LibertyVox • Voir le sujet - SOHEIB BENCHEIKH , L'ETRANGE MUFTI DE L'ISLAM DE FRANCE !
 
 
Retour à l'accueil
Index du forum

LibertyVox

La voix est libre !
Nous sommes le 10 Aoû 2020, 21:41

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 48 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur Message
MessagePublié: 09 Sep 2006, 20:22 
http://www.fairelejour.org/article.php3?id_article=491


Dernière édition par Delcambre le 11 Sep 2006, 07:36, édité 3 fois au total.

Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 09 Sep 2006, 20:26 
« On entre dans une radicalisation délirante ! »
INTERVIEW DE SOHEIB BENCHEIKH PAR LE PARISIEN
mercredi 21 janvier 2004

PAS UNE FOIS, en deux heures de dialogue, Soheib Bencheikh ne sourit. Le mufti de Marseille, docteur en théologie, 41 ans, nommé à 30 à cette fonction de « sage » placé au-dessus des imams, conserve la même prestance, et ce parler-vrai incendiaire contre les dérives de l’islam, qui lui a valu dès ses premières sorties publiques, à Marseille, une condamnation à mort du GIA. Il a refusé une protection rapprochée, les menaces ne l’ont jamais préoccupé. En revanche, l’homme est devenu terriblement grave, tendu, exaspéré : préoccupé par l’actualité qui divise les musulmans de France, à la veille d’une manifestation qui inquiète, Soheib Bencheikh nous révèle qu’il se prépare à claquer la porte du Conseil français du culte musulman.

Que pensent aujourd’hui les musulmans en France ?

Soheib Bencheikh. La majorité des musulmans, les gens ordinaires, souhaitent un islam ouvert, modéré, ils veulent entendre un discours novateur, moderne. C’est cela que je veux faire triompher. Aujourd’hui, qui trouve-t-on pour représenter les musulmans ? Les « barbus », le plus souvent sans culture théologique, enferment les quartiers dans une vision archaïque de l’islam. Au plus haut niveau, les mouvements fondamentalistes viennent d’obtenir une reconnaissance démesurée avec la création du CFCM. Au sein de ce Conseil, je suis le seul théologien. J’y siège comme « personnalité qualifiée », en réalité disqualifiée : mes convictions y sont très minoritaires, je ne peux pas les défendre. Depuis la rentrée, on ne débat que des rapports de pouvoir, c’est insupportable. Dans un souci sécuritaire louable, Nicolas Sarkozy a créé ce système qui intègre les mouvements intégristes pour mieux les contrôler. Le résultat, c’est qu’ils ont gagné un pouvoir qu’ils n’avaient pas. Ils se sont emparés de l’Ile-de-France, de Marseille, les mosquées prennent leurs ordres aux consulats d’Algérie ou du Maroc, ou dans les mouvances fondamentalistes internationales. On est entré dans une phase de radicalisation délirante !

Le Conseil peut-il survivre à ces divisions ?

Je prédis son implosion. Personnellement, je ne veux plus être l’alibi d’une instance déséquilibrée. Dalil Boubaker est un modéré, mais c’est l’arbre de respectabilité qui cache la forêt, et il ne peut pas s’exprimer. Je me prépare donc à démissionner de toutes mes fonctions, au sein du Conseil comme à Marseille. Nicolas Sarkozy veut m’en dissuader, il m’a convoqué le 30 janvier. Je vais l’écouter. Mais il m’a déjà promis tant de choses.

La manifestation d’aujourd’hui traduit-elle ces dérives ?

Je crois qu’elle traduit l’influence des pseudo-religieux qui s’emparent du débat sur la laïcité comme d’un cheval de Troie pour conforter en France cet islam politique, obscurantiste, qui fait des ravages dans les pays arabes. Les mouvances radicales sont implantées dans toutes les grandes villes, et dans certaines mosquées. Elles se nourrissent de la crise des jeunes dans les quartiers-ghettos, et gagnent en influence auprès des garçons de 12 à 25 ans. Les femmes (14 % d’entre elles selon les sondages) sont favorables au port du voile. C’est considérable. Les lieux de prière sont bondés, ce qui n’était pas le cas il y a quelques années : je suis imam, et pourtant je ne m’en réjouis pas, mon rôle aujourd’hui est plutôt de freiner cette pseudo-religiosité...

Votre position sur le voile ?

Le voile est une fausse route pour les jeunes filles. Rien dans le Coran ne leur impose d’afficher ainsi leur foi. Le voile conduit trop souvent à des comportements inquiétants, comme le refus de la mixité, de l’égalité des sexes, des cours de biologie ou de sport. Je suis favorable à la loi contre les signes religieux à l’école, car il faut éviter d’envoyer les profs en première ligne.

Tariq Ramadan séduit certains musulmans. Votre opinion ?

