La Une de LibertyVox en RSS: 15 derniers articles 30 Tous
Retour à l'accueil
Retour à la Une  

Lettre ouverte au Ministre de l'Intérieur

Indigné par sa tiédeur à propos de l’affaire Redeker, FFL adresse cette lettre ouverte à Nicolas Sarkozy.

Monsieur le Ministre,



Un citoyen français, le philosophe Robert Redeker, est contraint de vivre sous la protection de la DST et du CLAT suite à la réception de centaines de menaces de mort. Selon Jean-Pierre Elkabbach, lors de sa présentation d'une interview de Robert Redeker sur Europe1, ces menaces sont la conséquence d'une fatwa émise par le cheik Yusuf Al Qaradawi, religieux musulman et personnalité médiatique du monde islamique, officiant sur la chaîne Al Jazeera. Des sites Internet indiquent d'autre part que Yusuf Al Qaradawi aurait "désigné Robert Redeker" à la vindicte populaire lors d'une intervention sur Al Jazeera.

Le texte précis de cette fatwa n'a pas été médiatisé. Cependant le cheik Al Qaradawi possède une énorme influence dans le monde musulman et connaît forcément la portée de ses propos. Sans connaître la teneur exacte de ses propos, il est donc raisonnable de penser qu'il s'agit au minimum d'une incitation au meurtre.

La "faute" de Robert Redeker, aux yeux de ce religieux musulman, c'est d'avoir exprimé, dans un article publié par Le Figaro, des opinions tout à fait légitimes et raisonnables concernant le conflit qui existe entre l'islam et la liberté d'expression, valeur fondamentale garantie par notre constitution et qui conditionne la liberté de pensée. Robert Redeker a, en outre, étayé sa démonstration par quelques faits biographiques indiscutés concernant celui que les musulmans considèrent comme un "prophète".

Notons au passage que, même si les opinions de Robert Redeker avaient été outrancières, il devrait recevoir la protection, non seulement des services de sécurité, ce qui est le cas, mais aussi de la loi. Mais après examen, il s'avère que l'article de Robert Redeker ne contient que des affirmations parfaitement exactes.

Nous sommes obligés de constater que le cheik Al Qaradawi a commis un acte criminel, voire un acte de guerre, s'il a édicté cette fatwa. L'appel au meurtre d'un citoyen européen pour délit d'opinion est tout simplement inacceptable et ne peut être toléré sans remettre en cause les fondements de notre société. Au delà d'un appel au meurtre, on peut aussi considérer qu'il s'agissait de commanditer un acte terroriste, exactement comme lorsque Al Qaeda appelle au meurtre de caricaturistes danois.

Remarquons à ce titre que Yusuf Al Qaradawi n'aurait fait, avec cet appel au meurtre, que reproduire le comportement psychotique de son "prophète" détraqué. En effet, en bon dictateur qu'il était, Mahomet ne supportait guère les critiques: "Qui donc me débarrassera d'untel ou d'unetelle", disait-il comme un parrain mafieux. Et c'est ainsi que furent assassinés des poètes qui tournaient en dérision sa personne ou sa "religion": Kaab Ibn Achraf, Abu Afak et Asmâ Bint Marwan. Cette dernière fut transpercée d'une épée, pendant son sommeil, alors qu'elle avait allaité et que son dernier-né reposait paisiblement sur son sein. Le meurtre de Kaab Ibn Achraf est pourtant, par certains côtés, encore plus sinistre, puisque quand plusieurs épées n'en vinrent pas à bout, il fut ouvert du bas-ventre au pubis avec un poignard, suite à quoi le prophète de paix et d'amour des musulmans regarda les traces sur les lames de ses hommes de main pour déterminer qui avait porté le coup fatal.

Assassiner des poètes, tenter d'assassiner des caricaturistes ou tenter de faire assassiner un philosophe auteur d'un essai… Ce n'est pas très différent, n'est-ce pas Monsieur Sarkozy?

Monsieur Redeker est victime de ce qu'il dénonce et, par ce simple fait, ses assassins potentiels nous prouvent qu'il a entièrement raison!

Certes, l'immondice que décrit Robert Redeker n'est pas l'islam "de France" que vous prétendez inventer et que vous faites miroiter au peuple français… Mais c'est bien l'islam du prophète, l'islam des textes et l'islam juridique, c'est bien l'islam qui sévit dans le "monde islamique", c'est tout simplement l'islam réel. N'est-ce pas, Monsieur le Ministre?

