LibertyVox • Voir le sujet - Anouar El Sadate
 
 
Retour à l'accueil
Index du forum

LibertyVox

La voix est libre !
Nous sommes le 24 Aoû 2019, 09:59

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Anouar El Sadate
MessagePublié: 28 Mai 2006, 16:07 
Africanus Rex
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 02 Avr 2006, 18:23
Messages: 6654
Localisation: Entre Poitiers et Covadonga.
Sur la Cinq en ce moment un documentaire sur l'assassinat d'Anouar El Sadate. Et dire qu'il avait commencé sa carrière dans les rangs mêmes de frères musulmans, quel chemin parcouru jusqu'à la paix avec Israël.

Mais qui était-il vraiment, un chef d'état sincère et soucieux de paix ou un adepte de la takia, un de Gaulle arabe ?

_________________
VIS ET HONOR
-Ne pas subir
-Frapper l'ennemi c'est bien. Frapper l'imagination c'est mieux (deux maximes attribuées au Maréchal de Lattre de Tassigny)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 29 Mai 2006, 14:28 

Enregistré le: 10 Jan 2006, 16:11
Messages: 61
Incontestablement, Sadate, jeune officier, a manifesté, dès le début de la 2e guerre mondiale, de la sympathie envers les forces socialistes nationales (dites nazies). En 1943, il a même tenté de rejoindre, alors que le pays dont il était fonctionnaire et officier était "neutre" - mais favorable aux Anglais -, les armées de Rommel qui approchaient d'Alexandrie (elles ont été défaites à El Alamein).

Incontestablement, le régime qu'il a contribué à mettre en place en Egypte avec Nasser après le coup d'Etat de juillet 1952 a des points en commun dans son inspiration et ses principes avec les régimes fascistes de type italien ou espagnol ou sud américain : parti unique, rôle déterminant de l'armée, contrôle policier de la population, fermeture des frontières, xénophobie galopante, etc.

Mais, à mon sens, c'est s'abuser ou s'exposer à ne pas en comprendre les spécificités que de plaquer sur ce régime, comme sur les régimes syriens ou irakiens ou algériens, les catégories exportées d'Europe. Ce régime a été d'abord "arabe" (et il l'est resté) : fondé sur l'idéologie du "nationalisme" pan arabe qui a été un ersatz ou le nouvel habillage de la vieille institution de la oumma islamique. En Egypte, a existé pendant plusieurs décennies un nationalisme égyptien, celui du réveil de l'Egypte, celui du parti Wafd ou de Saad Zaghloul.

Le nationalisme pan arabe est très différent : il est dit "nationalisme" par abus de sens. En fait, ce fut un impérialisme de fait (d'où la guerre du Yémen et le contrôle occulte du Soudan). Mussolini (ou Franco) n'avait pas de telles ambitions. Mussolini voulait donner une unité (fantasmatique peut-être) à l'Italie et en faire une nation. Il a fallu plusieurs siècles à la France pour devenir une nation : en Italie, il était impossible que cela se fasse en vingt ans, même avec la police, l'armée, le parti unique. L'Egypte a une réalité depuis 50 siècles. Elle a été une nation pendant des siècles. L'unité de l'Egypte, sauf dans les périodes intermédiaires, n'a jamais été vraiment contestée. De plus, Sadate n'est pas ethniquement arabe : il a les traits des fellahs du sud du pays.

Outre ce nationalisme pan arabe (un nationalisme fondé sur la langue ou la religion ou sur des fantasmes : un nationalisme défensif, dirigé contre les étrangers et les chrétiens), le régime instauré par Nasser et Sadate a été refondé sur les principes islamiques : d'où les exactions contre les chrétiens (grecs catholiques, coptes, etc.) et la mise à l'écart des populations chrétiennes. Le socialisme arabe (puisque le régime a été officiellement socialiste pendant au moins deux décennies) a servi à éliminer, par le biais de mises sous séquestre ciblées (les biens des Juifs, chrétiens ou des étrangers) ou de nationalisations à géométrie variable, ceux qui étaient étrangers à l'idéologie pan arabe ou qui auraient pu s'y opposer - tout en évitant l'opprobre du racisme.

