LibertyVox • Voir le sujet - Gaza-"Les Palestiniens ne manquent jamais une occasion.
 
 
Retour à l'accueil
Index du forum

LibertyVox

La voix est libre !
Nous sommes le 24 Aoû 2019, 23:41

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 301 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 21  Suivant
Auteur Message
MessagePublié: 22 Sep 2005, 21:17 
Bouldingue
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 21 Sep 2005, 14:09
Messages: 6219
Localisation: Londres
À un certain point, l'histoire prouvera le mal israélien d'Abba Eban de politicien et de diplomate. C'était Eban qui a célèbre observé, "de Palestiniens manque jamais une occasion de manquer une occasion." L'histoire devra attendre au delà de 2005. Dans la bande de Gaza, les Palestiniens ont ce qu'ils n'ont avant jamais eu : absence de règle étrangère. Pendant des siècles, Sultans turc les a régnés, suivi des aristocrates de British, un roi et un dictateur égyptien et puis les militaires israéliens. Maintenant les Israéliens sont allés. Et sur leur départ, les Palestiniens ont célébré torching les synagogues et les maisons abandonnées et en transformant Gaza en cirque d'trois-anneau d'anarchie, d'armes et de violence -- la violence, en ce moment, a infligé principalement sur des Palestiniens de camarade. Le plus notable parmi les victimes était Moussa Arafat, neveu de Yasser Arafat et officiellement un conseiller de sécurité au Chef palestinien Mahmoud Abbas. Les hommes masqués d'un groupe s'appelle les comités populaires de résistance ont traîné Arafat de sa maison, projectile il dans la rue et ont enlevé son fils. Un porte-parole pour les comités populaires de résistance les a dits Arafat "liquidé" parce que "il a tué des personnes, assauts commandés sur des combattants et il a eu un grand dossier de la corruption." Si c'est le raisonnement pour les chefs palestiniens de massacre, il y a beaucoup plus de liquidations à venir. De tels actes senseless et dévergondés étaient en premier lieu des occasions manquées dans un sens de relations publiques. Mis de côté pendant un moment les déclarations des chefs de Hamas que le Gaza "victoire" marque le commencement de la destruction de l'état entier de l'Israel plutôt que le progrès vers la paix Palestinien-Israélienne. Si la souveraineté de Gaza est la première étape vers le statehood palestinien, alors ce qui a transpiré puisque le retrait israélien n'engendre pas le soutien de cet état. Il y avait des occasions économiques perdues, dont aussi, certaines étaient tragiquement petites. Tandis que Gaza est étiré par la pauvreté et le chômage, environ 3.500 Palestiniens ont trouvé les travaux comme les travailleurs agricoles en serres chaudes technologiquement avancées construites par des colons d'Israeli. Plutôt que voyez les serres chaudes et les travaux perdus après l'évacuation des colons, un groupe de philanthropes juifs américains les a achetés pour $14 millions et les a remis plus d'à l'autorité palestinienne. Les foules palestiniennes, cependant, ont endommagé ou ont détruit un tiers des serres chaudes comme la sécurité d'Abbas force tenu prêt et observé. Les Etats-Unis, l'union européenne, la Russie et les Nations Unies ont mis en gage $9 milliards dans l'aide et l'investissement à la nouvelle conduite palestinienne au cours des trois années à venir, créant une énorme chance de reconstruisez l'infrastructure palestinienne brisée. Écrivez David Samuels, écrivant dans l'issue de septembre de la revue mensuelle atlantique, évaluations Yasser Arafat et ses aides aînés ont pu avoir pillé autant que moitié des $7 milliards dans l'aide internationale que l'autorité palestinienne a déjà reçue au nom des palestiniens. Donné cette expérience professionnelle et après les événements les plus récents dans Gaza, plusieurs des engagements courants d'occasions -- et plus -- seront perdus. Le retrait israélien aux frontières pre-1967 dans Gaza a donné l'occasion d'illustrer qu'un état palestinien indépendant ne constitue aucune menace en Israel, pour démontrer qu'une culture de violence et de haine n'a pas sapped complètement la société palestinienne de la rationalité. Après que les troupes israéliennes soient parties, les militants palestiniens ont ouvert une brèche la frontière de Gaza avec l'Egypte, accablant les troupes égyptiennes. Les milliers de personnes et d'armes ont croisé sans difficulté, incitant craint qu'Al-Qaida ait établi un nouveau bastion dans Gaza. Y a-t-il un doute maintenant ce qui se produirait si l'Israel se retirait à ses frontières pre-1967 sur la banque occidentale ? Rafiq Husseini, un aide à Abbas, a indiqué la pression associée que l'autorité palestinienne "est bien plus inquiétée que l'Israel d'Al-Qaida venant ici parce qu'Al-Qaida nous nuira davantage que l'Israel." Pas plus, M. Husseini, que Yasser Arafat, Hamas, Jihad islamique palestinien et les troupes armées de Fatah n'ont déjà nui aux palestiniens et à leurs occasions pendant un meilleur, paisible futur.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 22 Sep 2005, 23:38 
:D C'est très bien , cher Etabory , de donner une traduction . Avec quelques efforts vous pourrez devenir un grand traducteur comme Ajm .


