LibertyVox
http://www.libertyvox.com/phpBB/

L'assassinat de la France expliqué à ma petite-fille
http://www.libertyvox.com/phpBB/viewtopic.php?f=5&t=2853
Page 1 sur 28

Auteur:  Antigone [ 06 Déc 2008, 10:38 ]
Sujet du message:  L'assassinat de la France expliqué à ma petite-fille

Je suis en train d’écrire un texte d’une centaine de pages environ que j’ai intitulé : “L’assassinat de la France expliqué à ma petite fille”.

J’aimerais le soumettre aux intervenants de ce site au fur et à mesure, afin de tenir compte de leur avis, de leurs ajouts et de leurs corrections. J’envisage une sorte d’ouvrage interactif.

Comme il s’agit de dessiller une adolescente, j’avance pas à pas au gré de ses questions et de ses commentaires, d’où des digressions qui, en fait, n’apparaissent telles que sur le moment. Il peut sembler aussi parfois que je rejoins l’opinion de nos adversaires mais c’est soit pour mieux les contrer plus loin, soit par prudence afin de leur couper l’herbe sous les pieds sans rien ôter à l’essentiel de mon propos.

Qu'en pense Libertyvox ?

Auteur:  zwickar [ 06 Déc 2008, 10:51 ]
Sujet du message:  Re: " l'assassinat de la France expliqué à ma petite-fille"

Que voilà une bonne idée. De plus ça pourra se distribuer dans les écoles et faire une jurisprudence très salutaire. Il faut bien palier aux manquements de nos dirigeants (...)

Auteur:  awawa bikana caïna [ 06 Déc 2008, 10:58 ]
Sujet du message:  Affirmatif.

"Ce qu'en pense LibertyVox" je n'en ai pas la moindre idée, en ce qui me concerne, je veux bien essayer ! Mais ce qui m'interroge c'est :

"Il peut sembler aussi parfois que je rejoins l’opinion de nos adversaires mais c’est soit pour mieux les contrer plus loin, soit par prudence afin de leur couper l’herbe sous les pieds sans rien ôter à l’essentiel de mon propos."

Vous avez un côté Janus qui laisserait à penser que vous envisageriez une synthèse (pour schématiser) de la droite et de la gauche ! Or chacun sait que ces 2 options sont incompatibles !

Auteur:  Antigone [ 06 Déc 2008, 11:02 ]
Sujet du message:  Re: " l'assassinat de la France expliqué à ma petite-fille"

Ah, non, pas du tout. En fait j'ai adopté une démarche du genre socratique assez sinueuse qui peut, sur le moment, décontenancer. Je pense qu'il ne faudra pas juger sur un ou deux seuls extraits. D'autant que je ne sais pas encore quelle longueur leur donner.

Auteur:  Antigone [ 06 Déc 2008, 14:00 ]
Sujet du message:  Re: " l'assassinat de la France expliqué à ma petite-fille"

Avertissement:

Le texte qui suit ainsi que celui qui figure sur la page d'éccueil du site, n'est qu'une ébauche de la version définitive de "L'assassiant de la France expliqué à ma petite-fille" que l'on peut lire à partir de la page 17 de ce fil.


L'assassinat de la France expliqué à ma petite-fille
Conversation en 17 chapitres et une conclusion

Première partie : I

Un jour tu es revenue du collège, l’air maussade et préoccupé. Je t’ai demandé : - Qu’est-ce qui ne va pas ? Tu t’es fait saquer par tes professeurs ?

Tu m’as répondu : - Ce n’est pas avec les professeurs que j’ai des problèmes, mais avec les élèves.

- Ah bon ? Et lesquels ?

Tu m'as fait une réponse un peu biaisée : - Tu comprends, j’en ai marre d’entendre certains dire que nous, les Français, on leur doit le respect.

J'ai réfléchi réfléchi et t'ai demandé : - Mais qui dit ça ?

Tu me réponds sur le ton de l’évidence : - Qui ? Des Arabes.

- Ah, bon ? Et comment tu sais qu’ils sont « arabes » ?

