LibertyVox • Voir le sujet - Interview de Maryse Feldman-Laclef sur l'esclavagisme
 
 
Retour à l'accueil
Index du forum

LibertyVox

La voix est libre !
Nous sommes le 22 Aoû 2019, 06:22

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
MessagePublié: 04 Juil 2005, 19:11 
River
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 02 Juin 2005, 21:02
Messages: 3795
Une interview franchement originale et intéressante:
(A l'opposé de Dieudonné)

Interview de Maryse Feldman-Laclef
Martiniquaise et pouse du Dr Israël-Bernard Feldman Psychanalyste et victimologue

Primo : Maryse Feldman, qu'est ce qui vous fait vivre. Quel est votre moteur ?

Maryse : dans la famille, nous avons tous une dimension artistique certaine. Je suis styliste de mode, un de mes frères est photographe, l’autre musicien. Ce qui me guide dans la vie n’est pourtant pas la seule dimension esthétique. Je suis attentive à la souffrance. Je crie à l’injustice. Quelle que soit la situation. Je me suis retrouvée parfois au risque de ma sécurité, à affronter des personnes dangereuses. Sans réfléchir. Je ne peux me retenir. Quand je perçois l’injustice, je fonce tête baissée. C’est certainement ma souffrance propre qui me porte ainsi. Je tente parfois de me raisonner « Maryse, dans ce monde qui évolue ainsi, tu vis dans un Mochav idyllique (ferme collective) tu n’as besoin de rien d’autre. Repose-toi enfin, pose tes valises. Tu es bien là où tu es ; vis pour toi, pour tes enfants »… Mais je ne peux pas ! J’ai toujours besoin d’aller au combat. Le jour où je me poserai, je mourrai !

Primo : si demain il n’y a plus de combat c’est fini pour vous ?

M : Ah ! Oui ! Ça fait partie de moi. Mes enfants me disent « Arrête maman ! » Mon mari « Arrête, Don Quichotte ! Ça suffit ! » On a besoin de combattre pour les jeunes, pour cette génération et celle à venir. Il faut le faire. Un génocide pour moi, cela ne doit pas exister, cela doit être banni du vocabulaire. Je ne peux accepter qu’avec la technologie et les moyens de communication dont on dispose, cela se poursuive !
Ce qui s’est passé au Rwanda est une porte ouverte par le laxisme des grandes puissances. Ce qui se passe aujourd’hui au Darfour est pire encore, car on ne peut plus dire « on ne savait pas. » Quand cela va-t-il s’arrêter ? « Plus jamais ça » a-t-on dit après la Shoah et pourtant : Durban, le Rwanda, le Darfour... On massacre, on continue d’accepter ça, on n’en parle pas.

P : C’est, dit-on, un simple déplacement de populations

M : Ce n’est pas un déplacement de populations, c’est une extermination tactique d’une population par une autre. Cela n’est pas dénoncé.

P : on pourrait penser que si le Tsunami a tellement ému, c’est sans doute parce que nous, occidentaux, étions pris dans l’innocence des vacances, en maillots sur les bords de plages. Le petit Hollandais surpris par la vague a-t-il plus de valeur humaine que le petit Noir massacré à coups de machette au Rwanda, déplacé au Darfour et qui meurt de faim ? J’ai plus d’angoisse en moi pour ce petit Noir justement, car sa détresse implacable est dans la durée ; elle va plus loin ; elle est sans espoir, sans regard et sans soutien. Elle dure et va durer. C’est de cette détresse que j’aimerais que l’on parle.

M : Je pense que le tsunami a connu ce débord de solidarité unanime, car il n’y avait aucun enjeu politique ou économique.

P : Vous venez de la Martinique et vous tenez à votre identité. Les Noirs ont-ils jamais colonisé d’autres peuples ?

M : Je suis très en colère ! Je découvre ici, en France un processus d’antisémitisme et d’antisionisme liés à l’esclavage. Il se dit en France, aujourd’hui, que les juifs ont organisé la traite des noirs. Cela me rend furieuse. Je ne suis pas historienne. Mais je connais l’histoire de mon peuple.
Il nous faut dire et redire que l’histoire de l’esclavage a commencé entre les tribus africaines elles-mêmes. C’était un processus ancestral. Les tribus d’Afrique noire luttaient entre elles. Le vainqueur revendait ses prises humaines.

P : Cela n’avait rien d’exceptionnel. C’est une forme d’organisation sociale qui a existé ailleurs et en d’autres temps, et se poursuit en « interne », dans un silence honteux dans certains pays d’Orient et d’Afrique

M : Ont alors surgi les Arabes. Expansion, conquête et islamisation. Ce sont eux qui ont commencé, dès le VIIe siècle, ce commerce devenu par la suite « commerce triangulaire » vers l’Océan Indien.

P : « Commerce triangulaire » qu’est-ce à dire ?

M : Le Commerce triangulaire est la belle appellation connue aussi sous le nom de « Commerce du bois d’ébène », puisqu’on n’osait pas dire les choses comme elles étaient. On considérait des êtres humains comme de simples meubles. Des biens meubles, un buffet, une planche de bois. Eventuellement ils avaient peut être une âme. On les baptisait par sécurité, pour l’au-delà. Sur terre ils n’étaient que des biens meubles*.

P : Vous êtes en colère parce que certaines bonnes âmes entretiennent une véritable mystification de l’Histoire, ici en France. En effet, l’Article 1 du Code Noir de Colbert régissant le commerce des esclaves faisait interdiction absolue au Juifs d’être présents dans les îles, et à l’article 4 l’interdiction absolue à tout non catholique apostolique de participer au commerce esclavagiste. Selon vous cependant, pour quelles raisons l’Occident a-t-il pris la relève des Arabes et étendu cette pratique ?

M : C’est conjoncturel. Développement des plantations de canne et colonisation. Le Noir était robuste, résistant adaptable et travailleur. Une bonne machine. La première initiative de ce commerce humain est Arabe. Il faut le dire et le redire. Les Occidentaux ont pris le relais au XVe siècle, et ont développé outrageusement ce commerce devenu florissant.
On en parle rarement car il existe peu de documents et témoignages d’une activité moins structurée qu’en Occident ; ce n’est pas une raison pour l’occulter. Nous le devons à la vérité historique, les propos fantaisistes et néfastes tenus en France aujourd’hui, nous y obligent.
Souvenons-nous de ces magnifiques et immenses guerriers mandingues. Robustes, rebelles, mutilés pour leurs tentatives d’évasion. Ma fille aînée est fiancée à un Sénégalais ; elle apprend le Mandingue ; comment vous décrire cette explosion de joie que je ressens en moi ! Elle retourne à la source. La mère de son fiancé est Mandingue et le père Wolof. Au temps de l’esclavage, ces deux peuples étaient des guerriers rebelles et résistants. Cela m’a fait tellement de bien… J’ai remercié ma fille pour ce retour aux sources.