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 24 Sep 2005, 13:05 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
Source: http://www.menapress.com

La mauvaise voie (info # 012409/5) [analyse]
Par Sami El Soudi © Metula News Agency

L’armée de l’air israélienne a mené, tôt ce matin, une série de trois raids dans la bande de Gaza. L’un avait pour cible un atelier de montage de roquettes situé dans le camp de réfugiés de Jebalya, un autre, une fabrique d’armes installée dans la ville de Gaza et un troisième, un entrepôt désaffecté, également à Gaza, utilisé par le Hamas pour la fabrication de missiles.

Des observateurs de la Ména sur place ont relevé que le troisième objectif avait été manqué, le missile atterrissant dans un terrain vague, à proximité de l’entrepôt. Les deux autres bâtiments ont été soit complètement détruits, soit du moins sérieusement endommagés.

Le propriétaire de l’entrepôt désaffecté, un certain Mahed Abou Assi, a nié aux oreilles de reporters présents sur place que sa construction était utilisée pour produire des armes. Affirmation aussitôt rejetée par nos auxiliaires, résidants de ce quartier, qui connaissent bien l’entrepôt d’Assi et qui avaient maintes fois constaté de visu les activités qu’on y pratiquait.

Trois personnes, dont deux liées à la production de Qassam, ont été superficiellement blessées lors de l’attaque.

Ce raid de l’IAF (Israel Air Force Ndlr.) intervient après que le Hamas ait tiré 29 roquettes, durant la nuit, contre des objectifs situés en territoire israélien. A Sdérot, trois personnes ont été blessées, deux légèrement et une troisième quelque peu plus sérieusement par 21 Qassam !

Certains de ces projectiles ont atteint un immeuble d’habitation, une école, un centre sportif ainsi qu’une fabrique.

Les autres missiles de confection artisanale se sont abattus sur des terrains inoccupés, le long du mur de séparation séparant la bande de Gaza du territoire israélien, ainsi que sur les terres du kibboutz Kissoufim. Le Jihad islamique palestinien a également tiré un missile antichar contre une patrouille israélienne opérant sur la route de sécurité.

Ce qui ne manque pas d’inquiéter, en constatant cette série d’incidents, c’est que les tirs fournis de Qassam durant la nuit sont, selon les dires de l’organisation fondamentaliste terroriste, des "actes de représailles contre l’explosion (hier soir) lors d’une parade militaire dans la ville de Gaza, des suites de laquelle 19 personnes ont été tuées". Or, le Comité central du Fatah a déchargé Israël de toute responsabilité dans l’explosion en question, précisant dans un communiqué que "le mouvement Hamas était totalement responsable des victimes du défilé militaire qui s’est tenu au milieu de civils".

Il a été rapidement établi que c’est une charge explosive située dans un pick-up (une camionnette) du Hamas, contenant par ailleurs des missiles Qassam, qui a explosé au centre de la foule, suite, vraisemblablement, à la manipulation erronée d’un engin explosif.

Nous venons ainsi d’assister aux représailles du Hamas contre Israël, pour un acte dont le Hamas est lui-même responsable et dans lequel l’Etat hébreu n’a joué aucun rôle ! Ce comportement de la part des frénétiques religieux du groupe terroriste montre à quel point ces gens sont dangereux et n’ont aucun respect pour la vie humaine – autant chez leur ennemi, ça c’est au moins logique, que parmi notre population, ce qui relève d’une attitude suicidaire –. De plus, ce comportement inconscient marque la dualité inconciliable prévalant entre les buts recherchés par la direction élue de l’Autorité Palestinienne et les terroristes islamiques : pour M. Abbas, l’objectif consiste à instaurer les structures d’un Etat viable pour les Palestiniens et à négocier sa création avec Israël. Pour le Hamas et le Jihad, il s’agit au contraire d’entretenir la guerre sainte globale des musulmans contre les impies, dont le conflit israélo-palestinien n’est qu’un avatar, quitte à sacrifier dans ce combat les aspirations légitimes – mais politiques et laïques – du peuple palestinien.

Ces derniers jours, Mahmoud Abbas a tenté un compromis impossible avec les chefs islamistes qu’il a rencontrés : leur laisser leurs armes, aux deux conditions, qu’ils cessent leurs tirs de Qassam contre le territoire israélien et que leurs membres cessent de se montrer en armes dans la rue palestinienne. Piètre marchandage, visant à satisfaire l’attente internationale, non en désarmant les fanatiques mais en les incitant à cacher leurs armes… Arrangement cosmétique dont nous, les Palestiniens, serions les premières victimes.

