La Une de LibertyVox en RSS: 15 derniers articles 30 Tous
Retour à l'accueil
Retour à la Une  

la fureur des Führers islamiques

Une vérité bien anodine prononcée par Benoît XVI et le monde musulman s’enflamme de nouveau. Les mots d’Oriana Fallaci qui vient de décéder n’en ont que plus de valeur. C’est le Bloc-notes d’André Dufour.

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur la plaine?

Charlie Hebdo poursuivi par l’ire de nos mosquées «modérées» en délire pour délit de blasphème; l’excellent Alain Rey sommé de réécrire son dictionnaire, Le Robert de la langue française, sous la dictée des commissaires politiques du MRAP et de son appendice du CRAN; le MRAP poursuivant notre confrère France-Echos pour délit d’indocilité et de résistance; Liberty Vox mis à l’index par la bibliothèque Georges Pompidou pour délit de non-conformisme et de résistance… («:le site auquel vous avez essayé d’accéder http://libertyvox.com/ est classé dans la catégorie Agressif, terrorisme, révisionnisme, discrimination (qui) est interdite» répond l’écran)

On peut se demander quels sont ces Jdanov stalinoïdes islamisés qui sifflent sur nos têtes et auxquels la République française, qui les subventionne, a délégué le pouvoir d’imposer leur ligne corano-crano-correcte aux écrivains, enseignants, artistes, journalistes et à présent aux sites Internet; on pourrait se demander aussi quel est leur chef d’orchestre.

Deux informations nous mettent sur la piste.

La première nous vient de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) réunie ces derniers jours à Djedda (Arabie). Rappelons d’abord que cette organisation strictement religieuse qui regroupe 57 États musulmans est présidée en ce moment par la Turquie, que contre toute évidence, nos eurocrates et notre Chirac nous présentent comme laïque. Rappelons que lors d’un déplacement en Arabie Saoudite, en sa qualité de chef de la diplomatie européenne, Javier Solana s’était abaissé à déférer à la convocation de ce pieux et arrogant «politburo» qui lui a mis un marché en main: l’OCI se dit en mesure de faire cesser les émeutes «spontanées» provoquées (par qui?) en Europe par la publication des caricatures «blasphématoires», à condition que les pays européens restreignent la liberté de la presse, introduisent le délit de blasphème dans leur code pénal et que la France, forte de son droit de veto au Conseil de Sécurité, fasse voter par l’Assemblée Générale de ONU une loi réprimant le blasphème que tous les pays membres seront tenus d’inclure dans leur législation. Rien que ça! «Cojones» est un mot, jadis espagnol, à présent disparu du vocabulaire de Javier Solana et du gouvernement socialo mollard de l’Espagne. Et voilà qu’en ce mois de septembre et à l’approche du Ramadan, l’OCI, désirant corriger la fâcheuse image de l’Islam (vaste programme!), demande aux musulmans fortunés d’entrer dans le capital des médias occidentaux les plus influents (presse, télévisions), afin d’influer sur leur politique par le biais de leurs conseils d’administration, selon les termes du président turc de l’OCI. «Maintenant plus que jamais il nous faut un nouveau message islamique dans les médias qui atteigne le monde entier» ajoute de son côté le ministre égyptien de l’information. Notons au passage que les démocraties occidentales où l’information et la propagande sont antinomiques, n’ont pas de ministère de l’information. Or, en plus du Monde et de ses John Le Carré qui préparent le terrain, l’OCI dispose déjà chez nous d’un futur Gauleiter. Rassurons-nous, ce n’est pas le minable Mouloud Aounit du MRAP, ni le gus qui préside les Frères Musulmans de France sous le faux-nez de l’UOIF, ce ne sont même pas des «produits d’appel» mais carrément le bas de gamme, alors que les milliardaires arabes ont les moyens de s’offrir jusqu’au président de ce qui nous reste de la République. Et notre président qui n’en est pas à ça près n’est pas du genre à leur faire la fine bouche.

La deuxième information qui semble éclairée par la première, ressort des propos tenus à l’Élysée le 13 septembre par Jacques Chirac lors du lancement de «l’atelier culturel entre l’Europe, la «Méditerranée» et les pays du Golfe», autrement dit, l’un des rouages de ce que Bat Ye’Or désigne par Eurabia, titre de son livre magistral. Si chacun sait que tout le pourtour du Golfe est musulman chiite ou sunnite, Chirac nous signifie que la Méditerranée autour de laquelle s’est développée notre civilisation forgée par l’Égypte des Pharaons, les Phéniciens, le Judaïsme, les Grecs, les Romains, le Christianisme, à une époque où les tribus arabes dont la langue n’était même pas écrite, vivaient à l’écart des grands courants de la civilisation et ne connaissaient que la razzia, que cette mer qui borde trois continents n’aurait plus rien d’européen, plus rien de chrétien, plus rien de juif. Ce n’est plus la mare nostrum, Chirac en ayant fait une mare arabicum. Et que de lieux communs, que de sottises, que de contrevérités proférés avec aplomb et ponctués de hautains coups de menton aurons nous entendus de la bouche présidentielle en ce lendemain d’anniversaire d’une guerre contre l’Occident déclanchée par l’islam djihadiste! (mais qu’est donc l’islam sans le djihad?). Et ça parle d’un «dialogue des peuples et des cultures» alors que le seul dialogue auquel se prête la rive musulmane peut se résumer à «j’exige» auquel l’Occident est tenu de répondre «je cède».

