LibertyVox • Voir le sujet - Racaille et bandes
 
 
Retour à l'accueil
Index du forum

LibertyVox

La voix est libre !
Nous sommes le 22 Aoû 2019, 05:50

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 512 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 35  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Racaille et bandes
MessagePublié: 08 Sep 2007, 12:15 
Service
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 20 Avr 2006, 12:51
Messages: 1431
Il existe un fil sur les agressions, sur les émeutes, sur l'immigration clandestine, mais pas de fil sur les racailles et les barbares de banlieue

_________________
"Dieu merci, je suis pour la charia, on ne peut pas être laïque et musulman à la fois." Erdogan, 1er ministre turc.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 08 Sep 2007, 12:16 
Service
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 20 Avr 2006, 12:51
Messages: 1431
L'essor des gangs africains dominés par le vol et la violence

Nourris à la culture rap, leurs membres s'affrontent souvent pour des motifs futiles mais avec une brutalité inouïe.


SURVÊTEMENTS noirs ou rose bonbon, capuches, écouteurs rivés aux oreilles dans lesquelles sont plantés faux diamants et petits anneaux, chaînettes métalliques au cou... Une dizaine de lascars sont affalés sur les bancs de la salle des pas perdus de la 23e chambre correctionnelle de Paris. Âgés de 17 à 22 ans, ils sont dans leur écrasante majorité originaires d'Afrique noire. La tête rentrée dans les épaules, ils viennent assister à la comparution immédiate de deux « potes » interpellés dimanche dernier lors de la dernière rixe ayant éclaté gare du Nord.

Brandissant bâtons et bouteilles de verre à la sortie de la Casa 128, boîte de nuit voisine, ces derniers avaient voulu, pour un motif futile, faire rendre gorge à un groupe de jeunes du Val-d'Oise. Bilan du pugilat : dix-huit interpellés et deux blessés, dont un s'est vu délivrer dix jours d'incapacité.

À force d'attendre l'audience, les copains des prévenus s'impatientent, « tchatchent » le sabir des cités, s'apostrophent en se traitant de « bâtards ». « Et toi, t'es récidive ? » lance à l'un de ses lieutenants un colosse en jeans et baskets qui semble être le chef. « Non, t'es foncedé ou quoi ? Je me suis juste fait pécho pour rébellion ! » claironne l'acolyte. Tapes dans les mains. Éclats de rire. La gestuelle frise la caricature.

Dans le box de la 23e chambre, leurs copains Ousmane D., 18 ans, et Amara D., 19 ans, en mènent moins large. Accusés de « violences volontaires en réunion et avec armes par destination », ils bredouillent quelques mots à l'évocation de leur personnalité jugée « immature » par les experts.

«Même pas de mort »

Le plus jeune, fils d'un cuisinier et d'une femme de ménage, a débarqué du Sénégal à l'âge de 5 ans. Intermittent des études, il peine à se souvenir du nom du lycée où il est censé passer un CAP de moquettiste. Voleur en réunion, il doit par ailleurs être jugé pour trafic de « crack ». Son comparse, quant à lui, a déjà plusieurs vols et recels à son palmarès. Suivant l'avis du parquet évoquant la « violence inouïe » de la rixe, le tribunal a ordonné leur placement en détention provisoire avant de renvoyer l'affaire au 4 octobre. « Dégueulasse ! il n'y a même pas eu de mort, ni de flingue pendant la bagarre, lâche, dépité, un membre de la bande à la sortie du tribunal. Nous, on n'a rien à voir avec les autres bandes de la gare du Nord, ni avec les bouffons de Def'Mafia, qui est un truc de journaliste. »

Si elle ne porte pas ce nom, cette bande de la Défense existe pourtant. Sur Internet, une vidéo la met en scène sur un air de rap. On y chante : « J'ai un calibre chargé pour niquer et voler » ou « Je te tape dans le bide comme une salope... ». « Elle compte une quarantaine d'individus des Hauts-de-Seine, des Yvelines et du Val-d'Oise, notent les renseignements généraux.

Ils sont auteurs de vols avec violences ou de vols dans les commerces. Par volonté hégémonique, ils se déplacent et s'affrontent avec d'autres groupes à risques, notamment celui de la gare du Nord. » Composé lui aussi d'une quarantaine de voyous, ce gang aurait établi ses quartiers parisiens à l'extérieur du forum des Halles.

http://www.lefigaro.fr/france/20070907. ... lence.html

_________________
"Dieu merci, je suis pour la charia, on ne peut pas être laïque et musulman à la fois." Erdogan, 1er ministre turc.


