LibertyVox • Voir le sujet - RUSSIE
 
 
Retour à l'accueil
Index du forum

LibertyVox

La voix est libre !
Nous sommes le 23 Juil 2018, 06:31

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2483 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 161, 162, 163, 164, 165, 166  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Re: RUSSIE
MessagePublié: 25 Déc 2015, 03:47 
Acerbe
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 20 Juin 2006, 04:20
Messages: 4762
Si en 1991 nous avions eu un internet tel que nous le connaissons de nos jours, la presse-pute de l'époque aurait fait un bide ou presque durant la guerre en ex-Yougoslavie.

http://gaideclin.blogspot.fr/2015/12/la-chaine-allemande-zdf-t-elle-falsifie.html

La chaîne allemande ZDF a-t-elle falsifié un documentaire sur l'Ukraine ? (VOSTFR)
mercredi 23 décembre 2015

Image

Ce reportage de la TV publique russe semble démontrer qu'un journaliste de la chaine publique allemande ZDF aurait falsifié son documentaire sur Poutine en payant un jeune marginal de Kaliningrad comme figurant pour lui faire jouer le rôle d'un soldat de l'armée russe se faisant passer pour un rebelle du Donbass.

https://www.youtube.com/watch?v=F3FzqKE_6VE

_________________
Image

Roma Æterna / Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice. George Orwell.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: RUSSIE
MessagePublié: 28 Déc 2015, 18:16 
River
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 02 Juin 2005, 21:02
Messages: 3795
Il y a une alliance russo-israélienne et c'est une excellente chose.

http://jforum.fr/2015/12/presence-russe-plus-risquee-pour-liran-hezbollah-que-pour-israel/?utm_source=activetrail&utm_medium=email&utm_campaign=Newsletter%20du%2024-12-2015-ordi

Présence russe : plus risquée pour l’Iran- Hezbollah que pour Israël ?
International 23 décembre 2015

Quand l’ennemi est l’ami d’un ami. Les pires craintes du Hezbollah se concrétisent, au-delà de l’élimination de Kuntar

L’élimination de Samir Kuntar au début de la semaine a été vécue comme une gifle retentissante au visage du Hezbollah et de l’Iran – non pas parce que Kuntar est mort, mais bien parce que leur base de soutien au Liban et dans la région comprend désormais ce que signifie leur alliance compliquée avec la Russie. Conformément à cela, la vulnérabilité croissante de l’Iran sera progressivement plus visible et cela secouera encore plus toute confiance subsistante que les Chiites de la région manifestent envers l’Iran et le Hezbollah.

Cette semaine, les Chiites – principalement au Liban – sont confrontés au fait amer que la Russie a permis -ou n’a pas pu empêcher, ce qui revient au même- à Israël d’éliminer Kuntar. Le discours de Nasrallah, le chef du Hezbollah, à la suite des funérailles de Kuntar a été plus que bancal. Il n’a parlé de Kuntar que pendant quatre froides minutes avant de se déchaîner dans une diatribe de plus de vingt minutes, à propos de la situation des Chiites au Nigéria et des sanctions américaines contre le Hezbollah.

Nasrallah, en réalité, est bien plus préoccupé par ces trois problèmes :

D’abord, les sanctions américaines contre le Hezbollah n’ont, récemment, fait qu’augmenter. Certains analystes économiques au Liban disent que l’objectif de ces sanctions consiste à s’assurer que le Hezbollah ne recevra pas plus d’argent que nécessaire, à la suite de l’allègement des sanctions contre l’Iran et le chef du Hezbollah est certainement inquiet de cette perspective. Sans argent à verser à ses services sociaux, à ses combattants et à leurs familles, lui et son parti sont condamnés. Aujourd’hui, les journaux et médias pro-Hezbollah laissent transpirer des nouvelles qui font peser des menaces claires contre les banques du Liban.

Deuxièmement,le Hezbollah est plus paralysé que jamais par les nouvelles alliances compliquées autour de la Syrie et de l’Irak. Nasrallah sait déjà qu’il est hors de question de mener des représailles contre Israël qui puissent déclencher une nouvelle guerre, pourtant un certain type de représailles est nécessaire – quelque chose comme celles qui ont fait suite à la mort de Jihad Mughniyeh l’an dernier. Mais l’accord iranien, suivi par la nouvelle alliance entre la Russie et l’Iran au sujet de la Syrie, et la coordination en cours entre la Russie et Israël, dont l’élimination de Kuntar donne un petit échantillon, rendent toutes représailles du Hezbollah bien plus compliquées encore.