Là tu m’as fixé, un court moment interloquée, comme si je me moquais de toi.

- Parce que ... parce que je le sais ! Tout le monde le sait ! Et d’abord c’est eux qui s’en vantent tout le temps.

- Bon. Admettons. Mais, suppose que tu n’aies jamais entendu parler d’eux, est-ce que, de toi-même, toute seule, tu les aurais reconnu comme un groupe différent des autres élèves, de Corinne, de Boris, de José et de toi par exemple ?

Tu as pris ton temps avant de répondre : - Au début, je n’ai rien remarqué, mais, petit à petit sans m’en rendre compte, avant même que j’entende le mot «arabes», que j’y fasse attention, j’ai commencé à les repérer comme différents de nous et des autres.

- Qui « nous » ?

- Je ne sais pas… Hélène, Boris, José, Michel, Alain, moi… et même Tchang… et même Indira.

- Différents comment ?

- Euh… ben… D’abord, peu à peu, j’avais remarqué que d’une classe à l’autre, d’une année à l’autre, d’une école à l’autre, on retrouvait chez certains élèves les mêmes prénoms : Ali, Djamel, Moussa, Kamel, Mourad, Selim, Mustapha, Aladin, Mohamed, Ahmed ou Mehdi -ou d’autres qui sonnaient un peu comme ceux-là- que leurs noms de famille commençaient assez souvent par Ben ou Abdel, que ceux qui les avaient étaient, en général, plus bronzés, plus bruns de cheveux que ceux, comme nous, qui portaient d’autres noms et prénoms bien plus variés que les leurs, et qu’ils se regroupaient entre eux. Et puis j’ai découvert que ceux qui se nommaient ainsi ne mangeaient pas de porc, alors que les autres et moi nous en mangions, qu’ils faisaient le ramadan alors que les autres et moi ne le faisions pas, qu'ils détestaient ouvertement les juifs, etc. etc.

Tu as abrégé avec un geste vague.

- Et puis…

Tu t’es soudain arrêtée comme embarrassée.

- Et puis quoi ?

Tu as hésité et fini par lâcher tout à trac : - Et puis, à partir d’un certain âge, ce sont eux les plus frimeurs et ceux qui nous embêtent ou, en tous cas, qui nous embêtent le plus méchamment et nous débitent des insultes et des cochonneries.

Je remarquais que tu étais passée au présent et je sentais que, pour parler familièrement, tu en avais gros sur la patate. Je t’ai encouragée : - Allez, vas-y ! vide ton sac, c’est le moment. C’est bien tout ?

- Oui… enfin, non : j’ai aussi remarqué que dès qu'un autre qu’eux leur déplaît, ils se vengent en se mettant à le frapper à dix contre un et qu’en général ils prennent plaisir à persécuter les plus faibles. Ah, et puis quand il y en un pris la main dans le sac, même jusqu’à l’épaule, il se rebiffe toujours en disant : c’est pas moi m’sieur !

- Ils font tous pareil ?

Tu as hésité : - Non, pas tous. J’en connais qui sont sympas.

-Ah, tu vois bien. Tu ne peux pas ne pas en tenir compte.

- J’essaie d'en tenir compte, figure-toi.

-Et les José, les Paul, les Alain, les Boris, ils n’en font pas autant ? Ils ne les embêtent pas, les Arabes ?

Tu protestes avec véhémence : - Non, jamais ! On n’est pas des skinheads. Et puis même, on n’est pas assez nombreux.

