La Une de LibertyVox en RSS: 15 derniers articles 30 Tous
Retour à l'accueil
Retour à la Une  

Intégration contre identité ?

Des Sudètes à Eurabia en passant par Battisti et la Rhodésie... Un voyage au pays des Veules offert par André Dufour.

Le coup des Sudètes

Peu à peu s’éteint la génération témoin des lâchetés et des compromissions face à Hitler qui ont conduit à la catastrophe des années 1939-45. Peu à peu, et le récent décès de Lucie Aubrac nous le rappelle, s’éteint la génération de Résistants qui ont au moins sauvé l’honneur de la France et notre foi en l’humanité. La voie et la voix redeviennent ainsi libres pour les crédules et les naïfs mais surtout, pour les coquins, les lâches, les magouilleurs, les combinards, les défaitistes et collabos en tous genres.

Voici peu, la France chiraquienne déléguait officieusement à Téhéran l’un des Eurabiens les plus corrompus de notre société que Mitterrand en fin de règne avait placés à des postes qui, pour être prestigieux et juteux, leur assurait surtout l’immunité. Nul ne croira en effet que Roland Dumas, ce «socialiste» pervers, inventeur du «caduque» d’Arafat et qui, pour être pourri jusqu’à la moelle, n’en est pas moins un homme cultivé, se rend là-bas juste pour y admirer les chefs d’œuvres de la période Achéménide. Cela doit donc s’inscrire dans le cadre d’une politique d’opposition systématique et de finasseries que le chiraquisme a imprimée à l’Union Européenne face à la fermeté dont les Etats-Unis font preuve à l’encontre du National islamisme chiite et de la barbarie djihadiste sunnite. Nous ne savons pas ce qui s’y est concocté mais en déclarant que l’Iran a le droit de se doter d’un armement nucléaire, Roland Dumas se révèle tel qu’il est, une sorte de Talleyrand de bas de gamme mais, comme son devancier, une merde dans… des souliers de luxe naguère payés par la Putain de la République.

Ainsi, l’UE et la France d’aujourd’hui ne se comportent pas autrement, face au péril djihadiste, que les états européens des années 30 face au péril nazi. À cette époque, au lieu de s’unir face à l’Allemagne qui les menaçait tous sans distinction, chaque pays, muré dans son égoïsme national, finassait, négociait de son côté et essayait de détourner sur d’autres pays la fureur du Führer. Jusqu’au communiste Staline, ce Petit Père des Peuples, qui s’alliait à Hitler pour se partager les dépouilles de la Pologne et lui laissait le champ libre contre les Alliés franco britanniques. Comme quoi «totalitaires de tous les pays, unissez-vous» remplaçait le «Prolétaires de tous les pays, unissez-vous» du Manifeste Communiste naguère pondu par Marx et Engels. Nos Daladier et Chamberlain n’avaient pas fait mieux à Munich en sacrifiant la Tchécoslovaquie, «État de merde» qui, accusée de nous entraîner dans la guerre en s’apprêtant à résister et en voulant que nous respections notre alliance, se voyait sommée de céder à Hitler les territoires sudètes. Quelques semaines ont ensuite suffi pour voir ce pays encombrant rayé de la carte, ce qui n’a pas empêché notre pays de se faire engloutir à son tour. Mais le monde se comporte comme si ce passé n’avait jamais eu lieu.

C’est dans cette lamentable foulée que Javier Solana, «ministre» des affaires étrangères de l’Europe, réédite l’exploit de Munich en déclarant au dictateur syrien qu’Israël doit sans préalable «restituer» le Golan à la Syrie. Nous ne sommes décidemment pas rancuniers puisque si Israël tient jusqu’à présent la Syrie terroriste en respect, notre gouvernement qui est le moteur de la politique étrangère européenne au Proche-Orient, tourne la page sur tous les actes de terrorisme dont furent victimes nos otages, nos soldats, nos diplomates et les amis de la France. À croire que notre armée et notre diplomatie sont prêtes à défendre tout le monde, sauf les Français, sauf les Européens. Et tout ça, dans quel autre but que d’affaiblir la position des USA au Proche-Orient ?

