LibertyVox • Voir le sujet - Psychiatrie, Psychologie, Répression, Manipulation
 
 
Retour à l'accueil
Index du forum

LibertyVox

La voix est libre !
Nous sommes le 24 Aoû 2019, 11:03

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 
Auteur Message
MessagePublié: 30 Oct 2006, 22:24 
Africanus Rex
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 02 Avr 2006, 18:23
Messages: 6654
Localisation: Entre Poitiers et Covadonga.
Un parallèle pourrait être fait dans ce domaine avec le communisme et son usage de la psychiatrie utilisée pour corriger les "déviants" et en particuliers les apostats, les homosexuels, etc... souvenons de l'invocation au recours de la psychiatrie dans le cas de l'Afghan converti au christianisme et du cas de cet égyptien musulman devenu copte:

http://orient.chretien.free.fr/actual08.htm

On pourrait parler en sens inverse du pic très important des consultations en psychiatrie dans le département de la Seine Saint-Denis, le fameux 9.3, département le plus islamisé de France.

_________________
VIS ET HONOR
-Ne pas subir
-Frapper l'ennemi c'est bien. Frapper l'imagination c'est mieux (deux maximes attribuées au Maréchal de Lattre de Tassigny)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 11 Nov 2008, 21:17 
Davis
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 04 Avr 2006, 16:14
Messages: 921
http://www.memritv.org/clip/en/1449.htm

_________________
Image

Signature


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 12 Nov 2008, 13:14 

Enregistré le: 01 Mai 2006, 15:35
Messages: 998
:lol: Non, je ne ris pas pour le contenu mais pour le choix du fil où vous faites figurer cette vidéo, Yacoub.
Quelle est cette assemblée distinguée je présume où brillent intelligence, lucidité ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 22 Nov 2015, 15:02 
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 30 Avr 2005, 01:16
Messages: 6806
Jean-Louis Caccomo nous a contacté et nous a fait parvenir les textes ci-dessous. Ses ennuis continuent. :idea:

Citation:
Chronologie succincte des faits – Jean-Louis CACCOMO

Je subis la première fois la psychiatrie depuis l’année 2009 à cause d’une « dépression sévère » entraînée par une succession de graves accidents dans ma vie (rescapé du tsunami en Thaïlande, décès prématuré de mon père, divorce…). L’université a profité de mon état de faiblesse pour me faire interner contre mon gré une première fois pour une période de dix-huit mois (douze mois d’internement coupé du monde, suivi de six mois en hôpital de jour l’OASIS).

Je fus rétabli dans mes fonctions en juin 2012.

Courant février 2013 : Pour « motif de précaution », je fais l’objet d’une seconde hospitalisation, cette fois complètement arbitraire et, de surcroit, illégale, même si la direction de l’université prétendra que c’est « pour mon bien ».

Le 4 avril 2014 : Je suis transféré à la Clinique Rech de Montpellier pour y subir douze séances d’électrochocs, auxquelles je vais miraculeusement échapper grâce à la conscience professionnelle et l’intégrité du psychiatre chargé de m’administrer les ECT, le docteur BILLET.

Le 16 juin 2014 : Le docteur BILLET me signe mon certificat de reprise du travail.

4 septembre 2014 : Rentrée universitaire à l’IAE A partir de ce moment là, le harcèlement prend le relais de l’internement :

- Je suis convoqué deux fois à la médecine de travail : à cette occasion, le médecin me recommande de « ne pas faire de vagues dans l’intérêt de tout le monde ».

- En juillet 2014, la direction de l’université fait pression sur le Professeur Bruno Salgues, de l’université de Montpellier, pour déprogrammer ma séance de dédicaces prévue aux journées de Capestang.

- Dans le courant de mois de janvier 2015, je dois stopper une troisième tentative de ré-internement. Je vais voir le cadre de santé avec un témoin qui me dit que cela vient de la DRH ; je vais voir la DRH qui me répond qu’il y a eu un « signalement » de la direction de l’IAE et elle me traite de « alcoolique et mythomane », rajoutant à nouveau que « l’université s’inquiète pour moi ».