Et ce, tout d’abord parce que la dissimulation des armes du terrorisme ne satisfera pas les Américains et les Israéliens et que, conséquemment, l’ouverture des négociations basées sur la Carte Routière sur le statut final est encore reportée sine die. Le préambule principal de la Carte Routière – dois-je encore une fois le rappeler à Mahmoud Abbas – exige de notre part le désarment des organisations terroristes, et, faute de s’y atteler, nous n’aurons jamais notre Etat, quitte à pourrir avec, sur les bras, une situation ingérable à Gaza et un statu quo d’occupation à durée indéfinie en Cisjordanie. Et c’est bien de pourrir qu’il s’agit, car ce statu quo ne permet pas de soulager notre population de ses maux les plus graves, particulièrement, d’améliorer sensiblement ses conditions économiques de subsistances. Ce pourrissement, de par cette attente populaire non comblée, jouera en faveur des islamistes, passés experts dans la canalisation du mécontentement populaire.

Ensuite, parce qu’aucune évolution démocratique ne peut se faire en présence d’un contrepouvoir hostile, aux finalités divergentes, habitué à faire valoir ses aspirations par les armes. Hors toute considération israélienne, il est absolument illusoire d’espérer fonder un Etat, et y vivre, tant qu’existeront sur son territoire et dans sa société des groupes armés, en si grand nombre, et dotés d’une organisation si dogmatique, violente et rigide.

Enfin, parce que les fondamentalistes sont en train de profiter – après l’avoir instrumentalisé – du désordre régnant à la frontière palestino-égyptienne de Rafah afin d’y faire transiter des tonnes d’armes, de matériaux explosifs et de renforts qualitatifs, sous la forme d’artificiers, d’ingénieurs et de maîtres terroristes, issus des camps d’entraînement libanais et syriens. Selon le chef d’état-major israélien Dan Haloutz, d’habitude bien au courant de la situation, fort de ses nouveaux moyens, le Hamas serait en train de mettre au point le Super-Qassam. Un missile possédant une portée de 15 kilomètres, contre 5 à 7 au Qassam actuel. Assez pour terroriser Ashdod, Ashkelon et même pour atteindre le ranch de Sharon, Les Sycomores. Or, les conséquences d’un envoi de missiles sur ces cibles, surtout s’il occasionnait des morts, seraient critiques. Les Israéliens, qui n’ont pas évacué la bande de Gaza pour permettre des agressions terroristes encore plus meurtrières qu’auparavant, seraient tentés de réoccuper toute la bande de Gaza, et définitivement cette fois, comme l’a fort justement analysé mon collègue Jean Tsadik. Des tirs palestiniens sur les grandes agglomérations juives du sud d’Israël, signifieraient qu’il est impraticable de s’entendre avec nous et que le gouvernement de l’AP ne sert à rien, que, n’étant ni able nor willing (ni capable ni désireux) de prendre la responsabilité sécuritaire de son territoire, toute concession qui lui est faite est non seulement inutile mais aussi dangereuse pour les Hébreux.

C’en serait terminé pour des décennies de notre rêve d’un Etat indépendant, dans lequel nous pourrions vivre une vie normale, élever nos enfants et leur assurer une existence digne ainsi que leur intégration dans la passionnante dynamique du monde. C’est précisément le vœu des islamistes, qui préfèrent l’occupation étrangère – qui justifie leur présence et qui leur donne un rôle, voir le Hezbollah au Liban – à la dialectique de coexistence avec les Dhimmis, qui marginalise les fondamentalistes et met en relief leur brutalité, leur inutilité, leur arriérisme, et leur machisme.

Notre guerre n’est pas la leur. Fassent les événements à venir que nous ne soyons pas broyés par la Jihad globale, et sa consommation irréfrénable en vies humaines…

Metula News
Agency ©


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: GAZA
MessagePublié: 25 Sep 2005, 09:52 
Bouldingue
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 21 Sep 2005, 14:09
Messages: 6219
Localisation: Londres
Par son inaction, M. Abbas a permis au Hamas de devenir le mouvement le plus puissant à Gaza. En voyant la manifestation de style "Nuremberg" que le groupe organise dans les rues de Gaza, le Hamas semble vouloir plonger les Palestiniens dans une autre guerre contre Israël.

Aux gens de bonne volonté qui veulent voir un règlement au conflit israélo-palestinien, l'anarchie et le chaos qui ont englouti Gaza depuis qu'Israël a déraciné ses habitants et a retiré ses militaires, a été un dur retour à la réalité.

Gaza vient plus de ressembler à l'Afghanistan sous le régime Taliban qu'à un futur démocratie viable. Aujourd'hui, c'est un endroit où les groupes masqués de terroristes du Hamas défilent ouvertement dans les rues et se vouent à détruire l'Israël et à commettre des meurtres de masse.

Maintenant que les terroristes ne doivent plus s'inquiéter des forces de la défense d'Israël, à la la frontière avec Egypte, les contrebandiers passent des armes et les explosifs ainsi que de terroristes à travers la frontière égyptienne, en dépit de l'existence d'un accord entre l'Egypte et M. Abbas et entre l'Egypte et Israël sur la frontière avec Egypte de maintenir la fermeture hermétique du couloir de Philadelphie.

A Gaza les groupes armés traînent des personnes de leurs maisons et pillent et détruisent la propriété confiée par Israël à la demande de l' AP, sans interférence des forces palestiniennes de sécurité. Dans le Sinaï les jihadistes locaux fonctionnent sans entrave.