La troisième question en suspend concerne le rôle exact de la Russie en Syrie. Les cercles dirigeants iraniens et du Hezbollah savent qu’ils ne peuvent pas faire confiance à la Russie : sa priorité est de sauver le régime d’Assad, pas de protéger les intérêts de l’Iran. En fait, ce que veut l’Iran en Syrie diverge de façon substantielle de ce que veut la Russie, mais la base populaire de ses partisans n’étaient pas encore au courant de ces divergences. La mort de Kuntar a révélé la cruelle vérité à propos de la coordination entre la Russie et Israël et à quel point cela peut s’avérer grave, lorsqu’il s’agit de prendre pour cibles des commandants et/ou des atouts du Hezbollah. Le Hezbollah ne peut pas répliquer à un niveau équivalent et, à présent, la base populaire des partisans comprend cette cruelle vérité.

Pour ses partisans, l’Iran est censé tout surpasser. L’Iran n’est pas présent en Syrie pour passer des compromis qui ferait vaciller son autorité et son contrôle des événements et il n’est certainement pas supposé accepter de voir un allié se coordonner avec un ennemi, son pire ennemi.

L’élimination de Samir Kuntar a révélé deux choses à la base populaire des partisans chiites : que l’Iran est en réalité faible et que la révolution islamique se compromet en Syrie, et d’autre part, que la région s’est déplacée bien au-delà du conflit israélo-arabe et que le Hezbollah a bien d’autres priorités différentes.

Pour le Hezbollah, la part d’ombre la plus troublante de cette coordination militaire entre la Russie et Israël est qu’elle permet à Israël de survoler librement la Syrie, tant qu’il se coordonnera avec la Russie. D’autre part, la Russie connaît la logistique et les détails militaires du Hezbollah et des Gardiens de la Révolution iranienne en Syrie. Il est extrêmement inquiétant, pour le Hezbollah, que la Russie puisse être tentée de partager ces détails avec Israël dans le cadre d’un tel arrangement. En même temps, l’Iran n’est pas bénéficiaire de l’intervention russe. Au contraire, elle met en péril ses plans, à la fois aux niveaux diplomatiques et militaires, qui pourraient, en définitive,finir par mettre en péril ses ambitions dans la région.

En ce qui concerne la Russie, l’Iran, ses intérêts et ses commandants tués au combat peuvent bien aller au Diable. La Russie est en Syrie pour la Russie, pas pour l’Iran. Quand l’Iran et les Etats-Unis ont signé un accord, en juillet dernier, on l’a vendu à la base populaire des partisans chiites comme une victoire. « Nous avons ramenés les Etats-Unis à la table », ont-ils dit. « Nous conservons notre programme nucléaire », ont-ils déclaré. « Nous ne serons jamais les alliés des américains ». Il n’a pas été facile de satisfaire tout le monde, mais au moins l’Iran n’était pas perdant dans cet accord. Cependant, avec l’intervention russe en Syrie, l’Iran perd véritablement du territoire, certaines formes de contrôle et certaines de ses perspectives d’avenir.

Ce sera extrêmement difficile à vendre, cette fois, à ces partisans.

Hanin Ghaddar est rédactrice en chef de NOW et chercheuse non-résidente au Conseil Atlantique (Atlantic Council). Elle tweete @haningdrnow.mmedia.me

Adaptation : Marc Brzustowski

_________________
La politique fut d'abord l'art d'empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde. A une époque suivante, on y adjoignit l'art de contraindre les gens à décider sur ce qu'ils n'entendent pas. Paul Valéry.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: RUSSIE
MessagePublié: 26 Jan 2016, 20:03 
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 08 Mai 2005, 19:11
Messages: 1694
Localisation: Nunavut
Uncle, Goldman, Uri, Tyler :ok:

Euh non pas Tyler :rofl:

https://www.youtube.com/watch?v=iLt9g5XQZcI

_________________
@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: RUSSIE
MessagePublié: 26 Jan 2016, 20:58 
Si ma tante
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 01 Mai 2005, 13:46
Messages: 16595
Euh.... non merci AOI :lol: :lol:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: RUSSIE
MessagePublié: 27 Jan 2016, 03:45 
Acerbe
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 20 Juin 2006, 04:20
Messages: 4762
Cela ne se passe pas en Ukraine, ni même en Russie, mais en Moldavie, ancienne république soviétique. L'affaire est similaire à ce qui se passe actuellement au Monténégro avec les manifestations anti-pouvoir européen de Milo Djukanovic, le narco-trafiquant et sa mafia post-communiste. Les manifestants et l'opposition n'arrivent tout simplement pas à le faire partir. Il est évident qu'il y a une main-mise américano-européenne.

http://russiepolitics.blogspot.ru/2016/01/moldavie-on-ne-fait-pas-une-revolution.html

Moldavie : on ne fait pas une révolution contre un pouvoir pro-européen
lundi 25 janvier 2016

Image

Les manifestations en Moldavie ne se calment pas, bien au contraire le Parlement a été momentanément envahi et les députés évacués en urgence lorsque la population a appris que, dans son dos, un nouveau Gouvernement soi-disant pro-européen avait été confirmé dans ses fonctions. Mais pourquoi ces manifestations traînent, sans résultats depuis septembre? Pourquoi les Etats-Unis ont-ils fait le choix de soutenir des oligarques corrompus contre la volonté "sacrée" de la population? Allant ainsi à l'encontre de tous les discours bienpensants prononcés à propos du Maïdan ukrainien.