Pendant 13 siècles, le Proche Orient et l'Egypte ont été soumis à la férule d'un empire islamique, dont les chefs étaient des militaires ou des soudards, ayant droit de vie ou de mort sur les habitants, pressurant les populations, ne connaissant que la force. De ce point de vue, le régime mis en place par Nasser et Sadate ressemble étrangement à celui de Saladin et des mamelouks circassiens. La différence est que, alors, ceux qui dirigeaient l'Etat n'étaient pas égyptiens : Saladin était kurde, les mamelouks venaient d'Abkhazie et des montagnes du Caucase. Autrement dit, Nasser et Sadate, qui étaient d'authentiques égyptiens, ont ressuscité, pour soumettre l'Egypte, les régimes que l'Egypte a connus de 1200 à 1800.

Ce que racontent les voyageurs européens en Terre sainte et qui séjournaient en Egypte, du XVe au XVIIIe s, c'est l'ascension sociale de ces "mamelouks" : des esclaves ou des hommes de basse extraction sociale devenus, grâce à la force des armes, sultans ou émirs. Il en est ainsi de Nasser et de Sadate : l'un fils de facteur rural, l'autre de paysan ou de petit fonctionnaire, qui, en l'espace de trente ans, sont arrivés au sommet de l'Etat en recourant à la seule force et qui ont réussi aussi accumuler, par la corruption et les détournements de fonds, une fortune colossale.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 29 Mai 2006, 15:17 

Enregistré le: 19 Avr 2006, 07:24
Messages: 10
http://www.memri.fr/2006/02/06/la-fille-de-lancien-president-egyptien-anouar-sadate-raconte-son-mariage-a-lage-de-douze-ans-a-un-mari-abusif/

La fille de l’ancien président égyptien Anouar Sadate raconte son mariage, à l’âge de douze ans, à un mari abusif
6 février 2006

Voici des extraits d’une interview de Camelia Sadate, fille de l’ancien président égyptien Anouar Sadate, diffusée sur la chaîne télévisée égyptienne Dream 2 le 8 janvier 2006. Visionner l'extrait de la vidéo sur http://www.memritv.org/Search.asp?ACT=S9&P1=1018

Interviewer: Comment avez-vous été mariée à l’âge de douze ans ?

Camelia Sadate: C’est une question qu’il aurait fallu poser à feu Gamal Abdel Nasser, ancien président, et à feu Anouar Sadate, ancien président, mon père, qui était à l’époque président du parlement…

Interviewer: Ils ont légiféré une loi spécialement pour vous…

Camelia Sadate: Et pour feu Abdel Hakim Amar, ancien chef d’état-major. Mon père a dit au fonctionnaire chargé de nous marier que je n’avais pas de certificat de naissance, parce qu’ils voulaient me marier avant l’âge légal. Il lui a demandé: ‘Monsieur le président, qui sont les témoins ? Nous avons besoin de deux témoins pour témoigner que la mariée est légalement en âge de se marier.’ Gamal (Abdel Nasser) a regardé mon père et a dit: ‘Que se passe-t-il, Anouar ? Il y a deux présidents en ville et je n’en savais rien ? ‘ Mon père a répondu au fonctionnaire: ‘(Les témoins sont) le président Gamal Abdel Nasser et le général Abdel Hakim Amar.’ Le fonctionnaire leur a donc remis le document, et ils l’ont signé. La seule personne qui a trouvé à redire à cela fut l’épouse de Gamal Abdel Nasser, Tahiya, qu’elle repose en paix.

Interviewer : A-t-elle protesté ?

Camelia Sadate: Oui. Tous les membres du Conseil de la Révolution sont allés déjeuner chez elle, et voilà ce que mon père m’a raconté: ‘Tante Tahiya m’a embarrassé. Elle m’a dit: j’appelle la police. Ils vont vous faire monter dans une voiture de police et vous emmener en prison. Ce que vous avez fait à Camelia me fend le cœur.’

Interviewer : Vous dites que les hommes à la tête du pays à l’époque ont falsifié votre âge. Quel âge vous ont-ils donné ?

