La Une de LibertyVox en RSS: 15 derniers articles 30 Tous
Retour à l'accueil
Retour à la Une  

Le FLN au George V, ou comment tout cela va (très) mal finir...

Djamila Bouhired est à Paris, de quoi réveiller la mémoire et la colère de Mattheus.

Non seulement l'Histoire bégaye, mais elle a l'ironie méchante et un humour cynique. Deux éléments d'actualité viennent, si besoin en était, nous en apporter la preuve.

Premièrement, une chronique récente recueillie sur le site « Algérie 360 » (1) nous informe, à l'instar d'autres sources, que Madame Djamila Bouhired, « héroïne aux lunettes noires » de l'indépendance algérienne, serait en train de bénéficier de soins médicaux à Paris et, dit-on, logée à l'hôtel George V (excusez du peu).


Deuxièmement, on nous apprend, selon les mots mêmes du député FLN Moussa Abdi, qu'« une proposition de loi criminalisant le colonialisme français a été déposée le 13 janvier au bureau de l'Assemblée populaire nationale [algérienne]. Le projet sera soumis au gouvernement avant d'être adopté par le parlement probablement lors de la session de printemps » (2).


Avouez que la concomitance des deux informations a de quoi faire sourire. Ainsi, au moment même où le pouvoir algérien, issu en droite ligne du terrorisme FLN, poursuit son éternelle politique de haine anti-française (la seule qu'elle ait jamais eu à proposer à son peuple depuis 1962) en déposant une graine de plus dans le champ des rancoeurs partisanes, une ancienne égérie et pasionaria de ladite lutte FLN ne trouve pas choquant d'aller soigner ses pathologies outre-Méditerranée, c'est-à-dire chez les anciens colons. C'est-à-dire chez nous.

A la décharge de Mme Bouhired, il faut se souvenir qu'Abdelaziz Bouteflika, Président de l'Algérie et contempteur courageux du « génocide » perpétré par la France contre son peuple, avait de même assez apprécié, semble-t-il, les services hospitaliers du colonisateur tant honni... Une âme un rien persifleuse pourrait s'étonner de ce que la République Algérienne, forte du dynamisme engendré par son accession tant espérée à l'indépendance au début des années 1960, se soit trouvée incapable, en presque cinquante ans, de produire un système hospitalier digne de ce nom... En tout cas, au moins, digne de ses chefs...

Mais ces deux événements, pour malheureusement banals qu'ils soient désormais, sont révélateurs d'un mal profond et enraciné. Un mal provoqué par le développement et le pourrissement d'une situation ubuesque que les historiens français du futur (s'il y en a) considèreront avec encore plus de perplexité que le Traité de Troyes signé au nom du roi fou Charles VI.

L'auteur de la chronique rapportée ci-dessus a beau jeu d'affirmer : « en fait, peu importe où elle [Bouhired] est logée et par qui elle se fait soigner » ; c'est précisément l'inverse. Que cette dame soit soignée et hébergée en France, plus que vraisemblablement avec des deniers publics généreusement alloués par quelque officine gouvernementale, c'est là le véritable scandale !


Car qui est Djamila Bouhired ? Berbère née en 1935, passée très jeune au FLN, elle est la secrétaire de Yacef Saadi, l'un des chefs historiques du mouvement indépendantiste. Mieux encore (ou pire, selon le point de vue...), elle est membre du fameux « Réseau bombes » de l'organisation qui, comme le nom l'indique, avait pour but le terrorisme par les explosifs. Le 30 septembre 1956, jour même de l'attentat du Milk-Bar, elle dépose une bombe dans le hall de l'immeuble Maurétania qui ne fonctionne pas. C'est elle qui recrute Djamila Bouazza qui, quelques mois plus tard, au début de la Bataille d'Alger, pose une machine infernale au café du Coq Hardi (26 janvier 1957).


Capturée par les parachutistes de Massu, à qui le pouvoir politique en geste d'ultime couardise avait laissé la lourde charge des affaires de police, Bouhired est interrogée, torturée et condamnée à mort. Elle évite l'exécution grâce à l'action menée par l'éternel Jacques Vergès, qui l'épousera en 1965. C'est cette femme qui, que l'on sache, n'a jamais renié ses « engagements de jeunesse », comme diraient certains, qui est donc à Paris, ancienne tête de l'hydre coloniale, pour profiter des soins médicaux de nos meilleurs hôpitaux. Peut-on imaginer un seul instant (un seul instant !) que le régime algérien recevrait aujourd'hui un ancien membre de l'OAS ou, tout simplement, un ancien harki, à Alger, pour l'héberger et le soigner ?


