LibertyVox • Voir le sujet - Gauchisme et réchauffement climatique : la fin de la pensée?
 
 
Retour à l'accueil
Index du forum

LibertyVox

La voix est libre !
Nous sommes le 24 Aoû 2019, 23:05

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 214 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 15  Suivant
Auteur Message
MessagePublié: 07 Nov 2006, 09:34 
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 03 Oct 2006, 15:25
Messages: 57
Localisation: InterZone
Que le gauchisme soit une menace à nos libertés, voir à la notion de progrès, nous le savions déjà. Interdiction du port d’armes dans l’ensemble des « démocraties » européennes, démonisation de la peine de mort comme instrument de régulation socio-juridique, interdiction des OGM et du clonage, totalitarisme fiscal et paralysie économique, terrorisme intellectuel et mise en coupe réglée du paysage conceptuel, les exemples abondent de l’assaut généralisée lancée par les post-marxistes contre la libre-pensée et contre notre liberté d’action.

A ce carnaval permanent de dogmes fallacieux il faut aujourd’hui ajouter l’offensive tous azimuts menée par l’écogauchisme contre le « réchauffement climatique » et les sois disant « extinctions de masse ». En apparence pétrie de nobles idéaux, cette nouvelle croisade névropathe de la gauche globale constitue une dangereuse charge menée contre l’Occident, son mode de développement économique et ses fondements philosophiques.

Dans ‘an inconvenient truth’, Al Gore le mauvais perdant, l’autoproclamé inventeur d’Internet(1) annonce à coups de prédictions apocalyptiques et de données bidonnées la fin de notre civilisation dans un chaos climatique généralisé : famines, catastrophes climatiques, fonte de la calotte glacière et élévation du niveau de la mer, tout y passe pour faire culpabiliser l’homme blanc de sa maîtrise de la nature et de sa capacité technologique. En subordonnant l’écosystème à ses ambitions productivistes, le modèle occidental, nous dit-on, préparerait rien de moins que la disparition de l’espèce humaine.

Principaux relais français de cette manipulation globale, le large spectre des pastèques écolo-gauchos, « rouge dedans et verts dehors », constitue une coalition hétéroclite de politiques ambitieux (les célèbres Verts que le monde entier nous envient), de cinglés barbouzards (le beau José Bové) et de scientifiques névrosés en mal d’affection (Hubert Reeves et sa gueule de père noël sous psychotropes). Le message est toujours le même : la cupidité capitaliste détruit la planète, assassine des espèces innocentes et travaille consciencieusement à l’apocalypse. Les références sont également invariables, au premier rang desquelles les études pléthoriques fournies complaisamment par l’ONU et sa bureaucratie pléthorique (comme le fameux Intergovernmental Panel on Climate Change, IPCC).

Seul problème : l’essentiel de ces données sont au mieux fantaisistes, souvent carrément mensongères. Un nombre croissant de spécialistes des plus crédibles s’insurge aujourd’hui contre une succession de manipulations qui font peu de cas de la méthode scientifique : affirmations péremptoires, trucages statistiques et mensonges grossiers y sont employés régulièrement à seule fin de généraliser la panique climatique. Mieux vaut tard que jamais, la communauté scientifique internationale, longtemps préservée, découvre le terrorisme intellectuel et constate avec effarement la subversion de ses méthodes et de ses outils mathématiques. Pour une analyse détaillée de l’absurdité des déclarations écogauchistes, il n’est que de jeter un œil à cette analyse honnête et complète de Christopher Monckton(2), ainsi qu’à son récent article pour le Telegraph(3). Les faits y parlent d’eux-même : la température moyenne augmente ou diminue selon la méthode statistique retenue, et l’ONU, entre autres, privilégie systématiquement les ensembles de données les plus alarmants. Que veut-on exactement obtenir par ce lavage de cerveaux ? Rien de moins que la mise au pilori du système-monde, en tant qu’organisation libre et rationnelle de la production et de l’exploitation des ressources, qu’a mis en place l’Occident au service de l’innovation technologique. En filigrane apparaît l’obsession gauchiste de punir l’homme blanc, criminel par nature, de ses siècles de domination sur le reste du monde. Tout aussi grave, cette perversion de la science en tant que méthode renvoie au complot des blouses blanches cher à Staline, et constitue une grave menace à l’existence de la pensée critique.