Vu la détermination du Hamas de transférer leurs opérations de son réseau de terreur de Gaza en CisJordanie, ceci crée un autre problème de sécurité pour Jérusalem.

Si la situation sur frontière entre Gaza et l’Egypte continue à se détériorer, M. Sharon fera face à un choix très difficile : En l'absence d'une force palestinienne de sécurité déterminée à empécher la terreur palestinienne, et qui permet au Hamas de continuer de reconstruire l'infrastructure terroriste que les militaires israéliens avaient en grande partie détruite durant la guerre qui a duré de 2000 jusqu'en 2004, sachant que, Sharon courre le risque que Hamas sera en meilleure position pour viser des Israéliens dans un proche avenir. A moins qu’Israël prenne le risque d’une mesure militaire préventive contre les terroristes, sachant, qu'il sera accusé de "ne pas donner une chance à la diplomatie «

Le dilemme pour M. Sharon est le dernier exemple de ce qui avait eu lieu depuis que le Premier ministre Yitzhak Rabin et le Président Yasser Arafat de OLP ont signé le premier Accord d'Oslo il y a 12 ans. Ce mois ci Israël a cédé Gaza, une concession palpable (dans ce cas, la décision prise par M. Sharon d'enlever les habitants et les soldats de Gaza) Gaza prise par Israël dans des guerres défensives. M. Arafat ou M. Abbas promettent d'agir pour empêcher le terrorisme et faire cesser l'incitation à la haine anti-Israélienne.

Mais cela ne se produit presque jamais. Le Président Mahmoud Abbas a renoncé sur tous ses engagements.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 25 Sep 2005, 19:04 
...Tout ça c'est très bien mais....
Après avoir bénéficié d'un petit élan de sympathie de l'opinion mondiale après une évacuation exemplaire de Gaza , Ariel Sharon a déclaré que désormais, tout acte de guerre de la part des palestiniens de Gaza serait traité avec la plus grande vigueur , considérant Gaza comme un pays sous le contrôle de son propre gouvernemernt...
Donc , on peut imaginer qu'à des tirs de roquettes on peut répondre par des tirs d'artillerie et , que personne n'y trouvera à redire...
Il n'en est rien et il n'en sera rien !
Israël sera accusé par l'opinion mondiale d'utiliser des moyens disproportionnés , Israël sera mis au banc des Nations , et , ses généraux , à la différence des généraux Russes ou Américains , risquerons toujours d'être arrétés à une frontière sur plainte de telle ou telle Organisation , comme criminels de guerre...
Alors que faire...?
LA COMMUNICATION , demeure et on le voit tous les jours , le nerf de la guerre.
Sharon doit faire un discours clair et solennel à la face des Nations qui compris par tous, aura le mérite d'avoir prévenu et dont le résultat pourra permettre à Israël d'agir plus librement.
Ce discours doit d'abord insister sur le fait que si Israël est bombardé , il répliquera de la même façon.
Sharon doit demander officiellement à la population civile Palestinienne d'évacuer les maisons ou les quartiers où se mèlent les activistes du Hamas.Prévenus , ce sera de leur responsabilité s'il y a des civils touchés dans le cas d'une réponse militaire de la part d'Israël.
Sharon, doit , dans son discours mettre le Hamas devant ses responsabilités à savoir que s'ils veulent la guerre , comme ils le clament, ils doivent évacuer les les zones de civils , car Israël se donne le droit , désormais de frapper un Pays d'où vient les tirs de roquettes.
Ce discours aura pour but de montrer au Monde l'horreur de la mentalité de ces pseudos combattants , qui , se planquent au milieu des civils pris comme boucliers humains , et que c'est aux Palestiniens de prendre leur responsabilité pour les neutaliser.
Ou c'est la Guerre ou c'est la Paix !
A eux de voir ,... mais le plus faible ne peut pas indéfiniment , vouloir la Paix et faire régner la terreur , en imposant au plus fort des concessions , tout en prêchant officieusement sa destruction.
Israël doit désormais , comme il l'a fait pour l'évacuation de Gaza , communiquer de façon claire , et à la face du Monde.
Le Monde ne supportera pas le fait accompli.