- On ne m’a jamais rendu toutes mes responsabilités officielles (pour les confier à mes anciens étudiants) : direction du master Banque & Assurances que j’ai créé il y a plus de dix, direction des relations internationales… et, incidemment, j’ai perdu la garde alternée de mes trois fils que j’avais obtenu en octobre 2009.

- Mes doctorants sont visés à leur tour : Andrey T., étudiant ukrainien inscrit en troisième année de doctorat sous ma direction, a perdu son service de TD et n’a plus de ressources financières ; Tatiana D., étudiante russe inscrite en première année de doctorat sous ma direction, est menacée d’expulsion du territoire français et assigné à résidence (voir le journal télévision de France 3 Languedoc-Roussillon :

https://www.youtube.com/watch?v=qfHfJpyTu4E)

Citation:
Lettre au Ministre de l’Enseignement Supérieur

Institut d’Administration des Entreprises
Jean-Louis CACCOMO – Docteur en sciences économiques de l’université de la méditerranée & Maître de Conférences – Consultant à l’Organisation Mondiale du Tourisme (Nations-Unies)

Objet : Lettre au Ministre de l’Enseignement Supérieur

Perpignan, le 7 novembre 15

Madame la Ministre de l’Enseignement Supérieur

J’ai l’honneur de vous écrire afin de vous informer des agissements intolérables et illégaux que je subis de la part de ma direction, qui a ordonné et signé un acte d’internement psychiatrique contre mon gré à mon encontre sous le motif « de principe de précaution » d’une durée d’isolement de deux fois dix-huit mois, qui m’ont coûté ma liberté, mon honneur, mon intégrité physique et psychologique (médicamentation intensive forcée, programmation de douze séances d’électrochocs…), mes enfants et mes responsabilités académiques qui m’ont toutes été retirées.

Par miracle, et contre toute attente, j’ai réintégrer mon poste en septembre 2014 mais le harcèlement s’est amplifié. Les faits les plus graves sont les suivants :

- janvier 2015 : j’ai du stopper une troisième tentative avortée d’internement contre mon gré totalement arbitraire ;
- convocations abusives et menaçantes à la médecine du travail afin de me forcer à me mettre en maladie ;
- juin 2015 : Le président de l’université de Perpignan fait pression sur le Pr Bruno Salgues de l’université de Montpellier pour faire annuler ma conférence-dédicaces prévues aux « rencontres de Capestang » ;
- mes comptes ont été piraté et j’ai dû porter plainte au commissariat central de police de Perpignan pour « usurpation d’identité », ce qui a conduit mes comptes en contentieux (fichage banque de France, suspension de ma CB, interdiction bancaire, suspension de ma ligne téléphonique) ;
- Graves menaces sur mes doctorants étrangers : Andrey, inscrit en troisième année de thèse sous ma direction s’est vu retiré autoritairement les TD et n’a plus de ressources ; Tatiana, inscrite en première année de thèse est menacée d’expulsion du territoire et assignée à résidence alors que son dossier a reçu l’approbation de mon laboratoire et de l’école doctorale (voir le reportage diffusé sur France 3 Languedoc-Roussillon du 6 novembre).

Vous comprendrez que je ne peux plus tolérer ces pratiques qui déshonorent notre institution alors que, dans le même temps, sous le prétexte de gonfler les effectifs, la moitié des étudiants inscrits en Master 1 ne se présentent jamais en cours.

J’attends une prompte réaction au plus haut niveau sinon je n’aurais d’autres choix que de porter l’affaire en place publique.

Je n’ai plus rien à perdre puisque l’on m’a tout pris, ayant subi la maltraitance physique et psychologique, l’humiliation permanente ainsi que la garde de mes enfants, malgré mes états de service académique et ma reconnaissance internationale avérés par mes pairs dans le monde entier.

Croyez-bien que je me bats pour sauver l’honneur de cette fonction que je respecte alors que j’ai voué ma vie à ma vocation d’enseignement et de chercheur.