Qu’est-ce que l’écologie ? En théorie, elle se définit comme l’étude des interactions systémiques entre géosphère, atmosphère et biosphère dans le cadre de leurs mécanismes physico-chimiques d’interrelation et d’auto-ajustement. Dans la tête d’une gauche que plus aucune éthique scientifique ne semble étouffer, elle est au contraire devenue la propagandisation du pêché originel de l’homo occidentalis contre la nature et contre ses frères opprimés. Belle inversion conceptuelle !

L’idée d’un rapport entre écologie et « protection de l’environnement » est un non-sens. Toute observation implique nécessairement un impact sur le système étudié : en physique atomique comme en ornithologie, l’observateur est un intrus dont le regard perturbe les conditions normales de fonctionnement du système. L’écologie n’échappe par à la règle, puisque notre degré de compréhension de la biosphère est directement corrélé à notre impact sur elle. La preuve, la naissance de l’écologie dans les années 40 est concomitante de notre passage en tant qu’espèce à une ère « d’influence totale » : achèvement de l’intégration économique du monde, fission de l’atome et explosion démographique globale. Pas d’écologie sans domination de la Technique.

La protection de l’environnement est un impératif rationnel connu de toutes les sociétés depuis le paléolithique : gestion dans la mesure du possible des ressources en nutriments, en eau, puis en bois et en métaux. C’est une condition économique de la pérennité politique, et en aucun cas le contraire, c’est-à-dire une entrave idéologique au développement techno-politique. Pour l’avoir oublié, la gauche suicidaire s’est trouvé un nouvel ennemi à sa mesure : l’humanité, dans toute sa dimension innovante, agissante et pensante. Pas de quoi surprendre les lecteurs de Soljenitsyne et Boulgakov, qui avaient compris avant BHL que le communisme ne pouvait exister et s’affirmer que CONTRE l’humain.

Wtf

(1) : http://sethf.com/gore/
(2) : http://www.telegraph.co.uk/news/graphic ... OAVCBQYIV0
(3) : http://www.telegraph.co.uk/news/main.jh ... warm05.xml


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 07 Nov 2006, 19:09 
Coran Tanplan
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 07 Avr 2006, 16:08
Messages: 9600
Localisation: Belgique
A ce propos (le matraquage merdiatique actuel sur le sujet), il vient de m'être rapporté qu'un reportage serait passé hier au JT de TF1, dans lequel on insinuait que, suite à ces changements en cours (sécheresse), et le maïs étant trop gourmand en eau (exemple pris), il était question de le remplacer par des espèces tropicales (le sorgho)...

Voilà qu'ils s'attaquent à notre agriculture, maintenant :evil: :evil: :evil:

On va bientôt bouffer du manioc et du taboulé à la place du pain, qu'on se le dise :idea:

On est vraiment en pleine science-fiction, là :shock:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 07 Nov 2006, 19:12 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
Cultivons plutôt de quoi remplacer le pétrole pour ne plus dépendre des terroristes modérés. (Copyright L&O :lol: )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 07 Nov 2006, 19:22 
Coran Tanplan
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 07 Avr 2006, 16:08
Messages: 9600
Localisation: Belgique
Va falloir créer un nouveau moratoire :mrgreen:

:D


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 07 Nov 2006, 20:31 
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 03 Oct 2006, 15:25
Messages: 57
Localisation: InterZone
Mécréant >>> je ne qualifierais pas le maïs d'espèce de chez nous, c'est une poacée originaire d'Amérique Centrale. Le blé me tient davantage à coeur dans la mesure où c'est une plante eurasiatique sur laquelle s'est fondé le développement de l'agriculture en Europe; de sucroît le pain de blé est délicieux.

Quant au sorgho, vous savez combien il est à la mode (comme le mil d'ailleurs) : plante associée à la cuisine africaine, c'est donc une incarnation du "manger cool". Je crains qu'il ne nous faille nous habituer à l'avoir dans nos assiettes.

Uncle >>> Croyez-vous vraiment aux biocarburants où faites-vous semblant ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 07 Nov 2006, 20:45 
Coran Tanplan
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 07 Avr 2006, 16:08
Messages: 9600
Localisation: Belgique
Il faut avouer qu'ici le délire atteint des sommets :shock:

Il faut virer de toute urgence tous ces malades perdus dans leurs rêveries utopiques criminelles, et leur interdire à jamais tout accès à une quelconque responsabilité publique ,ce n'est plus une question politique, mais bien de santé publique :idea:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 07 Nov 2006, 21:03 
Beau Dandy
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 07 Juil 2006, 15:38
Messages: 2058
Localisation: chez moi
Wtf a écrit:
A ce carnaval permanent de dogmes fallacieux il faut aujourd’hui ajouter l’offensive tous azimuts menée par l’écogauchisme contre le « réchauffement climatique » et les sois disant « extinctions de masse ». En apparence pétrie de nobles idéaux, cette nouvelle croisade névropathe de la gauche globale constitue une dangereuse charge menée contre l’Occident, son mode de développement économique et ses fondements philosophiques.