Haut
  
Répondre en citant  
MessagePublié: 26 Sep 2005, 10:10 
Bouldingue
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 21 Sep 2005, 14:09
Messages: 6219
Localisation: Londres
Toile de fond
La réponse israélienne au tir de 40 fusées Kassam visant les communautés frontalières dans le Negev du nord-ouest, y compris Sderot, blessant six habitants, doit être dure et éfficace.
La dissuasion exige que l'autre côté croit qu'il n'est pas de son inerêt de continuer de telles actions. Dans ce cas la continuation des attaques.
Il y a un large consensus en Israel que les communautés sur la frontière de Gaza ne peuvent pas continuer a être soumises aux caprices des lanceurs de Kassams qui ont visé le secteur avec environ 40 fusées au cours d'un seul week-end.
Le consensus soutient également les tirs qui visent les terroristes Palestiniens qui étaient sur le point d'attaquer depuis la bande de Gaza.
Samedi, au milieu des barrages de Kassams, un tire de missile de l'Armée de l'Air a tué quatre terroristes de Hamas, une partie de ceux qui avaient été impliqués dans les tirs de Kassams.
Dans une autre attaque de précision dimanche dans la nuit l'IAF a tué un terroriste islamique supérieur du Jihad à Gaza: Hhmed Sheik Khalil, un terroriste vétéran, responsable de la mort de dizaines d'Israeliens y compris une mère et ses quatre enfants. Ce qui est en jeu dépasse le week-end de violence Palestinienne, qui a commencé par l'attentat planifié par le Jihad Islamique a Tulkarm .
Ce qui est en jeu est si le retrait d'Israel de Gaza mène à une réduction de tension et au soutien d'une entité palestinienne viable avec qui il est possible de discuter la gestion du conflit, ou si le dégagement mène les "rejectionists" palestiniens au pouvoir en utilisant la violence contre Israel comme arme dans les méandres de la politique Palestinienne interne.
Vendredi, quand les explosifs utilisés au cours d'une demonsration de force d'un rassemblement illégal du Hamas ont été accidentalement détoné tuant 19 personnes et blessant 100, Hamas a refusé d'assumer la responsabilité de leur négligence meurtrière et a comme d'habitude rapidement accusé Israel. Bien que Israel ait indiqué clairement qu'elle n'a rien à faire avec l'attaque, et malgré le fait que l' Autorité Palestinienne a blâmé le Hamas, le groupe a décidé de dissimuler l'attention en lançant des tirs de barrage de missiles Kassam..


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 17 Oct 2005, 10:56 
PROCHE-ORIENT

Attaque palestinienne
en Cisjordanie

NOUVELOBS.COM | 17.10.05 | 10:05

Une attaque palestinienne dans le secteur du bloc de colonies de Goush Etzion a tué trois Israéliens et en a blessé quatre autres.

T rois Israéliens ont été tués et quatre autres blessés dans des coups de feu tirés par des Palestiniens armés depuis un véhicule, dimanche16 octobre, à un arrêt d'autobus en Cisjordanie, selon des responsables.
L'attaque a été commise au carrefour du Goush Etzion, au sud de Jérusalem. Trois des blessés seraient dans un état jugé sérieux.
Les assaillants ont pris la fuite et l'armée a annoncé que les soldats recherchaient leur véhicule.
La responsabilité de l'attaque n'a pas été pour l'heure revendiquée.
Par ailleurs, un important membre du Djihad islamique a été tué dimanche en Cisjordanie par des soldats israéliens, selon des responsables palestiniens. L'armée israélienne n'a pas fait de commentaire dans l'immédiat.

17 attaques stoppées

Par ailleurs, les forces palestiniennes ont annoncé dimanche avoir empêché des militants extrémistes de lancer des attaques contre Israël à 17 reprises dans la Bande de Gaza depuis le retrait israélien en septembre.
Depuis le retrait israélien, les forces de sécurité palestiniennes ont confisqué 15 roquettes de fabrication artisanale et découvert 75 engins explosifs.
Mark Regev, porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, a estimé que les Palestiniens avaient pris des mesures positives pour faire barrage aux incitations à la violence, mais avaient peu fait dans la répression des extrémistes et la lutte contre les attentats.


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Dimanche sanglant
MessagePublié: 17 Oct 2005, 15:46 
Bouldingue
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 21 Sep 2005, 14:09
Messages: 6219
Localisation: Londres
Dimanche sanglant (16, octobre 2005). Israel se retire de Gaza. Israel fait des gestes humanitaires envers les Palestiniens, pour qu'ils puissent célébrer Ramadan. La réponse: les terroristes Palestiniens décident de célébrer le Ramadan en tuant le maximum d'Israéliens possible. Deux jeunes filles israéliennes et un garçon de 16 ans ont été tués dimanche après-midi, et trois autres personnes blessées, dont une sérieusement, quand les Palestiniens ont ouvert le feu sur une station d'auto-stop à la jonction d'Etzion, au sud de Jérusalem. Peu de temps après l'attaque, les Palestiniens ont ouvert le feu près d'Eli, en cisJordanie sur un garçon Israélien de 14 ans le blessant sérieusement.
Ce qui dévra se produire maintenant, à mon avis, est une réponse israélienne rapide contre les terroristes. Puisque l'Autorité Palestinienne ne fait rien pour démanteler l'infrastructure et les reseaux terroristes.

Abbas est en route pour Washington, on doit lui expliquer, en termes clairs, que le manque d'action de sa part aura comme conséquence qu'aucun état palestinien ne sera établi tant qu'il continuera à ne pas respecter ses engagements.


Dernière édition par etabori le 17 Oct 2005, 16:22, édité 1 fois au total.

Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 21 Oct 2005, 11:46 
Bouldingue
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 21 Sep 2005, 14:09
Messages: 6219
Localisation: Londres
George Bush exhorte Mahmoud Abbas à "combattre le terrorisme"
jeu. oct. 20, 2005 7:40 CEST
Reuters

par Steve Holland

WASHINGTON (Reuters) - George Bush a enjoint à son homologue palestinien, Mahmoud Abbas, qu'il recevait à la Maison blanche, de "combattre le terrorisme" pour faire progresser le processus de paix.

S'exprimant lors d'une conférence de presse commune dans la roseraie à l'issue de leurs entretiens, le président des Etats-Unis a estimé que le retrait israélien de la bande de Gaza et de quatre implantations de Cisjordanie créait de nouvelles occasions de paix mais aussi de nouvelles responsabilités pour les Palestiniens.

"Pour progresser, il faut commencer par faire face à la menace que les bandes armées font peser sur une Palestine authentiquement démocratique", a-t-il dit.

"A court terme, l'Autorité palestinienne doit (...) gagner la confiance de ses voisins en rejetant et en combattant le terrorisme", a-t-il poursuivi.

L'an dernier, Bush envisageait la création d'un Etat palestinien dans un délai de quatre ans; jeudi, il a estimé pour la première fois qu'il n'assisterait peut-être pas à l'achèvement de ce processus avant la fin de son mandat, en janvier 2009.

"J'aimerais voir deux Etats. Et si cela se produit avant que je quitte mes fonctions, je serai là pour assister à la cérémonie. Et si ce n'est pas le cas, nous travaillerons durement pour poser les fondations et faire en sorte que ce processus devienne irréversible", a-t-il dit, reconnaissant en creux une augmentation des difficultés d'une année à l'autre.....


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 23 Oct 2005, 20:02 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
Abou Mazen est revenu les mains vides de Washington, et ne pourra pas continuer à faire la sourde en ce qui concerne les obligations des Palestiniens pour la mise en route de la feuille de route - en particulier le désarmement des milices armées - en vue de l'établissement d'un État palestinien vivant en paix à côté d'Israël, dans la sécurité et le bon voisinage.

Devant la recrudescence du terrorisme en Israël, Bush revient au réalisme.

Nous étions nombreux à nous inquiéter de la sympathie trop voyante du Président Bush à l'égard de Mahmoud Abbas à la suite de son premier voyage à Washington.
En vérité, comme c'est souvent le cas chez les Américains, on accorde d'abord le bénéfice de la bonne foi.
Mais gare à ceux qui abusent de la confiance de leurs partenaires américains, et ne remplissent pas leur part du contrat.

D'où cette clarification rassurante pour les vrais partisans d'une paix sincère et durable, et pas les illusionnistes à la Yossi Beilin.

L'original en anglais en document joint, avec la version française en cas d'incompatibilité des caractères typographiques

Simon Pilczer

DEBKAfile - Nous commençons où les media s'arrêtent
________________________________________
Bush à Abou Mazen :

Les Palestiniens doivent commencer par s'aider eux-mêmes

DEBKAfile Rapport exclusif

http://www.debka.com/article.php?aid=1100

Adaptation française de Simon Pilczer, volontaire de l'IHC

21 octobre 2005, 10:00 PM (GMT+02:00)

Le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas n'a pas eu de grandes chances d'exposer sa liste habituelle d'exigences et de plaintes lors de ses pourparlers à la Maison Blanche avec le Président des USA George W. Bush jeudi 20 octobre. Au lieu de cela, par contraste avec l'humeur joviale de leur conférence de presse conjointe, Bush a brisé les espoirs de son visiteur d'un État palestinien dans un avenir prévisible. " Pas pendant mon mandat ", a déclaré le Président fermement, selon des sources exclusives de DEBKAfile à Washington.

Abou Mazen est décrit à la sortie de la réunion pâle et secoué, sans rien à rapporter de son voyage à Washington. La plus grande partie de leur conversation de 45 minutes était unilatérale. Bush a à peine laissé Mazen placer un mot, lui coupant la parole plusieurs fois.

Selon nos sources, le Président des USA a posé un nouvel ensemble de règles, inhabituelles pour les Palestiniens. En un mot, personne n'aidera les Palestiniens s'ils ne s'aident pas eux-mêmes - et cela vaut pour moi, le Président des USA, aussi. Si vous pensez que vous pouvez désarmer le Hamas en les laissant prendre part aux élections, allez-y, vous êtes chez vous. Nous pensons que vous commettez une énorme erreur, mais nous n'interférons pas.
Mais il y a un prix à payer. Un régime dominé par les terroristes ne peut s'attendre à être traité comme une démocratie.

Il a rappelé à Abou Mazen qu'il a été le premier président américain à adopter la vision un Etat palestinien indépendant et à en faire un objectif de sa politique étrangère, mais les Palestiniens ne se sont pas élevés à la hauteur du défi. Il a informé Abbas que pour obtenir un État, ils doivent répondre à trois conditions catégoriques :

A. Un État palestinien doit vivre en paix avec Israël.

B. La paix seule n'est pas assez. Les Palestiniens doivent se montrer capables d'être de bons voisins.

C. L'État palestinien doit être débarrassé du terrorisme.

Selon l'état des événements aujourd'hui, a déclaré Bush, je ne vois pas de perspectives de faire exister un État palestinien avant que je ne quitte la Maison Blanche.

