La Une de LibertyVox en RSS: 15 derniers articles 30 Tous
Retour à l'accueil
Retour à la Une  

Redeker : Otage de l’islam dans son propre pays !

La France, pays des droits de l’homme? C’est la question posée par Roland Y. Dajoux au sujet de l’affaire Redeker.

La France, pays des Droits de l’Homme et du Citoyen va-t-elle perdre son âme? Abandonnera-t-elle un de ses fils menacé de mort par une puissance étrangère, sur le territoire même de la République?

Robert Redeker, citoyen français, professeur de philosophie est «accusé» d’être l’auteur d’une tribune libre parue dans Le Figaro du 19 septembre 2006 et intitulée: «Face aux intimidations islamiques, que doit faire le monde libre?» !

Dés la parution de cet article, il a reçu des centaines de menaces de mort pour avoir «blasphémé» l’Islam et son prophète! Contraint de vivre désormais sous la protection de la DST et du CLAT (unité de Coordination de la Lutte Antiterroriste), il ne peut plus exercer sa fonction de professeur et doit changer constamment de domicile avec sa famille. Ce citoyen français est victime d’une fatwa, c'est-à-dire une condamnation émise par une autorité religieuse musulmane étrangère! Cette fatwa de mort qui émanerait du Cheik Yusuf al Qaradawi, personnalité religieuse et médiatique sur la chaîne Al Jazeera, livre ainsi Robert Redeker à la vindicte populaire de deux milliards de musulmans dans le monde!

Le gouvernement français tolérera-t-il une telle incitation au meurtre de Robert Redeker? Acceptera-t-il qu’un de ses citoyens, dans son propre pays, soit l’otage du terrorisme islamique fondamentaliste! La France cédera-t-elle à la menace, acceptera-t-elle un odieux chantage et la machiavélique manipulation qui rendrait la victime responsable de son sort?

Au-delà de la dimension morale, indéniable dans ce drame, n’y a-t-il pas aussi des implications juridiques et légales et une atteinte aux droits de l’homme?

Aurait-on oublié en France la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen? (26 août 1789).

Article 10 - Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, mêmes religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi.

Article 11 - La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi.

Faut-il rappeler également que la Déclaration universelle des droits de l'homme (10 décembre 1948) précise dans son article 19: «Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit».

Cette condamnation à mort «religieuse» est une atteinte à la dignité humaine et une offense à l’honneur et à la souveraineté de la France. Restera-t-elle impunie? Aura t-elle au moins le mérite de démontrer enfin, la relation indéniable entre l’Islam fondamentaliste et la violence comme avait précisément tenté de le dire le Pape Benoît XVI dans son discours de Ratisbonne?

Françaises, Français, ne devrait-on pas considérer Robert Redeker comme un soldat de la liberté au lieu de l’accuser de «manquer de prudence et de modération»? Saluons l’appel aux pouvoirs publics en faveur de Robert Redeker paru dans Le Monde du 2 octobre 2006 et signé par des intellectuels français. Par contre il est triste de constater l’absence de musulmans «modérés» parmi les signataires.

Ce cas particulier est-il circonstanciel et exceptionnel ou, au contraire, est-il le révélateur d’une stratégie de conquête et d’intimidation de l’Islam que Robert Redeker avait parfaitement bien exprimé dans le titre même de sa tribune du Figaro?


Rappelons quelques faits:

• En 1989, l'ayatollah Khomeiny émit une fatwa contre Salman Rushdie (1) et ses éditeurs sous le prétexte que son roman Les Versets sataniques est «opposé à l'Islam, au prophète et au Coran».

• En 1997, la Cour suprême des États-Unis (2) refuse de supprimer une frise de sa principale salle d'audience réalisée dans les années 1930 et montrant Mahomet en législateur; le Conseil des relations américano islamiques (3) monte l'affaire en épingle, provoquant des émeutes et des blessés en Inde.