Suite à la ratification de l'accord d'association entre l'UE et la Moldavie, l'économie du pays a plongé, la politique sociale s'est effondrée et la corruption se porte toujours à merveille (voir notre analyse détaillée ici et ici). Les gens se sont massés dans les rues, demandent le départ de ces gouvernements "pro-européens" plus corrompus les uns que les autres, la cote de popularité des dirigeants est au plus bas. Selon l'étude faite en septembre par le centre d'analyse CBS-AXA, le Président est à 4% d'opinion favorable, le Gouvernement à 6% et la justice à 7%. Sans compter que 60% de la population soutient les mouvements de contestation et la part de population prête à entreprendre des actions radicales a grimpé à 8%.

Au moins la politique soi-disant européenne de ces dirigeants moldaves a réussi à faire l'unanimité, contre eux. Mais étrangement, la vox populi ici n'a que peu d'importance, tout le monde n'a pas droit à son Maïdan. Et surtout, sans soutien extérieur il est flagrant que des mouvements populaires ne renverseront pas le pouvoir.

Et justement à ce sujet, les Etats Unis ont fait leur choix. Si ce Gouvernement saute, c'est l'opposition "pro-moldave" qui arrive, remettant en cause l'accord avec l'UE, rétablissant des relations normales avec ses voisins, notamment la Russie. Et ça, ce n'est pas acceptable. Donc des élections anticipées ne sont pas possibles. La discussion est clause. La démocratie prend fin là où elle risque de porter atteinte aux intérêts supérieurs de la géopolitique.

Donc, V. Nulland, au nom du département d'état américain, est allée entreprendre la Roumanie, qui finalement, a décidé de soutenir le choix politique "pro-européen" de la Moldavie et l'encourage à s'engager plus profondément dans cette voie. V. Nulland ayant bien insisté sur l'importance de la stabilité gouvernementale, le message a été transmis par le Président roumain.

Le message est passé, un gouvernement ne tenant absolument pas compte des aspirations populaires a été nommé, en secret, après 36 minutes de délibérations au Parlement. Tous les députés n'ayant même pas été prévenus que le vote aurait lieu le mercredi soir et non serait discuté le jeudi comme cela devait être. La population apprenant la nomition secrète de leur nouveau Gouvernement a forcé l'entrée du Parlement et les députés ont été évacués par l'arrière, déguisés en policiers. Voici tout le poids de la légitimité de la représentation populaire.

Ensuite, le Premier ministre a été nommé au milieu de la nuit par le Président, également en secret, sans que la presse ou que la société ne soient prévenues, comme P. Philip l'avait lui-même demandé - pour plus de sécurité. A minuit, en vrac, dans la nuit du mercredi 20 au jeudi 21 janvier, la Moldavie a un nouveau Gouvernement. C'est un grand moment de politique européenne.

https://www.youtube.com/watch?v=Io1gIKV6vkA


Alors qu'en Ukraine, les Etats-Unis et l'UE appelaient au respect de la volonté populaire, au dialogue avec l'opposition, ici les manifestants doivent se calmer, être raisonnables. Il est vrai que le pouvoir est déjà "pro-européen", ça change tout. L'opposition ne peut donc être légitime. La corruption est un argument devenu fallacieux. De plus, ici, à l'inverse de l'Ukraine, on ne voit que des drapeaux nationaux dans les manifestations. Et pour cause, elles regroupent différentes forces politiques qui ont en commun de vouloir en finir avec ce pouvoir corrompu.

Un autre aspect de la question moldave est important. Avant la nomination de Pavel Philip le 21 janvier, les analystes s'interrogeaient sur l'avenir du pays. Le poids politique occupé dans l'ombre par Vlad Plakhotniuk, oligarque mafieux, dont l'actuel Premier ministre est la marionnette, ouvre la porte à un rapprochement avec la Roumanie. La Roumanie a une politique expansionniste, notamment elle veut réintégrer la Moldavie, dont une partie de la population est ethniquement roumaine. La visite de Nulland en Roumanie avant la nomination du nouveau Gouvernement a été interprétée comme donnant le feu vers à ce scénario, qui par ailleurs n'a pas l'appui de la majorité de la population. Evidemment, malgré ce "détail" de l'histoire, personne ne pourrait ici parler d'annexion, puisque la voie est européenne. Voie qui présente, en effet, l'avantage de faire entrer d'un coup d'un seul la Moldavie non seulement dans la Roumanie, mais également dans l'UE, à moindre frais sinon pour l'UE, du moins pour la communauté internationale - j'entends les Etats-Unis.

