La Une de LibertyVox en RSS: 15 derniers articles 30 Tous
Retour à l'accueil
Retour à la Une  

De Tbilissi à Kaboul

Russie, Afghanistan, c’est le bloc-notes d’André Dufour.

Bonne Russie, mauvaise Russie

J’aurais tant voulu, moi aussi, parler de la Géorgie, Etat indépendant agressé par le parrain de la maffia russe pour cause d’indocilité. Mais Youri Kasparov, ancien champion mondial d’échecs et fin connaisseur de l’univers soviétique, pour y être né et y avoir grandi, le fait avec plus de compétence et de talent que moi dans son article «Don Putin». http://docs.google.com/Doc?id=dc2m8p62_289sjsx3nh8

J’ajouterai seulement que la Russie n’a nul besoin d’être gouvernée par cette mafia pour rester remarquablement constante dans sa façon de faire. Alors qu’elle soutenait, voire suscitait tous les mouvements indépendantistes dans les empires coloniaux de l’Occident, l’URSS est la seule puissance coloniale à n’avoir jamais envisagé de décoloniser. Il est vrai que l’impérialisme russe ne s’exerçait pas outre-mer, sauf, vers la fin, dans quelques pays décolonisés d’Afrique où elle a laissé des graves séquelles. Soviétique ou impérial, le colonialisme russe emprunte la voie terrestre pour s’assurer une continuité territoriale avec ses colonies. Elle ne se résignera donc pas à respecter l’indépendance des républiques caucasiennes et d’Asie centrale qui, pour quelques unes d’entre elles, aggravent leur cas en exportant leur pétrole ou qui sont le lieu de passage de pipelines contournant la Russie.

La Russie ne comprend le voisinage que sous forme d’Etats satellites. Ceux qui sont surpris de l’agression russe contre la Géorgie, présentée par nombre d’hommes politiques occidentaux déjà vassalisés, ainsi que par les agents stipendiés de la Russie, comme une agression de la méchante Géorgie contre la frêle et pacifique Russie (http://www.voltairenet.org/article157864.html relayé par http://www.club-russie.net) devraient se souvenir que la Russie ne fait que récidiver. Ce pays, annexé par la Russie tsariste en 1802, avait décidé de ne pas adhérer à l’URSS, ce que la constitution de celle-ci autorisait. Il y eut donc, dès 1918 une République géorgienne indépendante, démocratique, avec un parlement où tous les partis étaient représentés jusqu’au jour où, en 1920, répondant à l’appel des députés communistes du parlement de cette jeune République, Lénine y dépêcha Trotski à la tête de l’Armée Rouge et la Géorgie fut engloutie dans l’URSS. Ceci est, en passant, un petit rappel aux gogos et aux jobards qui se réclament du «bon» communisme de Lénine et de Trotski, contre le «mauvais» communisme de Staline.

La Russie ne recule que devant celui qui est au moins aussi fort qu’elle et qui se montre décidé à opposer la force à la force. Ce ne sont donc pas les remontrances diplomatiques ni une opinion publique défavorable qui la feront reculer. Un navire de guerre américain devant un port Georgien, si symbolique soit cette démonstration, est un langage que les mafiosi russes comprennent bien mieux que les déférentes gesticulations et finasseries diplomatiques de notre Président de la république assorties de quelques concessions. Si nous voulons que les Russes qui, à travers la Géorgie, viennent de lancer un message aux anciens pays satellites qui sont à présent membres de l’Union européenne, prennent l’Union européenne au sérieux, il faut autre chose que des protestations et des leçons de morale. L’Europe doit laisser couiner ses pacifistes à sens unique, qui palpent au passage quelques gratifications ignorées du fisc, et se doter d’une force militaire crédible et motivée. En attendant, sans plus d’égards pour la susceptibilité russe que les Russes n’ont d’égards pour la nôtre, laissons l’Amérique, notre seule alliée crédible, installer sur la sol de l’U.E dans le cadre de l’OTAN, tous les «boucliers anti-missiles» nécessaire à notre défense. Si la Russie n’avait pas l’intention de nous balancer ses propres missiles sur la tête, je ne vois pas en quoi des boucliers anti-missiles pourraient la gêner. Et si ses intentions ne sont pas pacifiques, il est de notre droit, de notre devoir et de notre dignité de faire en sorte que le Parrain de la Russie ne puisse sans risques nous prendre pour des Géorgiens. Et je ne vois pas pourquoi l’UE, qui envisage d’accueillir à terme la Turquie, fait la fine bouche devant une éventuelle demande de l’Ukraine ou des Etats sub-caucasiens, tels que la Géorgie. Faisons le avant que notre pays et l’U.E ne devienne un protectorat russe.