Dernière édition par foroum le 08 Sep 2007, 12:20, édité 1 fois au total.

Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 08 Sep 2007, 12:18 
Service
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 20 Avr 2006, 12:51
Messages: 1431
Les bandes sous la loupe des renseignements généraux

Un rapport de la direction centrale des renseignements généraux (DCRG), dont Le Monde a eu connaissance, dresse un état des lieux du phénomène des bandes en France. Selon les policiers, les cinq premiers mois de 2007 ont été marqués par 129 affrontements entre bandes, soit une progression de 29 % par rapport à 2006, où l'on recensa 287 faits similaires.

Ces dernières semaines, trois affrontements opposant des bandes se sont déroulés à Paris intra-muros, poussant la ministre de l'intérieur, Michèle Alliot-Marie, à organiser une réunion, jeudi 6 septembre, avec les préfets de Paris et des départements limitrophes, afin d'assurer une meilleure cohésion des services de police.

Dans ce document daté de juillet 2007, les enquêteurs insistent notamment sur un point : le "danger de l'éventuelle fusion entre deux phénomènes a priori distinctsde repli communautaire et d'activité délinquante d'une bande".

Même s'il demeure peu visible pour l'heure, les RG dénoncent aussi "le travail de sape mené par certaines associations instituant la religion en référent idéologique".

RETOUR DES BANDES ETHNIQUES

Pour la DCRG, ces derniers mois, en effet, "on assiste à un retour sensible du phénomène de bandes ethniques composées en majorité d'individus d'origine subsaharienne, arborant une appellation, des codes ou signes vestimentaires inspirés des groupes noirs américains".

Les enquêteurs nuancent toutefois leur diagnostic : "Les affrontements entre bandes sont essentiellement liés à des rivalités territoriales", notent-ils. Ainsi, il apparaît que la gare du Nord, où des bandes rivales se sont affrontées à deux reprises le 26 août et le 2 septembre, serait devenue un lieu d'embuscade privilégié pour ces jeunes.

"Il semblerait que la gare du Nord soit devenue un enjeu territorial, confirme le procureur de Paris, Jean-Claude Marin. Il y a une cristallisation sur cet endroit, avec deux bandes qui luttent : l'une est-parisienne, l'autre provient des Hauts-de-Seine."

Dans sa note, la DCRG décrit ainsi une "bande de la Défense, composée d'une quarantaine d'individus pour l'essentiel d'origine subsaharienne, issus des quartiers sensibles des Hauts-de-Seine, des Yvelines et du Val-d'Oise". Une bande qui, "par volonté hégémonique", se heurte à celle de la "gare du Nord, composée d'une quarantaine d'individus de la même ethnie".

Plusieurs combats les ont déjà opposés. Le 1er octobre 2006, porte d'Italie à Paris, deux jeunes de la bande de "gare du Nord" ont ainsi été agressés à coups de couteaux par ceux de la Défense, suite à une défaite de ces derniers, quelques jours plus tôt, à La Courneuve (Seine-Saint-Denis).

Le 13 janvier, nouvelle bagarre sur les quais du RER à la Défense. Ce jour-là, une soixantaine de jeunes se sont affrontés, faisant deux blessés, dont l'un à coups de machettes. Une rivalité qui trouverait sa source, selon les RG, dans une querelle pour le contrôle d'un secteur de la gare RER Châtelet-les-Halles, dit "La salle carrée", haut lieu de trafic de stupéfiants.

"VIOLENCE TRIBALE"
Si les motifs des affrontements demeurent souvent liés à la délinquance, les policiers s'inquiètent d'un communautarisme croissant. A Athis-Mons (Essonne), une bande est ainsi uniquement composée de Cap-Verdiens. Au centre commercial Grigny-2, on observe également des membres de bandes se promener avec des tee-shirts où figure l'inscription "Noirs et fiers".

Parmi eux, on retrouve la bande des "Black guérilla armée", spécialisée dans le "carjacking" ou les "Grigny Hot Boys", des collégiens d'origine africaine, auteurs de vols avec violence.

A Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), ce sont des adolescents d'origine africaine qui se retrouvent dans des bandes appelées "les microbes" ou les "pestes". A Torcy (Seine-et-Marne), la "bande du Mail" compte de son côté 90 jeunes, "organisés d'une manière paratribale" autour d'un leader charismatique. La structure possède une douzaine de voitures, règne sur l'économie souterraine locale.

