La Une de LibertyVox en RSS: 15 derniers articles 30 Tous
Retour à l'accueil
Retour à la Une  

Kristallnacht pour bientôt

Délinquance, Turquie, Rap, Tribu K... Voici le nouveau bloc-notes d’André Dufour.

«Clichés xénophobes»

Dans le Figaro du 24 mai, Christophe Cornevin, se fondant sur des chiffres de l’OND (Observatoire National de la Délinquance) et sur les propos d’Alain Bauer, autoproclamé criminologue, affirme que les clichés xénophobes y sont battus en brèche et d’en conclure que les crimes et délits dont la populations française souffre, ne sont pas tous imputables à la population immigrée. On se demanderait pourquoi le Figaro appointe un journaliste qui se contente d’ouvrir des portes ouvertes. Nul n’a jamais prétendu que la population «autochtone» française est exempte de toute brebis galeuse. Nul n’a prétendu, surtout pas dans l’équipe de LibertyVox, qu’étranger équivaut à délinquant ou criminel. Mais comme le Figaro est une entreprise à but lucratif et n’a pas l’habitude de payer pour rien, force est de croire que cet article s’inscrit dans une campagne gouvernementale destinée à nous faire avaler l’indigeste. Or, si nous manquons d’éléments pour mettre en doute les chiffres avancés, rien ne nous interdit d’en contester l’interprétation. Par exemple la diminution des crimes et délits, qui reculent de 9% dans la population étrangère depuis 2003, tandis que pour la même période, elle augmente de 5% parmi les français. Il faudrait peut-être s’intéresser aux attaches religieuses des délinquants, mais là nous touchons à un tabou d’autant plus hypocrite qu’il en est tenu compte dans l’univers carcéral en matière d’aumôneries. Ajoutons que les statistiques officielles ne prennent en compte que les délinquants déférés devant les tribunaux, c'est-à-dire, pour ce qui est des délits prétendus mineurs, une infime minorité.

Pour rendre ce +5 de français et ce -9 d’étrangers plus parlants, il faudrait peut-être tenir compte des étrangers qui, chaque année, deviennent français par voie de naturalisation ou le sont par le contestable droit du sol. Nous pouvons par exemple supposer que légalement, Youssouf Fofana, kidnappeur et tortionnaire d’Ilan Halimi, ainsi que les membres de son gang, sont comptés non pas comme étrangers mais comme français. Sont également comptées comme françaises, les hordes blacks et maghrébines qui, lors des manifestations contre le CPE, ont molesté et dépouillé les lycéens et les passants sous le regard des policiers et des CRS impassibles. De même que sont français la plupart des casseurs et incendiaires qui se sont illustrés lors de l’Intifada des banlieues, officiellement qualifiées de «violences urbaines» de l’automne 2005 et qui récidivent en ce moment dans le 9.3, en dépit des sommes massives versées par le gouvernement pour amadouer les banlieues «difficiles».

Mais ne voyons pas tout en noir et réjouissons-nous de ce que «seulement» 21,6% des viols sur majeures sont imputables aux étrangers. Ces derniers figurant pour 17,4% dans les harcèlements et autres agressions sexuelles, 14.9% dans les coups et violences volontaires «non mortels», 52,3% dans les vols à la tire, 27,4% dans les vols à l’étalage, 16,6 % dans les cambriolages, 15.4% dans les vols violent sans armes contre des femmes sur la voie publique, 15.4% dans les vols à main armée contre des particuliers à leur domicile, 14,9% dans les vols avec une arme blanche.