- Bon, bon, ça va ! Je te crois. Ta mère et moi qui avons été professeurs dans des établissements différents à une époque où les «Arabes» comme tu dis, étaient encore minoritaires dans les classes, nous n’avons jamais vu des non arabes, nombreux ou pas, les embêter. Les professeurs de notre entourage non plus. Et pourtant nous étions tous très vigilants. D’ailleurs, déjà, de mon temps, presque tous les délégués de classe étaient des « Arabes ». Je suis sûre que si tu pouvais vérifier dans les archives de ton école, tu pourrais faire la même constatation. Preuve que, à l’époque, contrairement à ce que l’on voudrait faire croire, les petits français comme toi, loin d’être racistes, les avaient à la bonne.
Ne parlons pas des professeurs qui se sont toujours défoncés pour eux bien plus que pour n’importe quels autres élèves, ainsi que tous les acteurs sociaux, histoire de bien montrer à quel point ils exécraient les préjugés raciaux. Difficile, dans ces conditions, de soutenir que les "Arabes" baignaient dans le racisme. D’ailleurs ils y baignaient si peu, il y en avait si peu à se mettre sous la dent, que les antiracistes de profession ont longtemps été obligés pour justifier leur croisade -et leur salaire– de diaboliser une banale mesure de prévention policière : "le contrôle d’identité" en le rebaptisant, quand elle concernait les jeunes arabes : «contrôle au faciès» et en le montant démesurément en épingle.

- Tu oublies, quand même, les skinheads!

- Parlons en des skinheads ! A entendre les journalistes, on avait l’impression qu’ils étaient des dizaines de milliers à terroriser les Arabes à travers toute la France. En réalité ils n’étaient pas deux milles et leurs méfaits, plutôt rares, ont été grossis à plaisir.

- De toutes façons, maintenant même si on avait envie de les embêter, on n’oserait pas : ils nous font trop peur.

- Peur ? Mais pourquoi tu ne nous as jamais parlé de tout ça ?

- Parce qu’il aurait fallu parler d’eux et que personne n’en parle jamais -vous pas plus que les autres– comme s’il s’agissait d’un sujet défendu.

C’était vrai, nous nous étions fixés la règle de ne jamais parler de qui que ce fût devant toi en faisant référence à sa race.

Tu as poursuivi : - On dirait, d’ailleurs, qu’ils font peur à tout le monde, y compris aux professeurs, y compris à eux-mêmes. J’en ai vu se cacher pour manger pendant le ramadan, de frousse d’être maltraités par les autres. En tous cas, question de savoir qui ils sont, le problème ne se pose pas ou plus puisque, comme je t’ai dit, je les entends se vanter d’être arabes ou musulmans (c’est pareil) et dire que nous, les Français, nous leur devons le respect.

J’ai choisi de ne pas relever sur le moment cette dernière proposition. - Non, ce n’est pas pareil : il y a des Arabes qui ne sont pas musulmans, mais chrétiens.

- Ah, bon. Je croyais.

- Non. Musulman veut dire que tu adhères à la religion qui est l’islam. Arabe, veut dire que tu appartiens à la race du même nom. En fait c’est un peu pareil quand même parce que quatre vingt quinze pour cent des Arabes sont, effectivement, musulmans. Alors on peut confondre.

Tu as levé les yeux au ciel : - Là, je ne comprends plus. Tu dis que « Arabe » c’est une race, mais le professeur d’histoire -géo et celui de biologie nous ont dit que les races n’existent pas.

A ce moment, j’ai senti que je ne pouvais plus te répondre du tac au tac. La discussion prenait une tournure trop sérieuse et trop délicate. Je t’ai dit que je m’en tiendrais là pour aujourd’hui, qu’il me fallait un peu de temps pour réfléchir et que nous reprendrions tout ça demain.

(à suivre)

Auteur:  awawa bikana caïna [ 06 Déc 2008, 14:31 ]
Sujet du message:  Affirmatif.

C'est excellent ! Pourquoi les gamins gaulois isolés ne disent rien à leurs parents quand il y a du racket, ou un conflit, c'est que les arabes ou français d'origine arabe, par lâcheté, menacent de faire intervenir les autres frères de la fratrie, et dans les faits, les font intervenir ! Cette mafia naissance, fait appel à la meute pour serrer l'isolé !

Comme les autres gamins sont individualistes (comme leurs parents) comme cela existe en France, eh bien l'omerta maghrébine domine ! L'union fait la force, je crois que cela n'existe qu'en Suisse ?

Auteur:  FFL [ 06 Déc 2008, 14:54 ]
Sujet du message:  Re: " l'assassinat de la France expliqué à ma petite-fille"

C'est très bien écrit Antigone.