Or, loin d’amadouer les totalitaires islamiques qui ont repris le flambeau des nazis, mais dans lesquels nos politiciens voient néanmoins des alliés contre l’Amérique, nous les encourageons à se montrer de plus en plus exigeants, encouragés en cela par notre complaisance à leur égard. Cette politique antiaméricaine initiée par la Vème République et menée par ses Jobert, Dumas, Védrine et autres Villepin de service est comparable au coureur qui, incapable de rivaliser avec un champion, espère gagner la course en lui cassant une jambe. Il ne restera pas moins un coureur médiocre et un perdant. Est-ce là l’illustration de notre «grandeur» ?

Un adage prêté au roi Salomon dit pourtant que «mieux vaut être la queue du lion que la tête du renard» ou du chacal en l’occurrence dont, au train où vont les choses, la France risque même de devenir la queue.

Pour se disculper de leur lâcheté, nos collabos des années 40 répondaient invariablement aux critiques: «que voulez-vous, nous sommes vaincus». Avec l’accélération de l’Histoire, nos modernes collabos n’attendent même pas la défaite pour collaborer avec les ennemis de notre civilisation, de nos valeurs, de notre liberté, de notre dignité et de tout ce qui fait notre identité. Mais comme leurs prédécesseurs, ça leur rapporte gros. Pouah !Beurk !

Palestine, vache sacrée ?

À part le Figaro, sous la signature de l’excellent Ian Riouffol, et nos confrères de France-Echos et Occidentalis, aucun grand quotidien ne semble avoir parlé de la scandaleuse affaire Belmer. Pourquoi ce silence assourdissant ? Or, de quoi s’agit-il ?

Après Louis Chagnon et Robert Redecker, c’est au tour de Christian Belmer de payer son opinion à contre-courant. Mais cette fois-ci, le rituel terrorisme islamiste n’a même plus besoin d’intervenir, ses porteurs de valises de plus en plus actifs dans l’enseignement s’en acquittant fort bien. Pour avoir exprimé sur un blog et sous un pseudonyme une critique contre un tract pro palestinien qu’il a reçu comme tous ses collègues enseignants du Lycée Robert Schuman du Havre, le professeur Christian Belmer se voit poursuivi devant la Justice par le citoyen Croise. Je ne sais pas ce que ce délateur, zélé gardien de la vache sacrée palestinienne a bien pu raconter mais sa victime, en attendant sa comparution devant un tribunal le 24 avril, a subi une humiliante garde à vue et a été suspendu de ses fonctions pour quatre mois. Faut-il croire qu’en République française, on prend désormais moins de risques à tabasser un prof que de blasphémer la Palestine ? On attend la suite. Mais une question s’impose : alors que toute manifestation religieuse est interdite dans nos écoles, comment se fait-il que des tracts à caractère idéologique ou politique puissent circuler librement dans une école laïque ? Ne sont-ce pas les diffuseurs du tract et non celui qui proteste qui devraient être suspendus ?

Mais puisque l’intégration est devenue un thème de la campagne présidentielle, faudrait-il commencer par intégrer nos enseignants du Havre et d’ailleurs à l’identité française faite de valeurs républicaines, de laïcité, de liberté absolue de conscience et d’expression ?

Intégration contre identité ?

Comme il fallait s’y attendre, l’idée de créer un ministère de l’immigration et de l’identité française soulève un tollé dans «l’intelligentsia» bobo. Comme si la gestion de l’immigration massive et non sélective que nous subissons ne devait pas être prise en main et gérée ; comme si rien ne devait être fait devant un tel bouleversement démographique et culturel provoqué par une population venue, souvent frauduleusement, en France pour ses valeurs économiques et sociales tout en rejetant ses valeurs culturelles et éthiques.

Simone Veil, pourtant favorable à Sarkozy, fait la moue et prend ses distances. Elle aurait préféré le terme «intégration» à «identité». À se demander si l’intégration ne doit pas déboucher sur l’identification à la langue, à la culture, aux moeurs et aux valeurs du pays d’accueil. «Identité ?» «Cachez-moi ce mot que je ne saurais entendre…». La position de Simone Veil serait presque admissible, mais avec tout le respect et toute la compréhension que je dois à la sensibilité d’une rescapée des camps d’extermination, je crois qu’elle retarde d’une guerre.