Attention ! Monsieur le Ministre. Ces meurtres, et bien d'autres hauts-faits du "prophète", ne sont plus secrets que pour certains mécréants naïfs, abreuvés de votre propagande islamiquement correcte. Le peuple de France, malgré la censure et la désinformation organisées par votre gouvernement, s'instruit et prend conscience du péril vert. Et ce même peuple se demande si vous-même ignorez la nature totalitaire de la nauséabonde idéologie mahométane (incompétence), ou si vous êtes déjà, tout simplement, passé à l'ennemi (trahison).

La même question se pose concernant certains de vos collègues UMP. Je ne citerai ici que François Grosdidier qui veut "aménager la laïcité" et Jean-Marc Roubaud qui, comme un dhimmi infâme, souhaite établir une forme de délit de blasphème pour détruire notre liberté d'expression.

Sans oublier que vous-même, Monsieur le Ministre, avez créé de toutes pièces le CFCM, dont le président Dalil Boubakeur -qui ment en citant le coran comme l'a démontré l'islamologue Anne-Marie Delcambre- poursuit… Charlie Hebdo. Encore une fois, c'est la libre expression qui pose problème.

En tant que Ministre de l'Intérieur, vous n'avez pas d'autre choix raisonnable, Monsieur Sarkozy, que d'émettre un mandat d'arrêt international à l'encontre du cheik Al Qaradawi, inspirateur ou commanditaire d'un assassinat sur le sol de la République Française et/ou d'une action terroriste.

Yusuf Al Qaradawi, déchu de sa nationalité égyptienne, résiderait au Qatar. Il a fondé le Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche, qui siège en Irlande… Dans l'attente, nous le comprenons sans peine, de devenir le centre juridique d'une Europe complètement islamisée.

Cet individu, qui approuve entre autres les attentats-suicide contre Israël, a par ailleurs été reçu en grande pompe à Londres par le maire gauchiste Ken Livingstone qui lui aurait déclaré "vous êtes ici chez vous". Ken Livingstone considère Yusuf Al Qaradawi comme un représentant de l'islam modéré. Il est vrai qu'il est moins sulfureux qu'Abu Hamza qui a longtemps sévi à Londres en toute impunité. Il n'en reste pas moins suspect d'un crime extrêmement grave.

Médiatisé, visitant fréquemment l'Europe, reçu par des notables, Yusuf Al Qaradawi ne peut pas être difficile à localiser avec les moyens qui sont les vôtres, sauf à refuser délibérément de les mettre en oeuvre (trahison).

Si par ailleurs Yusuf Al Qaradawi bénéficiait de la protection d'un état, le gouvernement français devrait prendre les mesures nécessaires; comme celles prises par les USA contre le régime Taliban qui protégeait Al Qaeda. Faute de quoi, la France serait un état servile, soumis à cet état qui pourrait nous diriger par fatwas interposées… En attendant que les autres s'y mettent.

Ce seraient alors Muhammar Khadafi, Mahmoud Ahmadinejad ou Hassan Nasrallah qui décideraient de qui, en France, doit vivre ou mourir, pendant que vous regarderiez ces assassinats comme une vache regarde passer les trains, avec la même coupable inefficacité dont vous faites preuve aujourd'hui face aux voitures brûlées, aux agressions racistes anti-blancs ou aux tournantes des cités.

Monsieur le Ministre, vous ne pouvez ignorer le conflit idéologique inhérent à la rencontre du monde musulman avec le monde occidental civilisé. Vous vous targuez de l'ambition de créer un "islam de France" qui laisse sceptique, d'une part vos concitoyens de culture française et, d'autre part, les musulmans qui détestent profondément notre culture. Vous espérez le soutien des musulmans intégrés, ceux qui aiment, ou à tout le moins respectent notre culture, ou au minimum s'en accommodent, et vous voulez démontrer que l'islam et les droits de l'homme peuvent coexister dans l'espace républicain.

Je suis du nombre des sceptiques. Ou pour être précis, des islamosceptiques. Cependant, vous conviendrez que pour réussir votre pari, qui est tout près d'être perdu, vous serez forcément amené à poser des limites, à faire respecter la ligne de démarcation entre ce qui est permis dans une république laïque et ce qui ne l'est pas.