Donc, le pari a été fait sur les oligarques comme Plakhotniuk, même si leur réputation est entachée de prises de possession violente de biens ne leur appartenant pas, d'évasion fiscale, etc, comme en 2011 l'avait alors remarquée la justice britannique. Par ailleurs, il est accusé d'avoir volé 1 milliard $, soit 15% du PIB, ce qui est énorme pour le pays. Et les mouvements de masse ont commencé avec ce slogan, de rendre de milliard. Mais ici aussi, la communauté internationale fait la sourde oreille.

La situation en Moldavie confirme certaines impressions. Les mouvements de contestations populaires ne peuvent conduire à un renversement du régime en place que lorsqu'ils sont soutenus activement de l'étranger et correspondent à une stratégie géopolitique. C'est la "démocratie populaire" aujourd'hui. Et ce scénario ne peut être lancé contre un pouvoir dit "pro-européen", aussi corrompu et inefficace soit-il, car le critère pour être maintenu au pouvoir n'est pas la volonté de la population ou la confiance populaire, la source du pouvoir a été exportée. Ainsi, tout un réseau d'états marionnettes se met en place dans l'espace post-soviétique.

_________________
Image

Roma Æterna / Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice. George Orwell.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: RUSSIE
MessagePublié: 27 Jan 2016, 10:35 
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 08 Mai 2005, 19:11
Messages: 1694
Localisation: Nunavut
Uncle a écrit:
Euh.... non merci AOI :lol: :lol:


Petit ingrat :lol:

_________________
@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: RUSSIE
MessagePublié: 28 Jan 2016, 19:52 
Acerbe
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 20 Juin 2006, 04:20
Messages: 4762
La preuve, une fois de plus, que ces enculés s'en foutent totalement de la liberté d'expression. Je constate que les amerloques, par leur abjecte comportement, offrent des "biscuits" à tous ceux qui ne supportent plus leur merdique politique, ils vivent tout simplement dans l'irréel.

http://fr.sputniknews.com/international/20160128/1021285666/liberte-presse-kramer-fermer-sputnik.html

Fermer Sputnik et RT pour contrer la "propagande russe" ?
15:52 28.01.2016 (mis à jour 17:59 28.01.2016)

David Kramer, directeur de l'Institut McCain et ex-président de l’ONG Freedom House, propose de fermer Sputnik et Russia Today pour faire taire la machine à ré-informer russe.

Interrogé par un journaliste letton du journal Veidas sur les moyens de résister à la "machine à com’ russe", l'Américain a proposé deux possibilités. Selon lui, le premier procédé est de "suivre" les actifs de Sputnik et RT et d'autres médias financés par l'Etat russe, le second est de les fermer purement et simplement. "Non pas en raison de ce qu'ils publient mais en raison de la source d’où provient leur argent". M. Kramer qualifie cette mesure "d’offensive agressive". Le deuxième moyen est, selon David Kramer, d'accorder un soutien financier à des médias orientés non seulement sur la Russie mais aussi sur toute la région de l'Europe de l'Est.

D'après le directeur de l'Institut McCain, "la propagande russe" est facile à filtrer, puisque les actions de la Russie "parlent d'elles-mêmes". Notamment, selon lui, un "fait incontestable" est "l'intrusion" russe dans l'Ukraine orientale. De surcroît, M. Kramer accuse la Russie de lutter contre l'opposition en Syrie au lieu de combattre Daech.

"La proposition de M. Kramer contredit les principes européens de liberté de la presse et d'expression. En réalité, il s'agit tout simplement de censure. La situation est aggravée par le fait que ces propositions plus qu'étranges soient émises en Lettonie par l'ex-président de Freedom House, organisation responsable pour la propagation des principes de liberté et de démocratie dans le monde", a indiqué le service de presse de Sputnik suite à la déclaration de M. Kramer. "Sputnik est l'agence d'information internationale et une radio, est diffusé dans plus de 30 langues. La rédaction de Sputnik travaille conformément à la loi sur les médias", a précisé le service de presse.

M. Kramer a déjà avancé par le passé l'idée de saisir la propriété de RT aux Etats Unis. Pourtant, dans un article paru dans le Washington Post, monsieur Kramer avait confondu RT et Rossiya Segodnya, agence de presse internationale russe tout à fait distincte de RT. Il avait en outre laissé inaperçu le fait que les bâtiments de RT n'appartiennent pas à l'Etat et que leur saisie serait donc illégale.