Je connais l’homme, je l’ai rencontré à plusieurs reprises, ce n’est pas un théologien averti, mais c’est un tribun charismatique. Il défend une vision totalitaire, intégriste, c’est un crime de le mettre en contact avec la jeunesse. C’est pourtant ce qu’a fait en France la Ligue de l’enseignement, ce sanctuaire de la laïcité ! C’est elle qui a fait bénéficier Ramadan de sa logistique...

Pourquoi l’islam modéré ne s’impose-t-il pas ?

Les modérés sont majoritaires mais ne se mobilisent pas. C’est toujours le cas des majorités silencieuses. Les mouvements radicaux, à l’inverse, disposent de troupes militantes, parce que ce sont des partis. Moi, je n’ai que mes convictions, je n’ai pas de troupes derrière moi. Il faut donc inventer une organisation tout à fait nouvelle. Mais je reste confiant : on vient de rater, encore une fois, l’occasion de jeter les bases d’un islam de France,

« On entre dans une radicalisation délirante ! »
8 août 2006, par Souleymane Imam Mouhamadou [retour au début des forums]
Ma réaction porte sur le voile dont le cheick ne juge pas l’utilité, plus loin de faire la morale à une aussi éminente personnalité. Je voudrais juste des éclaircissemnts sur le verset coranique qui dit :« Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles, elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées.(...) » XXLIII-59

> « On entre dans une radicalisation délirante ! »
8 août 2006, par Stéphane ARLEN [retour au début des forums]
--------------------------------------------------------------------------------
C’est simple : la sourate que vous citez dit clairement qu’il faut qu’une femme ne sorte pas à moitié nue et qu’elle se couvre le corps pour ne pas être indécente. Nulle part dans le Coran il n’est écrit qu’une femme doit se couvrir la tête ou le visage. Et même si c’était écrit, ce livre raconte tant d’âneries et de monstruosités pour un homme de raison qu’il vaut mieux le ranger dans une poubelle ou entre deux livres d’horreur pour enfants.
[Répondre à ce message]

> « On entre dans une radicalisation délirante ! »
25 mai 2004, par Tewfik [retour au début des forums]
Je salue le courage de Mr SOHEIB BENCHEIKH, car je pense que l’islam a besoin d’hommes équilibrés comme lui, moderne, ouvert et surtout grand défenseur de l’islam vrai. Bref je suis un jeune algérien soucieux de ma religion (l’islam), malheureusement je n’ai pas le savoir du grand SOHEIB BENCHEIKH, je n’ai que mon coeur et ma logique qui me causent souvent des problèmes avec mes concitoyens. Bref j’ai aimé cet article et je souhaiterai une meilleure médiatisation de ce grand Monsieur et que dieu le protège.

pour un islam ouvert
4 novembre 2005, par maryam [retour au début des forums]
--------------------------------------------------------------------------------

entièrement d’accord avec tous ceux qui défendent ce courageux monsieur
j’aimerais entrer en contact avec MINA est-ce possible ? petit problème technique pour visualiser son adresse e-mail ...

> « On entre dans une radicalisation délirante ! »
27 janvier 2004, par Madame lema [retour au début des forums]

Mr Souheib Bencheikh n’a pas le droit de se dérober car il est de son devoir envers l’islam et les musulmans modérés de rester en poste et de défendre l’islam le vrai celui qui est dans nos cœurs non pas sur nos corps (voil et tchador)et qui éclairé notre vie sans pour autant nous pousser vers l’extrémisme et l’intolérance envers les non pratiquant et les adeptes des autres religions.

Ce que beaucoup de musulmans de France font au nom de la liberté, l’égalité et fraternité n’oserai le ni s’exprimer de la sorte dans certains pays musulmans dirigés par des régimes dictateurs, moi je dirai à Mr Souheib au contraire il doit mobiliser cette majorité silencieuse pour sauver l’islam une fois de plus des mains de ces assoiffés de pouvoir ceux qui continuent à voir en la femme l’être faible garantissant leur suprématie menaçant leur virilité qui n’a d’autre moyen de s’exprimer qu’en opprimant ce sexe faible source de tous leurs malaises . De grâce Mr Souheib ne leurs donnait pas l’occasion d’arriver à leurs fins il faut leur barrer la route.

Une musulmane jalouse pour son islamité

> « On entre dans une radicalisation délirante ! »
12 juillet 2006, par Naibed [retour au début des forums]
--------------------------------------------------------------------------------
Mr Souheib Bencheikh n’a pas le droit de se dérober car il est de son devoir envers l’islam et les musulmans modérés de rester en poste et de défendre l’islam le vrai celui qui est dans nos cœurs non pas sur nos corps (voil et tchador)

Ce soi-disant « islam du coeur » , c’est tout simplement de la fumisterie ! il n’existe ni dans le coran, ni dans les hadits, ni dans aucune fatwa. Il n’existe tout simplement PAS.