C’est immédiatement dans les années d’après guerre, et plus particulièrement durant les «trente glorieuses», alors que l’immigration ne passait pas encore à la vitesse supérieure, qu’il aurait fallu créer un ministère de l’immigration et de l’intégration, sachant que les immigrés, dont l’admission doit être de toute façon sélective, ont vocation de rester en France. Or ni la droite ni la gauche qui se sont relayées au pouvoir ne l’ont envisagé et, comme si Le Pen a été inventé pour ça, nulle n’osait émettre une idée dans ce sens de crainte d’être identifié à la pensée «borgne» du F.N.

Maintenant que la situation est devenue catastrophique face à une communauté majoritairement travaillée par l’islamisme et qui, tout en préservant farouchement son identité, ses valeurs et ses moeurs, combat notre identité et nos valeurs, nous sommes désormais acculés à la défensive. Des mesures de sauvegarde s’imposent d’urgence si nous voulons préserver ce qu’il nous reste de cette identité qui a fait la France. Après avoir été bien veules devant les exigences et dictats identitaires communautaristes, c’est donc bien l’identité tant bafouée de la France qu’il faut sauver, et non, si respectables soient-elles dans leur pays, celles du Maghreb et autres pays musulmans d’Afrique Noire.

Force est pourtant de croire que cette fois-ci, Sarkozy a visé juste, puisque son idée semble rallier la majorité des citoyens et que la Royal, changeant de cap, y va de ses petits drapeaux tricolores et Marseillaises tandis que Bayrou, dont on ne sait trop s’il est lard ou cochon, préconise la remise en cause du droit du sol en Guyane ou à Mayotte où les femmes arrivent illégalement juste pour y accoucher et, en tant que mères d’un enfant français deviennent inexpulsables. On ne voit seulement pas pourquoi cette mesure qu’il juge bonne pour ces DOM ne le serait pas pour la France entière, à croire que l’Hexagone ne connaît pas cette immigration obstétrique venue du continent africain.

Mais derrière les tartufferies, ce sont les cohortes des commissaires politiques, des policiers de la pensée et de leurs indics qui montent en ligne, armés de leur habituel arsenal de mensonges, de désinformation et d’impostures. Même ceux qui font de l’antisémitisme sous couvert d’antisionisme, même ceux qui professent le négationnisme font soudain preuve de sollicitude envers les Juifs pour peu qu’ils aient été préalablement exterminés. Les Juifs sont certainement les premiers étonnés de se découvrir subitement tant d’amis. L’agitprop de gauche à l’unisson avec les officines islamistes n’ont en effet trouvé rien de mieux que de comparer le projet de Sarkozy au Statut des Juifs et au Commissariat aux affaires Juives de Vichy.

Sans défendre le candidat Sarkozy qui nous laisse bien d’autres sujets d’inquiétude, faut-il rappeler que dans notre langue française «intégration» et «exclusion» ou «rejet» sont antinomiques ?

Faut-il rappeler que le Statut des Juifs les excluait de la communauté nationale française, les privait de tout droit et préparait leur déportation ? Tout à l’opposé, un ministère de «l’immigration et de l’identité nationale» aura pour mission d’intégrer les immigrés et surtout leurs enfants au sein de la communauté nationale à laquelle ils ont vocation de s’identifier. Où donc est le mal ?

Or, l’amalgame entre une chose et son contraire est l’arme des imposteurs.

Nous devinons aisément leurs objectifs. Alors que la France n’a cessé au cours de son histoire d’intégrer ses immigrés, elle n’échoue que devant la soudaine et massive immigration musulmane nourrie, dès le départ, de préventions contre les valeurs de l’Occident. En France, ces communautés sont «travaillées» par des missionnaires agitateurs fondamentalistes souvent venus du Proche-Orient ou du Maghreb où les autorités cherchent parfois à s’en débarrasser. Tout leur est alors bon pour instaurer des barrières pour préserver les musulmans de toute «contamination» occidentale. Dès lors, chaque fois par exemple que nos autorités, sous couvert de tolérance qui n’est jamais réciproque, favorisent l’édification d’une mosquée en lui en donnant le terrain quasi gratuitement et en pleine infraction à la loi de 1905, elles entrent dans la stratégie séparatiste des islamistes dont ce n’est qu’une première étape. Ce n’est pas la pratique religieuse qui est en cause mais la scandaleuse entorse faite en «haut lieu» à nos lois et à nos principes.