Plus tôt, Margarita Simonian, rédactrice en chef de RT, avait accusé M. Kramer de menacer sans fondements, sans prendre la peine de vérifier les faits qui "sont très importants dans la guerre des mots, surtout s'il s'agit d’une guerre avec un adversaire russe qui est extrêmement intelligent". "Saisir les biens de RT serait une action illégale, si on prend en considération que les biens de RT n'appartiennent pas à l'Etat. Pourtant, qui se soucie des fait et de la légitimité ?", a fait remarquer Mme Simonian sur son compte livejournal.com.

http://lesakerfrancophone.fr/la-peur-des-rouges-ca-marche-plus

La peur des Rouges ? Ça marche plus !
Par Finian Cunningham – Le 20 janvier 2016 – Source Sputniknews

Les gouvernements américain et britannique lancent une nouvelle campagne de presse pour diaboliser la Russie, avec de grandes déclarations selon lesquelles le Kremlin infiltre des partis politiques et des médias d’information. L’ignoble but des Russes, nous dit-on, est de détruire l’Union européenne.

Nous avons déjà vu des versions de cette tactique de la peur à propos de l’Ukraine et de Poutine le nouvel Hitler. Mais ce que qu’illustre cet exercice à faire bâiller d’ennui est que le vieux sortilège agité par leurs dirigeants n’agit plus sur le public occidental. L’opium de la propagande occidentale est périmé. Peu importe la Russie. L’UE n’a personne d’autre à blâmer sinon elle-même pour ses tensions et difficultés présentes, dues à sa lâche soumission à la politique irresponsable de Washington.

Vingt-cinq ans après la fin de la Guerre froide et la dissolution de l’Union soviétique, Washington et son fidèle acolyte de Londres cherchent désespérément à revenir en arrière, au bon vieux temps où ils pouvaient contrôler leur opinion publique avec des histoires cauchemardesques. Rappelez-vous ces bons vieux croquemitaines de Rouges sous le lit, la menace rouge, l’Empire du mal, et toute cette sorte de choses, lorsque les autorités occidentales mobilisaient leurs populations par la peur et l’appréhension que «les Russes arrivent» [avec le couteau entre les dents, NdT].

Si on regarde en arrière aujourd’hui, il semble incroyable que ce lavage de cerveau occidental ait réussi avec de telles tactiques d’épouvante. À l’époque, il fonctionnait très bien. Cela a permis aux États-Unis et à leurs alliés de l’Otan de construire un immense arsenal d’armes nucléaires capables de réduire plusieurs fois la planète en cendres ; cela a permis en particulier aux États-Unis d’intervenir militairement dans des douzaines de pays dans le monde, de renverser leurs gouvernements et d’y imposer des dictatures brutales – sous le prétexte de défendre le monde libre contre les méchants Russes.

La semaine dernière, nous avons eu un remake de la recette de lavage de cerveau de la Guerre froide. Le Daily Telegraph britannique, un fourrier notoire de la guerre psychologique, a publié un reportage décrivant la Russie et le président Vladimir Poutine comme un spectre malfaisant qui tente de briser l’unité européenne en «finançant des partis politiques» et en tentant une «déstabilisation soutenue par Moscou».

Le journal, appelé par dérision le Torygraph en raison de ses liens profonds avec l’establishment politique de droite en Grande-Bretagne, citait anonymement des responsables du gouvernement disant : «C’est vraiment une nouvelle Guerre froide, là. Juste en face de l’UE, nous voyons une preuve alarmante des efforts russes pour défaire le tissu de l’unité européenne sur toute une série de questions stratégiques vitales.» Le même article déclarait que le Congrès américain avait ordonné à James Clapper, le directeur du service de renseignement national étasunien, de «procéder à un examen approfondi du financement clandestin par les Russes des partis européens au cours de ces dix dernières années».

Les partis politiques européens soupçonnés de prétendues manipulations par les Russes incluent le Parti travailliste britannique sous Jeremy Corbyn, Le Front national dirigé par Marine Le Pen en France, ainsi que d’autres partis aux Pays-Bas, en Hongrie, en Italie, en Autriche et en Grèce, selon le Daily Telegraph. Pas une ombre de preuve n’est apportée à l’appui de l’histoire de la supposée conspiration russe pour déstabiliser la politique européenne. Typiques de la vieille propagande occidentale de la Guerre froide déguisée en informations, les accusations portées contre le gouvernement russe reposaient sur des insinuations, des préjugés et la diabolisation. La Russie et son dirigeant Vladimir Poutine sont malfaisants, parce que… eh bien, euh, parce que nous disons qu’ils sont malfaisants.

Ce qu’il se passe réellement ici est que les coutures de l’Union européenne craquent à cause du nombre massif de citoyens ordinaires extrêmement déçus de sa monstruosité antidémocratique. Cette désaffection à l’égard de l’UE concerne les électeurs des partis de droite comme de gauche. Les politiques économiques d’austérité impitoyables, qui accroissent le chômage et la pauvreté, et les coupes draconiennes dans les services publics – tandis que les banques, les bénéfices des entreprises et une minorité de riches deviennent toujours plus riches – ont aliéné de larges couches de la population parmi les 500 millions de personnes qui composent l’UE. Les dirigeants politiques de l’UE, qu’ils s’intitulent conservateurs, libéraux, socialistes ou autre, se sont montrés impuissants à apporter davantage de politiques démocratiques et à répondre aux besoins des gens. Aux yeux de beaucoup d’Européens, les partis politiques établis sont tous les mêmes, tous suivent servilement une forme de bien-être capitaliste au profit des super-riches déjà bien gavés.

