La Une de LibertyVox en RSS: 15 derniers articles 30 Tous
Retour à l'accueil
Retour à la Une  

Le temps des assassins

Le XXIème siècle sera t-il religieux ? S’il devait être musulman, Pavel nous prédit une dévolution vers l’age de pierre islamique.

Dépêche de la presse du 12/02/2008 (extraits) :
http://actualite.aol.fr/monde/la-police-danoise-dejoue-un-plan-d-assassinat-lie-aux-caricatures-de-mahomet/2270322/p-article_cat/article_titre/article_id/article.html
«La police danoise a déjoué un projet d'attentat contre l'un des douze dessinateurs du plus grand quotidien danois, Jyllands-Posten, qui avait publié en septembre 2005 des caricatures du prophète Mahomet.
La publication des dessins satiriques du prophète, jugés insultants par des musulmans, avait soulevé en février 2006 une tempête de protestations violentes dans différents pays musulmans contre le Danemark et le quotidien danois.
Selon le quotidien, le caricaturiste menacé est Kurt Westergaard, auteur de la caricature la plus controversée montrant la tête du prophète avec un turban en forme de bombe avec la mèche allumée. M. Westergaard, 73 ans, et son épouse Gitte se trouvaient depuis plus de trois mois sous une protection policière particulière, devant changer plusieurs fois de domicile après la découverte de plans d'attentat contre eux.
"… Cela ne sert pas notre cause que certains veulent se faire justice eux-mêmes", a déclaré le président de Communauté islamique danoise, Kassem Ahmad».


Dépêche de la presse du 10/02/2008 (extraits) :

http://www.lefigaro.fr/international/2008/02/11/01003-20080211ARTFIG00043-israel-menace-d-eliminer-les-dirigeants-du-hamas-a-gaza.php
«La dernière salve d'une quarantaine de roquettes Qassam palestiniennes tirée sur la ville israélienne de Sderot ne restera pas impunie. Les images du garçon âgé de 8 ans, dont les blessures ont entraîné, samedi, l'amputation d'une jambe, et celles de son frère, 19 ans, lui aussi grièvement touché, ont provoqué un électrochoc dans l'opinion israélienne».

La deuxième guerre mondiale s'est terminée voici presque 63 ans. La forme aigue de la guerre froide a pris fin il y presque 20 ans. "Aigu" veut dire ici simplement que le jeu de Poutine est loin de l'évolution escomptée vers laquelle on aurait souhaité que la Russie s'oriente. Avec la fin de la guerre froide, c'est le totalitarisme bolchevique, épaulé par la toute-puissance d'un Etat doté de l'armement nucléaire, qui s'est écroulé. L'Occident s'est mis alors à songer à une éternité de paix définitive et irréversible. Se croyant pourtant outrancièrement matérialiste, au détriment de toute spiritualité digne de ce nom, il s'est permis de diffuser à l'attention de qui voulait l'entendre, avec une insouciance d'enfant gâté, une citation attribuée à Malraux: "Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas". Il ne croyait sûrement pas être si bien -et si vite- servi.

Le XXIe siècle s'ouvre donc, le 11 septembre 2001 (au moment même où «2001 l’Odyssée de l’espace» situait le voyage d'un gigantesque vaisseau spatial d'origine terrestre vers Jupiter) par un épouvantable carnage, la destruction de deux des tours du World Trade Center et ses trois mille victimes civiles. La civilisation des constructeurs impénitents doit se rendre à l'évidence qu'elle se trouve de nouveau à la portée de l'agressivité meurtrière de la communauté des destructeurs invétérés. Après seulement un petit siècle de relative accalmie trompeuse, le monde musulman venait d'envoyer sa carte de visite religieuse à l'Occident.

Non, le "monde musulman" ne signifie pas que tous les musulmans, c'est-à-dire ceux qui se déclarent tels ou qui sont considérés comme tels, seraient des assassins ou simplement des assassins en puissance. Le problème se situe tout à fait ailleurs : c'est qu'il y a un nombre plus qu'amplement suffisant de personnes ayant aujourd’hui le pouvoir et les moyens de mettre n'importe quel coin de la planète à feu et à sang, au nom de leurs principes sacrés, sans que quiconque soit en droit de contester le fondement bon et juste de ces principes.

Mais le problème gagne encore en gravité, pour autant que ce soit possible : La "minorité" agissante bénéficie d'un soutien dont l'importance et l'étendu sont rigoureusement proportionnels aux efforts herculéens déployés pour les minimiser, sinon purement nier. S'ajoute le silence étourdissant de ceux qui n'affichent ouvertement aucune position clairement interprétable, une masse dont l'inertie, feinte ou réelle, contribue pourtant considérablement au dynamisme qui fait évoluer les choses inéluctablement dans la direction à laquelle personne ne s'est opposé.

La somme de ces trois facteurs constitue la force motrice de tous les totalitarismes, dont l’islam, le dernier à s'être hissé en tête du hit-parade, laissant loin derrière lui toute concurrence. Cette "grande religion" se fait remarquer par son potentiel à engendrer un crépuscule précoce et féroce qui voit se rouvrir les portes de l’enfer d'une théologie doctrinale figée, inflexible et son cortège de cruautés inhérentes.

