La Une de LibertyVox en RSS: 15 derniers articles 30 Tous
Retour à l'accueil
Retour à la Une  

Pour qui sonne le glas ?

Alors que les Français se rendent aux urnes, André Dufour nous livre son dernier Bloc-notes de l’ère Chirac.

L’islam d’Europe finance al Qaida.

Après le sanglant attentat de Madrid, Zapatero a cru acheter la tranquillité des Espagnols en retirant aussitôt le contingent espagnol d’Irak, capitulant ainsi devant l’ultimatum islamiste. Or, l’Histoire nous a enseigné qu’on ne négocie pas avec les totalitaires, on les combat jusqu’à leur complète éradication, sachant que la moindre concession qui leur est faite n’a d’autre résultat que de susciter des exigences encore plus importantes, comme le rappelle Diane Cambon dans le Figaro du 2 mai : l’Espagne, de nouveau menacée par l’islam en état de djihad, est considérée comme une «terre perdue» qui doit être récupérée coûte que coûte au même titre que Jérusalem… (bientôt la partie de la France au sud de Poitiers ?). Or l’Espagne, selon le mythe d’al Andalous, lié à la domination arabe d’une bonne partie de la péninsule ibérique entre le 8ème et le 15ème siècle, apparaît de plus en plus comme un argument central pour justifier les attentats sur le sol espagnol. Ce n’est pas une livre de chair, ce n’est plus le bras qu’exige l’islam de qui lui a donné un doigt, c’est le corps entier. La politique de bienveillance pratiquée par Chirac met-elle la France à l’abri de la voracité islamique ? Après tout, notre Sud, avec son massif des Maures pour le rappeler, ne fait-il pas partie des territoires à reconquérir ? Ça à l’air idiot, délirant et irrationnel mais le totalitarisme nazi (sans oublier celui du bolchevisme et du Maoïsme) qui fit suite au totalitarisme djihadiste longtemps assoupi, ne fut-il pas le triomphe de l’idiotie, du délire et de l’irrationnel ? Méfions nous donc de l’impensable, c’est comme pour le diable dont les Chrétiens disent que sa plus grande ruse fut de faire croire qu’il n’existe pas.

Berlin veut dialoguer avec les musulmans (Figaro 3 05 07)

Mais quels musulmans? Un État qui négocie avec une idéologie politique ou religieuse est un État faible. A fortiori lorsque la religion en question ne connaît aucun clergé hiérarchisé, aucune autorité, ce qui est justement le cas de l’Islam du moins sunnite. Dans ce cas, l’État ne négocie qu’avec des autorités auto proclamées qui ne représentent que les groupuscules les plus bruyants, les plus agressifs, les plus violents. Négocier avec eux c’est leur accorder une légitimité qu’ils recherchent et leur livrer ainsi une population musulmane qui ne se reconnaît pas forcément dans cet islam d’enfermement fondamentaliste, obscurantiste, intolérant, cynique, rusé et violent.

Six mois de prison pour le «resquilleur de la Gare du Nord». Et après ?

Oui, qu’allons-nous faire d’Angelo Hoekelet, ce resquilleur congolais récidiviste et violent, une fois sorti de prison ? La double peine étant incompréhensiblement «illégale», il ne sera pas expulsé, même s’il est en situation irrégulière. Aurions-nous alors la naïveté de croire qu’il ne récidivera pas ? Tant que cette loi ubuesque ne sera pas abrogée, nous serons entièrement responsables des violences, des pillages, des meurtres commis, certes pas exclusivement mais tout de même en majorité, par des immigrés souvent en situation irrégulière.

Actuellement, un criminel peut récidiver puisque son droit (?) de séjour en France lui est garanti par l’interdiction de la «double peine», celle qui permettait d’expulser un étranger délinquant ou criminel une fois sa peine de prison accomplie. Alors, puisque selon le programme de Ségolène Royal, chaque femme policière devrait être raccompagnée chez elle par un ou deux policiers mâles pour la mettre à l’abri des agressions sexuelles, on imagine le nombre de policiers supplémentaires qu’il faudrait embaucher et former pour remplir cette mission. Pendant qu’on y est pourquoi ne pas étendre cette mesure aux infirmières, conductrices de bus, caissières, musiciennes ou simplement à toute femme et enfant qui se déplace seul ? À croire que Ségolène rêve d’une islamisation de nos mœurs puisque dans cette paisible religion, une femme ou jeune fille ne sort jamais sans être chaperonnée d’un grand frère, d’un cousin ou d’un oncle. À la différence près qu’avec Ségolène, c’est le contribuable qui paiera le fonctionnaire chaperon. Pas étonnant que Ségolène Royal puisse se vanter de circuler plus facilement (mais non sans gardes corps) que Sarkozy dans les banlieues «sensibles».