P : La traite des Noirs est reconnue comme crime contre l’humanité depuis le 10 mai 2001. Ce n’est que l’un de ces nombreux crimes dont l’homme civilisé s’est rendu coupable : exploitation de l’homme par l’homme, réduction de l’humain à l’état de marchandise pour les Noirs, à l’état de rebut pour la Shoah, sans oublier ce que l’Espagne a fait des Indiens et Incas.
Dans cette suite d’horreurs inhumaines, la Shoah conserve sa spécificité. Il s’agit du seul cas où l’homme a détruit son prochain systématiquement, en allant le quérir où qu’il se trouve, pour lui ôter tout droit à l’existence.
Dans tous les autres cas, ce sont des enjeux matériels, économiques ou politiques qui ont géré et motivé l’action. Détruire pour détruire, détruire pour utiliser ou prendre la place.
Mais vous nous parliez d’un sentiment nouveau de votre communauté : l’antisémitisme...

M : Oui je suis très étonnée. J’ai été souvent agressée, ces temps derniers, par des Antillais, ma communauté. On me reproche de parler des Juifs et d’Israël avec un autre regard. Je leur dis de prendre conscience qu’au long de l’histoire et en toutes circonstances, les Juifs ont été des boucs émissaires, aujourd’hui encore.

P : Pourquoi dans votre communauté ?

M : Les Antillais s’identifient beaucoup au peuple palestinien. A quel titre ? C’est en fonction de ce qu’on leur en dit. Frustration, pauvreté. Les propos livrés aujourd’hui et répercutés par les médias sèment un germe de haine incontrôlé et incontrôlable dans ses répercussions. Il ne faudrait pas en parler, mais les médias répercutent sans hésitation n’importe quelle rumeur, car cela leur fait de l’audimat. La France risque de le payer cher pour la paix sociale. Alors nous devons analyser et tenter de comprendre.
Traditionnellement, les Antillais n’ont pourtant aucune culture antisémite, contrairement à l’Occident où l’antisémitisme se consomme à la naissance, où c’est un acquis avec le lait maternel. Aux Antilles, nous ne savons pas ce que c’est qu’un Juif. On les connaît au travers de la Bible (l’Exode, l’esclavage).
J’ai découvert leur histoire en arrivant en France. C’est terrible, ils ont toujours vécu le doigt sur la valise, partir ailleurs tout le temps, et souvent pour se faire occire ! Le Juif va vite, réussit rapidement, car il n’a pas de temps devant lui pour se réaliser quelque part. Depuis des siècles, il lui faut toujours partir. Pourquoi ? On n’en sait rien. Est-ce la question « d’élection » ? Je ne sais pas.

P : Mais revenons au statut inhumain des esclaves.

M : Ces êtres déshumanisés n’avaient pas droit à une vie. L’homme s’accouplait, on ne peut dire autrement dans la situation qui leur était faite. Simple reproducteur : ni géniteur, ni père. Nombre de métis ont cette origine. Mais l’enfant de deux ou trois ans était revendu. Imaginez-vous l’arrachement, la souffrance pour la mère. Souffrance des entrailles, disséminées ainsi sans jamais savoir vers où, vers quoi.
Cet état de fait a une répercussion aujourd’hui encore sur notre société familiale aux Antilles : le manque absolu de patriarcat. La société antillaise est matrifocale. C’est la femme qui, debout, mène à bras le corps, la maison. Généralement elle est seule. Les couples qui durent sont l’exception. Nombre de mères sont célibataires. Les enfants portent le nom du père ou de la mère. La mère doit subvenir aux besoins. Double vie pour ces fratries aux pères différents. Mal êtres des enfants.
La ‘matrifocalité’ empreinte de notre société antillaise est un cadeau génétique de l’esclavage, et pour moi c’est terrible ! La structure est établie ainsi. Les hommes sont initialement absents de la responsabilité familiale en tant qu’esclaves dépourvus de droits. Il en est resté quelque chose au quotidien. Cet impact marque fortement notre société et c’est une source de souffrances. On reproche souvent à la femme antillaise sa coquetterie et le soin qu’elle porte à sa tenue, à sa personne. C’est une condition indispensable à la survie.
Les images restent fixées sur notre peuple. Un diplomate français me disait en toute innocence « les Noirs sont paresseux ». Pour l’imaginaire, le Noir c’est la paresse et le sexe.

P : Où en sommes-nous aujourd’hui ?

M : il y a, d’un côté, ceux qui allument délibérément l’incendie de l’antisémitisme, et en face, des actions saines se mettent en route. Il se crée des regroupements et associations de Noirs pour lutter contre les dérapages tragi-comiques de ces derniers temps. Cette tentative de hiérarchiser les victimes, ces rumeurs et démentis ne peuvent rester en l’état. Nombre de médias s’ouvrent au problème noir et c’est déjà une suite positive. Dossier sur la traite des noirs dans le journal Libération, puis dans le Nouvel Observateur, articles dans Le Monde.
Propositions ouvertes et riches de la sociologue Calixthe Beyala, du metteur en scène Luc St Eloi, de Jean Claude Tchicaya, maire adjoint à Bagneux... Création d’un groupe prometteur d’amitié judéo-noire. Serge Bilé consacre un livre à l’aspect peu connu de la déportation par les nazis de plus de 10 000 Noirs.
Cette crise nous mène vers plus de vérité et de connaissance du dossier du commerce triangulaire. Cela permettra aussi de se souvenir du rôle des Arabes dans cette traite humaine. Ce rappel est salutaire pour éliminer les amalgames et les identifications fallacieuses.
Je suis citoyenne du monde, car mon histoire appartient au monde. N’oublions pas le Darfour ! Que les Noirs du monde se sentent concernés par cela. Que les jeunes soient informés. Rwanda et Darfour.
Qu’il y ait un enseignement sur l’histoire pour permettre aux jeunes d’affronter l’avenir. Connaissance précise du passé pour éviter de tomber dans les pièges de l’obscurantisme. C’est la clé (et c’est d’ailleurs mon nom) qui permettra d’aller vers l’autre. La France a tous les ingrédients pour créer une société multiraciale dans le respect et la richesse des différences.

