La Une de LibertyVox en RSS: 15 derniers articles 30 Tous
Retour à l'accueil
Retour à la Une  

Le sous-préfet au coran

André Dufour revient sur la sanction frappant le sous-préfet Bruno Guigue.

Tout citoyen est libre d’avoir une opinion personnelle et de la clamer sur la place publique. Comme jadis Voltaire, je suis de ceux qui descendraient dans la rue pour défendre le droit de penser et d’expression, y compris de ceux dont je désapprouve les idées.

Mais un fonctionnaire, plus singulièrement lorsqu’il est préfet ou sous préfet, est tenu, de par la nature même et la spécificité de sa fonction, au devoir de réserve. Cette restriction à la libre expression de ses idées ou de son idéologie ne s’exerce pas seulement aux heures de bureau mais 24 heures sur 24. Pour s’être «assis» sur cette règle, un dénommé Bruno Guigue, en poste à Saintes, a été limogé. Rassurez-vous, bonnes gens, il ne devient pas pour autant un érémiste, son revenu, non négligeable dans la fonction publique, lui est garanti sans contre partie de travail. Puisqu’on en est aux réformes, voilà un poste sur lequel il y aurait maintes économies budgétaires à réaliser.

Cet individu ne mériterait pas une ligne de plus sans la réaction singulière et révélatrice du lobby socialiste.

En effet, selon le quotidien Sud-Ouest du 25 mars 2008, quatre élus «socialistes» du Saintonge où le dénommé Bruno Guigue exerçait la fonction de sous-préfet, tiennent d’abord à exprimer toute leur sympathie à leur camarade limogé et se déclarent étonnés de la publicité donnée à une sanction disciplinaire contre un haut fonctionnaire «de ce rang» alors que cela se passe d’habitude discrètement. Il s’agit de Catherine Quéré, député, Jean Rougé, maire de Saintes, Jean Yves Quéré et Christophe Dourthe, conseillers généraux. Nous sommes heureux de l’apprendre. Selon ces protestataires de gauche, Bruno Guigue est l’auteur d’analyses géopolitiques qu’il publie depuis quelques années sur un site Internet «parisien» (sic). Décidément, ces professionnels du socialisme sont passés maîtres dans l’art de l’euphémisme qui frise la désinformation

Outre le manquement flagrant au devoir de réserve, le dénommé Bruno Guigue méritait d’être limogé du corps préfectoral d’un Etat républicain pour plusieurs autres raisons rédhibitoires :

Par sa fonction, un fonctionnaire du corps préfectoral est en quelque sorte le garant de l’unité de la nation et de l’identité française, même si celle-ci le dérange dans son for intérieur. Or, en soufflant sur les braises des haines musulmanes dans un site communautaire dont le nom même est tout un programme. «Oumma» veut pratiquement dire «nation», l’islam fondamentaliste se voulant comme une nation dotée de ses propre lois qui transcende toute autre identité nationale et toutes les lois du pays d’accueil. Tout un chacun est libre de souscrire à cette idée sauf, justement, le délégué d’un Etat républicain et laïque. La fonction même du site islamique Oumma.com est d’entretenir et d’accentuer, dans la population d’origine musulmane implantée sur le territoire de la République française, une identité distincte et séparée de l’identité française. Cela se ressent à tout moment et crée des tensions et situations conflictuelles en tous lieux et dans tous les domaines : école, université, lieux de travail, refus de transporter du vin, d’être dirigé par une femme, viande non hallal bannies des cantines, piscines municipales réservées aux musulmanes, sports ou loisirs. Cela se ressent aussi dans les pressions et menaces attentatoires à la tradition de liberté d’expression et de critique inscrite dans nos lois et coutumes. Mais il se trouve que la République qui se veut une et indivisible tout en garantissant à chaque citoyen ou résident étranger la liberté de pratiquer à titre individuel une religion de son choix ou de n’en pratiquer aucune, ne paie pas un préfet ou un sous préfet pour flatter et encourager le séparatisme communautaire en général et plus singulièrement islamique. Les quatre élus socialistes saintongeois se livrent donc à une désinformation équivalent à un mensonge en parlant d’un anodin «site Internet parisien» sans préciser la dénomination de ce site et son caractère plus algérois, voire mecquois que «parisien».

Ce n’est donc pas la «diatribe contre Israël» qui est en cause, et les quatre élus socialistes le savent, mais les outrances, la mauvaise foi et le mensonge délibéré qui, à travers Bruno Guigue, déshonore l’Etat républicain qu’il est censé représenter et servir. De la part d’un citoyen lambda, une «diatribe» contre Israël relèverait simplement de la liberté de critiquer et du droit de blâmer, mais cette liberté resterait limitée en raison de l’interdiction de diffamer par le recours au mensonge. Je me suis imposé la pénible corvée de lire la prose dont le dénommé Guigue se vide depuis bien deux ou trois ans dans Oumma.com.

Sa «philosophie», son idéologie et son éthique, enrobées d’une phraséologie pédante et haineuse, est des plus sommaires, à se demander quel est le niveau de l’enseignement de l’ENA et de l’Ecole Normale dont il est issu.