Et Bencheikh le sait très bien, d’ailleurs. Qu’il bouge le petit doigt, en tentant de réformer ne fut-ce qu’un verset d’une sourate de ce livre, bien pire encore, à pas mal d’égards que celui qui était le livre de chevet des nazis, et il sera déclaré apostat, et une fatwa sera lancée contre lui.

et qui éclairé notre vie sans pour autant nous pousser vers l’extrémisme et l’intolérance envers les non pratiquant et les adeptes des autres religions.

Il n’y a malheureusement pas d’autre islam que celui des islamistes et des terroristes. Et il est fondamentalement, dans les textes, comme dans les actes , de l’intolérance, quand ce n’est pas de l’appel au meurtre et au terrorisme. Un texte qui (si on excepte quelques rares versets déclarés obsolètes de sourates du début de la rédaction), est tout entier rempli de haine, de mépris, et de violence barbare envers la femme, l’homosexuel, les non pratiquants (et surtout ceux qui ont eu le malheur de le dire, et qui deviennent des apostats, menacés de mort), et tous eux qui, qu’ils soient d’une autre religion, ou qu’ils les refusent toutes, refusent de se soumettre à cette secte.

Voir par exemple ici ou ici

« On entre dans une radicalisation délirante ! »
23 janvier 2004, par Mr NAMRI [retour au début des forums]

"31. Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines ;" Ceci est un extrait de Sourate 24 : La lumière (An-Nur).
Si on prend nos enseignes du Coran, Ce dernier traite le voile avec une clareté évidente. L’Islam est claire, par contre si vous n’etes pas d’accord avec ces enseignes (chose toute a faitement acceptable) ne dite pas au non de L4islam et non du Livre de Dieu des mensonges. Au respect de toutes les religions, de la liberté du culte et de la dignité de la femme musulmane.
Note : la totalite de la sourate La Lumière se truve dans le site : http://oumma.com/coran/afficher.php ?NumSourate=24

« On entre dans une radicalisation délirante ! »
23 janvier 2004, par Stéphane [retour au début des forums]
--------------------------------------------------------------------------------
Effectivement, le Coran parle de "couvrir la poitrine", et non pas les cheveux, ou tout le corps... Le problème avec les livres sacrés, c’est qu’on y trouve ce qu’on veut : le modéré n’imposera donc rien à sa femme, alors que l’intégriste lui ordonnera de sortir complètement couverte. Et dire qu’il y a encore des gens pour lire ces livres de fables...
[Répondre à ce message]

> « On entre dans une radicalisation délirante ! »
22 janvier 2004 [retour au début des forums]
Monsieur Benchikh se plaint de ne pas avoir de troupes avec lui. Vu ce qu’il vient de dire aujourd’hui, il n’a pas encore compris pourquoi ? Tout simplement parce que une bonne majorité de français musulman ne sont pas d’accord avec lui, c’est aussi simple que cela.

« On entre dans une radicalisation délirante ! »
27 janvier 2004, par Mina [retour au début des forums]
idées personnelles
--------------------------------------------------------------------------------
Je suis tout a fait d’accord avec le mufti de Marseille. Pour la question du voile, il ne suffit pas de lire betement le coran, sans se poser de questions, sur le contexte historique, politique, sociologique, culturel de la sourate, le pourquoi et le comment de la chose. Le probleme chez les musulmans actuellement, en particulier chez les arabes, c’est l’absence de tout ijtihade, c’est à dire, l’absence de toute reflexion. L’islam par definition est discretion, le foulard ou la tenue integriste ne fait que attirer les regard dans un pays comme la France. Je ne suis pas non plus, d’accord pour son interdiction. Ce n’est pas en ne portant pas le voile, qu’on est mauvaise musulmane, et l’islam ne se resume pas un morceau de tissu, c’est vraiement honteux et lamentable pour nos ancetres les musulmans. C’est drole, c’est tjrs les hommes qui s’expriment sur la question du voile :)) pourquoi cela ? Je rappelle à M Soheib, qu’il n’est pas seul, et que une bonne majorité le soutien, le probleme, chacun de nous à une situation professionnelle, on preferent garder nos pratiques religieuses comme une affaire privée, on n’a pas besoin de montrer à qui que ce soit, qu’on est pratiquant, c’est une affaire privée entre Dieu et nous meme. Notre islam se traduit dans notre comportement avec n’importe quelle race, n’importe quel croyant, on reste respectueux, tolerant. On juge personne. Je tiens à feleciter tous ceux qui menent le meme combat que M Soheib, qui essayent de sauver la grande masse des idees obscures des manipulateurs.

« On entre dans une radicalisation délirante ! »
3 juillet 2006, par Naibed [retour au début des forums]
--------------------------------------------------------------------------------
Comment le seraient-ils ? l’islam de Monsieur Benchikh n’existe que dans ses déclarations, pas dans les textes.

