou au fait en lui-même d'installer Freenet.

C'est peut-être illégal dans la mesure où certains cryptages sont illégaux. Je ne sais pas.

Cela aurait-il arrêté Jean Moulin ??? :lol: :lol: :lol:

En tout cas je trouve cela très intéressant, je le vérifierai après mes vacances (je suis sur le départ).

Oui, il paraît que les pédophiles y sont, et les terroristes aussi. Tous nos ennemis... la liberté d'expression et l'anonymat y sont apparemment absolus, donc ils s'en servent. Mais nous aussi, nous pouvons nous en servir.

_________________
François Eiffel (F. Eiffel / FFL).

""Un homme est grand dans la mesure où, placé entre l’illusion et la douleur, il choisit la douleur." Thibon


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Le devoir de liberté...
MessagePublié: 07 Aoû 2010, 17:59 
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 30 Avr 2005, 01:16
Messages: 6806
:wink: Non FFL, je ne connaissais pas Freenet et LV n'y est pas. Par contre, je connais les problèmes de lenteur posés par tous les "systèmes" permettant de se rendre anonyme. Nous les utilisons pour les échanges de courriers. Nous vous garantissons votre anonymat sur ce site face aux autorités européennes puisque nous sommes basés aux USA. Toutefois, n'enfreignez pas les lois américaines, là, ça sera plus problématique.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Le devoir de liberté...
MessagePublié: 03 Sep 2011, 15:46 
Vicious
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 09 Mar 2011, 17:44
Messages: 4332
Localisation: Dans la Caverne
Quel courage ! Et tout ça devant ces pu*** de colla** verts !! Putai* mais quand est-ce que nous, nous allons nous prendre en main et faire comme cette femme, quand nous serons en territoire hallal ?! Mais regardez ces traitres de politicons, la p*ufi*** au micro n'a rien compris de ce que cette super nana a dit, ils iront au bout de leur démarche d'intelligence avec l'ennemi !! Ils se font huer par leurs propres adhérents ! Qu'ils rendent leurs pu*** de cartes !!

Intervention de Zineb Rhazoui. Plénière Printemps arabes. Les Verts. 19 août 2011.

http://www.youtube.com/watch?v=RmQ-McpOI_s&feature=player_embedded#!


(vidéo complète: http://www.dailymotion.com/video/xkm7ps_pleniere-printemps-arabes_news
)

_________________
J'ai plus peur de nos propres erreurs que des plans de nos ennemis. Périclés


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Le devoir de liberté...
MessagePublié: 12 Aoû 2013, 15:48 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
Face aux attaques toujours plus nombreuses et multiformes contre nos libertés fondamentales, y compris en France sous ce pouvoir socialiste (mais pas que) et aux USA, très intéressante interview de Jérémie Zimmermann au sujet de Prism.

Jérémie Zimmermann : PRISM

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=-ND0YsCZga4


http://fortune.fdesouche.com/316585-prism-interview-de-jeremie-zimmermann


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 32 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivant

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 9 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher pour:
Aller à:  
cron
POWERED_BY
Traduit par phpBB-fr.com