Pfff... Et pour venir à bout de cette thèse, vous n'avez rien d'autre qu'une série d'article écrits dans le Sunday Telegraph par un de ses anciens dirigeants, au demeurant ex-conseiller de Margareth Tatcher?
Une étude parue dans une revue scientifique, par exemple?

_________________
"La religion donne naissance à l'intégrisme comme la graine donne naissance à l'arbre." Taslima Nasreen


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 07 Nov 2006, 21:11 
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 03 Oct 2006, 15:25
Messages: 57
Localisation: InterZone
Comme vous le savez, les revues dites "scientifiques" sont de moins en moins dignes de confiance, il n'est qu'à voir ce que sont devenus le New Scientist ou la revue Recherche.

je vous invite à examiner en toute honnêteté ces données : http://www.telegraph.co.uk/news/graphic ... OAVCBQYIV0

La démonstration à le mérite de la rigueur, malgré un titre spectaculaire et un goût très anglo-saxon pour les phrases-choc. Les références sont clairement citées, contrairement aux rapports de l'IPCC, et libre à vous de les vérifier.

Je ne vois pas, de sucroît, ce que Maggy Thatcher vient faire là-dedans. Si vous n'aimez pas la dame de fer libre à vous ; mais discréditez-vous pareillement tous les experts français (parfois brillants) qui eurent le malheur de conseiller Jacques Chirac ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 07 Nov 2006, 23:29 
Grand Pope
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 23 Fév 2006, 00:47
Messages: 14749
Wtf a écrit:
Mécréant >>> je ne qualifierais pas le maïs d'espèce de chez nous, c'est une poacée originaire d'Amérique Centrale. Le blé me tient davantage à coeur dans la mesure où c'est une plante eurasiatique sur laquelle s'est fondé le développement de l'agriculture en Europe; de sucroît le pain de blé est délicieux.


Uncle >>> Croyez-vous vraiment aux biocarburants où faites-vous semblant ?

Le blé n'est pas à ce que je sache une plante eurasiatique mais une plante africaine (origine: afrique de l'est). Le blé a d'ailleurs suivi l'homme dans sa (ses) sorties du continent africain. Maintenant, pas mal de sources situent son origine dans le croissant fertile....à creuser.
Pour les bio-carburants, si "dans l'absolu" ils peuvent peut être avoir un avantage (modeste) sur le carburant fossile, il va quand même falloir d'enormes surfaces pour cultiver la canne à sucre ou la betterave (dont ils sont issus). Le bresil doit deja se frotter les mains des recentes declarations d'intention HALLUCINANTES faites en France par l'equipe de clodos qui nous dirigent, mais il faudra faire un choix: La forêt amazonienne OU le commerce exterieur. Ce sont les indiens qui vont être contents...... :? :lol:

_________________
Plus Ultra


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 08 Nov 2006, 00:38 
Beau Dandy
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 07 Juil 2006, 15:38
Messages: 2058
Localisation: chez moi
Wtf a écrit:
Comme vous le savez, les revues dites "scientifiques" sont de moins en moins dignes de confiance, il n'est qu'à voir ce que sont devenus le New Scientist ou la revue Recherche.


Hm, pourquoi pas "Science et Vie"? Ce n'est pas aux revues de vulgarisation que je pensais, ça me semble évident...

Si les revues en question ne sont pas dignes de confiance, alors Christopher Monckton ne saurait s'appuyer sur elles pour valider sa thèse, c'est l'évidence même.

Citation:
je vous invite à examiner en toute honnêteté ces données : http://www.telegraph.co.uk/news/graphic ... OAVCBQYIV0

La démonstration à le mérite de la rigueur, malgré un titre spectaculaire et un goût très anglo-saxon pour les phrases-choc. Les références sont clairement citées, contrairement aux rapports de l'IPCC, et libre à vous de les vérifier.


Ça va me prendre du temps... Vous en êtes arrivé au bout? La pièce maîtresse de son argumentation, c'est la remise en question de l'effet de serre, et c'est la plus développée mathématiquement. C'est justement à ce genre de papier que je pensais - autant pour moi.

Citation:
Je ne vois pas, de sucroît, ce que Maggy Thatcher vient faire là-dedans. Si vous n'aimez pas la dame de fer libre à vous ; mais discréditez-vous pareillement tous les experts français (parfois brillants) qui eurent le malheur de conseiller Jacques Chirac ?