Donc, «Tout va très bien, Madame la Marquise». Mais il faudrait quand même rapporter ces taux de délinquance au pourcentage (moins de 10%?) des étrangers officiels par rapport à la population globale de la France et aussi, établir la répartition de la criminalité et de la délinquance selon l’origine des immigrés: Europe, Afrique subsaharienne, Maghreb, Extrême-Orient, Proche-Orient, Amérique latine. Du reste, il est établi que dans les Yvelines par exemple, «si 98% des auteurs de violences urbaines étaient français, près des deux tiers d’entre ces derniers étaient d’origine africaine et nord-africaine» (J.M.Leclerc, Le Figaro 19/05/06). Dès lors on peut considérer que les chiffres lénifiants avancés par l’OND ne peuvent être pris au sérieux. Mais n’espérons pas voir de sitôt appliquer aux «statistiques» de l’OND ces coefficients correcteurs. La majorité poltronne au pouvoir tient à dissimuler l’évidence, tandis que de son côté, le Parti Socialiste, aveugle au désastre social, sécuritaire et culturel en corrélation avec une immigration de peuplement massive, désordonnée, souvent frauduleuse ruineuse pour nos régimes de protection sociale et majoritairement hostile à nos valeurs fondamentales, annonce dans son programme électoral l’abolition de toutes les mesures existantes tendant à restreindre, à sélectionner et à contrôler l’immigration. À peine au pouvoir, la gauche italienne comme naguère l’espagnole, s’apprête à régulariser massivement tous les immigrants clandestins. Ça fait globalement deux à trois millions de musulmans africains avec un appel d’air pour de nouvelles vagues. Il est vrai que depuis la Révolution d’Octobre (1917) la gauche socialo communiste nous a régulièrement promis des lendemains qui chantent, avec quelques cauchemars au réveil. Pardonnez ces propos xénophobes et racistes qui, demain, seront tenus par les électeurs désenchantés qui auront porté la gauche entrotskisée au pouvoir.


«Calvinisme islamique»?

Voici quelques semaines et comme par hasard alors que la question du génocide arménien allait faire l’objet d’un débat au Parlement, le Figaro publiait sur une pleine page payante un communiqué d’industriels turcs qui, dans un discours enrobé de rahat-loukoum, mettaient en garde leurs «amis français» contre les conséquences dommageables de toute loi qui réprimerait la négation du génocide arménien. C’est donc par les bons offices la société «civile» économique que le gouvernement islamiste «modéré» turc exerce son chantage sur notre société. Je suppose que cette campagne ne doit pas étrangère à l’ajournement sine die du projet de loi réprimant le négationnisme du génocide arménien dont notre Assemblée Nationale débattait le 18 mai dernier.

Or, voici que le 24 mai, le supplément «Figaro de l’économie» dédie une page entière aux «calvinistes» islamiques de Kayser. Il s’agit du patronat de cette ville industrielle du centre de l’Anatolie qui sait concilier son islam rigoriste avec les nécessités de l’économie libérale. Je n’ai pas la compétence d’Anne-Marie Delcambre en matière d’islam, mais intuitivement, je sens que quelque chose sonne faux dans la description qui se veut rassurante faite par la journaliste Jeanne Lhoste. Selon ma lecture, ce patronat ne professe aucune «réforme» de l’islam et ne fait aucune concession si ce n’est que mercantile aux valeurs occidentales. Au contraire, son activité économique, son adaptation au système d’économie libérale, son désir de s’enrichir par le travail et sa volonté d’entrer dans l’Union Européenne, apparemment louables en soi, ne sont destinés qu’au renforcement de l’Islam et à sa propagation dans le monde. L’entrée dans l’U.E d’une Turquie débarrassée de la tutelle d’une armée, dernier bastion de la laïcité, ouvrirait la voie à l’islamisation de l’Europe. L’économie libérale de ces «calvinistes» n’est qu’une arme de plus dans l’arsenal du djihad. C’est seulement un langage «différent» de celui des imams ignares, obscurantistes et fanatiques de nos banlieues ou de celui des maquilleurs façon Malek Chebel, mais, par des voies différentes, leurs objectifs convergent. Du reste, la comparaison avec le calvinisme n’est pas faite pour nous rassurer pour ce qui est de la liberté absolue de conscience, à en juger par le sort du médecin et philosophe Michel Servet que le pieux et austère Calvin envoya au bûcher pour délit d’opinion.