Et quand on prend ceux-ci, à commencer par le coran, le doute n’est malheureusement plus permis, et le verdict est clair : l’islam est fondamentalement extrémiste et terroriste, et son texte de base ne le cède en rien, pour les musulmans, au "Mein Kampf" des nazis.

Aussi, quand on demande à ces "nouveaux penseurs de l’Islam" de préciser leurs positions et comment elles sont confortées dans les textes, ces soi-disant musulmans modérés s’empressent de changer de sujet de conversation.

Par ailleurs, au nom de la « oumma », cette fraternité musulmane mal comprise, ces musulmans "modérés" se sentent solidaires de ceux qui le sont un peu moins, ces derniers de ceux qui ne le sont pas du tout, ceux qui ne sont pas modérés des extrémistes, et ces derniers des terroristes... aboutissant ainsi une forme de continuum musulman particulièrement pervers.

[img]http://www.fairelejour.org/IMG/arton491.jpg[/img]


Dernière édition par Delcambre le 09 Sep 2006, 20:28, édité 1 fois au total.

Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 09 Sep 2006, 20:28 
Masqué d'Al Aqsa
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 29 Oct 2005, 12:07
Messages: 2976
ce ben sheik est un bouffon et est considéré comme tel par ses frères et soeurs qui lors des élections aux cfcm dns la région marseillaise ont préféré les représentants de l'uoif.
il bavasse, ça fait plaisir et rassure les crétins journaflics mais ne représente que lui même


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 09 Sep 2006, 22:48 
J'avoue très sincèrement que l'utilité de la mise en ligne de ce fil m'échappe complètement. C'est pour illustrer quoi, exactement ? :shock:
Toutes les facettes possibles de nous toujours, sans répit et sans vergogne, islamentablement musulmantir ?
Depuis quand finalement la République Française (pourvu que ce titre ait encore un quelconque sens) a cet immense honneur d'être gratifiée des "mufti de Marseille" ???


Haut
  
Répondre en citant  
MessagePublié: 09 Sep 2006, 23:31 
Delcambre a écrit:
http://www.fairelejour.org/article.php3?id_article=491


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 09 Sep 2006, 23:43 
PRESIDENTIELLE: 27 candidats déclarés pour 2007
NOUVELOBS.COM | 02.09.06 | 17:15

Le 2 septembre 2006, quelque 27 candidats étaient officiellement déclarés pour l'élection présidentielle, à 8 mois de l'échéance élyséenne.
Après 16 candidats en 2002, un nouveau record pourrait être battu en 2007.

LES CANDIDATS DECLARES

- Jean-Marie Le Pen, 77 ans, président du Front national. Déjà 4 fois candidat, il espère rééditer son score d'avril 2002 (16,86%), qui lui avait permis d'accéder au second tour face à Jacques Chirac.
- Arlette Laguiller, 65 ans (5,72% en 2002), portera pour la 6e fois les couleurs de Lutte Ouvrière.
- Olivier Besancenot, 32 ans, porte-parole de la Ligue communiste révolutionnaire. Candidat en 2002 (4,25%).
- Philippe de Villiers, 57 ans, président du Mouvement pour la France. Candidat en 1995 (4,74%).
- Antoine Waechter, 57 ans, président du Mouvement écologique indépendant (MEI), candidat en 1988 (3,78%).
- Dominique Voynet, 47 ans, sénatrice (les Verts) de Seine-Saint-Denis, ancienne ministre. Candidate en 1995 (3,32%)
- Bruno Mégret, 57 ans, président du Mouvement national républicain. Candidat en 2002 (2,34%).
- Corinne Lepage, 55 ans, présidente de Cap 21, ancienne ministre de l'environnement de 1995 à 1997.

Candidate en 2002 (1,88%).
- Jacques Cheminade, 64 ans, président de "Solidarité et progrès". Candidat en 1995 (0,28%).
- Frédéric Nihous, 39 ans, directeur de Chasse Pêche Nature Traditions (CPNT), portera les couleurs du parti de Jean Saint-Josse.
- Nicolas Dupont-Aignan, 44 ans, député UMP (souverainiste) de l'Essonne.
- Dieudonné, 39 ans, humoriste.
- France Gamerre, 64 ans, présidente de Génération Ecologie.
- Eric Taffoureau-Millet, 43 ans, président de "Attention! Handicap".
- Yves-Marie Adeline, 46 ans, président de l'Alliance Royale.
- Roland Castro, 64 ans, architecte-urbaniste, fondateur du "Mouvement de l'utopie concrète".
- Christian Chavrier, 40 ans, président du Parti fédéraliste.
- Jean-Philippe Allenbach, 58 ans, ancien dirigeant du Parti fédéraliste.
- Rachid Nekkaz, 34 ans, président du "Club des élus Allez France".
- Leila Bouachera, 45 ans, ex-UMP, chargée de mission au CSA.
- Jean-Marc Governatori, 47 ans, président du mouvement "La France en action".
- Soheib Bencheikh, 45 ans, ancien grand mufti de Marseille.
- Stéphane Pocrain, 33 ans, fondateur du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN).
- Yvan Bachaud, 67 ans, retraité, défenseur du référendum d'initiative citoyenne.
- Nicolas Miguet, 45 ans, président du Rassemblement des contribuables français.
- Michel Martucci, 75 ans, président de la Confédération nationale des syndicats CID (artisans, commerçants).
- Romdane Ferdjani, 59 ans, adjudant-chef à la retraite.