Camelia Sadate: Ils ont prétendu que j’avais seize ans, l’âge légal pour se marier. Cet événement a brisé mon enfance. Mon enfance fut complètement détruite, parce qu’on s’est mis à me traiter comme une femme. (…) Ce mariage m’a appris à être autonome, à me défendre et à être une femme qui dit ce qu’elle pense, pour une seule raison: la rudesse de mon mari à mon égard ne s’exprimait pas uniquement en mots, en malédictions, en mauvais traitements. Il est allé très loin. (…)

Interviewer : Il vous traitait comme l’un de ses soldats, pas comme sa femme.

Camelia Sadate: Il s’emportait contre moi à chaque fois qu’il en avait envie. Il n’avait pas de limites. Il me traitait exactement comme il traitait ses soldats, peut-être même pire. (…) J’ai eu deux fausses couches, à l’âge de treize et de quatorze ans. Pour pouvoir donner naissance à ma fille unique Iqbal, qui porte le nom de ma mère, j’ai dû passer les cinq premiers mois de grossesse allongée sur le dos, les jambes surélevées par des coussins. On m’a fait des injections stabilisantes, parce que j’avais l’utérus d’une enfant, incapable de mener à bien une grossesse (…) La première personne à avoir été mis au courant fut mon père. J’allais le voir après m’être fait battre par mon mari. Or Anouar Sadate était pour ‘la paix des ménages’…

Interviewer: Y avait-il la paix dans ce ménage ?

Camelia Sadate: Il était pour la paix des ménages. Sa fille avait été battue, et voilà que son mari venait la chercher. Elle allait mal. Sadate disait au mari: ‘Pourquoi l’as-tu battue ?’ Et mon mari répondait: ‘Par Dieu, c’est une enfant. Elle se cache derrière les portes et crie: ouah! Elle veut jouer. Je lui dis: Pas maintenant… Puis elle décide de me donner des coups, et je dois me défendre…’ Anouar Sadate acceptait ces excuses. En plus de la violence physique, il y avait aussi la faim.

Interviewer: La faim ? Vous alliez au lit le ventre vide ?

Camelia Sadate : Je lui disais: ‘Papa, j’ai faim. Je n’ai pas mangé depuis deux jours.’ Il allait chercher de l’argent et me disait: ‘Va (t’acheter à) manger.’ (…) Mon père est devenu président quand j’avais 21 ans. Les journaux ont publié une photo de moi votant pour mon père. (…) C’est ainsi que mon mariage s’est achevé, parce que j’ai alors dit que j’allais engager une procédure de divorce.

Interviewer : Vous avez menacé d’aller au tribunal et de divorcer.

Camelia Sadate: L’idée m’est venue en voyant ma photo dans le journal, qui montrait que j’avais atteint les 21 ans. »


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 29 Mai 2006, 18:58 
Africanus Rex
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 02 Avr 2006, 18:23
Messages: 6654
Localisation: Entre Poitiers et Covadonga.
Le "grand" Anouar El Sadate, signataire d'accord de paix mémorables avec Menahem Begin, échangeant des petits cadeaux avec Golda Meïr, encore un mythe du grand dirigeant arabe "modéré" et "ouvert" qui s'effondre.
Merci pour vos éclaircissements.

_________________
VIS ET HONOR
-Ne pas subir
-Frapper l'ennemi c'est bien. Frapper l'imagination c'est mieux (deux maximes attribuées au Maréchal de Lattre de Tassigny)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 30 Mai 2006, 08:38 

Enregistré le: 10 Jan 2006, 16:11
Messages: 61
Il faut essayer de démêler les raisons de fond pour lesquelles Sadate, à compter de 1971 ou 72, a rompu avec la politique (et aussi l'idéologie) du régime qu'il a contribué à fonder en 1952. La déroute de juin 1967 (la guerre des six jours : en quelques heures, l'aviation égyptienne a été détruite au sol, les lignes de défense ont été enfoncées par les blindés israéliens, la débandade a été générale, l'armée israélienne aurait pu prendre Le Caire sans coup férir, etc.) a été pour l'Egypte entière un traumatisme (du même ordre que, pour la France, la défaite de mai 1940).