Mr. Monckton est un conservateur, c'est tout ce que je voulais souligner. Par conséquent, on peut s'attendre à ce qu'il discrédite la pensée de gauche.
Mais à la relecture, je m'aperçois que sur ce plan, vous allez plus loin que lui... par exemple lorsque vous écrivez:
Citation:
l’essentiel de ces données sont au mieux fantaisistes, souvent carrément mensongères. Un nombre croissant de spécialistes des plus crédibles s’insurge aujourd’hui contre une succession de manipulations qui font peu de cas de la méthode scientifique : affirmations péremptoires, trucages statistiques et mensonges grossiers y sont employés régulièrement à seule fin de généraliser la panique climatique. Mieux vaut tard que jamais, la communauté scientifique internationale, longtemps préservée, découvre le terrorisme intellectuel et constate avec effarement la subversion de ses méthodes et de ses outils mathématiques.

eh bien cela me semble quelque peu péremptoire, justement...
Il se peut que les données aient été biaisées, mal interprétées... mais de là à crier à la falsification et au complot gauchiste? C'est plutôt expéditif.
La sagesse serait d'attendre la parution d'une contre-analyse, ce qui ne saurait sans doute tarder. Car je vous avoue que si je suis capable de lire un exposé scientifique de ce niveau (en l'imprimant, et avec le crayon à la main), s'il contient des erreurs, je ne les verrai pas. Et vous?

_________________
"La religion donne naissance à l'intégrisme comme la graine donne naissance à l'arbre." Taslima Nasreen


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 08 Nov 2006, 01:03 
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 03 Oct 2006, 15:25
Messages: 57
Localisation: InterZone
O'>>>
"The first cereal known to have been domesticated, wheat originated in southwest Asia in the area known as the Fertile Crescent. The earliest archaeological evidence for wheat cultivation comes from the Levant and Turkey. "

http://en.wikipedia.org/wiki/Wheat

avez-vous d'autres sources ?

Célestin>>>
Vous aurez compris que mon propos n'était pas de démontrer, d'autres le font bien mieux que moi, mais de dénoncer, ce qui s'accommode fort bien d'outrances contrôlées et d'entorses à la rigueur sémantique. J'ai donc le droit à l'hyperbole, mieux même, je le revendique.

quant à la thèse de Monckton, on ne peut pas dire qu'elle regorge de mathématiques inabordables, mais j'admets qu'elle est un peu indigeste.

Pour le reste, la technique du papier-crayon est celle que j'utilise également.

Je le répète, c'est un excellent papier. La biblio est extrêmement complète et je vous invite à notamment examiner les travaux de Landscheidt, la bonne synthèse de Khandekar (quoiqu'également indigeste), sans parler de l'excellente analyse de Richard Muller, qui tord le cou à certains des mensonges éhontés auxquels je fais référence dans mon post.

bon courage et n'oubliez pas de dormir !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 08 Nov 2006, 01:16 
Beau Dandy
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 07 Juil 2006, 15:38
Messages: 2058
Localisation: chez moi
Wtf a écrit:
Célestin>>>
Vous aurez compris que mon propos n'était pas de démontrer, d'autres le font bien mieux que moi, mais de dénoncer, ce qui s'accommode fort bien d'outrances contrôlées et d'entorses à la rigueur sémantique. J'ai donc le droit à l'hyperbole, mieux même, je le revendique.

quant à la thèse de Monckton, on ne peut pas dire qu'elle regorge de mathématiques inabordables, mais j'admets qu'elle est un peu indigeste.

Pour le reste, la technique du papier-crayon est celle que j'utilise également.

Je le répète, c'est un excellent papier. La biblio est extrêmement complète et je vous invite à notamment examiner les travaux de Landscheidt, la bonne synthèse de Khandekar (quoiqu'également indigeste), sans parler de l'excellente analyse de Richard Muller, qui tord le cou à certains des mensonges éhontés auxquels je fais référence dans mon post.


C'est que justement, je me méfie des thèses livrées clés en main... 8) C'est entendu, vous faites de la contre-propagande, mais la preuve qu'il y a bien eu une contre-information volontaire et systématique, il va falloir que je la cherche moi-même? Vous savez écrire, c'est sûr, mais j'estime qu'il faut dépasser le niveau de l'effet de style si on veut convaincre.

Citation:
bon courage et n'oubliez pas de dormir !