"Ces formations délinquantes constituées en majorité d'individus originaires d'Afrique noire ont la particularité d'instaurer une violence tribale ne donnant lieu à aucune concession", avec un "rejet violent et total des institutions" et un "total détachement quant à la gravité de l'acte commis", notent les enquêteurs.

Les RG décrivent aussi les problèmes rencontrés par les commerçants, illustrés récemment par les menaces de mort reçus par le gérant d'un Franprix, à la cité du Franc-Moisin, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), aujourd'hui protégé par des policiers.

"Les commerces figurent parmi les cibles privilégiées" de ces bandes, racontent les policiers. Là aussi, ils notent une communautarisation galopante, avec des réinvestissements dans les "taxiphones", ou dans des boutiques vendant des produits halal.

A Argenteuil, ils décrivent par exemple "l'investissement croissant de fondamentalistes musulmans dans le secteur de la restauration rapide". A Rennes (Ille-et-Vilaine), une boucherie-charcuterie d'un quartier sensible a aussi fait l'objet, en novembre 2006, de graffitis sur la vitrine : "Arrêtez de vendre des saucisses qui puent ou on va vous tirer dessus, PD de boucher".

Et les policiers de conclure : "Les commerçants ont le sentiment d'être abandonnés aux convoitises des casseurs qui veulent s'approprier le territoire." Et favoriser le blanchiment de leurs gains illicites.

Outre les tensions "communautaires traditionnelles", entre Juifs et Africains, ou entre Gitans et Maghrébins, la DCRG relève l'arrivée d'une nouvelle délinquance, tchétchène souvent. A Nice (Alpes-Maritimes), à la cité de l'Ariane, ou à Evreux (Eure), dans le quartier de la Madeleine, les "rivalités ethnico-affairistes" dégénèrent en affrontements.

ARMES DE GUERRE

Le 6 novembre 2006, 17 douilles de 7,65 mm et 9 mm ont ainsi été retrouvées par la police, après que de jeunes Tchétchènes eurent tiré sur un groupe de Maghrébins. A Gonesse (Val-d'Oise), ce sont des chrétiens originaires d'Irak, installés dans le quartier des Marronniers, qui se heurtent à des Maghrébins de la cité de la Fauconnière. Le 31 octobre 2006, l'un d'eux a été paralysé à vie par une balle tirée dans le dos.

Ces constats ne sont pas nouveaux pour les policiers de terrain. Mohamed Douhane, commandant de police, membre du syndicat Synergie explique : "Il y a un vrai décalage entre le discours d'apaisement des politiques et la réalité du terrain où l'on constate des bandes de plus en plus violentes."

Son collègue Loïc Lecouplier, secrétaire du syndicat Alliance en Seine-Saint-Denis, surenchérit : "A Paris, on s'alarme de trois courses-poursuites dans les rues de la capitale, mais chez nous les règlements de compte entre bandes sont très, très fréquents, pour ne pas dire quotidiens." Puis il ajoute : "On a rarement des courses-poursuites comme il y en a eu à Paris. Les jeunes ont largement dépassé ce stade-là, puisqu'ils en sont carrément au règlement de compte avec armes de guerre. D'une certaine manière, on est content quand ils règlent leurs comptes en dehors de chez nous."

Comme à Paris, par exemple, où Jean-Claude Marin promet une sévérité maximale aux fauteurs de troubles : "On ne peut faire de concessions face à des jeunes qui veulent recréer le Bronx, dit-il, on ne peut pas laisser filer les choses, il faut rétablir l'ordre et donner une réponse judiciaire ferme."

Des jugements à délai rapproché pour les mineurs, des contrôles d'identité préventifs, et des consignes claires adressées à la PJ : bâtir des procédures irréprochables, en prévision du passage au tribunal.

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0 ... 333,0.html

_________________
"Dieu merci, je suis pour la charia, on ne peut pas être laïque et musulman à la fois." Erdogan, 1er ministre turc.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 10 Sep 2007, 09:50 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
http://www.lefigaro.fr/france/20070910. ... conte.html

Guerre des bandes à Paris : l'un des protagonistes raconte
CYRILLE LOUIS. Publié le 10 septembre 2007. Actualisé le 10 septembre 2007 : 08h07

Le jeune homme, qui a participé aux violences des dernières semaines, donne sa version des récents affrontements et retrace l'origine des rivalités.