P : Mais il faut que les jeunes soient motivés pour atteindre ces objectifs.

M : Je parle en tant que mère. Un enfant a besoin de savoir, pas d’être manipulé politiquement ou intellectuellement. Quand on réduit son espace vital à une chambre, une télé et un ordinateur, sans échange, on réduit l’enfant dans sa tête et dans sa faculté de jugement. Ouverture, communication, enseignement sont l’antidote aux dérapages.

P : Vous avez parlé de l’homme simple procréateur. Que faites-vous de l’amour dans votre peuple?

M : Chaque peuple a son héritage. Malgré la tristesse du passé, malgré la souffrance permanente qui nous tiraille, nous devons aller de l’avant, parce qu’on ne nous a pas laissé le choix. L’amour entre les peuples existe aussi. On a fait ce qu’on a pu et j’espère que nous guérirons, que la reconnaissance de l’esclavage nous permettra d’aller de l’avant.
Un peuple qui n’a pas de passé ! Vous rendez-vous compte que moi, je ne sais pas d’où je viens, dans ma partie africaine ? Je ne sais pas de quel pays je suis issue. Beaucoup de mes amis ont fait des recherches et ont buté contre un ancêtre en Bretagne, en Dordogne, et n’ont pas pu aller au-delà ! Un peuple sans passé ne peut aller vers le présent et l’avenir en toute sérénité.

P : Un peuple sans passé, ça existe ?

M : Ca n’existe pas ! Alors soyons reconnus comme ayant été spoliés, dépouillés de nos biens, de notre terre, de notre identité profonde. Que cet esclavage soit enfin reconnu de plein droit et on tournera la page vers autre chose.

P : La reconnaissance de ce passé dans sa dimension d’horreur serait porteuse d’espoir, d’avenir ? Là est la question qui doit sans délai s’ouvrir à nos consciences.
Merci, Maryse.

Maryse Feldman-Laclef, Josiane Sberro et Michel Leger

* Il faut préciser que l’appellation de commerce triangulaire correspondait à une réalité géographique. A la fin du XVIIe siècle entre la France, l'Afrique et les Antilles, s'était instauré un commerce bien particulier. Les bateaux partaient de quatre ports : La Rochelle, Bordeaux, Le Havre et surtout Nantes.
Les expéditions négrières étaient des expéditions qui partaient d'Europe vers l'Afrique pour y échanger des produits contre des hommes noirs. Ceux-ci étaient des esclaves qui allaient être échangés à leur tour aux Antilles contre du sucre, de la vanille, du cacao et d'autres produits tropicaux très prisés en Europe. Les esclaves ainsi échangés travaillaient dans les plantations de plantes tropicales : café, coton et canne à sucre. Le chemin triangulaire était donc Europe, Afrique, Antilles, Europe.


http://www.primo-europe.org/interview.p ... -148718012


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 07 Aoû 2006, 19:39 
Ministre du moratoire

Enregistré le: 03 Juil 2006, 17:18
Messages: 7182
Tiens, tiens les Philippines en profitent pour libérer leurs esclaves du Liban.

Citation:
MANILLE (AP) - La présidente des Philippines Gloria Macapagal Arroyo a ordonné mercredi l'évacuation de tous ses ressortissants au Liban, soit quelque 30.000 personnes, en raison de la détérioration de la situation.

Jusqu'à présent, le gouvernement philippin a rapatrié environ 2.200 ressortissants, la plupart en provenance du sud du Liban dont le contingent le plus important constitué de 447 travailleurs est arrivé tôt mercredi à Manille à bord d'un vol affrété par l'Organisation internationale des migrations.

Le secrétaire général de la présidence Eduardo Ermita, le plus haut responsable du gouvernement philippin, a déclaré aux journalistes que la présidente Arroyo avait ordonné l'évacuation impérative de tous les Philippins. Jusqu'à présent cet ordre d'évacuation ne concernait que le sud du Liban. AP

http://fr.news.yahoo.com/02082006/5/man ... ts-du.html


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Noirs et français
MessagePublié: 07 Aoû 2006, 23:25 
River
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 02 Juin 2005, 21:02
Messages: 3795
C'est pas mal vu. Lire aussi noirs et français dans le même goût de Stephen Smith. Bien loin des Dieudonnés et des sinistres tribus Ka ou massacreurs hutus admirateurs de Hitler...

Chronique
L'homme de l'été, par Laurent Greilsamer

L 'homme de l'été, ce pourrait être Harry Roselmack. Pourquoi ? Parce que ce journaliste présente, durant les vacances de Patrick Poivre d'Arvor, le journal télévisé de TF1 et parce qu'il est noir. En écrivant ces derniers mots, on s'arrête une seconde, on tente de retrouver ses esprits. On a bien sûr conscience de proférer une énormité, mais cette énormité-là est à la hauteur de l'état de notre névrose nationale.


Qu'un Noir puisse présenter aux téléspectateurs français le journal télévisé le plus regardé (plus de 10 millions de personnes en moyenne) constitue chez nous un événement. C'est dire le niveau d'apartheid mental auquel nous sommes subrepticement parvenus. D'autant que nous nous surprenons à louer la beauté physique d'Harry (mais oui !), à le trouver élégant et racé, à apprécier la qualité de sa diction du français (sa langue, après tout). Sa compétence professionnelle n'est même pas évoquée. Elle coule de source.

En cet été 2006, les Français s'informent donc en regardant un Noir et ils se découvrent dans ce miroir plus complexes et plus riches qu'ils ne le croyaient. On se moque à peine : si cet étonnement est étonnant, c'est bien parce nous avons été privés de cette image-là pendant plusieurs décennies. Caricaturons un peu : chacun d'entre nous connaît un Noir, certains ont même un ami noir et il nous arrive d'applaudir un musicien, un comédien ou un acteur noir. Mais, globalement, les Noirs occupent dans notre société égalitaire et fragmentée des fonctions plus périphériques.

Nous en croisons dans les transports en commun, dans les rues ; nous en voyons sur les chantiers, dans les cités, dans nos bureaux qu'ils ont pour tâche de nettoyer, etc. Et nous n'y trouvons rien à redire. Comme si tout cela était dans l'ordre des choses. Un ordre naturel et pourquoi pas immuable. Au point que la crise des banlieues, en novembre 2005, a surpris ceux-là même qui annonçaient qu'une catastrophe arriverait tôt ou tard dans les quartiers en difficulté, ces bantoustans qui bouillonnent autour des grandes villes.