Nasser a démissionné : ce sont les Egyptiens qui en manifestant dans les rues massivement ont exigé qu'il revienne au pouvoir et sorte d'Egypte de l'abîme où il l'avait conduite. Nasser est mort en 1970. C'est Sadate, vice-président, qui l'a remplacé, conformément aux lois constitutionnelles en vigueur alors. Sadate était isolé. Il n'avait guère d'influence sur les membres du bureau politique du parti unique (de nombreux marxistes, qui se gaussaient de lui, parce qu'il était inculte et qu'il parlait mal l'arabe littéral) et sur les 24 officiers qui avaient fomenté le coup d'état de 1952, mais il a vite contrôlé les services de police, les services secrets et les rouages essentiels de l'armée. Il a réussi à éliminer ou marginaliser ses adversaires, et il a pu ainsi renverser les alliances politiques de l'Egypte.

1. En 1972 ou 1973, il a exigé et obtenu le départ d'Egypte de tous les conseillers militaires soviétiques qui élaboraient la stratégie militaire de l'Egypte depuis la fin des années 1950 et qui avaient équipé l'armée égyptienne en Mig, en chars, en canons, en camions (les fameux camions soviétiques qui tombaient en panne sur les routes tous les Km et étaient la risée de la population).

2. Il a obtenu ainsi le soutien des Etats-Unis et de l'Arabie saoudite. Ce sont les conseillers militaires américains qui ont remplacé les Soviétiques et ce sont les Etats-Unis qui ont remplacé l'URSS et ses satellites comme fournisseurs d'armes de l'Egypte.

3. Le renversement d'alliance opéré, Sadate a obtenu la neutralité des Etats-Unis dans l'attaque qu'il a lancée en octobre 1973 pour faire franchir à ses blindés le canal de Suez et obtenir ainsi une victoire en partie symbolique qui effaçait de fait la déroute de 1967; les Etats-Unis ayant obtenu d'Israël qu'aucune contre attaque d'envergure ne soit lancée.

4. L'humiliation effacée, le principe d'une paix des "braves" a été acquis. Ce sont les Américains qui l'ont exigée et obtenue sans difficultés. De fait, la paix entre l'Egypte et Israël est devenue effective lors du voyage de Sadate à Tel Aviv et même à Jérusalem (reconnaissant de fait cette ville comme capitale de l'Etat d'Israël). Cela a valu à Sadate et à l'Egypte l'opprobre du monde arabe et islamique.

5. Pour permettre à l'Etat égyptien ruiné de faire face à ses engagements (payer sa dette, emprunter à nouveau, payer ses fonctionnaires), l'Arabie saoudite a abondé le budget de l'Etat égyptien et a accepté d'employer les millions de jeunes Egyptiens que la fin de la guerre avait rendus à la vie civile (faisant d'eux des militants de l'islam politique). En échange, l'Arabie saoudite a exigé une réislamisation de l'Egypte : ce qu'elle a obtenu, lorsque Sadate a décidé en 76 ou 77 que la charia serait désormais la source principale de la Constitution du pays.

6. En 1972, pour éliminer toute influence des marxistes, de la gauche, des nassériens, Sadate a rendu aux confréries islamiques, dont les Frères musulmans (qu'il a sortis des camps de concentration), leur liberté d'action. En quelques années, les Frères musulmans ont contrôlé tous les syndicats : étudiants, professeurs, avocats, ingénieurs, etc. mis en place antérieurement par le régime, quand il était socialiste. Ce fut le début de la réislamisation de l'Egypte. On peut considérer qu'en l'espace de dix ans, cette réislamisation a été effective et qu'elle est aujourd'hui la réalité la plus visible de ce pays.

7. En signant la paix avec Israël et en se rendant à Jérusalem (à la demande des Américains) - ce que les Saoudiens et leurs affidés de plus en plus influents en Egypte n'ont pas accepté -, Sadate a signé son arrêt de mort. Avant qu'il ne soit assassiné le 6 octobre 81, plusieurs de ses fidèles, dont un écrivain, Youssef El Sebaï, président de l'Union des Ecrivains, ont été assassinés ou ont été la cible d'attentats (El Sebaï a été assassiné à Chypre, en 79 (date à vérifier), par des "Palestiniens".

8. Pour montrer son attachement à ses nouvelles alliances, Sadate recevait tous les soirs dans son palais présidentiel les personnalités les plus voyantes de la jet-set ou les intellectuels les plus influents à l'Ouest : campagne de publicité politique, à la fois voyante, bruyante et ostentatoire, que le peuple égyptien ne lui a pas pardonnée.