«Je souhaite la victoire de l’Allemagne»

Ces propos qu’il a tenus dans un discours radiodiffusé, alors que la France était sous la botte nazie, figurent parmi les chefs d’accusation qui ont valu à Pierre Laval la condamnation à mort pour haute trahison et intelligence avec l’ennemi. Cette France, qui avait encore la volonté d’être, de s’affirmer, de se faire respecter, savait châtier les traîtres, les félons, les agents de l’ennemi, la Cinquième colonne. Mais sommes nous encore cette France Libre et fière, née de la Résistance ? On a toutes les raisons du monde d’en douter.

«On ne peut de ce point de vue que souhaiter la multiplication d’embuscades «bien montées», si elles aident à l’éveil des consciences et de la mobilisation, ici en France, contre la sale guerre. Troupes françaises, troupes de l’OTAN, hors d’Afghanistan !» http://www.europalestine.com/spip.php?article3336 peut-on en effet lire sur les sites de CAPJO-Euro-Palestine et autres palestinailleries et gauchienneries que nos successifs Présidents de la République ont laissé proliférer en France et même subventionnés. Alors notre République et nos gouvernements sont tombés bien bas lorsqu’ils tolèrent que «partant d’un point de vue quelconque», des salopards, des ordures, puissent impunément souhaiter, en France même, que d’autres soldats français périssent dans de multiples «opérations bien montées» par nos ennemis. Il est temps que ceux qui nous gouvernent se rendent compte que nous sommes en guerre. Non pas que nous l’ayons choisie, mais elle nous est imposée par les ennemis de nos valeurs. Alors il n’est que temps d’expulser ces ordures qui ne sont pas de nationalité française, de les déchoir de leur nationalité s’ils sont naturalisés et d’expédier cette racaille en Afghanistan où ils pourront à loisir applaudir aux exploits de leurs amis talibans.

Quant aux salopards de nationalité française qui se rangent dans le camp ennemi, il serait temps de les emprisonner pour trahison. Les laisser impunis est une injure à la mémoire de nos soldats tombés en Afghanistan et une trahison envers nos soldats que notre gouvernement envoie au casse-pipe. Je ne verrais aucun inconvénient à les voir devant un peloton d’exécution, ne serait-ce que pour leur faire apprécier le goût des balles qu’ils souhaitent à nos soldats, mais la France, dont Ségolène Royal juge la justice moins performante que celle de la Chine, n’a pas l’habitude de se faire rembourser par la famille du condamné le coût des balles et la vacation des bourreaux.


© André Dufour pour LibertyVox

Soldats français dans la région de Kaboul en février 2008. Source image: http://www.lepoint.fr/content/system/media/1/200804/5620_Une-afghanistan.jpg

Image à la Une: Insigne du 8ème RPIMA. Source image : http://www.troupesdemarine.org/actuel/unites/8rpima.htm

Retour à la Une

© André Dufour pour LibertyVox - Article paru le 24/08/2008 Imprimer cet article
URL de cet article = http://www.libertyvox.com/article.php?id=340