Faudrait-il ensuite nous résigner à renoncer à notre façon de vivre à nos libertés, à nos valeurs, à nos mœurs et à adapter nos institutions, notre enseignement, nos équipement collectifs et nos lois à l’islam et à la culture et aux mœurs que cette religion véhicule ? Faudrait-il que par un prétendu «respect» toujours unilatéral, nous capitulions devant toutes les phobies, interdits et schizophrénie de l’Islam ? Or non seulement nos «maîtres à penser» l’admettent au nom du multiculturalisme et voient dans ce communautarisme qui s’implante un élément valorisant, mais notre ministre de l’Intérieur fait pression sur Alain Morvan, recteur de Lyon et finit par le faire limoger. Normal, les fondamentalistes islamistes voulaient sa peau, ils l’ont eue ; ça lui apprendra et, à travers lui, ça apprendra aux autres responsables universitaires ce qu’il en coûte de vouloir imposer aux islamistes les règlements que l’on impose habituellement à tout un chacun en matière de qualité de l’enseignement et des normes de sécurité des établissements scolaires. Peu à peu, cette «discrimination positive» instaure sur le territoire de la République deux systèmes de lois. Celle appliquée dans toute sa rigueur à tous les Français et celle, à l’usage des adeptes de Mahomet, faite de dérogations et de passes droits. La France n’est hélas pas seule dans ce processus de dégradation. Nous avons vu que, se fondant sur la loi coranique, une juge de Francfort avait débouté une marocaine qui demandait le divorce en raison des brutalités dont elle était l’objet de la part de son mari. Mais les Allemands, sans être plus «racistes» que nous, n’ont pas manqué de dessaisir cette magistrate et lui rappeler que la loi allemande est applicable à tous ses habitants sans exception.

Mais revenons en France

Si un Français qui, lui, n’a pas de patrie de rechange, demande que la loi française s’impose à tous, sans discrimination ou dérogation, s’il demande à être respecté dans son pays et estime que ce n’est pas à lui de s’adapter à une culture d’importation mais aux immigrés de s’adapter aux valeurs du pays d’accueil et de s’y soumettre, comme tout un chacun, aux lois et règlements en vigueur, serait-il aussitôt catalogué comme raciste et poursuivi pour ce délit ? Résistons donc à ce jugement de bas de gamme.

Nous ignorons comment fonctionnerait un ministère de l’immigration et de l’identité française ou de l’intégration. Il faudrait déjà que soit élaborée une charte de l’immigration. Chaque candidat à l’immigration devrait savoir qu’il est le bienvenu en France s’il y vient pour vivre de son travail mais qu’il doit y respecter les valeurs, mœurs, coutumes et lois et s’y adapter, à l’exclusion de toute autre loi, code et système de valeurs. Il doit savoir que tout manquement, constituant une rupture de pacte, entraînera son expulsion (ce qui implique l’acceptation de la prétendue double peine). Moyennant quoi, au moment venu, il aura vocation de devenir français et bâtir avec nous un avenir commun. Dans le cas contraire, il doit être invité à déguerpir dare-dare ; il trouvera toujours assez de pays et assez d’espace où son comportement, ses mœurs et ses lois se fondront dans le paysage.

Nous n’avons pas d’autre choix si nous ne voulons pas voir une France truffée de zones de non droit.

Mais nos «zélites» et autres nantis de gauche ou de droite parlent-ils encore le français ? Il est déjà notoire que nombre de Français titulaires d’un bac +, voire sortis des grandes écoles, ne connaissent plus la grammaire, ni l’orthographe ni même le sens des mots. Alors oui, il est grand temps de reconquérir notre propre identité, il est temps de la faire respecter par ceux qui veulent vivre avec nous. Mais encore faudrait-il que celui qui inscrit l’identité française dans son programme commence par se souvenir que dans une démocratie, a fortiori dans une république laïque, tous les hommes sont égaux devant la loi. Ni plus égal ni moins égal. Sans discrimination négative ou positive. Même Ségolène Royal, qui est allergique au mot «intégration», même Nicolas Sarkozy, maniaque de la discrimination positive, même Bayrou qui en est à chercher d’où souffle le vent, devraient le prendre en compte et s’y engager sans équivoque.

Fascination ou fascisation des bobos ?