Je pense que cette parution dans le Figaro fait partie d’une offensive de charme précédant et préparant l’entrée en force de la Turquie dans l’Union Européenne en passant sur le corps des Etats qui lui feraient obstacle.. Plutôt que d’en décrire le mécanisme, je vous invite à lire l’article «La Serbie victime de la Diagonale Verte» de David Bescond http://limes.hautetfort.com/archive/2006/05/23/la-serbie-victime-de-la-diagonale-verte.html qui, entre autres, met en relief le rôle de la Turquie dans le subit irrédentisme des minorités musulmanes de l’ex Yougoslavie, de la Thrace occidentale grecque et de la Bulgarie. Devant l’avalanche d’informations, nos concitoyens finissent par oublier de les rattacher aux informations plus anciennes. Et pourtant, dans le Figaro du 15 décembre 2002, nous lisions qu’aux propos de Giscard d’Estaing affirmant au sommet de l’OTAN à Prague: «Non, la Turquie n’est pas européenne», le chancelier Gerhard Schröder prenait le contre-pied, sans doute parce que dans un vote serré, il était redevable de son élection aléatoire et du succès de la gauche allemande à l’apport massif des voix des 376 000 électeurs turcs naturalisés allemands mais demeurés des farouches nationalistes turcs. Selon les journaux turcs d’alors, ces électeurs turcs seront un million de plus en 2006. Nous y sommes. L’un de ces journaux affirmait que «Tout musulman allemand souhaite pouvoir vivre un jour dans une Allemagne musulmane». Objectif appuyé non seulement par la Turquie «laïque» mais aussi, ouvertement, par le parti Vert de Joschka Fischer qui, voici quatre ans, réclamait entre autres, le soutien public à l’édification des mosquées, des chaires universitaires sur l’islam et l’utilisation du foulard pour les enseignantes. On devrait relire les vieux journaux, ils nous éclairent mieux sur l’actualité alors que les journalistes actuels et les partis de gauche nous refont le coup du nuage de Tchernobyl qui consistait à dissimuler sa nocivité.

Dans un récent billet paru dans le Figaro, Alexandre Adler, qui n’a affaire qu’à quelques Turcs fréquentables, constatait avec regret que les Français ne tiennent pas compte de ce que ce pays est en train de changer. Cet excellent chroniqueur se trompe sur ce point. La Turquie est bel et bien en train de changer, elle rompt en douceur avec le système laïc kémaliste et redevient un régime islamiste expansionniste.

Création artistique.

«Baise les négresses, baise les enfoulardées, baise l’islam», sont des propos injurieux qui ne figurent pas dans le vocabulaire de LibertyVox. Comptons sur le Mrap, SOS Racisme, la LDH pour faire condamner leur auteur. Mais «La France est une garce, n’oublie pas de la baiser», ça c’est de la création artistique qui relève de la liberté d’expression. Et encore, il y en a des pires, appelant à la haine du Français et du Juif, qui mettent en ébullition les «indigènes de la république». Nous condamnons toute injure et toute forme de mépris contre tout homme et toute femme en raison de leur couleur de peau, de leur origine ethnique, de leur pratique ou non pratique religieuse, de leurs penchants sexuels ou de leur tendance politique. Cela étant dit, j’attends, j’exige la réciprocité. Je suis Français, la France est ma patrie et je l’aime, n’en déplaise à la racaille et à leurs complices coprocrates gauchards qui crachent sur la France et sur ses valeurs. Lorsqu’on insulte la France, je me sens insulté, lorsque sur un stade on hue la Marseillaise et le drapeau tricolore, on m’insulte, surtout lorsque ces offenses viennent de français par le droit du sol qui arborent des drapeaux algériens ou de tout pays africain. La France n’a pas attendu les «indigènes de la république», issus parfois d’une immigration intruse, pour exister, prospérer et attirer des vagues d’immigrants qui, à l’opposé de ses détracteurs qui y vivent plutôt mieux que dans leur pays d’origine, se sont parfaitement intégrés.

