LibertyVox • Voir le sujet - Sophie Kulbach
 
 
Retour à l'accueil
Index du forum

LibertyVox

La voix est libre !
Nous sommes le 15 Sep 2019, 18:54

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Sophie Kulbach
MessagePublié: 15 Nov 2006, 20:39 

Enregistré le: 24 Juin 2006, 13:31
Messages: 832
Bon, je vais me faire taper sur les doigts mais quelqu'un connaît-il Sophie Kulbach ? Elle est l'auteur d'articles qui ont l'air très intéressants.

[url]http://haaretz.free.fr/articles/art60.php3[/url]

[url]http://www.chretiens-et-juifs.org/article.php?voir%5B%5D=929&voir%5B%5D=4178[/url]

[url]http://www.sos-islam.org/islam_aujourdhui/Aveuglement_islamophile/paille_poutre.htm[/url]

Qu'en pensez-vous ? Quelqu'un la connaît ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 16 Nov 2006, 04:59 
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 26 Fév 2006, 14:04
Messages: 221
Localisation: Le Mans
Certains thèmes qu'elle dit sont déja évoqués. (Del Vale et son passé , collusion extrême droite et extrême gauche).
Une résistante de plus ,inconnue pour moi.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 09 Déc 2007, 20:40 
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 08 Mai 2005, 19:11
Messages: 1702
Localisation: Nunavut
Pöurquoi ne parle-t-on plus de Sophie sur ce site?,,,,,,,,,,,,,

C'est très actuel. :roll: :roll:

La paille et la poutre
par Sophie Kulbach

http://www.sos-islam.org/islam_aujourdh ... poutre.htm

On parle beaucoup, dans les cercles politiques et médiatiques, d'un phénomène qui menacerait la République dans ses fondements mêmes : "l'islamophobie". Monsieur Xavier Ternisien avait donné le 'la', en mai 2002, dans une tribune publiée en première page du Monde et intitulée "Les dangers de l'islamophobie".

Ce thème a, depuis, fait florès. Ainsi, un rapport du MRAP, publié en juillet 2003 a-t-il dénoncé, avec une rare virulence, les dérives islamophobes d'un certain nombre d'intellectuels. Ainsi, par exemple, l'économiste Guy Millière, un des pourfendeurs les plus constants de la haine islamiste et, à ce titre, fervent défenseur d'Israël, se voit-il accusé de racisme aigu, d'"islamophobie", mais également d'une haine farouche des homosexuels.

De même, un ouvrage de Monsieur Vincent Geisser, intitulé "La nouvelle islamophobie", en référence à l'œuvre magistrale de Pierre-André Taguieff, "La nouvelle judéophobie", vient de paraître en librairie.

Dans cet essai, Frédéric Encel, docteur en géopolitique et auteur, notamment, de "Géopolitique de l'Apocalypse. La démocratie à l'épreuve de l'islamisme", se voit accusé, sans autre forme de procès, de véhiculer des préjugés "islamophobes".

Ces derniers jours, en pleine flambée de haine antijuive, c'est au tour des politiques de hurler avec les loups. Ainsi, Monsieur Jean-Pierre Raffarin s'est-il empressé, à l'occasion de l'agression du rabbin Sarfaty, à Evry, de dénoncer, en la mettant sur le même plan que l'antisémitisme renaissant, l'"islamophobie", qui rongerait, tel un cancer, le pacte républicain.

Il convient, au préalable, de s'interroger sur ce qu'est "l'islamophobie", dont les pourfendeurs s'abstiennent, fort opportunément, de donner une définition. S'agit-il de critiquer les aspects cultuels de l'islam, les cinq piliers de la foi, comme la zakat [aumône], le Ramadan ou le pèlerinage à la Mecque ? Il n'en est rien. Ainsi, un site insultant pour la religion musulmane dans ses aspects cultuels, "Catholique et Royaliste" (au moment du Ramadan, il y était écrit notamment "n'oubliez pas de mettre à profit cette période où les parasites sont affaiblis par le jeûne diurne pour les attaquer sauvagement à coups de saucissons provocateurs et de petit-salé aux lentilles dans la journée!", sic) a-t-il échappé à la vindicte du MRAP [1].