Le crime fascine la gauche bobo, la gauche caviar. Oh, non pas n’importe quel crime crapuleux, encore que celui-ci soit aussitôt imputé à une société injuste dont le criminel est lui-même victime et mérite plus de sollicitude que la personne assassinée. Non, la gauche, hostile à la peine de mort lorsqu’elle est prononcée par un tribunal dans le cadre de la loi, entre en pâmoison devant un assassinat à motivation idéologique. Et le terrorisme entre dans cette honorable catégorie absolutoire.

Ainsi en allait-il de l’attentat terroriste palestinien commis en septembre 1972 aux Jeux Olympiques de Munich par l’organisation Septembre Noir. Cette action devait coûter la vie aux athlètes israéliens pris en otage et à un policier allemand. Pour une fois, toute la classe politique, y compris les Maos condamnait cet acte criminel. Mais pas Jean-Paul Sartre, père spirituel du quotidien Libération. Celui qui, pour ne pas désespérer Billancourt, mentait ou «au mieux», couvrait de son silence complice les crimes du régime communiste dont il était le compagnon de route, s’extasiait en ces termes : «C’est une guerre entre un État et un peuple, entre Israël et les Palestiniens … La seule arme dont disposent les Palestiniens est le terrorisme».

Passons sur le fait que pour Sartre, qui n’était pas connu pour professer l’antisémitisme, le peuple juif n’existe pas, les Juifs n’existant que dans le regard des autres. Donc seuls les Palestiniens sont un peuple, de sorte que les otages n’étaient pas des hommes avec ce que cela comporte de singularité, d’unique et d’irremplaçable pour chacun d’entre eux, mais un État.

À force de manier des concepts globaux tels que peuple, masse, État, classe ou Cause, l’homme dans sa singularité humaine n’existe plus chez les idéologues. L’homme devenant une abstraction, seuls le «Peuple», la «Cause», la «Classe», les «masses» sont des réalités.

Dès lors, un militant, un terroriste ne tue, ne déchiquette pas un être humain, il frappe un État ou une classe sociale. Il n’a donc pas à en répondre devant un tribunal puisqu’il n’y a pas homicide pour une abstraction. C’est ainsi que l’Italie, la France, l’Allemagne, le Japon, ont connu dans les années 70 les Brigades Rouges, «Prolétaires armés pour le peuple» par ci, ou la «Rote Armee Fraction» et autres organisations de même inspiration, mais toutes vouées aux enlèvements, aux prises d’otage et assassinats «révolutionnaires».

En nous en tenant à la logique sartrienne, Cesare Battisti n’avait donc pas à comparaître devant un tribunal pour quelque «prétendus» homicides commis durant les «années de plomb». Sa condamnation par contumace dans un procès où il bénéficiait de l’assistance d’avocats et de toutes les garanties légales n’a donc aucune valeur. Soit. Mais le scandale n’est pas dans cette «logique» qui n’est pas l’apanage de la seule gauche, n’est pas cette «logique» qui nous scandalise le plus. Le scandale, c’est la mansuétude dont il a bénéficié en se réfugiant en France où le «socialiste» Mitterrand l’a accueilli comme un réfugié politique persécuté par des «méchants» et lui a accordé sa protection, manifestant par là un profond mépris pour les Italiens, y compris ceux de gauche. Les crapuleries et perversions d’un Mitterrand qui a également protégé son ami Bousquet, maître d’œuvre des grandes rafles de Juifs, engagent-elles la République Française ? A cette aune, nous devrons aussi respecter les engagements du gouvernement de Vichy.

Battisti, ne s’estimant pas criminel, avait pris le large et ne pouvait donc être jugé que par contumace, ce qui le privait d’un procès normal où, contrairement à ses victimes, il aurait pu se défendre et être défendu. Il l’a du reste été ; il ne s’agit donc pas d’un jugement arbitraire et expéditif rendu par un tribunal d’exception. Son arrestation au Brésil et, espérons le, son extradition vers l’Italie permettront sans doute de faire enfin appliquer une décision de la justice d’un pays qui a rompu avec le fascisme. La peine de mort y étant de surcroît abolie, son sort restera de toute façon plus enviable que celui de ses victimes. Et dans le débat soulevé par le réseau mafieux idéologique qui soutient ce criminel, la vie des victimes et les conséquences dramatiques pour leurs familles comptent pour zéro.