Le Président des USA a dit qu'il continuerait à soutenir le dirigeant palestinien. Cependant, ses termes ont été à l'inverse de ce que Abbas voulait entendre.

1. Les négociations sur le statut final ne doivent pas encore commencer. (Cela s'est abattu sur la tête d'Abbas pour son objectif le plus chéri, qui est de passer les préliminaires de la feuille de route pour sauter à l'étape finale).

2. Washington retient le calendrier pour progresser vers l'indépendance palestinienne (cela a été un revers stupéfiant pour les projets d'Abbas, et sa réputation chez lui).

3. Le feuille de route pour la paix au Moyen-Orient ne sera pas activée pour l'instant. Elle restera sur le papier aussi longtemps que des " gangs armés " palestiniens sont aux responsabilités.

Abou Mazen a tenté de formuler en un mot les exigences palestiniennes, telles que le statut non résolu des passages de la frontière Égypte - gaza, un lien direct entre la rive occidentale et Gaza souveraine, un arrêt de la barrière de défense israélienne, et des plaintes diverses, mais Bush les a balayées, déclarant qu'il est informé de ces problèmes et qu'il les délègue à ses conseillers - " Jim Wolfensohn ", ou le "Général Ward ".

Il accorda quelque support à la demande palestinienne d'armes et de munitions pour armer leurs forces de sécurité, mais déclara que cela devrait attendre qu'un nouveau coordinateur militaire prenne la suite du Général Ward. Le Président des USA dit qu'il était encore à la recherche d'un candidat adapté, un militaire avec une bonne expérience du renseignement qui avait aussi travaillé avec la CIA. Il donna aussi son accord pour obtenir davantage de concessions économiques de la part d'Ariel Sharon.

Au total, la réunion s'est achevée sans résultats ni décisions.

A l'extérieur, quand ils fait face aux journalistes, le Président Bush profita d'une question posée par un correspondant palestinien pour renvoyer sur place son nouveau message. Interrogé pour savoir si un État palestinien naîtrait pendant son mandat de Président, il répondit : Mon objectif est de poser les fondations d'un État. Si cela survient ou non n'est pas mon problème ; cela dépend des Palestiniens.

Clairement, le Président des USA a fait plusieurs pas en arrière depuis son premier concept d'État palestinien comme objectif prioritaire de la politique américaine. Il laisse les Palestiniens se diriger. Pour la première fois, ils se sont entendus notifier clairement et fermement qu'aussi longtemps qu'ils hébergent des terroristes, ils peuvent oublier l'obtention de leur propre État.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Fada & Fitna.
MessagePublié: 24 Oct 2005, 16:52 
Bouldingue
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 21 Sep 2005, 14:09
Messages: 6219
Localisation: Londres
Deux nouveaux mots arabes s'ajutent au lexique Arabe du Moyen Orient. Après le hudna et le tahdia s'ajoutent maintenant fawda et fitna. Ce qui veut dire, qu'il y a un sens à fawda, le chaos qui règne et augmente sans cesse. Ils voient des signes de conflit entre les mouvements armées du Fatah et les Islamistes comme le Hamas qui éclatera dans une fitna, ou la guerre civile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 26 Oct 2005, 18:02 
Bouldingue
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 21 Sep 2005, 14:09
Messages: 6219
Localisation: Londres
L'attentat suicide en Israël attribué au Djihad
mer. oct. 26, 2005 5:51 CEST

Reuters


par Steven Scheer

HADERA, Israël (Reuters) - Un kamikaze palestinien s'est fait exploser mercredi au milieu d'un marché de la ville israélienne de Hadera, au nord de Tel Aviv, faisant au moins cinq morts et une trentaine de blessés, annoncent les autorités.

Selon une chaîne de télévision israélienne, l'attentat, le premier en Israël depuis deux mois, a été revendiqué par le mouvement extrémiste palestinien Djihad islamique.

L'explosion, qui s'est produite devant un stand de vente de sandwichs, constitue le premier attentat commis sur le sol israélien depuis l'attentat suicide du 28 août contre la gare routière de Beersheba, qui avait fait vingt blessés.

"Cela ressemble à une zone de combats", témoigne Idan Akiva, alors que des mares de sang recouvrent le sol.

D'après une chaîne de télévision, l'attentat a été revendiqué par le Djihad islamique, dont un chef militaire, Loaï Assadi, a été abattu lundi par l'armée israélienne à Toulkarem.

En représailles, des roquettes avaient été tirées quelques heures plus tard de Gaza contre le nord d'Israël, eux mêmes suivis d'une riposte de l'artillerie israélienne contre le nord du territoire dont Tsahal s'est retiré en septembre.

A Gaza, Khaled al Batch, un chef du Djihad, s'est réjoui de cet attentat suicide, mais ne l'a pas revendiqué au nom de son mouvement.