Merci, je rattrape mes semaines de privation de haut débit... :D Rhaaa! Comment ai-je pu survivre à çà? Ce qui ne me tue pas me rend plus fort... :wink:

_________________
"La religion donne naissance à l'intégrisme comme la graine donne naissance à l'arbre." Taslima Nasreen


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 08 Nov 2006, 01:22 
Grand Pope
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 23 Fév 2006, 00:47
Messages: 14749
Je n'arrive pas à remettre la main sur une source evoquant une origine africaine du blé.
Par contre j'ai trouvé une bonne carte représentant la diffusion à partir du croissant fertile:
http://museum.agropolis.fr/pages/expos/ ... rgidum.htm


[img]http://museum.agropolis.fr/pages/expos/egypte/fr/cereales/carte/turgidum.gif[/img]

_________________
Plus Ultra


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 08 Nov 2006, 01:26 
Grand Pope
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 23 Fév 2006, 00:47
Messages: 14749
Autre lien interessant sur l'origine du blé (je crois que mon origine africaine prend l'eau).

http://www.unctad.org/infocomm/francais ... tm#origine

La découverte du blé remonte à 15 000 ans avant Jésus-Christ dans la zone du Croissant fertile au Proche-Orient. C'est à cette époque que des nomades commencent à ramasser une plante sauvage de la famille des graminées proche de notre blé actuel : l'engrain (lat : Triticum monococcum L) appelé également "petit épeautre" ou locular. Celui-ci sera domestiqué par l'Homme entre 9500 et 8500 ans avant J-C. Cette plante a quasiment disparu à ce jour, toutefois, certains spécimens sont encore conservés par les scientifiques afin d'en préserver le patrimoine génétique.

L'amidonnier (lat : Triticum dicoccum Schrk.) représente le deuxième stade d'évolution vers le blé actuel. Il est issu du croisement de l'engrain et de diverses plantes lui étant apparentées. C'en en fait, l'ancêtre direct du blé dur qui donnera après de multiples mutations naturelles le blé tendre.


Le mot blé a longtemps désigné toute la famille des céréales (au nombre de 13), dont le seigle, le sorgho et le mil. Mais le nom latin Triticum, plus précis, fait référence à trois groupes distincts par leur nombre de chromosomes : le Triticum diploïde (2 N = 14), Triticum tétraploïde (2 N = 28) et Triticum hexaploïde (2 N = 42).

La production de blé a été marquée par plusieurs évolutions. Après avoir été cultivé en petites quantités pendant des milliers d'années, le blé a connu une culture extensive avec l'utilisation de la charrue à soc de fer. Cette invention a permis aux cultivateurs d'améliorer leurs récoltes par un labour profond des sols.

L'augmentation de la production et de la demande a poussé les producteurs à se regrouper créant ainsi de grands domaines et favorisant le dégagement d'excédents. L'apparition, vers le milieu du XVIIIème siècle, d'acteurs intervenant sur le marché du blé dans un but mercantile a fait basculé cette céréale dans l'agriculture commerciale.

A la même époque, la révolution industrielle en Europe a été accompagnée de changements essentiels dans la filière agricole et notamment au niveau des engrais qui ont entraîné une croissance importante de la production de blé. L'accentuation de ce phénomène au cours du XXème siècle, a conduit à une industrialisation de l'agriculture, favorisant de ce fait une augmentation des superficies exploitées tout en abaissant le taux de main d'œuvre.

_________________
Plus Ultra


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 08 Nov 2006, 01:47 
Beau Dandy
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 07 Juil 2006, 15:38
Messages: 2058
Localisation: chez moi
OptimusPrime a écrit:
La découverte du blé remonte à 15 000 ans avant Jésus-Christ dans la zone du Croissant fertile au Proche-Orient. C'est à cette époque que des nomades commencent à ramasser une plante sauvage de la famille des graminées proche de notre blé actuel : l'engrain (lat : Triticum monococcum L) appelé également "petit épeautre" ou locular. Celui-ci sera domestiqué par l'Homme entre 9500 et 8500 ans avant J-C. Cette plante a quasiment disparu à ce jour, toutefois, certains spécimens sont encore conservés par les scientifiques afin d'en préserver le patrimoine génétique.


Dire que le petit épeautre a quasiment disparu, c'est exagéré. Je viens de vérifier en ligne, c'est bien une des variétés vendues dans les magasins dits "bio".

_________________
"La religion donne naissance à l'intégrisme comme la graine donne naissance à l'arbre." Taslima Nasreen


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 214 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 15  Suivant

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 9 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher pour:
Aller à:  
cron
POWERED_BY
Traduit par phpBB-fr.com