En revanche, le MRAP et ses séides ont entrepris de jeter l'opprobre sur tous ceux qui optent en faveur d'une approche critique du dogme islamique orthodoxe et qui s'interrogent sur sa compatibilité avec la philosophie des Lumières. Autrement dit, ils désignent comme "islamophobes", et donc comme racistes, des auteurs aussi différents que Ibn Warraq, Guy Millière, ou Michèle Tribalat, qui refusent de faire leur le credo "Islam-religion-d'amour-et-de-paix". Ces derniers osent parler de la division coranique majeure, et commune aux quatre écoles de pensée, entre Dar el Harb et Dar al Islam [2], ou de l'obligation fondamentale, pour tout musulman, de la guerre sainte contre l'infidèle. Ils militent, non en faveur d'une guerre de civilisations contre le monde arabo-musulman, mais en faveur d'une alternative démocratique dans cette région de la planète. Pour cela, une réforme de l'Islam en profondeur, semblable à celle qu'a connue le christianisme à partir du XVIe siècle, est nécessaire, dans la mesure où la notion d'individu, au cœur de la liberté, est inconnue de cette religion, qui ne connaît que la Oumma, la communauté des croyants. Est-il raciste de souhaiter la liberté et la primauté de l'Homme sur la Communauté pour plus d'un milliard d'êtres humains ? Pour le MRAP et ses séides, il semble que oui …

Ce concept - flou et dépourvu de substance - d'"islamophobie", au sens où l'entend l'intelligentsia politico-médiatique, contredit la loi française dans ses fondements et dans sa lettre. Sauf erreur, la laïcité est au cœur du projet républicain et permet la critique raisonnée de toutes les religions. En d'autres termes, le blasphème est inconnu du Droit positif français. En outre, la Révolution française est née de la critique du christianisme et du clergé par les Encyclopédistes. Faut-il en déduire que les maccarthystes de l'"islamophobie" rejettent la Révolution de 1789, libératrice de l'Homme ?

Il est donc particulièrement choquant de voir "islamophobie" - au sens politiquement correct du terme - et antisémitisme mis sur le même plan, comme l'a fait très récemment Jean-Pierre Raffarin. En outre, si, par extraordinaire, la critique raisonnée du dogme islamique devait être assimilée à du racisme, force serait néanmoins de constater que "l'islamophobie" se limite aux écrits d'une poignée d'intellectuels, alors que l'antisémitisme se traduit quotidiennement par des agressions physiques, des injures ou des détériorations matérielles.

Il est d'ailleurs particulièrement piquant de constater que les plus prompts à dénoncer les dérives "islamophobes" sont également les mêmes qui accusent l'armée d'un Etat juif de perpétrer des "crimes de guerre", auxquels le gouvernement israélien "accorde l'impunité" et dont il est "juridiquement complice"…

Comme l'a fort justement écrit Alain Finkielkraut, "l'antisémitisme qui vient" [3] se développe "au nom de l'Autre"…

Sophie Kulbach

Notes :

[1] Le 21 septembre, j'ai mis en ligne cette information en donnant davantage de détails sur le contenu violemment raciste et (réellement) islamophobe de ce site ; voir mon article intitulé "Eh, MRAP, plus arabophobe que ça, tu meurs!".