Veuillez croire, Madame la Ministre de l’Enseignement Supérieur, à l’expression de mes sentiments dévoués

Citation:
Discours de Jean-Louis CACCOMO – Place Saint-Michel – Paris le 27 juin 2015-06-28

« Sensibiliser l’opinion sur les pratiques et les dérives de l’internement psychiatriques abusif : ça peut tous nous toucher… j’en suis la preuve vivante ».

Je suis une « entité statistique » diagnostiqué hyperactif bipolaire maniaque… mais je suis aussi et surtout docteur en sciences économiques, mention finances internationales, consultant auprès de l’Organisation Mondiale du Tourisme (Nations-Unies) et médaillé de l’International Bibliographical Centre of Cambridge (England - 2013) un mois avant mon internement.

J’ai été emmené à l’hôpital psychiatrique de Thuir et interné mi-février 2013. Après des mois sans durée, j’ai été transféré à la clinique Rech de Montpellier le 4 avril 2014 pour y subir douze séances d’électrochocs (sismothérapie ou ECT), auxquelles j’ai miraculeusement échappé. J’ai été rendu à la liberté le 16 juin 2014, jugé apte à la reprise du travail et à la garde de mes enfants.

Je fête donc aujourd’hui un anniversaire spécial pour moi, à l’occasion de mes 52 ans. Mais, après avoir passé mes 50 ans et mes 51 ans en pavillon d’isolement – pavillon de « protection » -, j’ai encore passé mes 52 ans seul, sans mes trois fils, sans bougie et sans cadeau, avec juste une carte postale de ma mère qui ne m’a jamais abandonnée bien que dépassée par les événements qui ont surpris tout le monde.

A cause de mon séjour psychiatrique subit et contraint, la mère de mes enfants veut m’enlever la garde alternée à laquelle j’ai droit, par décision du juge, depuis le 13 novembre 2009, ce qui fut l’occasion aussi pour elle de s’octroyer une partie de mes revenus sous prétexte que je ne m’occupais pas de mes fils, prétextant que j’étais un homme « irresponsable » susceptible de rechute « maniaque », alors que je suis titulaire d’un doctorat de finance internationale, que j’ai crée un master Banque & Assurance formant des futurs banquiers.

Elle aurait pu me sortir de l’hôpital dès le premier jour de part le lien parental qui nous unit, m’évitant des mois de tortures psychologiques et physiques, mais elle n’en a rien fait. Personne n’a bougé d’ailleurs tellement l’événement est impensable et encore incroyable malgré tous les éléments factuels dont je dispose. Je ne pouvais donc compter que sur moi, moi qui a passé toute ma vie professionnelle a propulsé les autres.

Le psychiatre de Montpellier, qui m’a sauvé la vie, et a sauvé à lui seul l’honneur de toute sa profession, en annulant les séances d’ECT prescrite par Perpignan, m’a confié : « vous vous en êtes sorti par vous-même ». Alors je lui ai répondu : « C’est bien ce qui m’attriste, je n’ai personne à remercier… ».

Mais, comme l’université a tenté de me ré-interner une seconde fois, sans aucun motif tangible – comme la première fois au demeurant à part le « principe de précaution » énoncé devant la première audience du juge des libertés - , j’ai décidé de tout médiatiser en rendant public mon histoire pour me protéger de leur harcèlement, qui s’est répercuté sur mes étudiants et mes amis. C’est pourquoi je suis ici aujourd’hui parmi vous.

Merci Mylène de m’avoir donné l’occasion de m’exprimer ici devant vous. Cela me fait extrêmement chaud au cœur.

La vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie…

Jean-Louis CACCOMO


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 25 Nov 2015, 00:19 
Grand Pope
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 23 Fév 2006, 00:47
Messages: 14749
Caccomo a écrit:
Je suis une « entité statistique » diagnostiqué hyperactif bipolaire maniaque

Eh bien ça change de tous ces profs feignassses / jean-foutre !