Cette disproportion manifeste est écoeurante à plus d'un titre. D'abord, elle prouve à quel point le régime issu de la prise de pouvoir indue de ce parti totalitaire, qu'était et est encore le FLN, n'a pour seul ressort idéologique, pour seule flamme fondamentale que la haine à l'égard de la France. On nous accuse aujourd'hui encore de « crimes coloniaux », de « génocide ». Bouteflika n'a-t-il pas lui-même, au risque du ridicule le plus achevé, évoqué naguère on ne sait quels « fours crématoires »(3), filant ou plutôt écrasant lourdement la métaphore nazie ?


Que le parlement algérien envisage aujourd'hui de « créer des tribunaux spéciaux pour juger les responsables de crimes coloniaux ou les poursuivre devant les tribunaux internationaux », n'est donc pas une surprise. On pourrait se demander en passant pourquoi les Bouazza et autres Bouhired ne devraient pas répondre de leurs actes devant les mêmes juridictions... Mais ne jouons pas les naïfs : le terrorisme FLN était nécessairement paré de l'innocence du juste, marqué de l'estampille progressiste et auréolé du sur-moi des « combattants de la liberté ». Il avait trouvé son expression officielle dans le strabisme éructant d'un Sartre qui osait écrire : « Abattre un Européen, c'est faire d'une pierre deux coups, supprimer en même temps un oppresseur et un opprimé » (4).


La France était coupable, parce que française. L'Européen, parce qu'Européen, point à la ligne. Après avoir anéanti la présence européenne sur son sol, après avoir engagé le pays dans la voie sans issue du socialisme, après la guerre civile des années 1990 (on se souvient d'ailleurs des moines de Tibéhirine...), le FLN se replie sur ce qui n'a jamais été que son idée fixe : la détestation de la France. La victimisation comme seul horizon de l'idéologie et dernier carré de la politique.

Avec cette Algérie-là, avec cette Algérie engoncée dans la roideur idéologique haineuse de l'esprit FLN, il n'y a jamais eu et il ne pourra (il ne devra !) y avoir aucune espèce de considération ou d'estime.

Et pourtant, aujourd'hui comme en 1962, le gouvernement français poursuit sa politique unilatérale d'amitié pleine et entière envers son ancienne colonie. Peu importent les insultes, les crachats, les vilenies répétées, la France, par ses représentants officiels, se vautre dans la fange du déshonneur avec le ravissement du masochiste pendu par les pieds au-dessus du fumier. A croire qu'une clause secrète des accords d'Evian stipulait l'auto-emploi perpétuel de la gégène mentale et morale dans les plus hautes sphères de l'état français !

Mais observons les choses de plus loin. Débordons le cadre étroit de l'enchaînement des événements, et prenons un peu d'altitude historique. Comment se fait-il que nul, parmi nos élites, n'ait encore oser souligner le paradoxe inouï, abracadabrant, que constitue toute l'histoire croisée de ces deux pays depuis cinquante ans ?


Au prix du déshonneur, au prix de la trahison, au prix du non-respect de la parole donnée à des populations civiles désarmées, au prix de près de 30.000 morts militaires, au prix du massacre d'environ 100.000 harkis abandonnés, la France gaullienne, reniant son honneur de 1940, a laissé en quelques mois au seul FLN bien plus que ce parti osait en rêver alors. Qu'indépendance il y ait dû avoir, sans doute. Que cette indépendance soit livrée aux mains des bourreaux, c'est autre chose. En six mois, un million d'Européens d'Algérie ont traversé la Méditerranée. La valise ou le cercueil... Un million d'hommes, de femmes et d'enfants forcés de fuir leur terre (beaucoup étaient installés depuis plus d'un siècle) pour éviter des représailles sanglantes. Comment appelle-t-on cela, du reste ? Cela dépend... Si c'est en Bosnie ou en Afrique Noire, on dit « épuration ethnique ». Si c'est en Algérie en 1962, c'est seulement le sens de l'histoire...