Alors, puisqu’il est question d’économies et de sécurité, ne serait-il pas plus économique et plus efficace de commencer par expulser tous les délinquants étrangers en situation régulière et, a fortiori, irrégulière, coupables d’actes de violence, de viols, de vols. Rappelons qu’un immigré ne bénéficie pas d’un «droit» de séjour irrévocable mais d’un «permis» de séjour révocable. Un chauffard se voit bien retirer son permis de conduire. De même un permis de séjour est un pacte entre l’Etat et l’étranger. Un crime, une violence ou une atteinte à l’intégrité physique d’une autre personne constitue une rupture de contrat entraînant l’expulsion de l’indésirable. Mais il y aura toujours le chœur des pleureuses qui nous apitoieront sur le sort des enfants de cet expulsé. Comme Ulysse exposé au chant des sirènes, bouchons-nous les oreilles et ligotons nos bons sentiments abusés.

Certes, les crimes et délits ne sont pas exclusivement imputables à des immigrés, mais cette minorité n’en est pas moins impliquée dans la majorité des actes délictuels et criminels. Les expulser sans attendre une récidive n’éradiquerait pas la criminalité ni la délinquance, mais épargnerait tout de même bien des malheurs à la population de notre pays, immigrée comprise.

À l’heure où j’écris, j’ignore si la France sera «présidente» ou démocratique. Posons donc la question aux deux antagonistes. «Madame Royal, vous qui nous promettez un ordre juste, pensez-vous que l’abrogation de la double peine garantit l’ordre et la justice ? Et l’atteinte aux prétendus droits d’un délinquant ou d’un criminel déclancherait-elle chez vous une plus saine colère que les souffrances de sa victime et des proches de celle-ci ? Entre le criminel endurci et sa victime potentielle, peut-on parler de gagnant – gagnant ? ». "Et vous, Monsieur Sarkozy, croyez-vous que la promesse d’une tolérance zéro sera tenue alors que les criminels et délinquants venus d’ailleurs pourront récidiver sur notre sol chaque fois qu’ils auront purgé leur peine ?" Ne pas les expulser au premier délit est un pari stupide dont seules les victimes potentielles sortiront perdantes.

Affaire Borel

Nul ne conteste que la fonction présidentielle doit être entourée de déférence et de beaucoup d’égards, mais dans une véritable démocratie, cela ne place pas le Président au-dessus des lois et ne l’autorise pas à entraver le bon déroulement de la Justice. Or il y a de fortes présomptions d’assassinat commis en territoire de Djibouti par le gouvernement de ce pays. La veuve et la famille de la victime réclament que toute la lumière soit faite sur les circonstances et causes de ce qui semble être un crime d’Etat. Le Président Chirac, dont les relations extérieures font partie de son domaine réservé, est à même de donner quelques explications au juge d’instruction. C’est ce refus de coopérer avec la Justice de son pays qui a amené celle-ci à opérer une perquisition dans les bureaux de l’Elysée. En Amérique, un Président Nixon, dont les pouvoirs étaient si étendus, ne pouvait faire obstacle à une enquête judiciaire. Dans le petit état d’Israël, le Président et le Premier Ministre doivent se soumettre aux réquisitions du juge. C’est cela la marque d’un démocratie, c'est-à-dire du pouvoir du peuple au dessus de celui d’un roi ou d’un président. Jacques Chirac, déjà bien mouillé pour son passé de maire de Paris, se comporte en monarque absolu. Vivement la République !

Parlez-vous français ?