En gros, tout ce qui est occidental, américain ou israélien, catho, évangéliste ou juif, c’est caca. Tout reproche, blâme, critique contre les Etats musulmans, contre le sort des femmes, contre le nationalisme arabe ou iranien, contre le terrorisme généré par les états musulmans ou par des organisations musulmanes est excusable et infondé, du fait que cela ferait le jeu de l’Amérique et d’Israël. A l’instar d’Orwell dans «1984», le Bien c’est le Mal et le Mal c’est le Bien. A la façon des totalitarismes et de leurs officines d’agitprop, à la prétendue subjectivité américano-sioniste et occidentale, Bruno Guigue oppose la subjectivité islamiste. Cela ne donne rien d’objectif. Alors, pour paraître plus crédible, il ment. Mais n’a-t-on pas le doit de mentir «pour ne pas désespérer les banlieues» ? Il ment quand il prétend qu’Israël est un Etat théocratique alors que ce pays est une démocratie parlementaire dans lequel toutes les sensibilités sont représentées et que les «religieux» y sont minoritaires. Ce mensonge permet de faire oublier à son fan club d’Oumma.com qu’en dehors de la Tunisie, tous les Etats arabes sont constitutionnellement musulmans et que celui qui tente de sortir de l’islam risque sa vie ; il ment et se rend coupable de diffamation quand il écrit que «Israël est le seul Etat du monde dont les snipers abattent les fillettes à la sortie des écoles» : cela relève du délire haineux et sort du même tonneau idéologique que le reportage sur les crimes «d’honneur» en Jordanie paru naguère dans le Nouvel Obs de Jean Daniel dans lequel sa digne fille Sarah, hystérique «témoin oculaire», affirme savoir de son hôtel climatisé d’Amman (Jordanie) qu’à Gaza, où elle n’a jamais mis le pied, les soldats israéliens violent des jeunes filles palestiniennes en sachant qu’une fois «déshonorées» et «souillées», leurs proches ne peuvent s’empêcher de les tuer pour sauver l’honneur de leur famille.

De même cette «ressemblance» d’Israël qui «bafoue le droit international», avec le Troisième Reich qui, en son temps, «s’asseyait sur la SDN» relève autant du mauvais goût que de la crasse ignorance volontaire. Faut-il rappeler que l’interminable guerre israélo-arabe a été déclanchée par la coalition arabe pour mettre en échec la résolution de l’ONU qui imposait le partage de la Palestine alors sous mandat britannique. Ce sont les dirigeants arabes et non juifs, qui «s’asseyaient» sur le «droit international» fondé sur les résolutions de l’ONU. Et lorsque après des décennies, les Arabes de l’OLP reconnaissent enfin le droit à l’existence d’Israël ; ce sont d’autres Arabes qui, sous couvert du Hamas, font suffisamment de dégâts et de morts pour maintenir un état de guerre dont la population civile de Gaza, devenu base militaire, font les frais.

Si Bruno Guigue aime flatter sa clientèle d’origine arabe, il lui rend par ses mensonges et ses outrances un bien piètre service et dessert toute solution pacifique de cette situation démentielle. Or, Bruno Guigue et ses amis du lobby socialiste semblent les seuls à ignorer que la République française n’est pas un Etat totalitaire dans lequel la propagande bâtie sur le mensonge délibéré et la désinformation tiendrait lieu d’information ; il ment quand il parle d’un Israël qui applique la peine mort. Il confond sûrement avec l’Arabie, mais ça ne compte pas puisqu’elle est «l’alliée de l’Amérique» (quelle horreur !) ; il confond avec l’Autorité Palestinienne et avec le Hamas à Gaza où les tribunaux condamnent à mort sans appel, avec la Syrie à laquelle il voue tant d’affection, avec l’Iran envers lequel il se montre si compréhensif. Mais sans doute compte-t-il parmi les condamnés à mort par Israël les malheureux jeunes connards que ceux, dont Bruno Guigue se sent si proche, envoient, conforment au «droit international» se faire exploser pour tuer un maximum de Juifs. Et il est scandalisé, le brave homme, par les Israéliens qui, en infraction au «droit international», prennent des mesures draconiennes pour faire obstacle aux carnages «excusables» planifiés par ceux dont il se fait l’avocat. Au nom de la France sans doute.

Il ment quand il désigne le territoire de Gaza comme un «Oradour sur Méditerranée». C’est crasseux et d’une totale malhonnêteté.

Les habitants d’Oradour sur Glane, massacrés par les homologues mentaux, version nazie, de Bruno Guigue, envoyaient sans doute des roquettes meurtrières sur des localités et populations civiles allemandes et prenaient des Allemands en otage. Notre ci devant sous-préfet si bien documenté le sait à coup sûr. Or, n’étant pas encore obligé d’aligner ma pensée sur la pensée «socialiste» de Bruno Guigue, il me semble que loin d’être un Oradour sur Méditerranée, Gaza est une base d’agression et de lancement de missiles et roquettes sur des localités israéliennes. Une base de lancement de missile ne saurait être considérée comme un sanctuaire. Même selon le «droit international». Je trouve alors qu’Israël fait preuve, au détriment de sa population, de bien plus de retenue que les Alliés lorsque ceux-ci, pour détruire la machine de guerre nazie et faire cesser les bombardements meurtriers de Coventry, Londres et autres villes britanniques, déversaient à leur tour des bombes sur les villes allemandes, elles aussi peuplées de «civils», mais abritant aussi des usines d’armement et autres objectifs stratégiques. Bruno Guigue le sait aussi bien que nous. Alors ses mensonges, sa malhonnêteté, sa mauvaise foi devenant des incitations à la haine et à la violence le rendent indigne de servir l’Etat républicain, démocratique et laïque.

Mais rassurons-nous, il a toutes les qualités requises pour offrir ses services à la Syrie, à l’Iran ou à l’Autorité Palestinienne. Ou les trois à la fois. Mais on peut supposer sans risque d’erreur que c’est déjà chose faite.


© André Dufour pour LibertyVox

En parlant d'Oradour sur Méditerranée: "Amis" palestiniens de Bruno Guigue faisant le salut Nazi

Photo à la Une: Bruno Guigue

Retour à la Une

© André Dufour pour LibertyVox - Article paru le 06/04/2008 Imprimer cet article
URL de cet article = http://www.libertyvox.com/article.php?id=315