L'aile militaire du mouvement avait toutefois promis de répondre "au sang par le sang" après la mort d'Assadi en ajoutant "au diable l'accalmie!" au sujet de la trêve de facto qu'observent grosso modo les groupes radiaux depuis février à la demande du président palestinien Mahmoud Abbas.

Et Khader Habib, un des dirigeants du Djihad à Gaza, a qualifié l'attaque de "réaction naturelle aux crimes de l'occupant".

L'attentat suicide a été condamné par le négociateur palestinien Saëb Eerekat. "Nous exhortons tout le monde à comprendre que la violence appelle la violence et nous ne voulons plus en revenir à ce cercle vicieux", a-t-il dit.

L'Autorité palestinienne, qui a également condamné les tirs de roquettes à partir du nord de Gaza, a annoncé y avoir déployé des forces pour les prévenir


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 28 Oct 2005, 12:14 
Bouldingue
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 21 Sep 2005, 14:09
Messages: 6219
Localisation: Londres
Source: New York Times
http://www.nytimes.com/

Le New York Times a commenté sur la réaction de Mahmoud Abbas sur l'attentat de Hadera, et a soulevé un point important que nous n'avons pas vu reconnu dans l'autres médias: Mr. Abbas lui-même a critiqué l'attaque suicide pour des raisons pratiques, non morales, il a argumenté qu'il "nuit aux intérêts palestiniens et pourrait élargir le cycle de la violence, du chaos, de l'extrémisme et du carnage." Il a dit précédemment que toutes les réponses aux violations israéliennes du cessez-le-feu doivent être considérées collectivement par les Palestiniens.

Mais, dans un discours au parlement palestinien mercredi, il s'est abstenu à condamner Djihad Islamique. Même lorsque le Djihad Islamique a pris le crédit pour les attaques de terroriste, comme les attentats suicide à Tel Aviv a 25 fév. Et à Netanya le 12 juillet, M. Abbas n'a pas critiqué le groupe par nom.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 02 Nov 2005, 13:21 
Bouldingue
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 21 Sep 2005, 14:09
Messages: 6219
Localisation: Londres
http://www.a7fr.com

Des détenus du Hamas rejoignent Al Qaïda
22:53 01 Novembre 2005

La deuxième chaîne israélienne de télévision a révélé un phénomène qui, s’il prenait d’ampleur, aurait sans doute de quoi inquiéter les autorités : des détenus sécuritaires affiliés au Hamas ont annoncé à leurs supérieurs leur décision de quitter le Hamas pour rejoindre les rangs d’Al Qaïda.

Il y a quelques semaines, des documents émanant d’Al Qaïda ont été interceptés alors qu’ils devaient être transmis à quatre détenus sécuritaires dans la prison de Beer Shéva. Après vérification, il s’avère que quelques terroristes du Hamas ayant du ‘sang sur les mains’ ont fait savoir à leurs officiers qu’ils souhaitaient quitter l’organisation du Hamas.

Les autorités pénitentiaires sont d’autant plus inquiètes que les 4 détenus le sont dans 4 prisons différentes. On craint notamment que les gens d’Al Qaïda aient d’ores et déjà réussi à parvenir à infiltrer les prisons.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 03 Nov 2005, 23:55 
Bouldingue
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 21 Sep 2005, 14:09
Messages: 6219
Localisation: Londres
http://www.A7.fr
Consensus palestinien sur la ‘libération de la Palestine’
22:48 03 Novembre 2005

A l’occasion de la fête de l’Aïd Al-Fitr les organisations terroristes palestiniennes, Fatah, Hamas et Djihad islamique, ont rédigé une déclaration commune de bénédiction envers le ‘peuple palestinien’.

Mohmed Higazi, commandant pour Gaza des Brigades des Martyrs d’El-Aqtsa, le bras armé du Fatah, a réitéré l’engagement de son organisation à employer la voie du Djihad et de l’opposition à Israël, jusqu’à «la libération de toute la terre palestinienne».

Le Hamas, qui a lui aussi participé à la rédaction de la bénédiction commune, a juré au peuple palestinien de ‘libérer la patrie du fleuve à la mer’ par le biais d’une guerre ‘légitime’ contre les incroyants.

Dans un autre communiqué publié par le Hamas la veille de l’anniversaire de la Déclaration Balfour, l’organisation terroriste se réjouissait de la défaite infligée par le Djihad islamique à Israël par les ‘combattants du Djihad’ (responsables de l’attentat sanglant de Hadéra). Le Hamas précise que cette année ‘le peuple palestinien qui a lutté contre la déclaration Balfour durant huit décennies’ peut enfin avoir des sentiments de joie face à la victoire enregistrée face ‘à l’ennemi sioniste apeuré’. Le Hamas s’enorgueilli d’avoir repoussé Israël au delà de la Bande de Gaza et annonce qu’il est possible d’aller jusqu’à ‘effacer la déclaration Balfour’ pour rendre à la ‘terre palestinienne’ sa ‘pureté’. Tout commentaire est superflu.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 301 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 21  Suivant

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 9 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher pour:
Aller à:  
cron
POWERED_BY
Traduit par phpBB-fr.com