La Une de LibertyVox en RSS: 15 derniers articles 30 Tous
Retour à l'accueil
Retour à la Une  

Les deux mamelles du Monomotapa

Sixième rapport du jeune Qahir Ezzalam à son oncle, le second vizir du Royaume du Qoranistan.

O mon oncle, frère cadet de feu mon père, vous qui m’enseignâtes la détestation du racisme et me mîtes sur la juste voie de l’éradication de l’erreur, je vous appelle par la présente à suivre mes objurgations.

Jadis, le Monomotapa avait deux mamelles ; il en a toujours deux, comme quoi rien ne change en ce monde. Ce ne sont plus labourage et pâturage, mais pogroms et ratonnades. Les derniers faits qui illustrent cette devise se sont produits à Vitry le Mitterrand, une petite ville, qui se trouve dans le Nord Est du Monomotapa, donc à près de trois cents lieues de la Cantabrique. Souffrez que je vous les raconte. Ne soyez pas inquiet, ce sera bref.

Au cours d’une querelle d’ivrognes et de fumeurs de H, un ressortissant du Fachicistan a été tué. Je n’ai pas été témoin de la scène. Le journaleux qui en a rendu compte a parlé de règlement de comptes.

Entre ces hommes, les comptes n’étaient sans doute pas à jour, vu qu’ils ont été réglés à l’arme à feu. Qu’importent les causes, les ressortissants du Fachicistan ont vu rouge sang, comme d’habitude. Ce n’est ni la première, ni la dernière fois. Un des leurs ayant été tué, ils devaient le venger et, en vertu de la raison du plus fort qui régit le Fachicistan, « si ce n’est toi, c’est donc ton frère ou bien quelqu’un des tiens », les autochtones de la petite ville allaient payer au centuple ce meurtre, qui qu’ils fussent, même s’ils étaient vrais croyants, ce qui est un blasphème. Le talion ne fut pas œil pour œil, ni dent pour dent, mais tous pour un ou cent yeux pour un œil ou des milliers de dents pour une dent. Les Fachiscitanais ont le talion prolifique : ils le multiplient à l’infini. Le visage masqué par des cagoules, armés de barres de fer ou de battes de base-ball, ils se sont élancés, en bandes furieuses, vers le quartier où habitent les autochtones, et parmi eux, des vrais croyants, brûlant leurs voitures, détruisant les abribus, incendiant des camions, mettant le quartier à feu et à sac, menaçant les habitants, les frappant violemment, même les vrais croyants, ratonnant les pompiers, qui n’en pouvaient mais, et que je plains, bien qu’ils soient infidèles, et bien entendu les policiers, à qui il est fait interdiction, non seulement de défendre les infidèles ou eux-mêmes, mais même les vrais croyants, ce qui couvre de honte ce pauvre Monomotapa. Le régleur de comptes au 321 a beau avoir été immédiatement arrêté, rien n’y a fait. Pogroms et ratonnades ont continué.

Ce mode de vengeance aveugle importé du Fachicistan est si bien intégré au Monomotapa qu’il en est indigène. En 1938, un juif ayant tué un nazi, les nazis ont saccagé les commerces des juifs. On croyait ces temps révolus. Eh bien, ils reviennent, non pas au Fachicistan, où ils sont de droit, mais dans la patrie des droits de l’homme, l’homme qui a des droits étant, comme vous le savez, le seul ressortissant du Fachicistan.

Voilà les faits. Au Monomotapa, la République est l’alpha et l’oméga. Point de salut hors d’elle, si bien que ce qui n’est pas elle n’est rien. C’est pourquoi elle finance la lutte contre le racisme, exactement comme chez nous, dans notre beau Qoranistan, l’Etat subventionne la chasse aux races inférieures. Les pogroms et les ratonnades ont beau être l’expression du racisme qui fait honte à tous ici et qui est d’autant plus raciste qu’il prend pour cible les autochtones, les bonnes consciences ne sont pas choquées, les belles âmes ne s’indignent pas, les citoyens imbus de civismitude ne se scandalisent pas. Malgré les subventions, crédits, allocations, aides et autres financements, la Sauce raciste n’est pas montée au créneau, le Mouvement est resté à l’ancre, tournant en rond dans sa paranoïa.

Ces événements me confortent dans l’idée que notre cher et beau Qoranistan a raison de ne jamais devenir une République et encore moins la patrie des droits de l’homme. Qu’Allah nous en préserve et vous, mon oncle, vos fils, vos frères et vos cousins, soyez vigilants au Ministère de la Réprobation du Crime et de l’Edification par la Vertu : que jamais le Qoranistan ne suive la voie du Monomotapa ; que jamais un Fachicistanais ne soit autorisé à s’installer chez nous. Que les Fachicistanais restent chez eux. Sinon, ils seraient capables de transformer notre paradis islamique en enfer fasciste, comme ils font ici de la patrie des droits de l’homme un territoire raciste.

© Qahir Ezzalam pour LibertyVox

Retour à la Une

© Qahir Ezzalam pour LibertyVox - Article paru le 16/06/2008 Imprimer cet article
URL de cet article = http://www.libertyvox.com/article.php?id=325