IL S'EST juré de ne plus revenir « traîner » gare du Nord. « Ça sert à rien, c'est une perte de temps », lâche Cédric ( :lol: :lol: :lol: ) , d'une voix basse et calme. À l'entendre, ce garçon de dix-neuf ans ne fréquentait pourtant que depuis quelques mois la galerie commerçante qui se niche dans le ventre de la gare, à l'endroit où les trains de banlieue déversent chaque jour, par dizaines, des jeunes venus y passer le temps.

Le 13 août, avec une quinzaine d'habitués de la « GDN », comme ils disent parfois « pour aller plus vite », Cédric s'est trouvé impliqué dans un incident qui a mis le feu aux poudres. À la sortie de la discothèque Folie's Pigalle, ce soir-là, il y a foule lorsque ce jeune homme athlétique, originaire d'Angola, s'aperçoit qu'il vient de perdre son téléphone. « Comme je venais de l'acheter, j'ai commencé à le chercher mais il y avait un jeune de Gagny devant moi. Je lui ai dis : « Pousse-toi », gentiment. Il m'a poussé et je lui ai mis un coup de tête. :lol: » S'ensuit une mêlée au cours de laquelle les jeunes de la gare du Nord prennent l'avantage sur leurs adversaires. Appelée à l'aide, la police disperse les combattants. « Après, on est rentrés chez nous et je pensais que c'était fini », résume Cédric.

«Je voulais juste danser»

Le 26, les vaincus, qui ont leurs habitudes à la Défense, organisent une première expédition punitive gare de Nord, où deux hommes sont blessés à coups de couteau. Puis, le lendemain, la tension monde d'un cran alors que se prépare une nouvelle soirée au Folie's. Dans l'après-midi, les habitués de la « GDN » s'engagent par textos à venir « équipés ». L'un arrivera armé d'un hachoir, l'autre d'un couteau. Cédric, lui, assure être venu les mains vides.

« Je voulais juste danser, explique-t-il. Quand on est sortis du métro, on a vu une quarantaine de gars de la Défense qui nous attendaient. Aussitôt, ils nous ont tiré dessus deux fois (avec un pistolet d'alarme, NDLR). Je crois qu'ils me visaient mais ils ont touché mon pote Ismaël. Quand on a commencé à se battre, j'ai pris un coup sur la tête. Après, je me suis mis à courir et j'ai été arrêté par des policiers qui m'ont accusé de leur avoir jeté des bouteilles. »

Après 48 heures de garde à vue, Cédric est rentré chez ses parents et a repris le chemin du centre de formation où il s'apprête à passer un brevet d'animateur :shock::shock::shock: . « La vie continue », lâche le jeune homme, qui n'a jamais connu la prison mais reconnaît avoir commis des faits de violence étant plus jeune - parce que « quand on est mineur, on fait des bêtises ».

Jadis Parisien, Cédric dit fréquenter la gare du Nord depuis que sa famille a déménagé à Enghien, dans le Val-d'Oise. « J'y passe quand je vais rejoindre mes anciens potes. Comme tout le monde, je m'arrête pour serrer des mains, pour délirer. Parfois, on se regroupe à une dizaine mais il n'y a pas vraiment de bande. On n'a pas de chef. » À l'entendre, la « GDN » serait plutôt constituée de petits groupes qui se mêlent et se défont au gré des circonstances. D'ailleurs, certains jeunes fréquenteraient tantôt la gare du Nord, tantôt la Défense, malgré la vieille rivalité qui oppose les deux groupes sans que personne, au reste, ne semble en connaître l'origine. « Tout, dans ce dossier, démontre qu'il ne s'agit pas de gangs à l'américaine, comme les policiers l'ont laissé entendre », plaide Me Alexandra Hawrylyszyn, qui défend Cédric, ainsi que quatre autres membres du groupe, dont trois sont actuellement incarcérés.

