La Une de LibertyVox en RSS: 15 derniers articles 30 Tous
Retour à l'accueil
Retour à la Une  

Aounit soit qui mal y pense

Le Mrap s’est fendu d’un communiqué sur les massacres de Bombay. Explication de texte d’André Dufour.

Quelles qu’en soient les motivations, quel qu’en soit le commanditaire, le carnage terroriste commis à Bombay au nom de l’islam réunit tous les critères d’un crime raciste. L’objectif du commando était bien de tuer, de façon sélective, des êtres humains sélectionnés sur des critères religieux : chrétien, hindouiste ou juif, et de citoyenneté ciblée : américaine, anglaise, indienne ou israélienne. Tenancier d’un fonds de commerce antiraciste, le Mrap, qui a senti le vent du boulet, s’est fendu d’un communiqué rédigé, bon chien chasse de race, en langue de bois métissée de LTI et de Novlangue. (http://www.mrap.fr/communiques/bombay).

«Le Mrap condamne les attaques dirigées essentiellement contre les populations civiles» dit son communiqué, ce qui est la moindre des choses et de surcroît ne coûte rien, mais le lecteur qui n’aura pas suivi l’actualité ne saura jamais qui est l’agresseur, qui est l’agressé et qui sont les victimes. On est comme ça au Mrap : discret et pudique. Il faudra lire le communiqué stalinoïde jusqu’au bout pour que le coupable soit enfin désigné du doigt, mais comme dans un suspense de roman policier, ce n’est pas celui qu’un lecteur prisonnier de ses préjugés racistes imaginerait.

Or à l’heure où le Mrap sortait de son silence, on savait déjà qu’il s’agissait d’une agression terroriste de caractère raciste menée par une organisation islamiste, que le pays agressé s’appelle Inde, que la base arrière des agresseurs est au Pakistan et que les civils abattus furent soigneusement ciblés selon des critères raciaux, ethniques ou religieux, réunissant ainsi tous les paramètres d’un racisme bestial qu’à l’instar de son devancier nazi, l’islamisme en guerre contre l’Occident cultive avec d’autant moins d’effort qu’il le retrouve aux sources même de l’islam.

La moindre des choses pour un Mouvement prétendument antiraciste eut été de dénoncer non pas une vague et imprécise «attaque dirigée essentiellement contre des civils» mais de condamner sans équivoque ce carnage raciste en en désignant les auteurs, chose qu’il aurait certainement faite si les assaillants étaient hindous, «sionistes» ou américains et les victimes musulmanes. Or là encore, cette mouvance «antiraciste», telle une pieuvre sur la défensive, lâche son brouillard d’encre.

En parlant de la «stratégie de tension, oeuvre d’irresponsables» le Mrap brouille les pistes : Si stratégie de tension il y a, ce ne peut être que l’œuvre d’un Etat et cet Etat, en l’occurrence, n’est autre que le Pakistan. J’ignore les liens possibles ou probables entre les réseaux djihadistes et le gouvernement pakistanais. Peut-être, voire sans doute, le gouvernement de ce pays ingouvernable n’était-il pas informé de ce qui se tramait ; mais ce qui paraît le plus probable, c’est l’implication des services secrets de ce pays dans la préparation et la logistique de cette agression contre un Etat voisin. Mais le Mrap ne semble pas inquiet de l’impuissance d’un Etat musulman détenteur de l’arme nucléaire, face à l’aventurisme irresponsable de ses barbouzes. Avant de m’inquiéter de la bombe chiite de l’Iran, je redoute la bombe sunnite dont les barbouzes pakistanaises au service du djihad n’auront aucun mal à s’emparer.

Cela devrait également inquiéter le Mrap. Or, à l’instar de certaines sectes qui voient dans tout malade un pécheur puni, la secte du gourou Mouloud Aounit désigne enfin le vrai coupable : l’Inde. Selon lui l’Etat de Maharastra, dont Bombay est la capitale, avait été gouvernée, jusqu’en 2004 par «le BJP, allié au Shiv Sena, parti nationaliste extrémiste hindou, violemment antimusulman dont le chef se dit admirateur d’Hitler». On le tient donc le vrai coupable.

Si le Mrap se donne pour mission de dénoncer tous les admirateurs d’Hitler, il faudrait peut-être qu’il commence par balayer devant sa porte ou celle de ses commettants. Dans les pays musulmans par exemple où, en ce moment, Mein Kampf et les faux Protocoles des Sages de Sion sont des best seller «étudiés» dans les écoles. D’autre part, l’Inde, n’en déplaise aux totalitaires du Mrap, semble bien être une fédération d’Etats démocratiques puisqu’un vote a suffi pour renvoyer ce gouvernement inspiré par un «admirateur d’Hitler». Ce mystérieux «BJP allié au Shiv Sena», qui s’est incliné devant le suffrage populaire, me paraît donc bien moins «hitlérien» que n’importe lequel des régimes en place dans les pays musulmans si chers au camarade Mouloud Aounit.

Mais puisqu’il est si grave d’avoir été admirateur, voire allié d’Hitler, je signale à la vertueuse vindicte de ces antiracistes à géométrie variable des personnages tels que Staline (qui fut l’allié d’Hitler d’août 1939 à juin 1941) dont le Parti à sa botte fut le fondateur du Mrap, le mouvement palestinien dont l’initiateur, le grand muphti de Jérusalem, mit au service d’Hitler une légion SS musulmane ; et plus près de nous, Ahmadinejad qui, rêvant d’une Shoah nucléaire pour parachever l’œuvre d’Adolf Hitler, fait des mamours au Mussolini vénézuelien. Alors cette «reductio ad Hitlerum» fait bien partie de l’héritage génétique du Mrap dont les fondateurs staliniens usaient et abusaient du préfixe «Hitlero» pour disqualifier leurs opposants (Hitlero-Trotskistes, Hitléro-Sionistes entre autres gracieusetés) auquel le Mrap a ajouté sa variante «Raciste».