Une grande partie du problème vient de ce que l’Union européenne n’a manifesté aucune indépendance à l’égard de Washington. Les gouvernements européens, sous le harnais de l’Otan, l’alliance militaire dirigée par les Américains, ont aveuglément rejoint les États-Unis dans leurs guerres désastreuses et illégales pour obtenir des changements de régime en Afghanistan, en Irak, en Libye et en Syrie. Ces guerres se sont à leur tour retournées contre l’Europe en lui léguant la pire crise des réfugiés depuis la Seconde Guerre mondiale.

Aggravant encore la difficulté, il y a l’impasse totalement inutile et futile entre la Russie et l’Europe à propos de la crise en Ukraine. Les agriculteurs, les entreprises et les travailleurs européens souffrent à cause de Washington et de la politique de Bruxelles qui a déstabilisé l’Ukraine afin d’isoler la Russie au profit d’un certain agenda politique. Sur ce point, les gouvernements européens sont particulièrement exécrables, puisqu’il devrait être clair que Washington veut isoler la Russie avec le seul objectif de la remplacer comme fournisseur principal d’énergie du continent. C’est ce qu’on appelle se tirer une balle dans le pied.

Étant données toutes ces composantes du problème, il n’est pas étonnant que les citoyens européens soient mécontents de ce qu’on appelle leurs dirigeants politiques. Le mépris populaire pour Bruxelles a atteint des niveaux record, et à juste titre. La pathétique déférence servile à l’égard des politiques économique et étrangère de Washington se manifeste sous la forme de protestations et de dissidence à l’égard du projet européen dans son entier. La montée de la droite en Pologne, où le parti nationaliste est au pouvoir, est un autre signe des temps. Mais plutôt que de se mettre à l’écoute du mécontentement généralisé à travers l’Europe, ce que tentent Washington et ses alliés pro-atlantistes comme la Grande-Bretagne est de faire de la Russie un bouc émissaire. L’ironie de la chose est que Washington et Londres cherchent à lui imputer les misères et la désunion croissantes en Europe. Alors que c’est Washington et Londres qui sont les raisons principales pour lesquelles l’Europe part en lambeaux. À cette fin, les États-Unis et la Grande-Bretagne relancent les vieilles épithètes de la Guerre froide pour diaboliser la Russie, comme moyen de détourner l’attention de leur propre influence malfaisante et destructrice sur le reste de l’Europe.

Il y a des décennies, la diffamation antirusse a pu agir sur le public. En particulier lorsque des agences de presse occidentales et leurs journalistes infiltrés par la CIA et le MI6 jouissaient d’un monopole efficace sur l’opinion publique. Mais ces temps sont révolus. Le public occidental n’est plus sous l’emprise des histoires effrayantes comme le seraient de petits enfants. Il y a beaucoup de sources d’information alternatives à leur disposition qui leur permettent de se faire une image plus précise. Et cette image précise des problèmes de l’Europe n’a rien à voir avec de prétendus méfaits russes. La malfaisance est plutôt abondamment attribuée à Washington et à ses gouvernements européens laquais. La tentative de remake de la peur rouge par Washington et Londres peut facilement être écartée. Mais l’intéressant est que cela manifeste profondément combien ces deux acteurs sont à court d’idées de propagande avec laquelle distraire les populations occidentales de plus en plus inquiètes et en colère.

Les gens veulent des solutions réelles pour surmonter les problèmes sociaux et économiques, et non d’idiotes histoires à faire peur, périmées depuis des dizaines d’années. Plus l’opinion publique occidentale se sent insultée par un tel non-sens, plus elle méprise ses dirigeants. Les puissances capitalistes occidentales, en déroute et impuissantes, sont dans un cul-de-sac. Allez-y, pointez-vous, on vous attend !

Finian Cunningham

Traduit par Diane, vérifié par jj, relu par Diane pour le Saker francophone

_________________
Image

Roma Æterna / Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice. George Orwell.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: RUSSIE
MessagePublié: 01 Fév 2016, 20:15 
Grand Pope
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 23 Fév 2006, 00:47
Messages: 14749
:lol: :lol: :lol:

Ils prennent vraiment les gens pour de plus gros cons qu'ils ne sont... pauvre Kramer, pauvre gugus, pauvre sous-fifre....

Fermer Sputnik ? Autant essayer de fermer un ministère Russe. C'est le ronflant grandiloquent habituel de ce genre de petite main des basses oeuvres de la CIA.

Les autorités russes, qui vous surpassent et de loin en matière de guerre électronique et d'occupation des esprits et des coeurs, pourraient en ouvrir des centaines de "Sputnik".