LES CANDIDATS PROBABLES
- Nicolas Sarkozy, 51 ans, président de l'UMP, ministre de l'Intérieur. Il devrait être "soutenu" par les adhérents de l'UMP lors d'un congrès début 2007.
- François Bayrou, 54 ans, président de l'UDF. Candidat en 2002 (6,84%).
- Marie-George Buffet, 56 ans, secrétaire nationale du PCF.
- Christine Boutin, 62 ans, présidente du Forum des républicains sociaux (associé à l'UMP). Candidate en 2002 (1,19%).

LES CANDIDATS POSSIBLES
- José Bové, 53 ans, ancien porte-parole de la Confédération Paysanne, altermondialiste.
- Christiane Taubira, 54 ans, députée PRG de Guyane. Candidate en 2002 (2,35%).
- Jean-Pierre Chevènement, 67 ans, président d'honneur du MRC. Candidat en 2002 (5,33%).

Au PS

Plusieurs personnalités socialistes sont en course, officiellement ou non, en attendant le vote des militants le 16 novembre.
- Ségolène Royal, 52 ans, présidente de Poitou-Charentes.
- Laurent Fabius, 59 ans, ancien Premier ministre.
- Jack Lang, 66 ans, député du Pas-de-Calais.
- Dominique Strauss-kahn, 57 ans, député du Val-d'Oise.
- François Hollande, 51 ans, premier secrétaire
- Lionel Jospin, 68 ans, ancien Premier ministre. Candidat en 1995 et 2002, il pourrait faire son retour en politique après son échec de 2002 (éliminé au 1er tour avec 16,18% des voix).
- Martine Aubry, 55 ans, maire de Lille

A l'UMP, le Premier ministre Dominique de Villepin, 52 ans, reste un candidat possible à la course à l'Elysée. La ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie a elle aussi réaffirmé récemment sa volonté de rester dans la course.


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 09 Sep 2006, 23:46 
C'est un "modéré", le musulman carotte que nous sommes sommés de gentiment croquer sous peine de (re)voir sévir les autres, les musulmans bâtons ?


Haut
  
Répondre en citant  
MessagePublié: 09 Sep 2006, 23:47 
Pavel a raison. En fait je voulais intituler mon fil " Les mensonges du mufti de la République". C'était totalement ironique pour me moquer de ce sacré farceur qui nous invente un islam qui n'existe pas , avec son frére Ghaleb, nous prenant pour des ignares et qui , en plus, a la prétention de vouloir être président de la République. :shock:


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 09 Sep 2006, 23:54 
pavel a écrit:
C'est un "modéré", le musulman carotte que nous sommes sommés de gentiment croquer sous peine de (re)voir sévir les autres, les musulmans bâtons ?

Magnifiquement dit et , en ce qui le concerne je me pose des questions
- soit il est totalement ignorant du droit musulman ( c'est ce que pensent certains de ses adversaires) et c'est grave pour un MOUFTI qui doit délivrer des consils juridiques ( fatwas)
- soit il connaît mais il se tait et ment par intérêt pour être bien vu du pouvoir.
Mais c'est une catastrophe car il présente une ratatouille , une islam laïcisé et christianisé , sorti de son cerveau et qui n'existe pas !!! et ceci sous le regard extasié de Sarkozy qui est le deuxième larron dans l'histoire. Savez-vous qu'il n'est plus mufti mais a un haut poste . Je vais rechercher l'information. C'est une mascarade invraisemblable.


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 10 Sep 2006, 00:01 
L’invité de la semaine Soheib Bencheikh mufti de Marseille
Nous sommes dans un temps ou le poids des mots s’est accru. On parle de djihad que l’on traduit par " guerre sainte ". Qu’en est-il exactement. Djihad vient de " djuhd " qui signifie effort. Théologiquement le djihad est divisé en deux djihads : le grand et le petit. Le grand djihad est une guerre livrée par l’homme contre sa propre faiblesse, sa petitesse, ses instincts, ses possessions, ses obsessions, avec un objectif de détachement, un affranchissement vis-à-vis des tentations et une maîtrise de soi. À cet égard, on peut rapprocher cet effort de la plupart des grandes sagesses et de certaines philosophies, ou encore du bouddhisme ou de la mystique chrétienne qui appellent à cette maîtrise de soi et à cette liberté par rapport à la condition matérielle et aux besoins de l’homme.

