La Une de LibertyVox en RSS: 15 derniers articles 30 Tous
Retour à l'accueil
Retour à la Une  

L’islam est compatible avec la République, évidemment

Mais « l’islam est-il compatible avec la France ou, inversement, la France est-elle compatible avec l’islam ? »

Depuis une quinzaine d’années, ou davantage, les journalistes, éditorialistes, élus socialistes (ou autres), ministres et députés, idéologues, militants, intellectuels organiques, commissaires politiques, dominants, etc. feignent de poser une même question. La question est toujours identique à elle-même ; c’est la mère des questions ou la question des questions, comme il y a la mère des batailles ou la bataille des batailles ; c’est l’identité par excellence : l’islam est-il compatible avec la République ?

Le ton sur lequel la question est posée, toujours en baissant la voix, ne change jamais : il est doucereux, onctueux, patelin, non pas prudent, mais prudentissime. Poser cette question, c’est comme si l’on marchait sur des œufs ou que l’on s’avançât sans poêle à frire dans un terrain miné. On est en démocratie et on en est fier, bien sûr ; on a la liberté d’expression dans le sang et même dans les gènes ; et pourtant on multiplie les circonlocutions, les ruses de sioux, les minauderies, les silences, comme si l’on était au Goulag ou au Stalag, pour poser une toute petite question, faite de huit mots, dont cinq sont des mots outils dépourvus de signification propre…   

Pourtant, la réponse est connue de tous. Elle est répétée sans cesse depuis une quinzaine d’années, ou davantage. C’est oui, oui, oui, mille fois oui. La question est une fausse question, puisqu’elle contient la réponse. Evidemment, l’islam est compatible avec la république (et même avec la République), comme la république (et même la République) est compatible avec l’islam. L’inanité de la question et même son absurdité dénotent surtout un régime malade, à bout de souffle, en voie de dissolution. C’est à ces faits que l’on prend conscience que, comme disait De Gaulle de mai 1958, le pouvoir n’est pas à prendre, mais à ramasser.

Pourquoi islam et république sont-ils compatibles ? La réponse est à la fois dans l’histoire et dans les événements du monde. Dans le passé, la république (ou la République, comme on voudra) a été (et est toujours) compatible avec tout : avec les massacres de masse, avec le génocide (le populicide, comme disait Baboeuf), la guerre à outrance et contre tous les peuples du monde, la colonisation, le racisme, le vandalisme, la bêtise, la collaboration, l’inhumanité. Elle est compatible avec toutes les horreurs du monde. Que la République soit française ou non, elle peut être islamique, démocratique, populaire, fasciste, autoritaire, militarisée. Elle est compatible avec toutes les idéologies, toutes les religions, toutes les utopies, fadaises, illusions : avec le libéralisme, le socialisme, le communisme, le fascisme, le socialisme national, le socialisme arabe, le nullissisme, le nihilisme, etc. etc. etc. Le Chili de Pinochet, l’Iran de Khomeiny, l’URSS de Lénine, de Staline, de Beria, de Brejnev, la Pologne de Gomulka, le Cuba des frères Castro, les pays dont les chefs ou les présidents étaient ou sont Touré, Idi Amin Dada, Pol Pot, Kim Il Sung, Erdogan, Boumediene, Bouteflika, etc. étaient et sont encore des républiques.

Tout est possible avec la République : le changement, le changement dans la continuité, le non-changement, le tournant de la rigueur, le ni-ni, le ou-ou, le et-et, la corruption, la gabegie, le népotisme, le suffrage restreint, le bourrage des urnes, le vote interdit aux femmes, etc. La République est compatible avec tout. M. Valls le sait. A quoi lui sert-il de poser la question de la compatibilité, puisqu’il en connaît la réponse ? Avec la République, tout est possible, même Valls, et surtout le pire. L’islam n’est qu’un pire parmi d’autres…

En réalité, il n’y a qu’une question qui vaille et qui, elle évidemment, n’est jamais posée, fût-ce à voix basse et avec d’innombrables contorsions de vocabulaire : l’islam est-il compatible avec la France ou, inversement, la France est-elle compatible avec l’islam ? La réponse est non, évidemment non, trois fois, cent fois, mille fois non. Avec l’islam, la France ne ressemble plus à ce qu’elle a été ou devrait être ou aurait dû ne jamais cesser d’être. Islamique ou islamisée, la France est la sous-France, le Frankistan, la République islamique du Maghreb du Nord, etc., mais pas la France. Les innombrables quartiers islamisés, là où l’islam tient lieu de loi, même s’ils continuent à porter des noms français (pour combien de temps ?), n’ont plus rien de français. Ils sont tout ce que l’on voudra, musulmans, algériens, islamiques, salafistes, etc. mais pas français. Non seulement l’islam et la France sont incompatibles, mais ce sont des contraires qui s’excluent mutuellement.

C’est la France ou l’islam, mais jamais la France et l’islam. Voilà pourquoi aussi les Français que la dignité n’a pas désertés et qui n’ont pas l’intention, pour le moment du moins, de chercher refuge à l’étranger, tiennent pour une injure personnelle et collective, et même pour l’injure suprême, l’appellation « français » donnée par les media, les politiciens, les intellectuels organiques, etc. aux tueurs d’enfants juifs, aux tueurs de juifs, aux tueurs de mécréants, aux égorgeurs d’êtres humains, aux poseurs de bombes dans la foule, aux fantômes noirs qui hantent les rues, aux trafiquants en tout, aux Marocains, Algériens, Turcs, Maliens, etc. fussent-ils députés ou fouteux.

© Etienne Dolet pour LibertyVox
Retour à la Une

© Etienne Dolet pour LibertyVox - Article paru le 14/04/2016 Imprimer cet article
URL de cet article = http://www.libertyvox.com/article.php?id=533