Sérieusement, toute ma compassion va envers ce monsieur qui subit sans doute le fait de ne pas avoir baissé son pantalon devant un mandarin.

_________________
Plus Ultra


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 28 Déc 2015, 21:50 
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 30 Avr 2005, 01:16
Messages: 6806
Jean-Louis Caccomo nous informe de cette pétition. :idea:

https://www.change.org/p/ministre-maire-media-journaliste-a-propos-de-l-internement-psychiatrique-arbitraire-%C3%A7a-peut-tous-nous-arriver-la-preuve

A propos de l'internement psychiatrique arbitraire : ça peut tous nous arriver, la preuve.
Jean-Louis CACCOMO. France

Image

Madame la Ministre de l’Enseignement Supérieur,

J’ai l’honneur de vous écrire afin de vous informer des agissements intolérables et illégaux que je subis de la part de ma direction, qui a ordonné et signé un acte d’internement psychiatrique contre mon gré à mon encontre sous le motif « de principe de précaution » d’une durée d’isolement de deux fois dix-huit mois, qui m’ont coûté ma liberté, mon honneur, mon intégrité physique et psychologique (médicamentation intensive forcée, programmation de douze séances d’électrochocs…), mes enfants et mes responsabilités académiques qui m’ont toutes été retirées. Par miracle, et contre toute attente, j’ai réintégré mon poste en septembre 2014 mais le harcèlement s’est amplifié. Les faits les plus graves sont les suivants :

- janvier 2015 : j’ai dû stopper une troisième tentative avortée d’internement contre mon gré totalement arbitraire ;

- convocations abusives et menaçantes à la médecine du travail afin de me forcer à me mettre en maladie ;

- juin 2015 : Le président de l’université de Perpignan fait pression sur le Pr Bruno Salgues de l’université de Montpellier pour faire annuler ma conférence-dédicaces prévues aux « rencontres de Capestang » ;

- mes comptes ont été piratés et j’ai dû porter plainte au commissariat central de police de Perpignan pour « usurpation d’identité », ce qui a conduit mes comptes en contentieux (fichage banque de France, suspension de ma CB, interdiction bancaire, suspension de ma ligne téléphonique) ;

- Graves menaces sur mes doctorants étrangers : Andrey, inscrit en troisième année de thèse sous ma direction s’est vu retirer autoritairement les TD et n’a plus de ressources ; Tatiana, inscrite en première année de thèse est menacée d’expulsion du territoire et assignée à résidence alors que son dossier a reçu l’approbation de mon laboratoire et de l’école doctorale (voir le reportage diffusé sur France 3 Languedoc-Roussillon du 6 novembre).

Vous comprendrez que je ne peux plus tolérer ces pratiques qui déshonorent notre institution. J’attends une prompte réaction au plus haut niveau sinon je n’aurais d’autres choix que de porter l’affaire en place publique. Je n’ai plus rien à perdre puisque l’on m’a tout pris, ayant subi la maltraitance physique et psychologique, l’humiliation permanente ainsi que la garde de mes enfants, malgré mes états de service académique et ma reconnaissance internationale avérés par mes pairs dans le monde entier. Croyez-bien que je me bats pour sauver l’honneur de cette fonction que je respecte alors que j’ai voué ma vie à ma vocation d’enseignement et de chercheur.

Veuillez croire, Madame la Ministre de l’Enseignement Supérieur, à l’expression de mes sentiments dévoués.

https://www.youtube.com/watch?v=RydzEkk-DHE


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 10 Fév 2016, 06:12 
Acerbe
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 20 Juin 2006, 04:20
Messages: 4763
Très bonne analogie.

Le "Windows" du Sunnite
Aldo Stérone. 25 août 2014

https://www.youtube.com/watch?v=AIqHtsFF4YA


La psychologie du sunnisme et quelques comparaisons avec Windows.

_________________
Roma Æterna / Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice. George Orwell.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 13 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher pour:
Aller à:  
cron
POWERED_BY
Traduit par phpBB-fr.com