Le petit djihad, lui, est une guerre dans le sens réel du mot mais une guerre défensive. Contrairement aux chrétiens - quand bien même ont sait qu’ils ont pris bien des libertés avec cela -, le musulman est autorisé par le Coran à prendre les armes mais uniquement pour se défendre. Le seul verset qui fait allusion à ce djihad, dans la sourate II, est celui-ci :

" Combattez dans la voie de Dieu ceux qui vous combattent et n’agressez point. Dieu n’aime pas les agresseurs. "

D’autres versets, il est vrai, expriment un souci guerrier mais ils ne font pas juridiction :roll: :roll: :roll: :roll: :roll: car ils sont liés aux circonstances de l’époque de la révolution coranique et notamment au siège de Médine, contre le prophète et les musulmans, siège auquel ils répondirent par une bataille célèbre.

J’ai donné un jour cette explication très orthodoxe et qui ne correspond pas exactement à mon avis, plus réformiste et plus moderniste, dans une conférence dans le Nord. Une dame, alors, m’a dit très gentiment. Vous avez tout de même fait beaucoup de kilomètres en vous défendant pour arriver de Médine jusqu’à Poitiers. La question était pertinente, évidemment, et c’est un des nouds de l’histoire. Est-ce que l’extension d’un empire temporel islamique doit être liée à l’expansion de la foi. Je ne le crois pas bien sûr. Certes l’islam est une foi universelle mais les musulmans ont construit des empires et des royaumes qui ont obéi, comme nombre d’autres dans l’histoire, à des logiques d’empires, de royaumes, de pouvoir. Le grand théologien du XIe siècle, Al Ghazali, a dit ceci : " Si les Byzantins ne sont pas envahis, ils envahissent. " Ce fut longtemps l’ordre - ou le désordre - de l’humanité.

Aujourd’hui les religions ont à se libérer des logiques des pouvoirs et des nations. Les frontières des nations ne correspondent plus aux frontières des religions. Les religions sont à la fois universelles et en chacun. Elle ne peuvent être imposées et si elles s’imposent c’est en contradiction avec la conviction.

Le vrai djihad d’aujourd’hui c’est une émulation, un grand effort pour arriver à la paix et considérer l’humain comme notre ultime objectif.




Article paru dans l'édition du 10 octobre 2001 du journal "l'humanité"


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 10 Sep 2006, 00:17 
Déclaration dangereuse du « Mufti » Soheib Bencheikh
Par Coordination des Musulmans de Marseille
mardi 1er juillet 2003


Envoyer à un ami
Imprimer


La Coordination des Musulmans de Marseille dénonce le caractère gravissime du discours diffusé sans précautions dans l’article intitulé « Le mufti de Marseille veut un autre Islam de France » paru le 19 juin dernier dans la Provence. M. Soheib Bencheikh a toute latitude pour défendre sa vision personnelle de l’Islam de France et pour créer à cet effet tout « mouvement » qu’il juge utile pour atteindre ses objectifs. En revanche il n’est pas admissible que le développement de ses idées s’accompagne d’un dénigrement systématique des musulmans pris dans leur ensemble ou à travers leur pratique cultuelle pour laquelle il manifeste un manque total de respect. :shock:

Ainsi il est faux d’affirmer, en prétendant « tirer la sonnette d’ alarme » : « [...] On devient pratiquant, trop pratiquant, puis juge des consciences et un jour on passe à l’acte. Il n’y a qu’à voir le 11 septembre ou les arrestations quotidiennes en France pour comprendre que la frontière entre la pratique et le terrorisme est flexible. Je n’ai jamais vu un terroriste sortir d’un cocon blanc ! »


Reprenant à son compte une psychose toute aussi confuse qu’exagérée autour du phénomène terroriste et contredisant l’infime représentation de ce dernier dans l’hexagone, quantitativement « ridicule » selon les propres termes employés par le conseiller du Ministre de l’Intérieur (entretien paru dans La Provence le 7 avril dernier), Soheib Bencheikh livre un propos extrême et fortement préjudiciable.

Aussi le choix délibéré d’instaurer un lien entre la pratique de l’Islam et le terrorisme valide une lecture essentialiste intolérable et propage de manière assumée, et foncièrement irresponsable le dangereux amalgame musulman/terroriste.

Devant la gravité de ces déclarations, dont on peut déplorer, une fois encore, qu’elles n’aient pas été nuancées par une parole contradictoire, la Coordination des Musulmans de Marseille n’exclut pas de réserver les suites qu’elle jugera utiles pour défendre l’honneur et la dignité des citoyens de confession musulmane ainsi que pour préserver la paix sociale. Le Conseil Régional du Culte Musulman PACA sera par ailleurs saisi de cette affaire.
http://www.oumma.com/spip.php?article686


Dernière édition par Delcambre le 10 Sep 2006, 00:31, édité 1 fois au total.

Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 10 Sep 2006, 00:26 
http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=8422


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 10 Sep 2006, 00:35 
http://www.radio-canada.ca/radio/indica ... 9636.shtml


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 10 Sep 2006, 08:10 
http://www.reforme.net/archive/article. ... 0&ref=1208


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 10 Sep 2006, 08:11 
Rencontre - Ghaleb Bencheikh El Hocine

L’exigence de vérité, envers et contre tout

L’intellectuel musulman aujourd’hui président français de la Conférence mondiale des religions pour la paix, dénonce sans faillir les amalgames entre islam et fanatisme, mais aussi l’ignorance et la bêtise chez les religieux et les autres.

par Claire de CASABIANCA

« Pour les musulmans, aimer Dieu doit se traduire par des actes concrets auprès des hommes récipiendaires de l’effusion sainte de bonté et de miséricorde divines émanant de Lui. Non, les courants fondamentalistes qui traversent l’islam ne sont pas inhérents à la spiritualité islamique. Dans les agissements des fanatiques, je ne reconnais pas le Dieu de miséricorde et de compassion que j’aime et dont je me sens aimé. »

Prêche destiné à convaincre ? « Nullement ! » Ghaleb Bencheikh El Hocine, quarante-cinq ans, regard dense, manières courtoises, se dit tout simplement animé par « une exigence de vérité » qui est devenue son guide et son orientation. « On ne peut pas être complice par le silence de ce qu’on dénonce sans s’investir soi-même. Dénoncer n’est cependant pas suffisant ; il faut aussi annoncer. N’étant investi d’aucune mission, je m’efforce seulement de témoigner, en toute indépendance d’esprit. »

On le voit donc partout : sur les plateaux de télévision, invité des débats de société, mais aussi animateur de l’émission sur l’islam le dimanche matin sur France 2, dans les écoles, les colloques. De sa voix posée et sur un ton qui allie élégance et fermeté au service de l’expression de grande culture, il redit inlassablement ses convictions de croyant musulman en opposition radicale avec des amalgames et des manipulations qui le révulsent. Indigné, fondamentalement indigné. Mais calme.

D’où tire-t-il cette force tranquille, qui agace tant ses détracteurs ? De sa mère à qui il doit ses « balbutiements dans la foi » ? De son père, Cheikh Abbas, au verbe haut et au sens de l’engagement ? Tous deux sont originaires d’Algérie, mais c’est en Arabie Saoudite qu’il naît en août 1960 : son père représente le GPRA (gouvernement provisoire de la République algérienne) avant d’être le premier ambassadeur de son pays nouvellement indépendant. Lettré, versé dans les questions religieuses, il présidera le Conseil supérieur islamique dont il démissionne sous Boumédiène, « pour protester contre la mainmise du parti et du ministère des Affaires culturelles sur un Conseil théoriquement indépendant ».

La stature physiquement et intellectuellement imposante de ce père marque certainement le jeune Ghaleb, même s’il se sent peu attiré par la chose religieuse, contrairement à son frère Soheib, aujourd’hui Grand Mufti de Marseille.

La place de l’interreligieux

En 1982, Cheikh Abbas est nommé recteur de la Grande Mosquée de Paris. Il ne s’oppose nullement à la formation scientifique de son fils qui, après un doctorat en physique, entre au CNRS. Mais d’autres domaines de connaissance l’attirent : histoire des sciences, philosophie des sciences et bientôt théologie.

A la mort brutale, en 1989, de leur père, les deux frères se retrouvent « propulsés au premier rang pour témoigner en son nom à la Mosquée, pour recevoir les condoléances des officiels et des anonymes, pour répondre aux journalistes ». La vie de Ghaleb va progressivement s’en trouver bouleversée. Car en raison d’une actualité brûlante qui soulève tant d’interrogations inquiètes, il est de plus en plus souvent sollicité pour donner des conférences, sur l’islam d’abord – « par vacance du terrain, explique-t-il, en raison de la carence d’intellectuels chez les musulmans de France » –, puis sur l’interreligieux dont il a depuis longtemps mesuré l’importance, notamment lors des nombreuses rencontres de son père avec des dignitaires juifs ou chrétiens.

Il intervient au sein de la Fraternité d’Abraham créée en 1967 par des personnalités engagées, chrétiennes, juives et musulmanes, pour favoriser le dialogue entre les trois religions abrahamiques, ainsi qu’à la Conférence mondiale des religions pour la paix dont il est aujourd’hui le président français. Pour pouvoir se consacrer à des engagements de plus en plus nombreux en France et à l’étranger, tout en assumant des responsabilités professionnelles d’enseignement universitaire et de communication grand public, il quitte la recherche. Une vie pleine, reconnaît-il, et le regret de ne pas pouvoir passer assez de temps avec sa femme, pharmacienne des hôpitaux, et leur fille Inès qui a onze ans.