Tout le reste n’est que tartufferies, vaines polémiques, procès d’intention et parfaite mauvaise foi. Tel est le cas d’un «intellectuel» membre du comité de soutien à Battisti, qui, dans un débat sur France Culture, déclarait que la société doit savoir pardonner. Mais le pardon, notion qui nous est léguée par le Judéo-christianisme, a pour préalable le repentir. Or, à ma connaissance, aucun criminel condamné pour ses assassinats «révolutionnaires» n’a regretté son crime ou manifesté le moindre repentir.

Je disais plus haut que le fait de voir dans les hommes une abstraction n’est pas spécifique à la seule gauche. Monsieur Raymond Barre, dans le soutien qu’il apporte à Papon resté en poste sous Vichy, estime que «l’Etat doit fonctionner» envers et contre tout, quitte à ce que ses fonctionnaires prêtent main forte à la machine d’extermination de Juifs «puisque leur sort ne relève pas de l’intérêt supérieur de l’Etat» ; il n’a pas besoin d’être antisémite pour autant, encore que ça aide ; il est simplement inhumain, au même titre que les idéologues «de gauche». À ses yeux, seul l’Etat est quelque chose de concret et tout doit lui être sacrifié (sauf la vie de Barre et de ses amis hauts fonctionnaires sans doute puisque nécessaires au fonctionnement de l’Etat) alors que les êtres humains, Juifs en l’occurrence mais pas exclusivement, ne sont que des abstractions. L’homme n’est qu’un «consommable» dont les restes sont jetables après usage, un carburant dont l’Etat Moloch a besoin pour tourner. Mais puisque vous et moi faisons partie de ces «consommables» de la machine Etat, de la machine Idéologie, de la machine Grande Cause, il nous est permis de voir tous ces individus «abstractionnistes», ces Barre, ces Papon, ces Sartre, ces Battisti et consorts tels qu’ils sont à la lumière du plein jour : des ordures.

Il était une fois

Il était une fois la Rhodésie, pays prospère. Mais c’était une colonie dont la population autochtone était subordonnée à quelques centaines de milliers de colons britanniques. Le colonialisme est une bien vilaine chose, c’est entendu. Par bonheur, la résistance Mau Mau a accéléré le processus de décolonisation que la Grande Bretagne avait déjà entamée et voilà le pays enfin libéré qui rejette son appellation qui perpétue le nom de Cecil Rhodes, ce colonialiste british. La Rhodésie est morte, vive le Zimbabwe. Et vive les Zimbabwinais enfin libérés du joug colonialiste. Le hic c’est qu’au lieu d’être gouvernés par des administrateurs importés du Royaume Uni, pas toujours commodes mais au moins responsables devant le gouvernement de Sa Majesté, ils ont un dirigeant bien de chez eux, mais un psychopathe idéologue (c’est presque un pléonasme). Commence la chasse aux Blancs généralement nés de parents également nés dans ce pays. N’en concluez pas que c’est du racisme. Le racisme est anti-noir, anti-jaune, anti-musulman, anti-arabe mais jamais anti-blanc, jamais anti-français ; ça n’existe pas. Beaucoup de descendants des «colons» de Rhodésie fuient leur pays natal, en y abandonnant leurs biens. Majoritairement cultivateurs, leurs fermes et leurs terres sont confisquées. Mais au moins redistribuées aux paysans sans terres ? Ne rêvons pas. Ces terres son distribuées aux apparatchiks du régime qui, n’étant pas des paysans, sont incapables d’y produire quoi que ce soit. La pénurie et la famine s’installent dans ce pays naguère prospère et exportateur de produits agricoles. Le peuple ne voit pas ce qu’il a gagné dans l’indépendance mais il sait déjà ce qu’il a perdu. Encore une conséquence de l’abstraction. Mais ne me faites pas dire ce que je ne pense pas. Le colonialisme devait impérativement être aboli, mais par quoi est-il donc remplacé ? Une dernière question : comment qualifierait-on la France si elle spoliait et expulsait sa population d’origine africaine ?


André Dufour pour LibertyVox


Dans les Sudètes après l'annexion de la Tchécoslovaquie au Grand Reich
Source image et légende ci-dessus : http://www.histoire-france.com/criseallemagne.html
Image à la Une : Cesare Battisti





Retour à la Une

© André Dufour pour LibertyVox - Article paru le 25/03/2007 Imprimer cet article
URL de cet article = http://www.libertyvox.com/article.php?id=243