Nous nous sommes longtemps indignés de la séparation des communautés en Afrique du Sud tout en nous accommodant des facilités offertes par notre société de castes invisibles. Des castes molles et poreuses, bien sûr. D'où le choc et la portée de la décision de TF1. Car TF1 nous brusque. TF1 rompt très à propos avec une léthargie collective honteuse.

Dans quel état de régression vivions-nous ? Parlons d'abord de l'étrange amnésie qui nous frappe : nous avons purement et simplement oublié qu'il fut un temps pas si lointain, les années 1950, où Félix Houphouët-Boigny (1905-1993), avant de devenir président de la Côte d'Ivoire, était l'un des ministres les plus influents de la IVe République. Ou que Gaston Monnerville (1897-1991), président du Sénat et opposant célèbre au général de Gaulle dans les années 1960, fut de manière constante un militant prompt à combattre le racisme et fier de son identité : né à Cayenne et descendant d'esclaves.

Parlons aussi de notre cécité. Puisque nous refusons l'idée d'un recensement sur une base ethnique, nous ignorons combien de Noirs vivent en France. Peut-être même n'avons-nous pas le droit de le dire ! La presse anglo-saxonne ne s'embarrasse pas de nos codes : elle affirme qu'il y a 5 millions de Noirs en France (1 million originaire des Antilles et de la Guyane et 4 millions des anciennes colonies en Afrique).

Harry Roselmack ne parle pas en leur nom. Il parle en professionnel de l'information. Il sera jugé comme tel. Bref, il n'y a aucune raison de le traiter comme un symbole quand bien même il en est un. En réalité, son irruption annonce une autre révolution. Agé de 33 ans, il donne un signe éclatant de santé à notre société vieillissante. En cela, il est bien l'homme de l'été.

Laurent Greilsamer


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 08 Aoû 2006, 14:25 
En Syrie , il y a plusieurs années, fut nommé un ambassadeur américain...noir. Je vous passe les commentaires des Syriens dans les foyers.
Ce n'était pas le fait qu'un noir fût ambassadeur qui choquait c'est qu'il...représente un pays- les USA- symbolisé dans l'imaginaire arabe...comme plutôt blond.
Ce qui est agaçant chez ceux qui plaident pour qu'une société multiculturelle puisse voir ses minorités abondamment représentées, c'est que cela nie la majorité.
Je regrette la majorité en France n'est pas encore africaine ou arabe .
On a déjà des élites politiques qui ne représentent pas TOUT le peuple.
Si vous écoutez les gens .. vous serez édifiés par leurs commentaires.

Va -t-on , comme veulent le faire les gauchistes, flinguer le peuple français comme raciste ...et imposer des présentateurs noirs sous le prétexte qu'il y a des noirs et des présentateurs arabes , sous le prétexte qu'il y a des Arabes.
Les gens voient bien que c'est de la basse politique.
C'est la même chose pour les femmes. Va-t-on forcer les femmes à faire de la politique et à imposer la parité hommes/femmes...pour satisfaire
les idées féministes ? On ne force pas les peuples à avaler ce qu'ils n'aiment pas. Nos idéologues ont toujours essayé et cela leur retombe sur le museau.
La même chose : présenter l'homosexualité comme identique à l'hétérosexualité . C'est hypocrite. Beaucoup n'acceptent pas.
Retrouvons une société qui retrouve le bon sens. Et je sais qu'en disant cela certains vont hurler :shock: :shock: :shock:
Moi je me plie à la loi de la majorité. On ne peut rien contre la majorité. Mais cette majorité ne peut plus s'exprimer. Les lois contre le racisme lui clouent le bec. Alors qu'on aurait envie de hurler contre ces hordes des banlieues en les nommant. NON, INTERDIT. INTERDIT. PROCES. RUINE.
Il y a des gens qui ne savent même plus comment tourner leur phrase " homme de couleur", "noir" , bien sûr pas "nègre"qui a une connotation raciste pour certains.
Nous sommes "soumis aux lois édictées pour combattre le racisme. La dictature de la loi. Nous sommes devenus des dhimmis de la pensée correcte et officielle.
Tous ont la trouille , la peur de leurs minorité. Ils le disent à voix basse et en se cachant. C'est LA TERREUR.


Dernière édition par Delcambre le 08 Aoû 2006, 14:44, édité 1 fois au total.

Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Racisme, antiracisme...
MessagePublié: 08 Aoû 2006, 14:42 
River
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 02 Juin 2005, 21:02
Messages: 3795
Je fais une très grande différence entre les noirs et les arabes musulmans...
Autre anecdote:
un arabe de Ramallah se plaignait d'être humilié par la fouille de soldats juifs éthiopiens. Un arabe de race supérieure fouillé par un noir, pensez donc!
Je suis contre le racisme parce qu'il octroie une essence à un individu. Par contre je suis anti-antiracistes et en particulier je déplore le travail de sape réalisé par f.Mitterand avec SOS racisme et et les manips du même Mitterand pour faire monter le FN et casser la droite.
Etre antiraciste, c'est aussi octroyer une identité cette fois bonne à priori à des individus. Par exemple, un noir est forcément bon.
Pour ma part, je suis pour juger les individus en dehors des appartenances ethniques, communautaires, nationales, etc...
Et l'article sur Harry Roselmack a le mérite de montrer que c'est un bon journaliste et qu'il y avait de la discrimination négative avant. On avait Rachid Arab qui est très pro, alors pourquoi pas de noirs?
Par contre, je suis contre la discrimination positive. Encore une fois juger les individus sur ce qu'ils sont. Et Roselmack est tout à fait bon.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 08 Aoû 2006, 14:57 
River
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 02 Juin 2005, 21:02
Messages: 3795
Delcambre a écrit:
En Syrie , il y a plusieurs années, fut nommé un ambassadeur américain...noir. Je vous passe les commentaires des Syriens dans les foyers.
Ce n'était pas le fait qu'un noir fût ambassadeur qui choquait c'est qu'il...représente un pays- les USA- symbolisé dans l'imaginaire arabe...comme plutôt blond.
Ce qui est agaçant chez ceux qui plaident pour qu'une société multiculturelle puisse voir ses minorités abondamment représentées, c'est que cela nie la majorité.
Je regrette la majorité en France n'est pas encore africaine ou arabe .
On a déjà des élites politiques qui ne représentent pas TOUT le peuple.
Si vous écoutez les gens .. vous serez édifiés par leurs commentaires.