Quoi qu’il en soit, ce ne sont pas les vertueuses organisations de lutte contre le racisme qui ont conduit Richard Maleka, alias Monsieur R, devant le tribunal correctionnel de Melun pour propos racistes «anti-Blanc» ou «anti-Français». Ce genre de racisme est politiquement correct ou hallal. Qu’en dit SOS racisme? Cette organisation gauchiste laisse entendre que dans l’appel à «baiser la France», il n’est pas question de Blancs, la France étant sans doute multicolore. Moralité (si on peut dire) on peut en toute quiétude «baiser la France» sans tomber sous le coup de la Loi. L’ennui, c’est qu’aux yeux (et aux oreilles) des rappeurs blacks et beurs, la France, ce sont les Françaises et les Français blancs, mais à travers ces derniers, ce sont surtout les institutions sociales, les allocations familiales, la Sécu, les Assédics, les bureaux d’aide sociale, les allocations logement, les logements sociaux qu’ils baisent déjà allègrement et sans retenue, mais aussi ses codes moraux, ses valeurs, son égalité entre femmes et hommes, son Histoire, sa lutte contre toute discrimination: Eh oui, que tous les Monsieur R nous disent dans quel pays africain, arabe, musulman, un immigré ou un fils d’immigré (à supposer qu’il y ait des gens assez fous pour aller s’y fixer) et même un autochtone pourrait se permettre d’insulter le pays d’accueil, son drapeau, ses valeurs. Si les «artistes» rappeurs et les Mbala Mbala ont besoin de se défouler, nul ne les retient, qu’ils aillent s’installer et chanter dans leurs pays d’origine pour chanter «Baise l’Algérie» ou «Baise le Mali». Succès garanti! En attendant tous ces rappeurs, tous ces «artistes», tous ces «comiques» de latrines et de pissotières, sèment en France un climat de mépris et de haine qui insulte notre devise: Liberté, Egalité, Fraternité, objectif autrement plus exaltant que tous les «nique ta mère» et les «baise la France» de ces barbares que les égouts engorgés font refluer sur notre sol.

Pogrom beur-black? Kristallnacht pour bientôt.


La Tribu K n’est qu’un fruit de ces étrons semeurs de haine. Pour le moment, il n’y a pas de victime; ce n’est qu’une patrouille de reconnaissance pour tâter le terrain. Ça se passe en plein cœur de Paris, où un commando d’une trentaine de masses de muscles blacks, commandées par des micro cerveaux, provoquent les passants supposés juifs en criant des propos antisémites (l’antisémitisme n’étant plus un racisme), cherchant à en découdre avec une mythique Ligue de Défense Juive dont les dix adhérents sont omniprésents sur le territoire français. Pas de bobo pour le moment mais cependant aucune arrestation parmi ces nazis noirs déjà fichés qui se disent de race supérieure. Mais, sachant que d’autres blacks, d’autres maghrébins ont pu impunément et sous les regards des CRS immobiles, sur ordre d’en haut, molester et dépouiller des passants lors des manifestations anti-CPE, attendons-nous aux prochains lynchage de «Faces de craie» et de Juifs par des «français B.B» (Blacks Beurs) victimes-du-racisme-du-colonialisme-et-de-l’esclavagisme-des-blancs.

Français blancs, noirs ou métis républicains qui voulez rester français, à l’instar de déjà quelques Danois et Néerlandais, préparez vos valises. Si vous manquez d’expérience, demandez conseil aux anciens «Pieds Noirs» et «Français juifs» «rapatriés» d’Algérie. Eux, ils savent le sort qui nous attend dans un pays où les musulmans deviennent assez nombreux et audacieux pour s’emparer du pouvoir laissé vacant par un gouvernement sans tripes, présidé par un auto-amnistié qui, même en voyage officiel dans la lointaine Amérique du Sud, ne trouve rien de mieux à faire qu’à justifier l’amnistie des coquins et des copains.

Quelle belle image de la France!


André Dufour pour LibertyVox

9 novembre 1938. Nuit de Cristal. Synagogue en flammes

Retour à la Une

© André Dufour pour LibertyVox - Article paru le 01/06/2006 Imprimer cet article
URL de cet article = http://www.libertyvox.com/article.php?id=193