La Une de LibertyVox en RSS: 15 derniers articles 30 Tous
Retour à l'accueil
Retour à la Une  

De Ghofrane à Ilan, une vraie justice?

Après l’interview accordée par Madame Haddaoui à France-Echos, Charles Dalger revient pour LibertyVox sur la lapidation de la jeune Ghofrane.

Heureusement, il reste quelques citoyens pour espérer que les tribunaux français sont encore capables de rendre une vraie justice. Je n’en fais pas partie. Mais, Monia HADDAOUI, si.

Monia HADDAOUI est la mère de Ghofrane, cette jolie jeune fille, lapidée à Marseille, par des nazislamistes en herbe, une bande de petits détritus qui voulaient jouer aux jihadistes. Depuis, le 17 octobre 2004, en plus de nombreux nazislamistes locaux et étrangers, qui l’ont prise pour cible, Monia HADDAOUI se bat pour que l’administration judiciaire française, instruise décemment les dossiers des assassins de sa fille. Il arrive que des instructions soient bâclées. Or, dans le cas des assassins de Ghofrane, ce n’est pas la négligence ou l’incompétence des juges, qu’affronte Madame HADDAOUI, mais l’obstruction tacite, et les fins de non recevoir, d’une administration judiciaire, sans doute aux ordres «d’en haut». Les juges ont tout mis en œuvre, pour nier, ou minimiser la symbolique de la lapidation, voulue par les tueurs. Une fois de plus, «le pouvoir» s’efforce d’étouffer le caractère nazislamiste d’un meurtre.

Il y a eu Ghofrane. Il y a eu Sohane, il y a eu Shérazade, il y a eu tous ces Français anonymes, assassinés par pure haine nazislamiste, assassinats délibérément et complètement ignorés par la propagande, et il y a eu Ilan… Ca fait trop, beaucoup trop!

Durant les cinq dernières années, la propagande, complice du Mouvement Raciste Antisémite, contre la Paix, ne parlait que d’un soi disant «racisme islamophobe». Il fut affligeant de constater que SOS-Racisme et la LICRA suivaient docilement le MRAP et ses complices de la propagande. Durant ces cinq dernières années, le «nazislamiquement correct» était à la mode. Il eut ses thuriféraires, dont un ineffable, pisse-copie dans un «immonde» quotidien du soir. Plus triste encore, durant toutes ces années, les portes paroles des institutions juives qui se prétendent représentatives, ont lourdement abondé dans le sens du «pouvoir» et de ses tentatives pour noyer le poisson. Aujourd’hui, le pot de chambre déborde, ça sent mauvais, vraiment très mauvais.

La concomitance des «caricatures» et de l’assassinat d’Ilan, a ébranlé l’édifice nazislamo-gauchiste. Certes, depuis quelques mois, les moins bornés des gauchistes et assimilés, avaient commencé à prendre quelques distances avec le «nazislamiquement correct» imposé par le MRAP. Mais il fallut la grogne décidée des Juifs de France, pour que la Justice française accepte enfin, le qualificatif d’antijuif, dans l’assassinat d’Ilan. Ce fut le signal d’un véritable changement de cap, pour beaucoup de médias. Après «Charlie Hebdo» qui n’a jamais sacrifié au nazislamiquement correct, même le très compromis «Libération», a consacré une pleine page à l’interview de Messaoud BOURAS, membre des Maghrébins Laïcs de France, association qualifiée d’extrême droite, par l’immonde et ineffable pisse-copie du soir. Cette abjecte créature persista dans son rôle de propagandiste zélé du nazislamisme, jusqu’à éreinter davantage les manifestants spontanés du 19 février, plus que les assassins, dont son employeur ne parlait qu’en termes polis et au conditionnel.

Aujourd’hui, Monia HADDAOUI lance un appel. Elle souhaite que les familles des victimes françaises des nazislamistes, la rejoignent dans son combat pour une vraie justice. Une justice qui reconnaisse explicitement le caractère nazislamiste des assassins. Elle lance cet appel, en particulier vers les parents d’Ilan. Mais encore plus fort, beaucoup plus fort, Monia HADDAOUI ne lance pas cet appel n’importe où ! Elle se méfie désormais des médias officiels, on pense par exemple, aux attaques subies par Marc Olivier FOGIEL, après qu’il l’ait laissée librement s’exprimer dans son émission sur France 3. Monia HADDAOUI a donné au site d’information France-Echos la primeur de cet appel. Voilà une reconnaissance officielle qui fait chaud au cœur des résistants à la nazislamisation de la France.

Et Monia HADDAOUI n’est pas la seule. L’ingénieur général DARMON, président d’honneur des Amitiés France – Israël, Alliance général KOENIG, a lui aussi accordé une interview spontanée au site résistant.
Le président du Bné Brith de France va sans doute en avaler de travers, tant mieux. Nous ne partageons pas du tout, son sens aigu du politiquement correct. Les choses bougent, trop lentement, mais elles bougent. Il est plus que temps de comprendre que, ce n’est pas raciste de dénoncer les méfaits des nazislamistes, fussent-ils de petits détritus de banlieue sur lesquels les propagandistes aimaient faire s’apitoyer. Ce n’est pas plus raciste de dénoncer l’islam littéral, tel qu’il est écrit dans le Coran. Par conséquent, d’une part, il faut suspecter sérieusement tous ceux qui tentent de nous en empêcher, d’autre part, il faut prendre en considération tous ceux qui combattent la propagande nazislamiste en France. Et désormais, le site France-Echos est à la pointe de ce combat.

Il faut cesser de reprendre à son compte les mensonges de la propagande, surtout quand elle qualifie de nébuleuse raciste d’extrême droite, tous ceux qui dénoncent, sans langue de bois, le nazislamisme. Bien d’autres sites en font partie, comme par exemple, Occidentalis, Atlantis Institute, Libertyvox, mais aussi notre cher Migdal. Contre la résistance au nazislamisme, nous ne tolèrerons plus ces accusations «d’extrême droite raciste», aussi stupides que gratuites, de la part des juifs qui prétendent parler pour les autres. Surtout s’ils agissent dans des mouvements soi disant anti racistes. Nous ne tolèrerons plus que la voix de la résistance au nazislamisme soit censurée, surtout par des irresponsables inconscients, qui osent encore se montrer avec un immonde quotidien sous le bras. Nous devons faire taire, tous ceux qui ont des complaisances coupables envers les complices des nazislamistes. Un certain jeune avocaillon, est la parfaite illustration de ces collabos. Paraphrasons les imbéciles qui avaient osé l’écrire sur les sites du CRIF et de la LICRA à l’occasion de la tentative de procès antijuif de «Am Israël Haï»: -«Nous devons balayer devant notre porte».

Merci à Monia HADDAOUI, merci pour son courage et sa lucidité. Merci pour sa grandeur d’âme. Répondons largement et généreusement à son appel. Son combat est le nôtre.



Charles Dalger pour LibertyVox

Lien vers l'interview publiée sur France-Echos: http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=8762


Retour à la Une

© Charles Dalger pour LibertyVox - Article paru le 18/03/2006 Imprimer cet article
URL de cet article = http://www.libertyvox.com/article.php?id=173