[2] "En Europe et en territoire non-musulman en général, l'impératif islamique de fuir ou combattre le « pouvoir infidèle » s'exprime de manière différente, «l'orthodoxie» islamique proposant une doctrine géopolitique qui divise le monde en différentes zones ennemies : la « demeure de l'Islam » (dar-el-Islam) - l'ensemble des pays où domine l'islam - et la « demeure de la guerre » - (dar-el-Harb), le monde infidèle. Dans le dar-el-Islam, les non-Musulmans sont «tolérés», moyennant le paiement d'un tribut et la soumission à la Charià, s'ils sont adeptes d'une religion abrahamique, juifs ou chrétiens. Quant au dar-el-Harb, il constitue un espace géopolitique et religieux foncièrement hostile, avec lequel seules des relations de guerre peuvent exister. Toutefois, le Coran prévoit une exception : la «demeure de l'Islam» peut contracter une trêve avec la «demeure de la guerre» si cette « trêve », due au principe de nécessité (darura), permet aux Musulmans, contraints de résider dans le dar al harb, d'y prêcher leur doctrine sans exiger en contrepartie le même droit de prédication non-musulmane en terre d'Islam. Mieux : les Islamistes peuvent s'exprimer plus librement en terre occidentale que dans leurs pays d'origine ! Cette situation intermédiaire est nommée «terre de la conciliation» (dar al Sulh ou dar al Ahd), ou «terre de la prédication» (dar al dawaà), en référence à l'impératif de prosélytisme." Alexandre Del Valle, dans son article (en ligne sur notre site) intitulé : “Fondements théologiques et canoniques du terrorisme islamiste“.

[3] Alain Finkielkraut, Au nom de l'Autre. Réflexions sur l'antisémitisme qui vient, Nrf-Gallimard, 2003, Paris. Excellente recension de Philippe Barrault, reprise sur notre site : "L'antisémitisme qui vient".


Dernière édition par amerika on ice le 09 Déc 2007, 20:52, édité 1 fois au total.

Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 09 Déc 2007, 21:23 
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 08 Mai 2005, 19:11
Messages: 1702
Localisation: Nunavut
Attention aux nazis de gauche!;;;;;;;;;;;

Ce sont les plus sournois. :evil: :evil: les meilleurs amis de Dieudonousse. :twisted:

Extrême droite, extrême gauche: les liaisons dangereuses...
Par Sophie Kulbach

Si le soutien apporté par les mouvements d'extrême gauche aux islamistes, sous couvert d'anticapitalisme et de tiers-mondisme effréné, n'étonnera personne, de prime abord, l'alliance objective entre l'islamisme et l'extrême droite a de quoi surprendre : les partis de cette obédience ne fustigent-ils pas "l'islamisation de la France" ? Selon toute logique, en tant que pourfendeur du danger islamiste, l'extrême droite, si elle était fidèle à son programme et à ses électeurs, aurait du se trouver en première ligne aux cotés d'Israël en butte à la menace tant vilipendée.

En réalité, nombre de mouvements extrémistes, parmi les plus radicaux, soutiennent les fondamentalistes musulmans. Ceux-ci ne sont d'ailleurs pas en reste. Il n'est qu'à visiter le site web de Radio Islam pour s'en convaincre. Ces pages ne sont que diatribes antisémites et négationnistes, citant élogieusement Robert Faurisson ou reprenant des extraits de National Hebdo.

La collusion entre islamisme et extrême droite n'est d'ailleurs pas nouvelle et trouve ses racines dans l'alliance entre Hitler et les musulmans pendant la Seconde guerre mondiale. Le grand Mufti de Jérusalem, Hadj al-Husseini, demanda aux mahométants du monde entier de se battre aux cotés de l'Allemagne nazie. C'est ainsi par exemple qu'en Bosnie musulmane furent créées deux divisions SS, Hantchar et Kama, chargées de collaborer à la mise en œuvre de la Solution finale et au massacre de la population serbe.

A l'heure actuelle, les groupuscules néo-nazis ont pris fait et cause pour les islamistes et s'attaquent à tous ceux qui prennent la défense de l'Etat d'Israël. Alexandre Del Valle [1], auteur notamment de "Guerre contre l'Europe" en fait depuis quelque temps l'amère expérience. Ce géopoliticien, conscient du danger que représente l'expansion de l'islamisme en Europe occidentale, adopte fort logiquement une position pro-israélienne. Selon lui, le conflit proche-oriental s'analyse en un conflit civilisationnel, entre la civilisation judéo-chrétienne, d'une part, et le monde musulman, d'autre part. Par conséquent, les pourfendeurs du radicalisme islamique se doivent de soutenir Israël, cet Etat étant la sentinelle avancée de l'Europe au Proche Orient.