Les Pieds-Noirs, on le sait, étaient des « colons racistes ». Des « fascistes ». Des « nazis ». Les gens du FLN étaient des « purs ». Des « opprimés ». Des « saints martyrs du laïcisme tiers-mondiste ». Il était naturel que du nourrisson au vieillard, la terre algérienne soit purgée de toute présence française et européenne. Que dis-je, c'était nécessaire ! Mais alors, peut-on nous expliquer le paradoxe dont je parlais tout à l'heure et qui a consisté, pour des millions d'Algériens, à quitter leur terre nouvellement indépendante pour venir se précipiter dans les bras de leurs anciens tortionnaires ? Etaient-ils si attachés à l'oppression coloniale pour venir la chercher à Marseille, Lyon, Paris, Strasbourg, Lille ? Car le voilà, le scandale à long terme de l'indépendance FLN ! Le voilà dans toute son étendue, le marché de dupes de la décolonisation !

Un million de Français « rapatriés », c'est-à-dire jetés du jour au lendemain sur les ports d'Alger et d'Oran ! Les Harkis, n'en parlons pas, ils ne doivent pas exister, pour le confort politique de tous (et d'ailleurs, Bouteflika, ami à sens unique de la France, l'a dit, ce sont des collabos). Dès 1962, des centaines de milliers d'Algériens incapables de bâtir leur propre destin dans la fierté retrouvée de leur indépendance, et qui viennent quémander les miettes des Trente Glorieuses françaises ?! Pire encore, dernier clou sur le cercueil : dès 1975, et la catastrophe du regroupement familial, des millions d'épouses, d'enfants, de cousins, qui viennent s'installer à demeure sur le sol de l'oppresseur ! Quel chassé-croisé grandiose, admettez-le ! Quelle ironie machiavélique ! Et aujourd'hui, comme si ce n'était pas assez, la revendication algérienne, la revendication FLN au coeur des territoires français !


Nous avons tous croisé ces « deuxièmes » ou « troisièmes générations », comme on dit, T-shirt à l'effigie de l'Algérie sur la poitrine, deux ou trois mots de mauvais arabe dialectal à la bouche, et regard de haine condescendante sur tout ce qui peut représenter la France (surtout, ne pas les regarder trop longtemps dans les yeux !). Nous les voyons tous les jours déambuler en bandes agitées, et pas une semaine ne passe sans qu'on les entende se plaindre du traitement apparemment ignoble qu'on leur réserve.

Ils ont la haine, dit-on. Parce qu'on les aurait « parqués dans des ghettos ». Etrangement, les ghettos en question n'était que des cités banlieusardes et ouvrières fort calmes avant leur arrivée, voire des quartiers de centre-ville sans histoire. Mais le mécanisme est implacable. Les nouveaux venus arrivent et les familles françaises, parfois d'origine étrangère, d'ailleurs, commencent à s'en aller. Jusqu'à ce que le quartier ou la cité soit ethniquement homogène, avec son cortège de boîtes aux lettres brisées, de halls tagués, de voitures brûlées...

Ils ont la haine parce qu'on les « discriminerait » systématiquement. Car bien sûr ils sont les seuls à souffrir de la crise, du chômage, des prix de l'immobilier... Mais peut-être serait-on enclin à les considérer d'un oeil amical et fraternel s'ils donnaient l'exemple d'une conduite laborieuse et respectueuse de leur pays d'accueil. Peut-être serait-on enclin à les accepter dans la communauté nationale s'ils cessaient d'arborer, après deux, trois, quatre générations, la fierté hautaine et revendicatrice de leurs origines (jusque dans leurs prénoms, invariablement arabo-musulmans).

Ils ont la haine parce qu'on les traiterait en « citoyen de seconde zone »... Mais réalisent-ils le haut degré de confort dans lequel ils baignent, par rapport aux immigrés européens des vagues précédentes ? Les choses étaient beaucoup plus dures pour les Italiens ou les Polonais qui ne bénéficiaient pas de toutes les couvertures sociales de notre époque. A-t-on jamais connu une telle rébellion au sein de ces communautés ? Non. Elles se sont fondues totalement dans le fleuve français.