Un double front

Car l’engagement dans la mouvance interreligieuse n’est pas de tout repos : « Je ne m’exprime pas pour faire plaisir à mes interlocuteurs, mais par exigence de vérité. Cette position se révèle très inconfortable. Il n’est pas simple de fustiger la duplicité et la bêtise. Il faut argumenter sur un double front. Sur le front intérieur, il s’agit d’un travail de réforme, de dépoussiérage des écrits – j’ai même parlé d’une pensée nécrosée, ankylosée, qu’il faudrait vivifier et réactualiser –, tout en stigmatisant – c’est le second front – l’incohérence ou l’hypocrisie et le flirt des chancelleries occidentales avec des monarchies corrompues et des régimes dictatoriaux. Tenir un discours cohérent sur ces deux fronts est très difficile. Qui ne serait parfois tenté de décrocher ? »

En dépit de son apparente sérénité, très maîtrisée, Ghaleb Bencheikh n’ignore rien des inimitiés ou des soupçons de toutes sortes qu’il soulève parfois. Personne n’aura oublié la joute particulièrement vive, en février 2004, qui l’opposa à l’Unesco à Tariq Ramadan, le philosophe et « bretteur hors pair ». Celui-là même qui, face à Nicolas Sarkozy au cours de l’émission 100 minutes pour convaincre en novembre 2003, préconisait « un moratoire » pour mettre un terme à la lapidation des femmes adultères...

Lorsqu’on lui pose inévitablement la question de la terreur ou des appels à « la guerre sainte » au nom d’un idéal religieux qui serait inscrit au cœur même du Coran, Ghaleb Bencheikh n’y va pas par quatre chemins pour exprimer sa colère : « Je mets au défi quiconque de trouver dans le Coran l’épithète “sainte” accolée à “guerre”. “Djihad” signifie uniquement “effort”, sur soi et envers les autres, dans un but d’élévation spirituelle. Quant aux passages incontestablement violents du Coran – il en existe aussi dans la Bible ! –, ils sont instrumentalisés par des fanatiques ignares et incultes. Comment peuvent-ils justifier leur ignominie par leur dévotion ? Aux hiérarques musulmans, dont je déplore la frilosité qui frise la lâcheté, d’en appeler à une exégèse qui aille dans le sens de la promotion de la dignité humaine et de la fraternité universelle. »

Le combat de Ghaleb Bencheikh a encore de beaux jours devant lui : fustiger la collusion entre pouvoir temporel et pouvoir spirituel, prôner la nécessaire séparation des questions religieuses et des questions politiques dans les pays arabo-musulmans ? Certes oui. « Mais plus encore, ajoute-t-il, relisons ce verset coranique : “Et Dieu ne changera pas en ce qui concerne une communauté si chacune des composantes de la communauté ne change elle-même”. Un travail de conversion individuelle qu’il nous faut chacun accomplir, avant de prétendre parler de conversion collective. » Le fameux mot grec « metanoïa » est lancé. Cette « conversion » à laquelle tous les chrétiens sont eux aussi appelés…


A lire

Ouvrages de Ghaleb Bencheikh :

La laïcité au regard du Coran
Presses de la Renaissance, 2005.
Acheter ce livre sur l'Arrêt aux pages.com

Alors, c’est quoi l’islam ?
Presses de la Renaissance, 2001.
Acheter ce livre sur l'Arrêt aux pages.com

L’islam et le judaïsme en dialogue
avec Philippe Haddad
L’Atelier, 2002.
Acheter ce livre sur l'Arrêt aux pages.com


Repères

La Conférence mondiale des religions pour la paix (CMRP) 1970 : création à Kyoto au Japon par 300 personnalités religieuses de toutes les traditions.
ONG auprès de l’ONU, rassemblant aujourd’hui 51 sections nationales (dont la France depuis 1986), la CMRP se réunit en Assemblée mondiale tous les quatre ans.
Objectif : favoriser le dialogue interreligieux dans le monde entier.

Contact :
8 bis, rue Jean-Bart, Paris 6e
01 46 33 45 39
religionspourlapaix.org









Ghaleb Bencheikh :
« Il n'est pas simple de fustiger la duplicité et la bêtise. »






© 1998-2006 Réforme, hebdomadaire protestant d'actualité - Archive du n°3160 - édition du 2006-01-26 - Haut de page

http://www.reforme.net/archive/article. ... 0&ref=1208

[img]http://www.reforme.net/imgune/12_3160.jpg[/img]


Dernière édition par Delcambre le 10 Sep 2006, 08:17, édité 2 fois au total.

Haut
  
Répondre en citant  
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 48 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivant

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Exabot [Bot], Google [Bot] et 7 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher pour:
Aller à:  
cron
POWERED_BY
Traduit par phpBB-fr.com