_________________
Plus Ultra


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: RUSSIE
MessagePublié: 02 Fév 2016, 01:08 
Acerbe
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 20 Juin 2006, 04:20
Messages: 4762
Nous savons bien que Sputnik News et CIE sont indirectement liés à Moscou et au pouvoir russe, seul un naïf pourrait penser le contraire, cependant que les Amerloques osent l'ouvrir et donner des leçons de comportements en nous prenant vraiment pour des buses, je suis sur le cul. De plus la propagande russe du moment me fait plus "band*r" que le grotesque cirque médiatique et étatique américano-européen.

Il serait temps que les USA et l'UE sortent des années 1980-1989, apparemment ils y sont encore, pathétique et minable.

_________________
Image

Roma Æterna / Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice. George Orwell.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: RUSSIE
MessagePublié: 09 Fév 2016, 19:49 
Acerbe
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 20 Juin 2006, 04:20
Messages: 4762
C'est à la France, en premier lieu et unilatéralement, de ne plus appliquer les sanctions européennes et non à la Russie de lever l'embargo à l'encontre de la France, La Valls feint d'oublier la décision première et absurde de l'UE de sanctionner la Russie, les ripoublicains nous prennent pour des cons encore une fois.

https://francais.rt.com/international/15332-manuel-valls-levee-embargo-russie

Manuel Valls discutera la levée de l’embargo alimentaire avec son homologue russe
8 févr. 2016, 13:22

Le Premier ministre français entend rencontrer samedi prochain Dmitri Medvedev pour discuter de la levée de l’embargo russe sur les livraisons alimentaires en provenance de l’UE.

«J'évoquerai avec lui la levée progressive de l'embargo sur la viande porcine» , a annoncé Valls suite à une rencontre ce lundi entre Manuel Valls et les représentants des plus grands réseaux de supermarchés français – Carrefour, Casino, Auchan, Cora, Intermarché, Lidl et Système U. Cette réunion s’est déroulée en présence de Stéphane Le Foll et du ministre de l’Economie Emmanuel Macron.

Le chef du gouvernement a en outre accusé la Commission européenne de faire «trop peu ou trop tard» face à la crise agricole en France, qui affecte des milliers de producteurs.

«La Commission européenne doit activer les pouvoirs dont elle dispose en cas de crise», a déclaré Mannuel Valls, avant d’annoncer que Stéphane Le Foll avait demandé «des mesures de régulation des marchés» dans un mémorandum préparant le prochain Conseil des ministres de l'Agriculture.

Selon le dernier rapport du Comité des organisations professionnelles agricoles de l’Union Européenne, les pertes, à l’échelle de l’UE, s’élèveraient à environ 5,5 milliards d’euros et à environ 44 millions d’euros pour les seuls éleveurs de porcs français.

_________________
Image

Roma Æterna / Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice. George Orwell.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: RUSSIE
MessagePublié: 14 Fév 2016, 06:28 
Du Crime
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 21 Aoû 2006, 18:43
Messages: 8691
Localisation: dans la jungle
La guerre entre la Russie, Iran et la Turquie, Arabie Saoudite est quasiment certaine dans les heures qui suivent.

http://resistancerepublicaine.eu/2016/02/13/exclusif-la-guerre-entre-russie-iran-et-turquie-arabie-saoudite-va-sans-doute-commencer/

Exclusif : la guerre entre Russie-Iran et Turquie-Arabie Saoudite va sans doute commencer
13 Fév 2016. Parole d un Grec

Image

Depuis quelques heures des tirs d’artillerie lourde turque ont ciblé les zones kurdes en Syrie à leur bases à Menagh et dans le village Maranaz en dehors d’Alep. Par ailleurs, 10 avions saoudiens F-15 (ou Eurofighter) ont atterri à la base turque d’Incirlik. En plus, les Turcs transfèrent en ce moment sur la frontière syrienne leurs batteries d’artillerie Τ-155 Firtina depuis Thrace orientale (frontière avec la Grèce).

Les Russes répondent avec l’envoi de 10 000 parachutistes vétérans de la guerre en Tchétchénie. Il s’agit de la 56ème brigade aérotransportable basée à Kamyshin et du 7ème régiment aérotransportable basé à Νοvorossiysk.

Complément quelques heures plus tard. Des informations plus récentes font état de 35 avions saoudiens au lieu de 10 mentionnés initialement dont 15 Eurofighter Typhon présents à la base turc d’Incirlik à Adana. Le Qatar semblerait participer aussi avec d’autres avions.