Le Mrap trahirait son héritage s’il ne tentait pas de minimiser ce crime islamiste de Bombay en dénonçant dans la sanglante partition du Pakistan en 1947 un héritage du colonialisme britannique. Le machiavélisme britannique dans son empire colonial n’est plus à démontrer mais faut-il en rajouter ? Or, le Pakistan n’est pas né du «colonialisme britannique», puisque l’Inde, gouvernée par Gandhi, venait d’accéder à l’indépendance, mais de la volonté islamiste de détacher de l’Inde multiethnique et multiconfessionnelle un Etat purement musulman ; je crois du reste que, sauf erreur, Pakistan signifie «Pays des purs», ce qui n’est pas très aimable, voire un tantinet raciste, envers les autres peuples qui, n’étant pas musulmans, ne peuvent qu’être impurs. Ça a quelques relents nauséabonds de la «Limpieza de la sangre» de l’Espagne du temps de l’Inquisition, ou de la pureté raciale aryenne des nazis par opposition aux «sous-hommes». Plutôt que de traquer les Français certainement moins racistes que les «purs» musulmans, et à moins qu’un serment d’allégeance ne s’y oppose, le Mrap devrait plutôt s’en prendre aux Etats effectivement racistes et xénophobes tels que le Pakistan ou l’Arabie Saoudite.

Toujours est-il que le multiculturalisme, réprimé et banni en terre d’islam, semble donc un article que l’Islam réserve à l’exportation vers l’Occident et les pays où il est encore minoritaire. Du reste, sans doute par inadvertance, le communiqué du Mrap rappelle, comme allant de soi, que l’Inde est un «Etat multi religieux à prédominance hindoue», tandis que la Pakistan est bien un «Etat musulman» sans que cela ne dérange le Mrap. Cela n’empêche pas le Mrap de ménager l’Etat purement musulman et de culpabiliser l’Inde multiculturelle. Laissons donc le Pakistan pur à Mouloud Aounit, militant du multiculturalisme… en France.

Après avoir beaucoup parlé pour ne rien dire sur le fond du problème, le communiqué du Mrap nous exhorte à «ne pas céder aux réactions passionnelles et irréfléchies», c’est ce à quoi le Mrap invite à travers l’Inde, pourtant agressée, et tous ceux qui sont les cibles ouvertement désignées des terroristes musulmans, c'est-à-dire les chrétiens, les hindouistes, les bouddhistes, les juifs, les athées et, plus généralement les Occidentaux, à se laisser passivement exterminer sans céder aux réactions passionnelles et irréfléchies. Nous n’avons donc d’autre choix que de l’accepter sous peine d’être taxés de racistes par les associations antiracistes.

Et pour couronner son infamie, le Mrap a l’impudence de demander à la «communauté internationale» «d’entreprendre des démarches auprès des autorités indiennes pour les mettre en garde». Les mettre en garde contre les nouvelles agressions qui se ourdissent au Pakistan ou dans tout autre pays ? Que nenni ! Nous sommes bel et bien devant une mise en garde contre toute mesure que l’Inde prendrait pour prévenir toute nouvelle agression. Et le Pakistan ? Il n’en est nulle part question. Le danger, c’est l’Inde «multiculturelle» ! Salauds de victimes !

Et sur sa lancée dans l’imposture, le communiqué du Mrap ordonne à la classe politique indienne de s’engager à ne plus laisser dégénérer les affrontements ethniques ou religieux. Or le modèle indien, hérité d’une longue histoire, nous paraît une véritable poudrière que le Mrap ne tente pas moins d’imposer à la France, alors qu’il n’exige rien de tel du Pakistan. Et pour cause. Ce pays des purs ignore en effet les affrontements interreligieux. Preuve de vertu ? Plutôt preuve d’un nettoyage ethnico religieux mené «avec succès» à son terme. Après ce beau discours, le Mrap, drapé d’un antiracisme ensanglanté, peut lancer une mise en garde contre une exploitation raciste et xénophobe des «événements» de Bombay.

Vous avez bien lu «événements». Le massacre délibéré et bien planifié d’anglo-saxons, de chrétiens, d’hindouistes et de juifs à Bombay est, selon, le Mrap un «événement». C’est un point de «détail» en somme. Et c’est «ça» qui veut soumettre notre pensée, notre langue, notre culture à sa loi.

En guise d’épilogue à ce «communiqué du Mrap», Cécilia Gabizon nous apprend dans le Figaro de samedi 6 et dimanche 7 décembre qu’à Auxerre, un groupe d’une trentaine de musulmanes ensachées dans leur niqab noire, dans la mouvance de l’imam el Mouloudi Moutaa, se réunissent régulièrement et font du prosélytisme pour vouer aux gémonies la France, les Français et les Juifs «qu’il faut anéantir» et pour prôner le djihad, au point que les RG prennent leur cas très au sérieux. Cela ne date pas des «événements» de Bombay. Et pourtant le Mrap a raison de s’inquiéter des réactions racistes et antisémites qui pourraient se manifester en France. Sauf qu’il n’a jamais porté cette affaire devant les tribunaux. En France, il est tellement plus facile pour le Mrap d’envoyer Fanny Truchelut en prison.


© André Dufour pour LibertyVox

L'article de cécilia Gabizon : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2008/12/05/01016-20081205ARTFIG00601-de-plus-en-plus-de-femmes-islamistes-radicales-.php

Retour à la Une

© André Dufour pour LibertyVox - Article paru le 07/12/2008 Imprimer cet article
URL de cet article = http://www.libertyvox.com/article.php?id=362