«Nous sommes menacés d’un divorce entre les cultures, Occident contre Islam, laïcs contre religieux, Nord contre Sud, riches contre pauvres» pérore notre président élu par défaut. Mais voyons! Comment peut–on parler d’une «menace de divorce»? Pour qu’il y ait «divorce» il faut d’abord supposer qu’il y eut un jour «mariage». Or, l’Occident n’a non seulement jamais été «marié» à l’Islam, mais il s’est développé dans de longues guerres visant à bouter l’envahissant islamique hors d’Europe. Là où, comme c’est le cas des Balkans, l’Europe a échoué, la culture, la science, les droits de l’homme, le statut de la femme, le développement économique ont pris un retard considérable. Et ces bobards tels que «Occident contre Islam» alors que c’est l’Islam qui se lance à l’assaut de l’Europe et de l’Amérique et non l’inverse, «laïcs contre religieux» alors que, d’une part, ces deux termes ne sont pas antinomiques sauf que l’Islam ne supporte pas d’être mis sur un pied d’égalité avec les autres religions qu’il déclare inférieures, erronées, falsifiées, méprisables, tout juste bonnes à racketter. Non! Citoyen Chirac, ce n’est pas la laïcité qui est contre l’Islam, c’est l’Islam qui hait la laïcité. Il n’est que de voir s’il est question de laïcité là où l’islam détient ou contrôle le pouvoir. Et, ultime connerie que notre président emprunte aux slogans débiles des gauchistes: «riches contre pauvres», étant entendu que ce sont les Occidentaux qui sont les «riches» et les pays arabes les «pauvres».

On ne parle pas des peuples noirs d’Afrique qui ne font pas partie de la «Méditerranée», échappant ainsi au «dialogue», ce qui permet aux musulmans arabes du Soudan d’exterminer les musulmans du Darfour qui ont le mauvais goût d’être des Noirs sans que cela n’émeuve John Le Carré outre mesure ni même le CRAN. Alors, sauf votre respect, vous déconnez Monsieur le Président et pire, vous mentez sans courir les mêmes risques de sanction que votre homologue Nixon, car vous êtes bien placé pour connaître les formidables richesses, les gigantesques fortunes provenant du pétrole détenues dans ce «pauvre Sud», fortunes qui permettent aux «pauvres» Arabes et autres Iraniens, outre de financer la colonisation musulmane et le terrorisme contre l’ Occident, d’acheter et de contrôler moult multinationales, ports, aéroports, compagnies aériennes, palaces, médias, écrivains, universitaires, journalistes, AFP, hommes politiques, n’est-ce pas Monsieur le Président? Ce n’est donc pas de «choc de l’ignorance, de la bêtise et de l’arrogance» qu’il faut parler, alors que ces trois plaies sont actuellement les attributs du seul islam. Le seul choc que Chirac nous assène avec aplomb est celui de la mystification et de l’imposture. Là, celui qui naguère a dit que les racines de l’Europe sont autant musulmanes que chrétiennes est insurpassable.

Des dessins danois à Benoît XVI: la fureur des Führers islamiques

Mais qu’a-t-il donc dit de faux en dénonçant la violence et les crimes commis sous couvert d’une religion? Benoît XVI sait de quoi il parle. Il lui suffit de se souvenir du lourd passé de sa sainte religion d’Amour et des innombrables crimes dont elle fut responsable. Mais le Christianisme, de sept siècle plus ancien que l’Islam, a pris le temps de procéder à son examen de conscience et de se remettre en cause. L’Église romaine a même fait acte de repentance pour ses fautes et ses crimes, chose impensable dans l’Islam.

Sans aller jusqu’à lui tresser des couronnes, nul ne peut soutenir que le catholicisme ne s’est pas adapté aux exigences de la vie moderne, qu’il fasse preuve d’intolérance religieuse ou raciale ou menace nos institutions. Le chef de l’église romaine, forte d’une vieille expérience, peut en tout cas s’autoriser quelques remontrances aux autorités d’une religion de sept siècles sa cadette, d’autant plus que dans le prétendu dialogue entre ces deux religions, l’Islam ignore le principe de réciprocité. Rappelons qu’au cours des longues et laborieuses discussions entre les ministres français et les représentants de l’islam en vue de créer un organisme représentatif de l’Islam en France comparable au Consistoire israélite de France, les représentants de l’Islam ont refusé d’inscrire dans les principes fondateurs la liberté d’exercer ou de changer de religion qui fait pourtant partie de la liberté absolue de conscience en vigueur dans la République. Au lieu de dire «c’est à prendre ou à laisser», c’est notre ministre de l’Intérieur représentant de la République laïque qui s’est incliné.