La semaine dernière, la police parisienne a annoncé un renforcement des moyens consacrés à la surveillance des bandes afin de prévenir d'éventuels regains de violence. Bravache, Cédric assure pour sa part ne pas craindre les représailles de « la Déf' ». «S'ils viennent me chercher, je vais me défendre, prévient-il, mais s'ils me laissent tranquille je n'irai pas les trouver. »

* Le prénom a été modifié. ( :lol: :lol: :lol: nooooonnnnnn.... sans deconner... :shock: :lol: :lol: :lol: )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 10 Sep 2007, 10:24 
De Poulet
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 04 Mar 2006, 02:15
Messages: 6833
Uncle a écrit:
http://www.lefigaro.fr/france/20070910.FIG000000124_guerre_des_bandes_a_paris_l_un_des_protagonistes_raconte.html

Guerre des bandes à Paris : l'un des protagonistes raconte
CYRILLE LOUIS. Publié le 10 septembre 2007. Actualisé le 10 septembre 2007 : 08h07

IL S'EST juré de ne plus revenir « traîner » gare du Nord. « Ça sert à rien, c'est une perte de temps », lâche Cédric...

...ce jeune homme athlétique, originaire d'Angola, s'aperçoit qu'il vient de perdre son téléphone.


A pisser de rire en effet.

Je veux dire, si les Angolais aiment le prénom Cédric, je n'ai pas d'objection mais... là je crois que le Figaro le fait exprès. C'est pas possible c'est un clin d'oeil aux lecteurs! :lol: :lol: :lol:

_________________
François Eiffel (F. Eiffel / FFL).

""Un homme est grand dans la mesure où, placé entre l’illusion et la douleur, il choisit la douleur." Thibon


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 10 Sep 2007, 10:28 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
:mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: Oui et j'adore le "Je lui ai dit : « Pousse-toi », gentiment. Il m'a poussé et je lui ai mis un coup de tête. :lol: :lol: :lol: C'est impayable !!! :lol: Et ce type va devenir "animateur" (je suppose social)... ça va être beau... Avec ça, les gamins seront bien encadrés... :lol: sacré "CEDRIC" :roll:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 10 Sep 2007, 11:03 
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 11 Déc 2005, 14:00
Messages: 1639
Et qu'en pense notre cher Sarkosecu (ou plutôt "sescu" vu qu''on ne voit plus que lui à la télé)?
Lui qui est si prompt à s'exprimer sur tout, je ne l'ai pas entendu sur cette histoire de gangs.
En tous cas les frictions dues à l'immigration excessive ne font que se poursuivre et s'amplifier (squat d'aubervilliers, agressions à caractère raciste ou clanique, expulsions annulées ou empêchées...) sans que de vraies prises en compte de la réalité, ou de véritables mesures apparaissent au gouvernement.

_________________
" On ne peut empêcher les oiseaux noirs de voler au-dessus de nos têtes, mais on peut les empêcher d'y faire leur nid "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 10 Sep 2007, 13:23 
River
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 02 Juin 2005, 21:02
Messages: 3795
Uncle a écrit:
:mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: Oui et j'adore le "Je lui ai dit : « Pousse-toi », gentiment. Il m'a poussé et je lui ai mis un coup de tête. :lol: :lol: :lol: C'est impayable !!! :lol: Et ce type va devenir "animateur" (je suppose social)... ça va être beau... Avec ça, les gamins seront bien encadrés... :lol: sacré "CEDRIC" :roll:


Si si , ce sera un très bon animateur pour des djeunes comme lui. la logique est très bonne. :D
C'est comme pour les maître-auxiliaires dans les établissements de banlieue (9-3 en particulier). Eux c'est la classe au dessus: ce sont les natifs des quartiers qui ont réussi, pas assez pour s'en sortir vraiment mais assez pour suppléer aux capétiens qui s'enfuient en courant dès que possible, s'ils ne se font pas hospitaliser pour dépression en HP.
Vu l'état des lieux, je pense que c'est un bon système. :D :D
Un animateur normal qui n'est pas issu de la légion ou des paras (et ci-possible un peu coloré) ne voudra jamais s'occuper des djeunes de ces quartiers...

_________________
La politique fut d'abord l'art d'empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde. A une époque suivante, on y adjoignit l'art de contraindre les gens à décider sur ce qu'ils n'entendent pas. Paul Valéry.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 10 Sep 2007, 13:27 
River
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 02 Juin 2005, 21:02
Messages: 3795
Digger a écrit:
Et qu'en pense notre cher Sarkosecu (ou plutôt "sescu" vu qu''on ne voit plus que lui à la télé)?
Lui qui est si prompt à s'exprimer sur tout, je ne l'ai pas entendu sur cette histoire de gangs.
En tous cas les frictions dues à l'immigration excessive ne font que se poursuivre et s'amplifier (squat d'aubervilliers, agressions à caractère raciste ou clanique, expulsions annulées ou empêchées...) sans que de vraies prises en compte de la réalité, ou de véritables mesures apparaissent au gouvernement.