L'incitation au meurtre ou au terrorisme pour motif religieux se situe nécessairement au delà des limites acceptables dans une société démocratique et laïque (tout comme, d'ailleurs, le financement public de mosquées ou du pèlerinage mahométan à La Mecque, l'imposition de viande hallal dans les établissement publics ou les robinets séparés pour élèves musulmans et infidèles dans les écoles).

Si vous ne mettez pas fin aux agissements de Yusuf Al Qaradawi, ce sinistre individu, encouragé par votre silence complice, récidivera probablement. Qui sera sa prochaine victime?

Un professeur ou un instituteur? Un juge qui condamnera un musulman? Philippe de Villiers parce qu'il ose dénoncer le totalitarisme musulman devant lequel vous rampez à plat ventre? Une politicienne française d'origine musulmane, apostate, qui ne porterait pas de voile en public? D'un point de vue politique, vous pourriez certes percevoir la menace islamique qui pèse sur vos opposants, tels Philippe de Villiers ou Jean-Marie Le Pen, comme un avantage. La persistance de cette menace peut vous sembler être un moyen de les faire taire (ce dont je doute).

Mais il s'agit bien d'un moment charnière, non seulement pour notre pays, mais aussi pour votre carrière. Les Français vous observent Monsieur le Ministre. Vous êtes le chantre de l'islam "de" France et vous avez déjà détruit en grande partie notre principe de laïcité plus que séculaire. Cette fois cependant, l'enjeu est encore plus important. Les Français vont savoir si vous allez laisser l'islam faire la loi en France et décider de la vie et de la mort des citoyens français. Vous allez décider si la charia, la loi islamique, doit primer sur le droit français.

Yusuf Al Qaradawi doit être localisé, arrêté, jugé et s'il est coupable, condamné. Tous ceux qui auraient aussi prononcé des fatwas similaires doivent subir le même sort.

Nous nous trouvons devant une situation qui rappelle celle de la fatwa édictée par l'ayatollah Khomeiny à l'encontre de l'écrivain Salman Rushdie. L'ayatollah Khomeiny était une cible difficile. Chef d'état, il bénéficiait probablement d'une immunité diplomatique, même quand il quittait l'état totalitaire d'Iran. Mais Yusuf Al Qaradawi n'est pas un chef d'état. C'est tout au plus l'équivalent, plus lettré mais tout aussi grotesque, d'un autre Youssouf: Fofana, le meurtrier présumé d'Ilan Halimi, victime juive du péril vert, Ilan qui était en première ligne parce qu'il était Juif, Ilan notre compatriote et notre frère, Ilan que nous n'oublierons jamais.

Si vous n'agissez pas Monsieur le Ministre, que ferez-vous quand des milliers de fatwas seront prononcées par des cheiks de tous les pays du monde islamique, encouragés par votre mollesse? Que ferez-vous si Robert Redeker est tué, quand des millions de Français, finalement alertés, décideront de brûler des corans dans les rues de notre pays?

Pendant que certains s'évertuent à nier le choc des civilisations, d'autres, certains d'entre eux sur notre sol, ont déclaré la guerre.

Aujourd'hui le silence est un silence complice. Or le vôtre est, pour l'instant, assourdissant.

Il est temps de choisir Monsieur le Ministre. Le déshonneur, ou la guerre.

Bien entendu… vous pouvez prendre un peu des deux.



Je vous prie d'agréer, Monsieur le Ministre, l'expression de mes sentiments démocratiques, républicains et patriotiques.


François Eiffel.


PS: Monsieur le Ministre, vous ne pouvez par ailleurs ignorer les agissements du "MRAP", groupuscule présidé par un dénommé Mouloud Aounit. En prétendant lancer des poursuites judiciaires à l'encontre de Robert Redeker sous prétexte d'un "racisme" supposé, ce Mouloud Aounit attise une fois de plus la haine antifrançaise et justifie aux yeux des extrémistes musulmans la fatwa du cheik Al Qaradawi. Un procès public, dont les dates seraient connues à l'avance, risquerait par ailleurs de créer une situation très difficile pour Monsieur Redeker du point de vue sécuritaire, puisqu'on sait que vous ne parvenez pas à assurer la sécurité des personnes sur notre territoire. Le MRAP se retrouve donc, une fois de plus, allié objectif des terroristes.

FFL pour LibertyVox


Retour à la Une

© FFL pour LibertyVox - Article paru le 03/10/2006 Imprimer cet article
URL de cet article = http://www.libertyvox.com/article.php?id=217