Désormais, tout immigré désirant s’installer de façon permanente doit passer une épreuve de langue et d’un minimum de connaissance de l’Histoire et des institutions du pays d’accueil. Rassurons l’électorat de Ségolène Royal, ça ne se passe pas encore en France mais en Grande-Bretagne. Pragmatiques et échaudés par les attentats terroristes de juillet 2005, les British prenant acte du fiasco de leur tolérance et du laisser faire face au communautarisme d’un islam intolérant qui ignore les règles de la réciprocité, se ressaisissent. Les règles du regroupement familial seront plus contraignantes, les conjoints «regroupés» devant aussi faire preuve de leur connaissance de l’anglais ; enfin, pour lutter contre les mariages forcés, l’âge minimum du mariage d’une jeune fille est relevé. Le seul hic, c’est que le terrorisme islamiste est le fait de sujets de Sa Majesté parfaitement anglophones et apparemment bien intégrés, culturellement et socialement, à la spécificité islamique près, que sous n’importe quel vernis, les mots d’ordre du djihad priment sur le droit du pays d’implantation. N’empêche que c’est un revirement de la part d’un gouvernement de gauche appartenant à la famille politique de notre Parti Socialiste. Observons alors que pour avoir proposé moins que ça, Sarkozy rameute contre lui la gauche caviar ségolénesque renforcée sur son aile gauche par le bovésisme, les fondamentalistes de la grinepissotière, les résidus du stalinisme, les scories du trotskisme et autres anarcho-révolutionnaires embourgeoisés, sous-produits de mai 68. C’est la coalition du TSS (Tout sauf Sarkozy), formule réversible que la majorité des votants pourrait lire «Tout sauf Ségolène».


Pour qui sonne le glas ?

Cherche traducteur pour retraduire le titre de ce roman en français islamiquement correct. En effet, voilà que, pour ne pas heurter la sensibilité de la population musulmane qui, semble-t-il, n’en demande pas tant, la nouvelle église de Sartrouville aura encore un clocher mais pas de cloche. «Voila pourquoi votre fille est muette». Explication du jeune curé de cette paroisse «Par égard pour les habitants tout proches (musulmans ) qui n’ont pas eu de cloche jusqu’à présent, nous ne voulions pas non plus en mettre». Ces propos dénotent une grande délicatesse de la part de ce gentil curé mais par égard pour la population française qui, voici moins d’une génération, ne voyait dans son paysage que des clochers et des cloches carillonnant lors d’un mariage ou sonnant le glas lors de funérailles, les musulmans auraient dû éviter de mailler nos villes de mosquées et nous épargner le pénible spectacle de femmes voilées ou dissimulées dans leur hidjab. Alors pourquoi ce tact et cette prévenance à sens unique ? La France, dans ses paysages, dans sa culture, dans son art, dans sa langue a été façonnée par les églises. Même ses détracteurs s’y sont référés contre elle. Renoncer à affirmer haut et fort ses racines, alors que l’Islam n’a aucun complexe de son côté, c’est déjà un pas de plus dans la dhimmitude. D’autant plus inadmissible que les pays musulmans, y compris la Turquie «laïque», ne manifestent pas la même prévenance envers leurs minorités chrétiennes si ce n’est que pour les inviter à vider les lieux.

Du mensonge au chantage

Elle a menti sur quelques sujets, plus particulièrement sur l’histoire de l’accueil des handicapés dans les écoles «normales», mais il lui fallait un prétexte pour faire son numéro de grand cœur outragé. Et pour clore sa calamiteuse campagne, voilà que Ségolène menace la France d’une guerre civile si elle n’est pas élue Présidente. Ce n’est qu’un petit échantillon de ce que nous vaudra l’alliance des socialos avec les trublions et l’Intifada des banlieues, les gauchistes anarcho-trotskistes et du racisme anti français et antisémite de M’bala M’bala Dieudonné passant, sans complexe ni sentiment de dépaysement, du camp de Le Pen à celui de Ségolène. Il est vrai que ça rime à peu près.


André Dufour pour LibertyVox



Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal. Source image: http://info.rsr.ch/xobix_media/images/rsr/2007/rsrinfo20070424_7749338_0.jpg
Source image à la Une : Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac. Kovarik/AP http://www.lefigaro.fr




Retour à la Une

© André Dufour pour LibertyVox - Article paru le 06/05/2007 Imprimer cet article
URL de cet article = http://www.libertyvox.com/article.php?id=252