La Une de LibertyVox en RSS: 15 derniers articles 30 Tous
Retour à l'accueil
Retour à la Une  

Vive la Nation !

Notre identité nationale est-elle compatible avec l’islam ? Un bloc-notes d’André Dufour.

Vive la Nation ! Vive la France ! Messieurs

Mythe ou vérité historique, les petits écoliers de la République française de ma génération apprenaient que, lors de la bataille de Valmy, les Sans Culottes se ruèrent sur les troupes ennemies commandées par le duc de Brunswick au cri de «Vive la Nation !». Il y avait dans ce cri, de la volonté de retirer le pouvoir au roi et à la noblesse pour le restituer aux citoyens. Et par là, l’affirmation de l’identité française qui est celle d'une nation.

Entre temps, le pouvoir des citoyens a été confisqué par les autoproclamées élites et les seuls soubresauts furent le «Non» français et néerlandais à la constitution giscardo-européenne, ces citoyens libres ne voyant dans l’UE qu’un marché sans âme. Et puis nous avons eu récemment la «stupéfiante» réaction des citoyens suisses qui, contre la position de leur gouvernement et des «élites» intellectuelles qui prétendent parler au nom du peuple, ont dit clairement et sans contorsions auxquelles les maîtres à penser nous ont habitués, qu’à travers le symbole du minaret, l’islam est une religion à tous égards étrangère à la Suisse, et à travers elle à l’ Europe, et de surcroît incompatible avec sa culture, ses valeurs, ses codes et ses mœurs.

Notre identité nationale est incompatible avec l’islam, non parce que nous rejetons les Musulmans, mais parce que c’est l’islam qui, ontologiquement, nous rejette, ne serait-ce que parce qu’un Musulman conséquent appartient déjà à une nation : l’Oumma, dont les lois et les codes ont une préséance sur nos lois, sur nos valeurs et sur nos codes.

En une ou deux générations, nos immigrés espagnols, italiens, polonais, arméniens, juifs et autres sont devenus tout à fait français et nous ont donné des hommes politiques français tels que Gambetta, des écrivains tels qu’Emile Zola, des physiciens prix Nobel tels que Charpak, des artistes. Leur différence religieuse n’entre pas en ligne de compte. Mais par contre, l’identité française bute sur l’islam. L’adjonction, sans consultation des Français, d’un département tel que Mayotte, font de ce département le 100ème dans l’ordre chronologique, mais le premier département "français" 100% musulman, à 99% non francophone, plaçant sa charia et sa polygamie au dessus de notre Code civil.

S’ajoutant aux quelques millions de musulmans venus, et continuant à venir du Maghreb, fermement attachés à leur drapeau national, et aux musulmans d’Afrique Noire, cette immigration massive et majoritairement sans qualification professionnelle représente de surcroît une aberration économique et sociale dans un pays qui fait fabriquer ses voitures «françaises» en Roumanie, en Turquie et autres gisements de main d’œuvre au rabais, et fait de la Chine l'atelier du monde.

Mais, est-ce vraiment le travail que ces immigrés sont venus chercher en France ? Alors où est cette «chance pour la France» ? Tant au sujet de notre identité nationale que de notre paix sociale, de notre économie et de nos institutions sociales, nous pourrions reprendre à notre compte ces propos tenus par Lacan (au sujet, il est vrai, de l’école freudienne) : «Nous n’avons pas besoin de beaucoup de monde et il y a du monde dont nous n’avons pas besoin». Alors 20.000 reconduites annuelles aux frontières contre 200.000 immigrés légaux, et sans doute autant d’illégaux, ne font que rapprocher et accentuer le désastre décrit par Enyo dans «Anatomie d’un désastre» (édition Denoël) et avant elle, par Bat Ye’Or dans «Eurabia» (Edition Jean-Cyrille Godefroy).

Une terrifiante vérité

Dans le cadre du débat sur l’identité nationale, Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille, a parait-il évoqué le récent déferlement sur la Canebière de 15 à 20.000 «jeunes» brandissant le drapeau algérien le soir du match Egypte-Algérie. «Nous voulons aussi la réciprocité» dit Gaudin. «Nous nous réjouissons que les musulmans soient heureux, sauf que quand après ils déferlent à 15.000 ou à 20.000 sur la Canebière, il n’y a que le drapeau algérien et il n’y a pas le drapeau français, cela ne nous plaît pas».

Ces propos sont jugés «terrifiants» par Patrick Mennucci du PS et, bien entendu, par SOS Racisme, instrument de ce parti politique, et par le MRAP, cheval de Troie du totalitarisme, naguère au service du Kremlin qui l’a engendré et à présent de l’ OCI (Organisation de la Conférence Islamique). Chez les négationnistes de l’identité française, la distance entre Moscou et Riyad est aisément franchie. Il n’y a qu’à le demander à Roger Garaudy, ancien membre du comité central du Parti Communiste «français» et actuellement islamiste et négationniste de la Shoah, devenu à ce titre bestseller dans le monde musulman.

Pour notre part, on peut alors se demander quelle idée, quel mot rendent "terrifiants" ces propos de Jean-Claude Gaudin. Est-ce leur caractère mensonger ? Ou au contraire, je le crois, la vérité que le politiquement correct des dhimmis interdit d’exprimer ? Surtout en plein débat sur l’identité nationale et de campagne chronique en faveur de la discrimination positive. Mais c'est sans doute le mot «réciprocité» qui serait scandaleusement «terrifiant». Comment en effet exiger la «réciprocité» qui implique un minimum de devoirs, de respect et d’obligations de la part de ceux dont l’identité, comme le rappelait déjà Max Weber voici plus d’un siècle, puise sa source dans un islam arabique guerrier, conquérant et féodal, qui fait des Musulmans arabes un peuple de seigneurs, auquel les Roumis doivent faire acte d'allégeance, se soumettre et payer tribut.

Dans cette perception inégalitaire, le mot «réciprocité» n’a aucun sens et, pire, constitue une injure à l’islam. Car ce serait accorder la même valeur à la seule vraie religion reconnue par Allah soi même et aux autres religions subalternes. Le MRAP, la Halde, la LDH et autres machins antiracistes ne manqueront jamais de proclamer «racistes» tous ceux qui en doutent. Soyons même certains qu’ils déposeront plainte contre Max Weber.

 

© André Dufour pour LibertyVox

 

Bataille de Valmy par Horace Vernet

 


 

 

 



Retour à la Une

© André Dufour pour LibertyVox - Article paru le 20/01/2010 Imprimer cet article
URL de cet article = http://www.libertyvox.com/article.php?id=418