Je pense qu'il est dommage de parler du nazisme sans parler aussi de l'alliance idéologique et militaire entre le nazisme et l'islam, qui a été articulée avec le grand mufti de Jérusalem (notez bien: Jérusalem), Haj Amin Al Husseini.

L'utilisation du terme sémite est trompeuse car les nazis adoraient les musulmans. Or, aujourd'hui, les nazislamistes aiment à se dire "sémites" pour refuser d'admettre qu'ils sont "antisémites".

Des génocides de Juifs ont été commis par le faux prophète Mahomerde, bien avant d'être commis par les nazis.

Auteur:  Mécréant [ 06 Déc 2008, 15:00 ]
Sujet du message:  Re: " l'assassinat de la France expliqué à ma petite-fille"

C'est bien pour cela qu'il faut employer le terme "judéophobe", à la place d'"antisémite" :idea:

Excellente initiative, Antigone ;)

Auteur:  FFL [ 06 Déc 2008, 15:11 ]
Sujet du message:  Re: " l'assassinat de la France expliqué à ma petite-fille"

D'ailleurs la petite fille n'aura pas manqué de remarquer - avec la candeur de l'enfance - que les écoliers musulmans s'en prennent aux écoliers juifs avec une méchanceté encore plus grande qu'envers les autres enfants, et n'ont pas peur d'être racistes.

(Ce n'est pas de la fiction. Outre de nombreux faits divers, voir le rapport Obin qui - de mémoire - comporte quelques remarques sur l'antisémitisme décomplexé qui règne dans certaines écoles de Phrance).

Auteur:  OptimusPrime [ 06 Déc 2008, 15:12 ]
Sujet du message:  Re: " l'assassinat de la France expliqué à ma petite-fille"

Excellente initiative, Antigone!

Auteur:  GBZ [ 06 Déc 2008, 16:54 ]
Sujet du message:  Re: " l'assassinat de la France expliqué à ma petite-fille"

Ayant moi-même deux filles je ne peux que saluer cette excellente initiative :idea:

Auteur:  farbella [ 06 Déc 2008, 17:32 ]
Sujet du message:  Re: " l'assassinat de la France expliqué à ma petite-fille"

Limpide et parfaitement composé, bref du beau travail d’utilité publique !

Auteur:  Antigone [ 06 Déc 2008, 18:22 ]
Sujet du message:  Re: L'assassinat de la France expliqué à ma petite-fille

Je vous remercie de vos réactions. J'essaierai de tenir compte au maximum de vos suggestions et de vos critiques. Toutefois, si je peux modifier mon texte original sur mon ordinateur, je ne peux pas le corriger sur le site de Libertyvox. Je propose, en attendant, de contiuer à vous soumettre la suite, extrait par extrait.

Auteur:  FFL [ 06 Déc 2008, 18:45 ]
Sujet du message:  Re: L'assassinat de la France expliqué à ma petite-fille

Antigone surtout ne gardez pas une copie QUE sur votre ordinateur.

Ayez des copies dans des endroits sûrs et secrets, et pas seulement chez vous.

Ce que vous écrivez a beaucoup de potentiel et nombreux sont ceux qui voudraient vous faire perdre votre travail. Regardez ce qui est arrivé en Belgique aux fidèles du Père Samuel.

Auteur:  laurence [ 06 Déc 2008, 18:53 ]
Sujet du message:  Re: L'assassinat de la France expliqué à ma petite-fille

On fera tous des copies pour Antigone! :wink: Combien de lecteurs de Liberty?
Super votre idée, Antigone! On pourra offrir ce document à nos enfants et petits enfants.
Peut-être même d'un éditeur accepterait de le publier? Tatamis, par exemple? Au fait, Merci FFL pour avoir signalé l'action de Tatamis, j'ai souscrit à l'opération et je pourrais enfin lire le livre de LEFEVRE!

Page 1 sur 28 Heures au format UTC [ Heure d’été ]
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
https://www.phpbb.com/