Va -t-on , comme veulent le faire les gauchistes, flinguer le peuple français comme raciste ...et imposer des présentateurs noirs sous le prétexte qu'il y a des noirs et des présentateurs arabes , sous le prétexte qu'il y a des Arabes.
Les gens voient bien que c'est de la basse politique.
C'est la même chose pour les femmes. Va-t-on forcer les femmes à faire de la politique et à imposer la parité hommes/femmes...pour satisfaire
les idées féministes ? On ne force pas les peuples à avaler ce qu'ils n'aiment pas. Nos idéologues ont toujours essayé et cela leur retombe sur le museau.
La même chose : présenter l'homosexualité comme identique à l'hétérosexualité . C'est hypocrite. Beaucoup n'acceptent pas.
Retrouvons une société qui retrouve le bon sens. Et je sais qu'en disant cela certains vont hurler :shock: :shock: :shock:
Moi je me plie à la loi de la majorité. On ne peut rien contre la majorité. Mais cette majorité ne peut plus s'exprimer. Les lois contre le racisme lui clouent le bec. Alors qu'on aurait envie de hurler contre ces hordes des banlieues en les nommant. NON, INTERDIT. INTERDIT. PROCES. RUINE.
Il y a des gens qui ne savent même plus comment tourner leur phrase " homme de couleur", "noir" , bien sûr pas "nègre"qui a une connotation raciste pour certains.
Nous sommes "soumis aux lois édictées pour combattre le racisme. La dictature de la loi. Nous sommes devenus des dhimmis de la pensée correcte et officielle.
Tous ont la trouille , la peur de leurs minorité. Ils le disent à voix basse et en se cachant. C'est LA TERREUR.



Vous avez lu attentivement cette partie de l'article? Vous comprendrez pourquoi je l'ai cité....

"Parlons aussi de notre cécité. Puisque nous refusons l'idée d'un recensement sur une base ethnique, nous ignorons combien de Noirs vivent en France. Peut-être même n'avons-nous pas le droit de le dire ! La presse anglo-saxonne ne s'embarrasse pas de nos codes : elle affirme qu'il y a 5 millions de Noirs en France (1 million originaire des Antilles et de la Guyane et 4 millions des anciennes colonies en Afrique)."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 08 Aoû 2006, 19:51 
Que de malentendus à partir de ces concepts que sont l'esclavagisme et le racisme !

Pour l'esclavagisme, on voudrait nous faire croire que ce sont les occidentaux qui ont imaginé ce type de "relation" entre humains. Les Portugais, puis les Français, avec une traite négrière florissante qui aurait enrichi la France entière.
Certes la déportation de plus de 10 millions de noirs vers le continent américain a été une horreur mais ce que je ne supporte pas c'est que le Pape et des chefs d'États, y compris le nôtre, se répandent en excuses et s'agenouillent pour demander pardon en mon nom et au nom de tous les Français qui réprouvent cette pratique odieuse que jamais aucun de leur ancêtre n'a facilité ou permis. Allez à Bordeaux, à Nantes ou au Havre et demandez des comptes à ceux qui ont hérité des bienfaits de ce négoce scandaleux, ainsi que chez les descendants des hommes politiques qui ont autorisé ces pratiques !
Et puis voyez aussi les pays dans le Monde où cette tradition millénaire se perpétue. Mais de grâce, à nous, fils de paysans ou d'ouvriers, foutez-nous la paix !

http://www.memetics-story.com/article-2688436.html

Racisme c'est sans doute un des mots de la langue française parmi les plus mal formés (vers 1930). Il voudrait indiquer en effet, par le biais d'une pseudo théorie scientifique, qu'il y aurait dans l'espèce Homo sapiens une ou des races supérieures qui seraient investies de devoirs et de droits au-dessus de ceux des autres.
Le racisme serait donc l'adhésion à ses thèses d'un autre âge ?
Bien sûr, dans la réalité, il n'en est rien. Le racisme banal s'accorde beaucoup mieux à se définir comme étant d'une meilleure civilisation ou d'une meilleure culture que les autres et - c'est vrai - d'une religion meilleure que celle des autres.
Un autre mot, aussi mal formé s'est greffé sur cette erreur sémantique grave : antisémitisme. Textuellement, cela signifierait contre les sémites (les fils de Sem) c'est à dire, les Arabes, les Juifs... Non ! Rien que les Juifs. Antisémitisme = anti-juif. On ne peut pas être plus approximatif. Surtout quand on mélange copieusement cela avec le racisme. Ça fait une belle salade !
Mais le racisme anti-juifs (antisémitisme), le racisme anti-noirs (racisme intégral ou absolu...) et le racisme anti-arabe (associé il est vrai à l'islamophobie justifiée ou systématique) ne sont que des aspects des racismes multiples qui sévissent sur la planète bleue, y compris le racisme anti-blancs qui fait fureur en ce moment un peu partout.

Merlin pas raciste


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 08 Aoû 2006, 19:55 
Delcambre a écrit:
En Syrie , il y a plusieurs années, fut nommé un ambassadeur américain...noir. Je vous passe les commentaires des Syriens dans les foyers.
Ce n'était pas le fait qu'un noir fût ambassadeur qui choquait c'est qu'il...représente un pays- les USA- symbolisé dans l'imaginaire arabe...comme plutôt blond.
Ce qui est agaçant chez ceux qui plaident pour qu'une société multiculturelle puisse voir ses minorités abondamment représentées, c'est que cela nie la majorité.
Je regrette la majorité en France n'est pas encore africaine ou arabe .
On a déjà des élites politiques qui ne représentent pas TOUT le peuple.
Si vous écoutez les gens .. vous serez édifiés par leurs commentaires.