9. Pour montrer son attachement à la démocratie, Sadate a fait imploser l'Union socialiste arabe, le Parti unique, en trois groupes, et il a de fait institué un pluri-partisme de façade en Egypte, le parti dont il a pris la tête (Parti démocrate populaire ou un nom de ce type) ayant toutes les prérogatives d'un parti unique (contrôlant la presse, la radio, la télévision et ayant quasiment tous les sièges au Parlement). Voilà l'image que Sadate a donnée de lui et de son nouveau régime dans les media complaisants d'Europe et des Etats-Unis. Mais ce fut une image en partie fausse ou trompeuse.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 30 Mai 2006, 10:34 
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 24 Mar 2006, 22:37
Messages: 699
Localisation: Europe en danger
Dans un ouvrage très intéressant écrit en 1983 (Le Radeau de Mahomet, réédité chez Flammarion en 1984), le journaliste français Jean-Pierre Péroncel-Hugoz, qui a été correspondant au Caire pour le journal Le Monde, affirme que Sadate, éduqué au son des sourates antijuives du Coran, n’aurait pas hésité, s’il en avait eu les moyens, à détruire Israël ou, du moins, à le réduire au silence.

Au sujet de l’admiration qu’avait Sadate pour Hitler et le nazisme, J.-P. Péroncel-Hugoz (Le Radeau de Mahomet, Flammarion, p.78 ) nous rapporte deux anecdotes on ne peut plus significatives :
Citation:
« Lors de son mémorable voyage en Israël, sous les yeux de la planète entière, le président de la République arabe d’Egypte (Sadate) arbora, le 20 novembre 1977, au cours d’un dîner officiel avec le Premier ministre (israélien) Menahem Begin, à l’hôtel King David de Jérusalem, une cravate dont les dessins formaient nettement des croix gammées. »

« On a de toute façon des preuves plus tangibles de ce travers du raïs (président égyptien), la plus célèbre, la plus irréfragable étant sa “lettre à Hitler” publiée sous sa signature le 18 septembre 1953 dans l’hebdomadaire gouvernemental cairote El-Moussaouar (L’Illustré), alors qu’il était déjà l’une des figures les plus en vue de l’équipe nassérienne au pouvoir au Caire. Cette “missive” au Führer avait été demandée à Sadate au moment où le bruit courait, abondamment répercuté par les agences de presse occidentales, que le dictateur nazi était encore en vie »

Péroncel-Hugoz reproduit le texte de cette lettre, traduit en français (p.79), dont voici deux extraits :
Citation:
Mon cher Hitler,

Je vous félicite du fond du cœur. Même s’il vous semble que vous avez été battu, en réalité vous êtes le vainqueur. Vous avez réussi en créant des dissensions entre le vieux Churchill et ses alliés, les fils de Satan. […]

Pour le passé, je pense que vous avez commis quelques fautes, comme d’ouvrir d’autres fronts et (de ne pas avoir su parer à) l’imprévoyance de Ribbentrop face à l’experte diplomatie britannique. Mais ayez confiance en votre pays, et votre peuple réparera ces faux pas. Vous pouvez être fier d’être devenu immortel en Allemagne. Nous ne serions pas surpris si vous y apparaissiez de nouveau ou si un nouvel Hitler se levait dans votre sillage.

Anouar el-Sadate.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 30 Mai 2006, 15:58 
Résumons : Sadate a pris la suite de Nasser à son décès, puis il a été élu président. Il l'est resté jusqu'à son assassinat par une clique islamiste, qu'il avait pourtant contribué à remettre sur pied. Moubarak à repris le flambeau d'élection en réélection, de candidat unique ou peu s'en faut. Avec le copte comme bouc émissaire, alibi et otage, des subventions internationales soutirées sous menace de troubler la paix et Chirac qui se pavane à ses côtés comme s'il lui apportait une quelconque valeur ajoutée. Reste la question de la légitimité du pouvoir en place et d'une alternative autre qu'islamiste donc guerrière et terroriste.


Haut
  
Répondre en citant  
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot], Majestic-12 [Bot] et 8 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher pour:
Aller à:  
cron
POWERED_BY
Traduit par phpBB-fr.com