Je pense qu'il s'en fout (et moi aussi :D ) tant que c'est des bandes qui se battent entre elles. Ce qui le gêne, c'est qu'ils le fassent Gare du Nord où les hommes d'affaire européens prennent l'Eurostar. Là, on se réveille.
Cet été , il y a eu les mêmes histoires dans le treizième où je bosse (en face de mon boulot et les mecs se sont tiré dessus!). Tout le monde s'en foutait, c'est un quartier pauvre (Boulevard Vincent Auriol). Circulez...

_________________
La politique fut d'abord l'art d'empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde. A une époque suivante, on y adjoignit l'art de contraindre les gens à décider sur ce qu'ils n'entendent pas. Paul Valéry.


Dernière édition par serge goldman le 10 Sep 2007, 17:24, édité 1 fois au total.

Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 10 Sep 2007, 15:18 
Du samedi soir
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 24 Mai 2006, 01:18
Messages: 3822
Localisation: zone française occupée
Tiens, vous enseignez à Tolbiac, j'y suis un peu allé !

Oui, je pense aussi que tant que ça ce passe à saint Denis (de la réunion ?) ou dans les yvelines, ça intéresse moins !

_________________
"Quand une société ne peut pas enseigner, c'est qu'elle ne peut pas s'enseigner". Charles Péguy dans "La rentrée".
Un occidental bouddhiste est un sous-Ohm.
"Je veux en finir avec la repentance". Nicolas Sarkozy.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 10 Sep 2007, 15:40 
River
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 02 Juin 2005, 21:02
Messages: 3795
Non, pas à Tolbiac. J'ai des activités de recherche dans un bâtiment provisoire (prés du Boulevard Vincent Auriol) qui remplace Jussieu pendant le désamiantage. Les alentours, c'est pratiquement le 9-3 en un peu plus calme quand même. Mais des bandes qui circulent surtout la nuit tombée. C'est très populo et le pouvoir s'en tape. Beaucoup de clodos dorment aussi dans le coin. :D

_________________
La politique fut d'abord l'art d'empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde. A une époque suivante, on y adjoignit l'art de contraindre les gens à décider sur ce qu'ils n'entendent pas. Paul Valéry.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 10 Sep 2007, 15:41 
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 11 Déc 2005, 14:00
Messages: 1639
En fait ça nous intéresse tous car nos gosses ou nous même sommes susceptibles d'être pris dans de telles violences à tout moment.
La preuve, SERGE, dans le 13e où moi aussi j'ai vu des violences.
Ca peut arriver n'importe où à Paris, même rue du fg st Honoré, pourquoi pas, puisque les Champs Elysées eux mêmes sont fréquentés par des bandes !

On ne peut pas faire bande à part, sauf les impuissants naturellement, dirait Brassens :) :)

_________________
" On ne peut empêcher les oiseaux noirs de voler au-dessus de nos têtes, mais on peut les empêcher d'y faire leur nid "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 10 Sep 2007, 16:00 
River
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 02 Juin 2005, 21:02
Messages: 3795
Je voulais dire que ça ne nous intéresse que pour de possibles dommages collatéraux comme dirait Maurice... S'ils font ça dans des terrains vagues de la Défense, je pense que tout le monde s'en foutra complètement?

_________________
La politique fut d'abord l'art d'empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde. A une époque suivante, on y adjoignit l'art de contraindre les gens à décider sur ce qu'ils n'entendent pas. Paul Valéry.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 10 Sep 2007, 16:18 
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 11 Déc 2005, 14:00
Messages: 1639
J'avais bien compris ta réfèrence au cynisme de nos dirigeants, Serge.

_________________
" On ne peut empêcher les oiseaux noirs de voler au-dessus de nos têtes, mais on peut les empêcher d'y faire leur nid "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 10 Sep 2007, 18:17 

Enregistré le: 19 Sep 2006, 15:58
Messages: 509
Localisation: NANTES ET CROZON
Heureusement, je ne vois ça qu'on the TV. Mais compassion pour ceux qui sont pris là dedans.
Il parait que des bandes vont faire risettes aux jeunes bien mis du parc Monceau. Tout le monde en profite, quoi. C'est peut-être ça qui va faire bouger les choses, non ?

_________________
Que la France puisse enfin s'exprimer !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 512 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 35  Suivant

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 4 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher pour:
Aller à:  
cron
POWERED_BY
Traduit par phpBB-fr.com