• En 2002, le leader évangélique américain Jerry Falwell (4) qualifie Mahomet de «terroriste» (5), à la suite de quoi des églises sont brûlées et au moins dix personnes perdent la vie en Inde.

• En 2005, un article erroné de Newsweek (6), prétendant que des enquêteurs américains de Guantanamo Bay «jetèrent un Coran aux toilettes afin d'ébranler des suspects», est pris au vol par le fameux joueur de cricket pakistanais Imran Khan (7) et déclenche des protestations dans le monde musulman (8) qui coûtent la vie à au moins 15 personnes.

• En février 2006, le quotidien danois Jyllands-Posten publie douze caricatures du prophète Mahomet dont se sert un imam palestinien de Copenhague, Ahmed Abdel Rahman Abu Laban (9), pour dresser l'opinion musulmane contre le gouvernement danois. Il réussit si bien que des centaines de gens perdent la vie dans les troubles qu'il provoque, pour l'essentiel au Nigeria (10).

• En septembre 2006, le pape Benoît XVI (11) cite l'avis d'un empereur byzantin selon lequel l'Islam n'a rien apporté de nouveau sinon «des choses mauvaises et inhumaines», déclenchant l'usage de bombes incendiaires contre des églises et le meurtre de plusieurs Chrétiens.

Daniel Pipes (12) fait justement remarquer que ces six séries d'événements révèlent un quasi doublement constant de fréquence: huit ans entre la première et la deuxième série, puis cinq ans, trois ans, un an et six mois. Pour lui le message central – «vous autres Occidentaux n'avez plus le loisir de dire ce que bon vous semble sur l'Islam, le prophète et le Coran: vous aussi êtes soumis aux lois islamiques» – va se répéter encore et toujours jusqu'à que les Occidentaux se soumettent ou que les Musulmans réalisent que leur effort a échoué. Ces incidents mettent aussi en lumière une totale absence de réciprocité des Musulmans. Le gouvernement saoudien (13) interdit les Bibles, les croix et les étoiles de David, alors que les Musulmans publient régulièrement d'infâmes caricatures de Juifs (14).

L’Islam fondamentaliste, adepte du djihad mondial est le défi du siècle. Le monde va-t-il capituler ? Qui en dehors d’Israël est capable de relever ce défi?

N’est-il pas temps de renoncer à la naïve vanité de vouloir occidentaliser l’Islam alors que celui-ci ambitionne d’islamiser le monde?

Roland Y. Dajoux pour LibertyVox à Jérusalem

Pour contacter l’auteur : daju@netvision.net.il

Notes :
(1) http://www.danielpipes.org/article/186
(2) http://www.cwnews.com/news/viewstory.cfm?recnum=4499
(3) http://www.worldnetdaily.com/news/article.asp?ARTICLE_ID=48695
(4) http://www.christianitytoday.com/ct/2002/octoberweb-only/10-14-41.0.html
(5) http://www.cbsnews.com/stories/2002/10/03/60minutes/main524268.shtml
(6) http://www.msnbc.msn.com/id/7693014/site/newsweek/
(7) http://www.weeklystandard.com/Content/Public/Articles/000/000/005/658vhcpk.asp
(8) http://www.msnbc.msn.com/id/7857407/site/newsweek/print/1/displaymode/1098/
(9) http://www.nationalreview.com/comment/vidino200602060735.asp
(10) http://chiawa.net/blog/2006/05/danish-cartoons-spark-riots-in-nigeria.html
(11) http://fr.danielpipes.org/article/3983
(12) Intimidating the West, from Rushdie to Benedict. Daniel Pipes New York Sun 26 septembre 2006. http://fr.danielpipes.org/article/4003 Adaptation française: Alain Jean-Mairet
(13) http://www.opinionjournal.com/editorial/feature.html?id=110006712
(14) http://www.tomgrossmedia.com/ArabCartoons.htm



Retour à la Une

© Roland Y. Dajoux pour LibertyVox - Article paru le 08/10/2006 Imprimer cet article
URL de cet article = http://www.libertyvox.com/article.php?id=219