Il faut être aveugle pour ne pas voir que l'expérience inédite d'immigration nord-africaine massive en France est un échec total. Je ramène tout lecteur dubitatif aux émeutes de 2005, grand prélude à ce qui sera, inévitablement et malheureusement, une secousse bien plus grave. Il faut être malhonnête pour ne pas reconnaître que la faute vient, non pas du « racisme » prétendu des Français, mais de l'immense outrecuidance de populations qui, non contentes d'avoir chassé l' « oppresseur » chez elles, viennent chez lui pour l'accuser de ne pas s'adapter à la culture de l' « opprimé » !

Relativisons une seconde ; toute la faute ne vient pas de ces populations, bien sûr. Sans minimiser aucunement leur responsabilité propre (ce n'est pas parce qu'on est invité chez quelqu'un qu'il faut mettre les pieds sur la table...), il faut également (surtout !) souligner la lourde et criminelle culpabilité des Français ayant favorisé cet état de fait. Ces Français rancis et confits dans l'idéologie néo-raciste du tiers-mondisme (énième resucée du marxisme), pour qui « France » égale « fascisme » et « patriotisme » rime avec « Vichy ». Eux et leur sainte Trinité : communautarisme, relativisme culturel, politiquement correct.  « Surtout, ne pas les juger ! » ; « surtout, ne pas exiger l'assimilation, évidemment raciste ! » ;
surtout ne rien faire !  Et s'imaginer benoîtement, angéliquement, que les ressentiments de 1954-1962 s'étaient évanouis quelque part en route, au-dessus de la Méditerranée...

On n'a pas voulu extirper de leurs coeurs et de leurs âmes le Sahara de leurs rancoeurs pour y mettre le patriotisme de l'Arc de Triomphe et de la cathédrale de Chartres. On en paiera le prix. Nos « jeunes-issus-de-la-diversité », comme commande de le dire maintenant une novlangue délirante, ont la mémoire longue. La nôtre est courte. Quand nous en avons une... Leur mythologie n'est pas celle de Clovis et de la Fête de la Fédération. C'est celle de la grande victoire politique du FLN contre l'oppresseur français. Leurs héroïnes nationales ne sont pas des Jeanne d'Arc, mais des Djamila Bouhired.

« Algérie en force », crient-ils désormais les soirs de victoire (et de défaite...) de leur équipe nationale, au milieu des voitures en train de flamber et des drapeaux vert et blanc du vieux FLN (celui que De Gaulle promettait, lui vivant, de ne jamais laisser flotter sur Alger...). « Algérie en force! »...  On dit qu'ils ont la haine. Mais sont-ils vraiment les seuls ? Voilà une question que le pouvoir mériterait de se poser...

Souvenons-nous des leçons de l'Histoire ! La cohabitation entre Arabo-musulmans et Européens s'est soldée, il y a un demi-siècle, par la tragédie brutale d'un divorce sanglant. Et pourtant, la France avait assez amené d'hôpitaux, de routes et d'écoles avec elle ! Aujourd'hui, et alors que l'apport global de l'immigration maghrébine en France est, au mieux, nul, qui peut penser qu'une nouvelle coexistence des mêmes peuples, fût-elle de l'autre côté de la Méditerranée, finira d'une autre façon ?



© Mattheus pour LibertyVox


Notes :

1) « Où est Bouhired ? » http://www.algerie360.com/chronique/ou-est-bouhired/

2) in http://www.lepoint.fr/actualites-monde/2010-02-07/algerie-le-parlement-algerien-envisage-d-adopter-une-loi-criminalisant-le/924/0/421579

3) C'était en 2005 : « Qui ne se souvient des fours de la honte installés par l’occupant dans la région de Guelma au lieudit El Hadj M’barek, devenu lieu de pèlerinage où la mémoire conte les secrets de la victime. Ces fours étaient identiques aux fours crématoires des nazis. » http://www.algeria-watch.org/fr/article/hist/8mai45/polemique_dz_f.htm

4) Dans la préface au livre de Frantz Fanon : Les damnés de la terre, Paris ; 196l, Maspéro

Retour à la Une

© Mattheus pour LibertyVox - Article paru le 16/02/2010 Imprimer cet article
URL de cet article = http://www.libertyvox.com/article.php?id=424