Que signifie alors le «dialogue» pour un Pape en mesure de constater qu’à Rome, capitale du Catholicisme, comme dans tous les pays de tradition chrétienne, se dressent ou se construisent d’innombrables mosquées généralement financées directement ou par voie frauduleusement détournée sur fonds publics, alors que non seulement tout édifice religieux non musulman et tout culte autre que musulman, tout port d’un emblème chrétien sont strictement interdits en Arabie saoudite. Un Chrétien ne peut même pas poser le pied à La Mecque dont la «sainteté» n’est pourtant pas supérieure à celle de Rome aux yeux d’un Catholique. Le Pape peut constater que les Musulmans procèdent sans entraves à des conversions dans les pays historiquement chrétiens tandis qu’en terre d’Islam, le musulman «apostat» et le missionnaire chrétien seront mis à mort. Il n’y a vraiment plus que Chirac et Malek Chebel, son musulman «présentable» de service, pour faire semblant de croire et essayer de nous faire croire en un dialogue «Euro Méditerranée». C’est un mythe qu’en fin connaisseur, Benoît XVI, non seulement n’accepte pas, mais se donne pour devoir de dénoncer publiquement. On a reproché au pape Pie XII son silence devant les crimes nazis dont furent victimes non seulement les Juifs, mais aussi de nombreux Catholiques. Faut-il que Benoît XVI en fasse autant devant les innombrables crimes commis à travers le monde aux cris d’Allah akbar et commandités par des musulmans? Faut-il que pour ne pas «désespérer la Seine-Saint-Denis» il couvre de son silence l’humiliation des Coptes et les pogroms dont ils sont victimes dans leur pays ancestral? Les assassinats de prêtres, actes «isolés» à répétition? L’assassinat au Pakistan de Chrétiens à la sortie de l’église?

Sachant pouvoir compter sur le soutien des altermondialistes et autres mercenaires au service de leur folie, ainsi que sur la couardise de ceux qui nous gouvernent, les agitateurs et «autorités» islamiques se prétendent agressés par les propos du Pape. Comme à l’accoutumée, dès qu’ils sont démasqués ou qu’ils rencontrent une résistance, les agresseurs islamistes prennent la posture de victimes méprisées, injuriées, humiliées, manifestent leur colère et demandent réparation. Or, le Pape, qui représente le catholicisme, est sur la défensive face à la déferlante islamique tandis que là où il est en position de force, l’Islam s’emploie, par tous les moyens, y compris l’intimidation, le chantage et la violence, à restreindre, voire à gommer la présence chrétienne. Nous assistons en ce moment dans les pays musulmans à des agressions contre les lieux de culte non seulement catholiques, mais également protestants. Ce sont tous les Chrétiens en territoire musulman qui sont pris en otage pour faire ployer le Pape.

Or, ce ne sont pas les hommes et femmes qui pratiquent un islam paisible qui sont visés par le discours pontifical mais la violence criminelle par laquelle cette religion se manifeste partout dans le monde, violence qui n’épargne du reste pas d’autres musulmans jugés indociles. Je voudrais bien croire ceux qui soutiennent que l’Islam est religion d’amour, de tolérance et de paix mais force est aussi de croire que le visage de cet islam est bien voilé.

Mort d’une Résistante

Témoin oculaire de la barbarie mahométane qui s’est manifestée dans la destruction des Twin Towers, l’extermination de ses occupants, des passagers et équipages d’avions de ligne, cette fille d’un Résistant antifasciste exprimait sa rage devant l’aveuglement délibéré et la lâcheté de nos politiciens face au mépris et à la haine criminelle que l’Islam, cette religion de l’abrutissement et de la mort, voue au monde occidental pris au piège de ses propres valeurs. Elle nous mettait en garde contre le danger de laisser des masses islamiques, hostiles aux non musulmans, s’implanter comme en pays conquis en Italie, son pays natal et dans le monde occidental. Et c’est pourtant elle que les couards politiquement corrects et les fondamentalistes du totalitarisme gauchiste accusaient de racisme; c’était moins risqué que de condamner l’islamisme djihadiste. Elle avait le courage physique et moral de dire sans fioritures ce que les journalistes tenus en laisse couvraient de leur silence. Liberty Vox, qui tient à honorer sa mémoire, consacrera très prochainement un article à cette grande Dame du journalisme. Elle s’appelait Oriana Fallaci.


André Dufour pour LibertyVox

Retour à la Une

© André Dufour pour LibertyVox - Article paru le 17/09/2006 Imprimer cet article
URL de cet article = http://www.libertyvox.com/article.php?id=212