Note de Christine Tasin

Il y a deux jours, Assad avait annoncé les ambitions de la Turquie et de l’Arabie saoudite ainsi que sa détermination à s’y opposer. Le risque d’intervention militaire de la Turquie et de l’Arabie saoudite sur le territoire syrien n’est pas à exclure, estime le président du pays Bachar el-Assad. « C’est une possibilité que je ne peux pas exclure pour la simple raison que [le président turc Recep Tayyip ndlr] Erdogan est quelqu’un d’intolérant, de radical, un pro-Frères musulmans et qui vit le rêve ottoman », a indiqué M.Assad dans une interview accordée en exclusivité à l’AFP jeudi dans son bureau à Damas. Et d’ajouter qu’il en était de même pour l’Arabie saoudite. « De toute manière une telle action ne sera pas facile à réaliser et nous allons très certainement y faire face », a prévenu le président syrien

Lire la suite : http://fr.sputniknews.com/international/20160212/1021712959/assad-arabie-turquie-intervention-syrie.html#ixzz408Ip04l9

_________________
L'homme pense et Dieu rit
Cioran


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: RUSSIE
MessagePublié: 14 Fév 2016, 10:44 
L'Oeil

Enregistré le: 15 Déc 2008, 18:58
Messages: 2625
En effet, c'est chaud, très chaud... Les Russes ne se coucheront pas et Erdogan risque de s'en mordre les doigts, d'autant que Kerry a adjuré Erdogan de faire machine arrière ! Si les Turcs sont les agresseurs, l'OTAN ne la soutiendra pas, normalement... Sauf si Obama est décidé à lancer the Third World War !!!


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: RUSSIE
MessagePublié: 14 Fév 2016, 13:37 
De couette
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 31 Déc 2008, 17:57
Messages: 1187
Bof bof... Je n'y crois nullement...

Erdogan pousse la baïonnette dans les reins des Kurdes, certes ; les Saoudiens jouent leur partition sunnite pro-EI, certes. Mais aucun d'entre eux ne franchira la ligne à un moins d'un an de la Présidentielle américaine... A moins que l'Histoire s'en mêle, bien évidemment.

Rappelez-vous l'avion russe délibérément abattu par les Turcs. Il n'y a pas eu d'escalade régionale. Les Ottomans se tapent la poitrine comme des gorilles pour montrer qu'ils existent et rappeler que leur souci principal est d'empêcher une coagulation kurde, mais je ne pense pas qu'Erdogan s'amuse à bouger en Syrie dans une période aussi déséquilibrée qu'aujourd'hui.

Enfin bon, les choses peuvent basculer vite (et pourquoi pas, d'ailleurs, ça clarifierait pas mal de choses...). Nous, ici, nous vivons dans l'entre-deux. J'entends l'entre-deux-attentats. La baudruche gonfle, gonfle, gonfle ; on sait tous qu'elle va éclater, ça ne sera nullement une surprise, mais on sait aussi qu'on sera tous saisis quand ça arrivera.

M.

_________________
THYBRIM MULTO SPUMANTEM SANGUINE CERNO

ENOCH WAS RIGHT...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: RUSSIE
MessagePublié: 15 Fév 2016, 02:06 
Acerbe
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 20 Juin 2006, 04:20
Messages: 4762
Les parasites saoudiens sont des incapables, la preuve : leur déroute au Yémen et même sur leur territoire par les chiites, alors leur manoeuvre à deux balles, quelle blague, putain ils y croient en plus. Il ne suffit pas d'avoir de l'argent, encore faut-il avoir le savoir et la discipline.

http://lesakerfrancophone.fr/la-future-guerre-entre-la-russie-et-leurope

La future guerre entre la Russie et l’Europe, comment ça marche ?
Par Leonid Nersisyan – Le 10 avril 2015
__________________________________________________________

https://www.youtube.com/watch?v=R4tNBZhji6Y

Pour Medvedev, si rien n’est fait maintenant, on vivra tous d’ici 20 ans dans un Califat mondial

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a appelé à mettre de côté les différends entre les Etats qui mènent le monde «vers une nouvelle guerre froide» et coopérer pour lutter contre le terrorisme international.


_________________
Image

Roma Æterna / Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice. George Orwell.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: RUSSIE
MessagePublié: 16 Fév 2016, 20:16 
Grand Pope
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 23 Fév 2006, 00:47
Messages: 14749
Il n'y aura pas de guerre Russie VS Europe. Il y a un monde entre mettre des sanctions sur ordre mondialo-maçonnique et dégainer les missiles. Par contre, on s'achemine vers une guerre Russie vs Turquie+Arabie Saoudite+Qatar

Quel pays européen, même illuminatisé jusqu'au trou de balle, se risquerait à parier sur les enflures du désert qui ensanglantent le monde et pourrissent l'humanité depuis si longtemps ? Eux dont la ressource principale appartient au passé : le pétrole. Eux dont l'apport civilisationnel est négatif. Eux dont le projet de société est le Néant.

L'OTAN ne suivra pas la Turquie. SI elle le fait, elle sera anéantie.... et être détruit, c'est vraiment pas bon pour le business !

_________________
Plus Ultra


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2483 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 161, 162, 163, 164, 165, 166  Suivant

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher pour:
Aller à:  
cron
POWERED_BY
Traduit par phpBB-fr.com