Va -t-on , comme veulent le faire les gauchistes, flinguer le peuple français comme raciste ...et imposer des présentateurs noirs sous le prétexte qu'il y a des noirs et des présentateurs arabes , sous le prétexte qu'il y a des Arabes.
Les gens voient bien que c'est de la basse politique.
C'est la même chose pour les femmes. Va-t-on forcer les femmes à faire de la politique et à imposer la parité hommes/femmes...pour satisfaire
les idées féministes ? On ne force pas les peuples à avaler ce qu'ils n'aiment pas. Nos idéologues ont toujours essayé et cela leur retombe sur le museau.
La même chose : présenter l'homosexualité comme identique à l'hétérosexualité . C'est hypocrite. Beaucoup n'acceptent pas.
Retrouvons une société qui retrouve le bon sens. Et je sais qu'en disant cela certains vont hurler :shock: :shock: :shock:
Moi je me plie à la loi de la majorité. On ne peut rien contre la majorité. Mais cette majorité ne peut plus s'exprimer. Les lois contre le racisme lui clouent le bec. Alors qu'on aurait envie de hurler contre ces hordes des banlieues en les nommant. NON, INTERDIT. INTERDIT. PROCES. RUINE.
Il y a des gens qui ne savent même plus comment tourner leur phrase " homme de couleur", "noir" , bien sûr pas "nègre"qui a une connotation raciste pour certains.
Nous sommes "soumis aux lois édictées pour combattre le racisme. La dictature de la loi. Nous sommes devenus des dhimmis de la pensée correcte et officielle.
Tous ont la trouille , la peur de leurs minorité. Ils le disent à voix basse et en se cachant. C'est LA TERREUR.

Comme souvent, je suis entièrement d'accord.
Homme de couleur ne veut rien dire (quelle couleur ?) et sur cette planète, les hommes/femmes les plus colorés sont de très loin les Nordiques (un peu moins qu'avant).
Gamin, je dévorais les livres sur les animaux (toute cette diversité, ces couleurs, c'est merveilleux (on sait que dans tel pays on trouve des animaux très colorés (il y en a quelques-uns en France comme le guêpier d'Europe), qu'on ne trouve des lémuriens, les marsupiaux à l'état sauvage que dans quelques pays, et que tout est extrêmement fragile), cela m'attriste que comme les animaux, il va y avoir un réel appauvrissement ethnique (on trouvera moins de blonds, de roux, de personnes ayant les yeux bleux ou verts (cela en fait des belles couleurs et de la diversité !)) et je m'en fous que cela plaise ou non !
Il existe suffisamment de pays sur cette planète où 99 % de la population a la peau noire ou est musulmane, et cela serait bien si les populations du nord ne finissaient pas par ressembler à celle du sud.
Pour revenir aux USA, dans les années 60/80, il y avait encore beaucoup de blonds et de roux (cf les acteurs de l'époque), et certains états (peut-être moins dans les grandes villes) sont encore très européens comme l'Iowa (beaucoup d'Hollandais), le Minnesota (des Allemands, des Scandinaves), Le Dakota, le Wisconsin, l'Oregon, Washington (Seattle), l'Utah....
C'était pareil avec l'Australie des 70's/80's.
La tolérance crétine des Européens a emmené plus de racisme anti-blancs, de violence dans les villes et plus d'islam.


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Condy
MessagePublié: 08 Aoû 2006, 20:13 
River
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 02 Juin 2005, 21:02
Messages: 3795
C'est assez intéressant ce que vous dites. Mais le but c'est que les populations du Sud qui se trouvent dans le Nord se mettent à ressembler au population du nord.
A moins que vous ne croyez en la faiblesse congénitale des occidentaux qui vont tous se transformer en rappeurs. A mon avis, soit dit en passant, ce sont les mêmes qui devenaient des skinheads avinés dans le temps: désir de violence, etc...
Cela dépend aussi de quotas, d'une politique d'immigration claire. comme aux US ou au Canada. Condoleezza Rice est un excellent exemple de la réussite totale et de la mise en oeuvre d'une politique conservatrice forte aux US. A nous de susciter des Condleeza...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Condoleezza Rice
MessagePublié: 08 Aoû 2006, 20:58 
River
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 02 Juin 2005, 21:02
Messages: 3795
Condoleezza Rice
http://fr.wikipedia.org/wiki/Condoleezza_Rice
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, Rechercher
Condoleezza Rice (née le 14 novembre 1954 à Birmingham en Alabama) est l'ancienne conseillère à la sécurité nationale entre 2001 et 2005 de George W. Bush et l'actuelle secrétaire d'État des États-Unis d'Amérique depuis janvier 2005.


Portrait officiel de l'actuelle secrétaire d'État, Condoleezza Rice en février 2005.Elle est secondée à ce poste par le secrétaire d'État adjoint Robert Zoellick.

1 Biographie
2 Citations
3 Voir aussi
3.1 Liens internes
3.2 Liens externes




Biographie [modifier]
Le père de Condoleezza Rice était conseiller d'orientation pédagogique et pasteur dans l'église presbytérienne ; sa mère enseignait la musique.

Elle est entré à l'université de Denver à l'âge de 15 ans pour étudié la Science Politique, étude qu'elle complète à l'âge de 19 ans recevant un Bachelor avec distinction latine cum laude. Un de ses professeurs en étude internationale était Josef Korbel, père de Madeleine Albright.

À l'université Stanford, elle était professeure de sciences politiques et trésorière. Elle émarge dans quelques conseils d'administration, dont celui du pétrolier Chevron.

Condoleezza Rice est une protégée de Brent Scowcroft. Membre du gouvernement fédéral sous le président George W. Bush, elle fut conseillère du président pour les affaires de sécurité nationale dès le 22 janvier 2001 demeurant, selon certains, un « puzzle idéologique ».

Le président l'a nommée le 16 novembre 2004 au poste de secrétaire d'État après la démission de Colin Powell.

Confirmée en janvier 2005 par le Sénat des États-Unis par 85 voix contre 13, elle est la première femme noire à occuper ce poste.

En février 2005, un de ses premiers gestes de secrétaire d'État est de venir en Europe pour aplanir les différends et divergences euro-américains et préparer la venue de George W. Bush. Son seul discours sera prononcé le 8 février à Sciences Po.





Condoleezza Rice à Londres, le 1er mars 2005En avril 2005, s'appuyant sur les exemples de la Géorgie et de l'Ukraine, elle appelle à Vilnius, en Lituanie, au « changement » politique en Biélorussie, pays qui, selon ses dires, serait la « dernière vraie dictature au centre de l'Europe ». Elle n'hésite alors pas à rencontrer des groupes biélorusses favorables à la démocratie et au renversement du régime du président Aliaksandr Loukachenka, le tout sous l'œil désapprobateur des représentants de Moscou.

En juin 2005, conformément au discours inaugural de Bush en janvier 2005 sur l'expansion de la démocratie, Condoleezza Rice tance l'Égypte, pourtant l'un de ses plus précieux alliés arabes au Proche-Orient, lors d'un discours à l'Université américaine du Caire. Elle lance à cette occasion une charge implacable contre le régime du président Hosni Moubarak, dont l'introduction du multi-partisme aux élections présidentielles est jugée insuffisante. Elle demande des élections «libres, équitables et transparentes», «l'état de droit à la place des décrets d'urgence», «un système judiciaire indépendant à la place d'une justice arbitraire», et «la protection des militants pacifiques de la démocratie». À cette occasion, elle reconnaît que «pendant soixante ans, les États-Unis ont recherché la stabilité aux dépens de la démocratie au Proche-Orient et n'ont accompli ni l'un ni l'autre».