Une théologie doctrinale pour qui l'Autre est l'Ennemi, non par une dérive exégétique dans laquelle se serait égaré un fanatique zélé, mais par l'essence même de son texte fondateur, où un mot de haine a une valeur absolue, valable sans atténuation en tous lieux et en tous temps, comme un rayon de lumière qui traverse sans fin l'Univers. Il en est du Coran comme des musulmans qui sont à son image : de même que seule une minorité musulmane assassine, chaque mot non haineux du Coran ne peut guère servir d'argument pour dissimuler ces mots de haine. Ils sont la parole de Dieu et leur virulence demeure intacte. Ils légitiment n'importe quel acte se réclamant de son nom. S'en servir, ce n'est pas "détourner l'islam", c'est lui être aussi fidèle que possible. Et aucune invention d'«edulCoran», dont le contenu est intégralement issu de l'imagination fertile des apologètes musulmans, et que l'on s'efforce à faire ingurgiter à l'Occident, n'y changera rien.

Dans Les Trois Mousquetaires d'Alexandre Dumas, Richelieu donne un blanc-seing à Milady : "C'est par mon ordre et pour le bien de l'Etat que le porteur du présent a fait ce qu'il a fait". Le grand prophète Mahomet a donné aux musulmans un blanc-seing nommé Coran : "C'est par l'ordre d'Allah et pour le bien de l'islam que le porteur du présent a fait ce qu'il a fait". "En effet", dit Aramis, "c'est une absolution dans toutes les règles". Retranché derrière son Coran et son "Beau Modèle" prophétique, le musulman se croit tout permis. La Oumma est une société à responsabilité strictement limitée : à celle devant Allah et nul autre.

Que ce soit par des explosions de «Shahids» ou de missiles, les Palestiniens assassinent en toute impunité les Israéliens, coupables d'être Juifs. Ces derniers sont exhortés sans cesse à troquer "les territoires contre la paix", mais une fois les territoires cédés et devenus palestiniens (donc des «terroristoires»), point de paix mais la guerre terroriste de plus en plus intense, la seule contrepartie qu'Israël ait jamais pu obtenir. Le dernier lot des atrocités commises par le très islamiquement pieu Hamas, n'est pas orchestré DE la bande de Gaza, mais PAR la bande de Gaza. Mais qu'est-ce qu'un Juif de 8 ans avec une jambe amputée ? S'apitoyer devant nos écrans sur son sort à l'heure de grande écoute et se lancer dans une philippique contre ses bourreaux, changera t-il le prix du baril de pétrole ou nous amènera t-il des contrats juteux avec les despotes musulmans, de préférence en équipement nucléaire pacifique ? Passons aux choses sérieuses s’il vous plait.

L'Europe opte pour un choix désastreux lorsqu'elle abdique ses propres principes, lorsqu'elle ne se dote d'aucun moyen adéquat de les défendre et lorsqu'elle n'ose même plus les avoir, à l'exception d'un seul, mal conçu, mal compris et mal appliqué : le "multiculturalisme". Ce dernier est dorénavant érigé en une sorte de veau d'or dont l'adoration obligatoire n'arrive pourtant plus à dissimuler la réalité d’un «monocultualisme» islamique. La cuisson des Occidentaux dans toutes les sauces multiculturalistes a pris des proportions insensées depuis que l'islam se montre de plus en plus ostensiblement récalcitrant à nos valeurs, sur notre propre sol. Avant, ce tapage n'avait aucune raison d'être, le problème ne se posait tout simplement pas.

La liste de ce qui est "blessant", "humiliant", "offensant" et "insultant" pour l'islam est longue. Nous ne saurons bientôt plus comment respirer de la bonne façon à côté de nos paisibles et tolérants voisins musulmans, pour ne pas remplir un des critères figurant sur la liste. Et il se trouvera dorénavant toujours quelqu’un fermement déterminé à tuer, dans la meilleure tradition, revivifiée et islamiquement correcte, les ennemis de la religion du Prophète. A-t-on, en Europe, suffisamment d’asiles dans lesquels pourront se cacher, pour un court laps de temps, les gens libres, pourchassés par la Gestapo des volontaires du jihad islamique ?

La déclaration du président de la Communauté islamique danoise est lapidaire (sans jeu de mots) et son fond limpide : assassiner éventuellement le dessinateur et sa "chienne de femme impie" n'est pas trop grave en soi et sûrement pas moralement répréhensible. Par contre, cela pourrait ne pas "servir notre cause", surtout si "certains veulent se faire justice eux-mêmes", puisque l'acte, qui serait dans tous les cas de figure un acte de "justice", ne peut pas tout simplement être accompli par un premier hurluberlu venu. La liquidation du mécréant doit se faire dans les règles de l'art de la sublime jurisprudence musulmane.

Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas. Dans le sens islamique, le XXIe siècle pourrait être religieux ET ne pas être du tout, n’être rien de ce que nous avons rêvé au sein de notre civilisation, de ce qu'il aurait pu devenir et accomplir. Il pourrait se transformer en 15e siècle musulman, nous en prenons le «bon» chemin. Soyez les bienvenus en 1429 du calendrier musulman, 2008 de l'ère chrétienne. Mais ça n'a plus d'importance puisque le compte à rebours a commencé, il y a déjà longtemps, nous éloignant chaque jour d’avantage de notre futur possible, vers un passé où, effectivement, terrassé par le multiculturalisme, le XXIe siècle, le nôtre, ne sera pas.


© Pavel pour LibertyVox



Source image ci-dessus : www.jurassicpeople.com

Retour à la Une

© Pavel pour LibertyVox - Article paru le 20/02/2008 Imprimer cet article
URL de cet article = http://www.libertyvox.com/article.php?id=303