Néanmoins, à la suite d'Emmanuel Ratier, dont la chronique "faits de documents" est la référence incontournable de l'extrême droite française, un certain Christian Bouchet s'en prend violemment à M. Del Valle et le menace à mots couverts. Il insinue sournoisement que l'auteur de "Guerre contre l'Europe" aurait été formé à l'école de la nouvelle droite

M. Bouchet, dont on sait qu'il est un adepte du national bolchevisme, qui vise à concilier nazisme et communisme, accuse Alexandre Del Valle d'avoir été proche de la Nouvelle Droite. Cette pseudo-révélation laisse pour le moins perplexe. En effet, des articles de l'auteur ont certes été publiés par la revue en cause, mais c'était à l'insu du chercheur. Ce dernier, peu désireux de voir son nom accolé à un mouvement extrémiste, lié de surcroît aux structures de l'islamisme russe, est d'ailleurs en procès avec ces mouvements. De la même manière, le chroniqueur devrait se procurer les ouvrages précédents d'Alexandre Del Valle. Il apprendrait ainsi que ce dernier fustige depuis toujours, sans la moindre ambiguïté, les liens de la Nouvelle droite avec les structures islamistes. Cette affirmation est le fruit d'un long travail d'investigation qui a contraint l'auteur à participer à un colloque animé par l'organisation extrémiste Orion, en présence d'Islamistes. Cette manifestation avait d'ailleurs failli dégénérer dans la mesure où le chercheur avait à cette occasion vivement condamné les thèses de la Nouvelle Droite et ses liens avec les mouvements islamistes.

Mais, à la réflexion, ces manœuvres n'étonneront pas grand monde et démontrent, si le besoin s'en faisait sentir, la collusion évidente de l'extrême droite et de l'extrême gauche trotskiste. On en veut pour preuve la reprise presque immédiate des pseudo révélations de Christian Bouchet dans un site proche des mouvements trotskistes européens, qui affirme qu'Alexandre Del Valle a été formé par la Nouvelle Droite. D'ailleurs, cette page révèle le véritable patronyme du chercheur, volontairement mal orthographié, afin de lui donner une consonance hébraïque. Cette tactique traduit un syllogisme, en l'occurrence "puisque Del Valle, Juif, est nazi, alors tous les Juifs sont des nazis" et cache mal un antisémitisme virulent. On comprend dans ses conditions pourquoi M. Del Valle fait l'objet d'attaques aussi violentes, qui n'a de cesse de dénoncer la triple entente "rouge-brun-vert"

A la réflexion, la défense du fondamentalisme islamique par l'extrême droite et l'extrême gauche n'a rien d'étonnant. Il est bien dans la tradition de ces familles politiques de se soumettre à l'ennemi. C'est déjà ce qu'elle firent dès septembre 1938. Après avoir accepté devant le Munich nazi, elles se réjouissent du Munich islamiste, qui menace de détruire l'Occident judéo-chrétien honni…
--------------------------------------------------------------------------------
[1] Alexandre del Valle, spécialiste des questions internationales et stratégiques, a rédigé de nombreux articles ou reportages dans des revues de géopolitique (Hérodote ; Stratégique, Quaderni Geopolitici), ou d’actualité politique (Figaro Magazine, Spectacle du Monde, Figaro, etc), ayant tous pour toile de fond les questions des Balkans, de la Sécurité européenne Il a été l'élève du Général Pierre-Marie Gallois, qui avait préfacé son premier essai ("Islamisme et Etats-Unis. Une alliance contre l'Europe", éd. l'âge d'homme, 1998), et d'Alain Griotteray, qui l'avait invité à participer à la rédaction de son ouvrage collectif "Une idée certaine de la France" (éd. France Empire, 1998)

Il est auteur de plusieurs essais de géopolitique, dont « Guerres contre l’Europe», paru aux éditions des Syrtes en octobre 2001.

http://www.harissa.com/D_Communautes/Fr ... droite.htm


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 12 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher pour:
Aller à:  
cron
POWERED_BY
Traduit par phpBB-fr.com