En juillet 2005, elle annonce la création du programme d'aide "fonds pour la diversification de l'économie africaine". (voir Politique des États-Unis d'Amérique).

En décembre 2005, dans le cadre de ses tournées dans les pays alliés, elle doit justifier auprès du Conseil de l'Europe et de l'opinion publique européenne l'existence de prisons secrètes de la CIA en Europe ainsi que l'utilisation d'aéroports européens pour des tranferts de prisonniers ("combattants ennemis" selon la terminologie américaine). C'est sur un mode offensif qu'elle commença sa tournée européenne. Sans confirmer l'existence de prisons secrètes en Europe de l'Est, elle expliqua que les États-Unis utiliseraient «toutes les armes légales pour battre les terroristes», justifiant le transfert de suspects de terrorisme dans d'autres pays pour être «interrogés, détenus ou jugés» et appelant les gouvernements européens à faire preuve de responsabilité. Selon elle, ces «renditions» auraient sauvé des vies, y compris en Europe.

À l'été 2006, du fait de l'embrasement du Proche-Orient avec les affrontements entre Tsahal et le Hezbollah au Liban, Condoleezza Rice joue un rôle central dans la diplomatie mondiale : elle nuance la position américaine vis-à-vis d'Israël en demandant ouvertement un cessez-le-feu, et obtient un courte trêve de 48 heures de la part du premier ministre israélien, Ehud Olmert, après le carnage du bombardement de Cana par l'aviation israélienne.

D'un point de vue anecdotique, elle est également une excellente pianiste.


Condoleezza Rice arrive à Bogota en Colombie, le 27 avril 2005.
Citations [modifier]
« Le parti républicain me regarde comme un individu, pas comme une partie d'un groupe ». (en 1980)
« L'Irak est la clé de l'avènement d'un Moyen-Orient différent, un Moyen-Orient dans lequel les peuples auront retrouvé l'espoir, dans lequel les gens maîtriseront leur propre vie et sauront que leurs aspirations politiques peuvent être acheminées par des voies démocratiques légitimes ». (15 mai 2005)
«Il y a ceux qui disent que la démocratie mène au chaos [...], à la terreur (...). C'est le contraire qui est vrai : la liberté et la démocratie sont les seules idées assez fortes pour vaincre la haine, la division et la violence.» (21 juin 2005 - Université américaine du Caire)

Voir aussi [modifier]


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Condy
MessagePublié: 08 Aoû 2006, 23:21 
serge goldman a écrit:
C'est assez intéressant ce que vous dites. Mais le but c'est que les populations du Sud qui se trouvent dans le Nord se mettent à ressembler au population du nord.
A moins que vous ne croyez en la faiblesse congénitale des occidentaux qui vont tous se transformer en rappeurs. A mon avis, soit dit en passant, ce sont les mêmes qui devenaient des skinheads avinés dans le temps: désir de violence, etc...
Cela dépend aussi de quotas, d'une politique d'immigration claire. comme aux US ou au Canada. Condoleezza Rice est un excellent exemple de la réussite totale et de la mise en oeuvre d'une politique conservatrice forte aux US. A nous de susciter des Condleeza...

On voit clairement que beaucoup abandonnent leur religion au contact des Européens. :lol:
Pour un musulman qui se convertit au catholicisme, combien de Français de souche (qui à la base sont rarement musulmans) se convertissent à l'islam (j'aimerais bien avoir les chiffres) ?
Beaucoup d'"Européens" vivant dans les quartiers "sensibles" adoptent le style "rappeur" et le langage 'racaille", donc rien ne me pousse à être très optimiste (bien 10 ans que je n'ai plus lu la moindre bonne nouvelle).
Les populations du nord se sont déjà faites bouffer dans certains quartiers, villes (le climat de violence a fait fuir plein d'habitants et de commerçants (d'autres commerces les ont remplacés)).
Je me souviens qu'après les agressions anti-blancs survenues après une manifestation lycéenne, un journaliste avait interrogé quelques noirs (je me souviens pas si certains avaient participé à ces agressions), et l'un deux avait répondu, que ce n'était pas que du racisme, mais qu'ils préféraient s'attaquer aux blancs parce qu'ils étaient "faibles dans leur mental' (ils se prennent plus de coups de couteau dans le ventre ou dans le dos qu'ils en donnent (ce qui n'est pas plus mal dans un sens)). Lorsque les nord-africains et noirs-Africains seront majoritaires dans ce pays (si rien ne change, cela sera le cas dans quelques décennies), qu'est-ce qu'il arrivera pour la minorité blanche ?
Tu crois que tout le monde vivra en bonne intelligence, que tous leurs enfants s'appeleront Jean-François ou Nathalie, qu'ils se passionneront tous pour Victor Hugo, Gérard Manset et Claude Debussy, rejetteront la culture de leurs parents pour adopter complètement celle française ?
Après les émeutes de novembre, toutes les personnalités noires interrogées par les médias (peut-être pas toutes, mais celles que j'ai entendues) sont venues au secours des incendiaires. Pas très encourageant pour l'avenir.


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Condy
MessagePublié: 09 Aoû 2006, 10:19 
River
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 02 Juin 2005, 21:02
Messages: 3795
charles a écrit:
serge goldman a écrit:
C'est assez intéressant ce que vous dites. Mais le but c'est que les populations du Sud qui se trouvent dans le Nord se mettent à ressembler au population du nord.
A moins que vous ne croyez en la faiblesse congénitale des occidentaux qui vont tous se transformer en rappeurs. A mon avis, soit dit en passant, ce sont les mêmes qui devenaient des skinheads avinés dans le temps: désir de violence, etc...
Cela dépend aussi de quotas, d'une politique d'immigration claire. comme aux US ou au Canada. Condoleezza Rice est un excellent exemple de la réussite totale et de la mise en oeuvre d'une politique conservatrice forte aux US. A nous de susciter des Condleeza...

On voit clairement que beaucoup abandonnent leur religion au contact des Européens. :lol:
Pour un musulman qui se convertit au catholicisme, combien de Français de souche (qui à la base sont rarement musulmans) se convertissent à l'islam (j'aimerais bien avoir les chiffres) ?
Beaucoup d'"Européens" vivant dans les quartiers "sensibles" adoptent le style "rappeur" et le langage 'racaille", donc rien ne me pousse à être très optimiste (bien 10 ans que je n'ai plus lu la moindre bonne nouvelle).
Les populations du nord se sont déjà faites bouffer dans certains quartiers, villes (le climat de violence a fait fuir plein d'habitants et de commerçants (d'autres commerces les ont remplacés)).
Je me souviens qu'après les agressions anti-blancs survenues après une manifestation lycéenne, un journaliste avait interrogé quelques noirs (je me souviens pas si certains avaient participé à ces agressions), et l'un deux avait répondu, que ce n'était pas que du racisme, mais qu'ils préféraient s'attaquer aux blancs parce qu'ils étaient "faibles dans leur mental' (ils se prennent plus de coups de couteau dans le ventre ou dans le dos qu'ils en donnent (ce qui n'est pas plus mal dans un sens)). Lorsque les nord-africains et noirs-Africains seront majoritaires dans ce pays (si rien ne change, cela sera le cas dans quelques décennies), qu'est-ce qu'il arrivera pour la minorité blanche ?
Tu crois que tout le monde vivra en bonne intelligence, que tous leurs enfants s'appeleront Jean-François ou Nathalie, qu'ils se passionneront tous pour Victor Hugo, Gérard Manset et Claude Debussy, rejetteront la culture de leurs parents pour adopter complètement celle française ?
Après les émeutes de novembre, toutes les personnalités noires interrogées par les médias (peut-être pas toutes, mais celles que j'ai entendues) sont venues au secours des incendiaires. Pas très encourageant pour l'avenir.


Encore une fois d'accord sur le constat. Seulement en vous lisant, on a l'impression que le peuple français est effectivement faible mentalement parlant, qu'il se laisse bouffer. Je parle des régions en dehors des cités, etc... où les étrangers sont majoritaires. Si les adeptes français de la dhimmisation ne rencontrent pas de résistance de la part du peuple ou tellement peu(Le pen est une catastrophe qui l'empêche par ses outrances et ses bouffonneries), il doit y a avoir une raison, non? On retombe effectivement dans les constats de décadence formulés par Houellebecq et Dantec.
Pour ma part, je pense que les seules stratégies valables de résistances s'appuient sur des noirs et des arabes francisés et propageant la culture française(M. Bourras ici même par exemple..), plus des lois respectées sur l'immigration et un renforcement de l'ordre public, sans passe-droit ou zones de non-droit. Ce sont des méthodes éprouvés. Cela ressemble au programme du MPF: francisation. Quant aux expulsions de masse d'étrangers, je n'y crois pas et je pense que l'idée contribue à endormir le peuple dans des illusions de lendemain qui chantent...(en votant FN).
Je précise que je n'ai jamais voté Mitterand et toujours détesté SOS-racisme et l'UEJF, percevant leur rôle déstabilisant contrairement à des ex-fidèles du mitterandisme et du SOS -racisme qui s'engouffrent actuellement dans le sarkozysme(communautarisme) ou le lepénisme(gauchisme fasciste version nationaliste, comme le stalinisme dans sa seconde période patriotique ou le courant rouge-brun).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 09 Aoû 2006, 11:20 
Ministre du moratoire

Enregistré le: 03 Juil 2006, 17:18
Messages: 7182
La révolution et la libération passeront par des propos radicaux anti-racailles et en public de la part d'une Ségolène Royal par-exemple.

La boucle sera bouclée.

De la même manière que personne ne s'offusque aujourd'hui qu'un UMP, un FN, un PC ou un PS s'accordent tous localement sur une mesure relative à la sécurité routière, l'allergie totale et nationale contre l'islam et la racaille devrait pas tarder.

Pourquoi?

Parce qu'elle se vend toute seule.


Je pense qu'on en est très prés.
Durant la campagne présidentielle par-exemple, personne ne pourra espérer être élu sans faire des "amalgames" plus ou moins timides entre menaces/insultes/violence/fascisme anti-francais, anti-blanc, judéphobes et la trahison des péres et mères issus du bled ayant éduqué (ou pas éduqué du tout...) des fils à être arabo-islamistes-afrocentristes.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: encore mieux...
MessagePublié: 09 Aoû 2006, 11:51 
River
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 02 Juin 2005, 21:02
Messages: 3795
La loi et l'ordre a écrit:
La révolution et la libération passeront par des propos radicaux anti-racailles et en public de la part d'une Ségolène Royal par-exemple.

La boucle sera bouclée.

De la même manière que personne ne s'offusque aujourd'hui qu'un UMP, un FN, un PC ou un PS s'accordent tous localement sur une mesure relative à la sécurité routière, l'allergie totale et nationale contre l'islam et la racaille devrait pas tarder.

Pourquoi?

Parce qu'elle se vend toute seule.


Je pense qu'on en est très prés.
Durant la campagne présidentielle par-exemple, personne ne pourra espérer être élu sans faire des "amalgames" plus ou moins timides entre menaces/insultes/violence/fascisme anti-francais, anti-blanc, judéphobes et la trahison des péres et mères issus du bled ayant éduqué (ou pas éduqué du tout...) des fils à être arabo-islamistes-afrocentristes.



En fait, ce que je voulais suggérer , c'était de nommer un ministre de l'intérieur noir(antillais chrétien évidemment) par exemple ,qui soit aussi dur et à droite que Condy Rice. Ce qui permettrait au niveau national et international de faire passer une politique sécuritaire totale. Encore mieux qu'une déclaration de ségo...
J'aime bien ce clip dans le même goût:
lOYUlmcUjGA


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 09 Aoû 2006, 14:06 
Ministre du moratoire

Enregistré le: 03 Juil 2006, 17:18
Messages: 7182
Oui, oui, tout se complète.
De même que des Roselmack capables de dire des voyous ont attaqué un poste de police la nuit dernière etc.

Dés lors qu'en France qu'un(e) non-blanc(he) établit un constat le plus banal et élémentaire au-sujet de la racaille, elle ou il s'expose immédiatement à l'étiquette kollabo de la part des forces obscures, fabulatrices et urbaines de l'islamo-afrocentrisme.

C'est un excellent test pour juger de leur loyauté (tout en étant attentif aux agents schizophrènes ou doubles comme Lilian Thuram, Debbouze & co)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivant

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 6 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher pour:
Aller à:  
cron
POWERED_BY
Traduit par phpBB-fr.com